Le chemin de la main gauche

La théosophie et la voie de la main gauche (Left-Hand Path)

Chemin de la main gauche
L'expression « voie de la main gauche » prend son origine dans le Tantra. Ce chemin ritualise des pratiques sexuelles et charnelles.

Le concept de la voie de la main gauche a d'abord été introduit à la culture populaire occidentale à travers la Société Théosophique. En raison de la philosophie fondatrice extrêmement inhibée sexuellement de la Société, cette voie ― la Vama Marga ― a été simplement identifiée comme une sorte de magie noire.

Helena P. Blavatsky, la fondatrice de la société, a déclaré que, «... en raison de la crise finale de l'ajustement physiologico-spirituel des races, l'humanité a bifurqué dans deux voies diamétralement opposées : le chemin de droite et le chemin de gauche de la connaissance ou Vidya. Ainsi, ça a été les germes semés en ces jours anciens de la Magie Blanche et de la Magie Noire. »

Blavarsky cherche, à travers ses écrits, d'identifier les frères de la voie de la main gauche en tant que pourvoyeurs de la méchanceté de tous les âges. « La Bible, » soutient-elle, « de la Genèse à l'Apocalypse, rapporte une série de documents historiques relatifs à la grande lutte entre le blanc et le noir, entre le bien et le mal, entre les adeptes du droit chemin, les Prophètes, et ceux du chemin de gauche, les Lévites, le clergé des masses incultes et brutales. » En fait, le contraire est une représentation plus exacte.

 

Aleister Crowley, le maître du gnosticisme sexuel

Ironie du sort : le prochain auteur à avoir appliqué ce terme aux magiciens du mal était Aleister Crowley, probablement le plus célèbre auteur libertin de tous les temps, et celui qui a souvent été accusé d'être un magicien noir lui-même. Il a certainement adopté la phrase de la « voie de gauche » de son propre chef directement à partir des écrits de Blavatsky, probablement sans aucune idée de sa connotation sexuelle.

Il s'identifie fermement tout au long de sa vie comme un maître du chemin de droite. S'il avait été conscient que la vraie dérivation de la phrase soit venue du Tantra sexuel, je doute sincèrement qu'il aurait écrit comme il l'a fait à ce sujet. S'il s'était rendu compte que la voie de la main gauche était la voie sexuelle, le chemin des libertins conçu pour faire sauter la répression et la remplacer par la liberté, il se serait probablement lui-même identifié comme son principal adepte. Au lieu de cela, il remarque : « ce sont ceux qui se ferment, qui refusent leur sang pour la Coupe, qui ont piétiné l'amour dans la course pour l'auto-glorification. »

L'avis de Crowley sur la voie de gauche était que ses pratiquants avaient refusé de permettre leur ego de se dissoudre dans « Le Saint Graal, qui est le vase sacré de Notre-Dame de la Femme Écarlate, Babalon, la Mère des Abominations, l'épouse du Chaos, qui chevauche sur notre Seigneur la Bête. » Cette citation est, bien sûr, aussi une métaphore de l'acte de magick sexuel lui-même. Afin de mener à bien la magie sexuelle, vous devez permettre à votre ego de se dissoudre totalement dans l'extase orgasmique, donnant chaque goutte de votre conscience à « Babalon ». La même chose est vraie pour les mystiques qui cherchent la plus haute illumination. La libération est l'anéantissement complet de votre concept précédent de vous-même et la découverte de l'unité transcendante de toutes choses en Dieu. Selon Crowley, les frères de la voie de gauche étaient des adeptes qui ont refusé de permettre l'anéantissement complet de leur moi inférieur, au lieu d'effectuer des « efforts pour isoler et protéger [eux-mêmes], et de [se] grandir par des pratiques prédatrices. »

Les frères noirs

Il a essentiellement identifié ces « frères noirs », comme il les appelait, comme « toute personne qui a cherché à restreindre l'évolution humaine et la liberté, y compris ses ennemis personnels, les religions les plus organisées, et en particulier le christianisme. » Il nous met en garde :

Leur fausse compassion est appelée compassion,
et leur fausse compréhension est appelé la compréhension,
car ceci est leur sort le plus puissant.

 

On peut aussi faire valoir que le concept de Crowley au sujet des Frères noirs inclus ces ascètes qui ont renoncé à la sexualité, et toutes les religions chastes où pratiquants « refusent leur sang pour la Coupe ». Dans ce point de vue, Crowley a simplement inversé le concept des chemins de droite et de gauche. C'est ironique et amusant de noter que bon nombre des ennemis de Crowley qu'il a identifié comme Frères noirs étaient, en fait, impliqués dans la même Société Théosophique qui lui a fourni ses propres idées erronées au sujet de cette expression.

Anton LaVey et la gnose sexuelle satanique

L'expression « chemin de gauche » a ensuite été dégradée par Anton LaVey, qui, n'ayant lu qu'à moitié certains des livres de Crowley, a créé sa propre Église de Satan et identifié son travail sur le chemin de gauche clairement comme un simple désir de faire le contraire et de se montrer coquin.

LaVey a également élevé les désirs inférieurs et l'ego à la plus haute place dans la philosophie de son « église », à la recherche de l'agrandissement du Soi pour soi-même, et cela n'a vraiment rien de particulier à voir avec Satan.

En « confusion » de tout ceci ...

Depuis ses débuts dans les pratiques de la gnose sexuelle, le terme de la voie de la main gauche a dégénéré en une image de l'inflation simple de l'égo et de la corruption. Alors, devrions-nous, en tant que magiciens sexuels occidentaux modernes, tenter de renouer avec l'origine de ce terme ? Plusieurs adeptes occidentaux ont fait seulement la tentative de renouer avec ses racines tantriques. Mais pourquoi volontairement choisir de vous décrire avec une expression qui cause tant de confusion, un terme culturellement biaisé qui sert principalement à intimider et distraire plutôt que d'éclairer ? Pourquoi choisir de passer un temps précieux à expliquer et éduquer, plutôt que de simplement exister et profiter de la béatitude de la gnose sexuelle ? Les vrais magiciens sexuels, libérés de tout et de tous les concepts limitatifs, sont bien entendu libres de sauter d'un chemin à l'autre au gré de leur plaisir !