La bi-localisation

Il est courant de dire qu’on ne peut pas être à deux endroits à la fois, mais que se passerait-il si ça arrivait ?

Tout au long de l’histoire, de mystérieux récits ont été rapportés par des individus décidément bizarres, qui ont réussi à plier et à contourner les lois de la réalité pour exister littéralement à deux endroits à la fois. Il ne s'agit pas ici de téléportation, ni du phénomène des doppelgängers de la mythologie germanique, mais plutôt de personnes qui ont réussi à se matérialiser sous deux formes physiques distinctes pour se trouver simultanément à deux endroits à la fois.

Ce phénomène est appelé « bilocation » mais en français il faudrait plutôt l'appeler bi-localisation car le mot « location » à un tout autre sens qu'en anglais. Bilocation est une mauvaise traduction.

Comment décrire le phénomène de bi-localisation ?

La bi-localisation ne doit pas être confondue avec un voyage astral ou il y a un dédoublement de la personne. Le corps physique reste dans un endroit, par exemple dans un lit, alors que le double astral se met à flotter dans la pièce et peut effectuer ce qu'on appelle un « voyage astral ».

La bi-localisation est d'un tout autre genre car il s'agit bel et bien de plusieurs occurrences d'un même corps physique qui se trouvent simultanément en plusieurs endroits. Peu de cas ont été recensés et on considère que seulement une vingtaine de personnes de par le monde en sont capables.

C'est un phénomène inexplicable, déconcertant et toujours surprenant, ces cas de personnes scindées en deux font allusion à des forces potentielles et à des forces en action autour de nous qui sont loin d'être entièrement comprises. L’idée semble impossible quand on considère les règles de la physique et de la matière que nous connaissons, mais les récits qui parlent du contraire abondent.

Être à deux endroits simultanément

L'acte de ce qu'on appelle la bilocalisation décrit une personne physiquement dans deux endroits simultanément. Il diffère d'autres phénomènes similaires tels que le voyage astral (dans lequel la conscience d'une personne voyage à l'extérieur du corps physique, un peu comme un fantôme vivant) ou d'autres types d'expériences hors du corps en ce sens que l'individu n'apparaît pas à ce deuxième endroit. Dans le cas de la bilocalisation, il n'est pas comme une apparition fantomatique indistincte, mais plutôt comme un corps physique apparemment de chair et de sang, impossible à distinguer d'une personne réelle et de son être originel.

Le « bilocateur » est généralement décrit comme étant totalement présent physiquement aux deux endroits, respirant, transpirant, capable de toucher des objets, de manger et de boire, ou d’interagir de manière normale avec son environnement. C'est comme si c'était un sosie.

La bilocation se produit aussi instantanément, alors qu'avec d'autres types d'expériences hors du corps, on a souvent le sentiment de prendre le temps de se déplacer d'un endroit à un autre, comme si on flottait dans les airs.

Des phénomènes liés à la religion

Bien que la bi-localisation ait été enregistrée dans des cultures du monde entier depuis des temps immémoriaux, certains des cas les plus nombreux et les plus spectaculaires de ce phénomène sont inextricablement liés aux saints et aux autres personnalités religieuses de l’histoire. En effet, l’Église considère depuis longtemps que la capacité de faire des bilocalisations est un don de Dieu, un pouvoir conféré à ceux qui en ont besoin afin de s’occuper de questions importantes et d’actes de miséricorde ou de charité à une certaine distance, comme les malades ou les mourants, ou quand ils ont besoin d'accomplir la volonté de Dieu mais ne peuvent pas physiquement être à un certain endroit dans certaines circonstances.

En fait, la bilocalisation est tellement répandue dans l’histoire de l’Église catholique, en particulier, où son existence est considérée comme un fait, que le Vatican la considère comme l’un des principaux miracles requis pour la canonisation d'un saint. Il la valorise comme un signe de grand précepte religieux et a étudié le phénomène de manière approfondie. Le Vatican a apparemment de nombreux dossiers détaillés sur ces cas, et bon nombre des récits de bilocalisation dans l'histoire de l'église ne sont pas de simples traditions et légendes, mais plutôt des phénomènes bien documentés dont ont été témoins des personnes dignes de confiance et corroborés par des personnes extérieures de l'église.

Saint Antoine de Padoue

Saint Antoine de Padoue
Saint Antoine de Padoue
Le phénomène concernant les saints est documenté depuis des siècles. Un des premiers récits vient du début du XIIIe siècle, avec Saint Antoine de Padoue, frère franciscain portugais et médecin diplômé, qui était largement considéré comme l'un des meilleurs médecins de l'église.

Saint Antoine était connu pour son prolifique travail de miracles, en particulier lorsqu'il s'agissait de guérisons miraculeuses, ce qui lui a valu de nombreux surnoms, tels que « Le merveilleux ouvrier de Padoue » et le « Docteur évangélique ». Il avait également la possibilité d'être à deux endroits en même temps.

L’une des manifestations les plus connues et les mieux documentées de ces étranges manifestations aurait eu lieu lors d’une cérémonie le dimanche de Pâques à la cathédrale de Montpellier. À l'époque, il y avait une grande congrégation de fidèles et d'autres membres du clergé venus assister à son sermon, mais à un moment donné, Antoine se rendit compte qu'il avait oublié qu'il devait chanter sur une chorale dans un monastère voisin à ce moment précis. A la vue de tous, il se retira calmement dans l'ombre de la chaire et mit son capuchon autour de son visage avant de continuer à rester immobile et silencieux. Au même instant, il apparut dans la chorale de l'autre monastère en chantant. Quand la chorale fut finie, le corps immobile et silencieux du service de Pâques revint soudainement à l'action et il continua comme si de rien n'était, parlant avec « une éloquence incomparable ».

Saint Antoine de Padoue a fait de la bilocalisation à une autre occasion alors qu'il officiait à l'église Saint-Pierre de Limoges le jeudi saint. Dans ce cas, il s'est de nouveau rappelé qu'il devait se trouver ailleurs, à un autre service situé à plusieurs kilomètres de là. Devant de nombreux témoins, il se serait agenouillé pour prier devant l'autel pendant que la congrégation attendait. Il est alors apparu à quelque distance, dans l'ombre de l'autre église, pour y effectuer son sermon. Quand il eut fini, il serait prétendument retourné dans l'ombre, juste après s'être levé pour prier lors de son sermon initial, pour terminer comme si de rien n'était. Durant tout cet épisode, il a été clairement vu par de nombreux fidèles et signalé comme étant physiquement présent aux deux endroits en même temps. En effet, la véracité des témoignages adressés à ses supérieurs était telle qu'un fonctionnaire a déclaré un jour que « ces miracles nous parviennent avec une autorité si élevée qu'il est impossible de les éliminer ou de les expliquer sans faire violence aux faits de l'histoire ».
 

D'autres saints notoires ont fait de la bi-localisation

Il existe beaucoup d'autres saints s'étant bi-localisés. On a parlé de cas de bilocation pour des personnalités comme Appolonius de Tyane et Maître Philippe de Lyon. Dans les années 1500, le mendiant italien Saint François de Paule était réputé pour posséder ce pouvoir. Parfois, au cours de ses sermons, il était vu par ses serviteurs s’occupant simultanément des tâches ménagères autour du monastère ou même faisant la cuisine dans la cuisine en même temps, les deux corps étant complètement mobiles et engagés dans leurs tâches comme d'habitude, allant même jusqu'à converser avec des personnes. Il faisait souvent la même chose lorsqu'il était engagé dans la prière. Lors d'une visite à Pterno, il a été vu en train de prier tout en marchant dans la rue. Un témoin de cet événement l'a décrit ainsi :

Les personnes qui voulaient le voir se sont approchées de la chapelle et l'ont trouvé si profondément en prière qu'elles ont décidé de ne pas le déranger. De retour dans la rue, ils ont été surpris de le voir s’adresser à certaines personnes. Ils se dépêchèrent dans la chapelle et le virent encore perdu dans la prière.
 

Concernant des saints ou mystiques, l'Église Catholique reconnaît quelques cas de bilocalisation chez Padre Pio, Marthe Robin, Joseph de Copertino, etc. Elle n'en fait pas une preuve de sainteté mais n'y voit même qu'un événement spectaculaire mais secondaire. Seule compte l'héroïcité des vertus pratiquées.

Quelques cas de tri-localisation

Le missionnaire St. Francis Xavier, ancien professeur de philosophie à l’Université de Paris, s’est également rendu à partir des années 1500 dans les pays les plus reculés de Ceylan, de l’Inde, du Japon et de la Malaisie. Au cours de ces voyages, il a souvent été mentionné qu'il apparaissait simultanément à deux, voire trois endroits à la fois (trilocalisation), parlant à des peuples autochtones séparés parfois de plusieurs milliers de kilomètres. Il l'a apparemment fait de manière très régulière, au point que cela a été perçu comme un événement assez habituel pour lui qui n'a pas particulièrement surpris ceux qui avaient l'habitude de le voir en action.

Une autre affaire de cette époque concerne St. Martin de Pores, qui avait commencé sa formation de médecin mais s'était retrouvé au monastère du Saint-Rosaire à Lima, au Pérou. Né en 1579, Saint-Martin de Pores n’était même pas au départ un véritable membre du clergé, car il avait toujours refusé de se former à la prêtrise au profit d’une vie simple et humble, accomplissant diverses tâches subalternes autour du monastère au nom de Dieu. Cependant, tout en cherchant une vie simple et un profil bas, il s'est rapidement fait connaître pour sa capacité spectaculaire à se bilocaliser. Bien qu'il ait été documenté comme ayant passé toute sa vie au monastère sans jamais quitter les lieux, il a été signalé que Martin apparaîtrait instantanément dans tout Lima, ainsi que dans des lieux aussi éloignés que le Mexique, la Chine, le Japon, l'Afrique, l'Algérie, la France et les Philippines, où il s’engageait dans des activités telles que prêcher, travailler avec des enfants, s’occuper des personnes infirmes ou handicapées et distribuer de la nourriture aux pauvres.

Un cas bien documenté de bilocation de Martin est celui où il effectua une série de visites en Afrique du Nord, où son travail en faveur des malades et des pauvres était admiré par un homme qui avait été emprisonné à Barbary. Martin était aussi venu lui demander de l'aide. Lorsque l'homme a finalement été relâché, il s'est retrouvé à Lima, quelques années plus tard, dans le monastère où il a rencontré Martin par hasard. Il essaya immédiatement de le remercier, mais Martin le prit à part pour lui dire de ne pas parler de ce qui s'était passé en Afrique du Nord, car il ne voulait pas que ses pouvoirs surnaturels soient largement connus.

Au cours de ces voyages mystérieux, il fut dit que Frère Martin était capable de communiquer couramment avec les gens dans toutes les langues, bien qu'il n'ait jamais étudié une seule langue étrangère. Il aurait également pu apparaître dans des salles closes, où il aurait aidé ceux qui se trouvaient à l'intérieur. À au moins une occasion, il aurait été aperçu à de nombreuses reprises dans une prison d'Afrique du Nord pour apporter de la nourriture et de l'argent à un homme emprisonné à tort à Alger par les Turcs. L’homme a finalement reçu assez d’argent de la part du saint pour payer sa caution et être libéré.

Saint Alphonse d'Italie

Alfonso de Liguori, ou saint Alphonse d'Italie, évêque de Sainte-Agata dei Goti en 1774, était un autre saint très célèbre dans le domaine des bilocations. Alphonse avait été vu en même temps, prêchant simultanément un sermon en chaire et entendant des confessions dans une autre région. À une autre occasion, saint Alphonse prêchait aux étudiants de l'université lorsqu'une femme pauvre vint à son église habituelle pour recevoir son aumône régulière. On lui a dit qu'Alphonsus était absent pour un sermon à ce moment-là et elle s'en est retourné. Alors qu'elle partait, il aurait comparu devant elle pour lui donner l'aumône avant de disparaître à nouveau.

L’histoire la plus célèbre impliquant les pouvoirs de bilocation de Saint-Alphonse aurait eu lieu le matin du 21 septembre 1774, quand, après avoir célébré la messe à Arrezo, il est soudainement tombé sur sa chaise et est entré dans une transe profonde dans laquelle il semblait désespérément perdu, pensait-on. Il était dans un état qu'un témoin a décrit comme « une extase prolongée ». Dans cette transe, il ne bougeait pas et ne disait pas un mot, n'acceptait pas de nourriture et ne donnait aucune indication comme quoi il ressentait ce qui se passait autour de lui. Personne ne pouvait le sortir de là, et il est resté dans cet état hébété toute la journée et toute la nuit. Le lendemain matin, il n'avait pas changé, demeurant toujours figé sous ce regard lointain et inquiétant, son corps toujours dans la même position. Seul sa respiration et ses yeux clignotaient sporadiquement, prouvant qu'il était encore en vie.

Les serviteurs et les autres membres du clergé le laissèrent faire et discutaient avec inquiétude de ce qu'ils allaient faire de lui quand on frappa à la porte. Quand la porte fut ouverte, Alphonse se tenait là et déclara qu'il allait commencer la messe, comme si de rien n'était. Quand les gens surpris dans la pièce ont demandé ce qui lui était arrivé, il ne semblait pas avoir la moindre idée qu'il était en transe depuis un jour et une nuit. Quand il a été confronté à cette nouvelle, Alphonse s'est excusé et a déclaré qu'il avait été absent pour s'occuper du pape Clément XIV, malade, qui se trouvait à 100 kilomètres à Rome. Il les informa que, malheureusement, le pape venait de mourir. C’était une nouvelle pour toutes les personnes présentes, mais ce jour-là, on a appris que le Pape était décédé au moment même où Alphonse était sorti de son étourdissement. La nouvelle contenait une liste de clercs présents aux côtés du pape au moment de son décès, et Alfonso de Liguori figurait clairement parmi ceux-ci, ce qui aurait dû être impossible car il était resté à sa place dans un état de transe pendant tout ce temps. Des témoins à Rome ont confirmé qu'Alphonse avait été parmi eux pour prier et parler, et ils semblaient être aussi surpris que quiconque qu'il soit confiné sur son fauteuil à une centaine de kilomètres à la même heure. Ce miracle apparent est en fait l’une des choses qui ont conduit plus tard à sa sainteté.

Il y a d'innombrables autres histoires de saints et de religieux très pieux qui auraient eu la capacité de faire de la bilocalisation, beaucoup trop nombreux pour les énumérer ici, mais les saints ne sont certainement pas les seuls à avoir exploré ce phénomène étrange.



Auteur :
Brent Swancer est un auteur et un expert en cryptographie vivant au Japon. La biologie, la nature et la cryptozoologie demeurent les premières passions intellectuelles de Brent Swancer. Il a écrit des articles pour MU et Daily Grail et a été un invité de Coast to Coast AM et de Binnal of America.

Source : https://mysteriousuniverse.org



Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Mystérieux



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.