Les pierres de Baalbek

Monolithes de Baalbek
Dans la vallée de la Bekaa, au Liban oriental, se trouve le site archéologique des ruines d’Héliopolis. La ville d'Héliopolis fut construite au IVe siècle avant J.-C. par Alexandre le Grand pour honorer Zeus. Mais sous les colonnes corinthiennes et les vestiges de l’architecture grecque et romaine se trouvent les ruines d’un site beaucoup plus ancien. Selon les archéologues, il remonte à près de 9 000 ans.

Les ruines du temple de Jupiter, dans l'ancienne capitale provinciale de Baalbek, sont connues dans le monde entier pour leurs énormes monolithes. Des fouilles archéologiques ont révélé que l'énorme fondation de pierre qui se trouve à la base du site remonte à des dizaines de milliers d'années. Comme nous le savons d'après les preuves archéologiques, Baalbek devait exister pendant la période néolithique, entre 6 000 et 8 000 ans, voire 9 000 ans avant J.-C.

La carrière, d'où provient le matériau de construction du temple, abrite la « Hajjar al-Hibla » (pierre de la femme enceinte), connue depuis des années. Elle était jusqu’alors l’une des plus grande pierre taillée par l’homme de l'ancien monde, probablement il y a plus de 2000 ans. Maintenant, cependant, les archéologues allemands et libanais ont découvert un autre géant de pierre juste à côté de ce monolithe, qui surpasse clairement le record précédent en termes de masse et de dimensions.
 
Sur la photo vous pouvez voir le monolithe de La Femme Enceinte et juste à droite et en dessous se trouve le monolithe nouvellement découvert pendant l'été 2014. Il est clairement plus imposant.
Droit d'auteur : DAINST.org


 

Le monolithe géant de Baalbek

Hajjar al-Hibla
Comme rapporté par l'Institut archéologique allemand (DAINST), un bloc de pierre mégalithique de 19,6 mètres de long et 6 mètres de large et au moins 5,5 mètres de hauteur a été trouvé lors de fouilles pendant l'été 2014 dans la zone de pierre en dessous et à côté du « Hajjar al-Hibla ». Il surpasse cette dernière en taille de manière significative. Afin de déterminer la hauteur exacte, un sondage archéologique doit également être étendu dans une prochaine campagne d'excavation.

Alors qu'il était possible de calculer le poids du « Hajjar al-Hibla » à un peu moins de 1.000 tonnes, le monolithe nouvellement découvert est estimé à environ 1.650 tonnes. Les archéologues pensent qu’étant donné qu'un côté étroit a déjà été très bien lissé et que les spécifications pour le lissage d'un long côté ont été préservées, qu’il était prévu de livrer et de transporter le bloc dans ces dimensions.

Jeanine Abdul Massih de l'Université Libanaise est partenaire de coopération de longue date dans le projet Baalbek du Département d'Orient de l'Institut Archéologique Allemand. Elle affirme que :

C'est le plus grand bloc de pierre connu de l'Antiquité jusqu'à présent.
 
 

Heliopolos

Site archéologique de Baalbek

Connue sous le nom d'Héliopolos, « La cité du soleil », au cours de la période Romaine, Baalbek abritait un des plus grands sanctuaires de l'empire. L'ancienne ville de Baalbek, dans l'actuel Liban, a été nommée en l'honneur de la divinité cananéenne primitive Baal. Baal était le dieu de la vie, le dieu du ciel, le dieu du soleil. Il était le dieu vénéré dans la cité de Baalbek durant la période phénicienne et cananéenne. Comme le lieu était déjà sacré avec le culte du dieu Baal, puis plus tard, les Grecs et les Romains ont continué à construire des temples sur le même site.

En apprendre plus sur le culte des pierres et la litholatrie dans l'Antiquité

La carrière de calcaire était située à environ 400 mètres du complexe du temple où se trouve deux autres blocs massifs de pierre taillée, l'un pesant 1240 tonnes et l'autre, surnommé « Hajjar al-Hibla » (La Pierre de la Femme Enceinte), environ 1000 tonnes.

En outre, les archéologues ont pu utiliser les fouilles de 2014 pour trouver de nouvelles données sur la technologie minière et le transport de ces mégalithes. Les traces de traitement ont été documentées et les vieilles décharges résultant des travaux d'extraction ont été examinées afin d'y trouver des éclats de poterie datables et stratifiables ainsi que d’autres petites trouvailles.

Sur cette base, les archéologues sont maintenant certains que le bloc de pierre « Hajjar al-Hibla » a été laissé dans la carrière car sa qualité de pierre dans un coin s'est avérée inférieure aux attentes et une fissure naturelle aurait probablement causé la fracture du bloc pendant le transport.

Les Anciens Astronautes

Anciens Astronautes
Outre l'archéologie classique, Baalbek et le déséquilibre caractéristique de la « femme enceinte » sont également connus dans les cercles qui croient en la théorie des Anciens Astronautes. Elles ont été décrites par certains auteurs, notamment en 1959, par l'ethnologue et adepte de cette théorie, le professeur russe Matest Mendelevich Agrest.

Agrest est né à Knyazhitsy dans le Gouvernorat de Moguilev de l'Empire russe (aujourd'hui République de Biélorussie) le 20 juillet 1915. Diplômé de l'Université d'Etat de Leningrad (aujourd'hui Université d'État de Saint-Pétersbourg) en 1938, il obtient son doctorat en Mathématiques en 1946. Il devient chef du Laboratoire de l'Université en 1970. Il prend sa retraite en 1992 et émigre avec sa femme Riva à Charleston, en Caroline du Sud, aux États-Unis. Il décède le 20 septembre 2005.

Agrest est l'auteur de plus de 100 articles scientifiques et de cinq monographies sur les mathématiques, la physique et l'astronomie. Certains de ses articles étaient consacrés à la question des paléocontacts, c’est-à-dire des contacts d'êtres intelligents extraterrestres avec la Terre à une époque reculée de l’Antiquité. Son article le plus connu est celui publié en 1961 à Moscou et dont le titre fut traduit par « Les astronautes d'Yore » ou encore « Les Anciens Astronautes de l’Antiquité ». Il a été traduit en plusieurs langues à travers le monde.

Agrest serait ainsi le premier scientifique à avancer la théorie que la Terre avait été visitée dans les temps préhistoriques par des êtres intelligents venus de l'espace extra-atmosphérique.

 
Une page intéressante où l'on parle du professeur Agrest.

Mais ce qui est encore plus important pour les partisans de la théorie des anciens astronautes, c’est leur conviction que la colossale plateforme de pierre aurait servi jadis de piste d’atterrissage pour les voyageurs de l’espace. Ils ne savent pas pourquoi Baalbek a été choisi pour tenir ce rôle spécifique, ce pourrait bien être une sorte de lieu au pouvoir spécial qui dégagerait une énergie particulière. Mais à l’origine, bien avant les temples romains, il y avait cette vaste plate-forme. Elle était probablement utilisée par les extraterrestres pour leurs voyages sur la planète Terre.
 

Une rampe de lancement pour les vaisseaux spatiaux de l’Antiquité

Rampe de lancement de fusées
Dans une œuvre de 1959, Agrest développait un certain nombre d'affirmations peu orthodoxes, comme le fait que les terrasses en pierre mégalithique de Baalbek avaient été utilisées comme site de lancement de vaisseaux spatiaux et que la destruction de Sodome et Gomorrhe était le résultat d'une explosion nucléaire.

Cette théorie des explosions nucléaires survenues dans l’Antiquité est corroborée par la découverte, sur de nombreux sites à travers le monde et notamment en Inde et au Pakistan, de grandes surfaces où le sable et la pierre ont été littéralement vitrifiés comme c’est le cas lors d’une explosion nucléaire.

Agrest a été une inspiration majeure des figures ultérieures telles que Erich von Däniken et Zecharia Sitchin, qui dans les dernières décennies ont popularisé l'idée des Anciens Astronautes. Il est considéré comme le doyen de la théorie des anciens astronautes.

Agrest était un membre de l'Ancient Astronaut Society, et a contribué un certain nombre d'articles pour les périodiques de la société.

Cependant, les informations apparemment non prouvées par la plupart des auteurs, basées sur des conclusions et spéculations de la Théorie des Anciens Astronautes, remontent au XIXème siècle et, selon une critique de "Mysteria3000", ne résistent pas aux découvertes archéologiques ultérieures et actuelles.

Cependant une question reste ouverte : comment ces blocs ont-ils été transportés ?

Le transport des mégalithes

Pierre de Baalbek
Le but principal des fouilles effectuées en 2014 était de trouver de nouvelles informations sur les techniques minières et le transport des mégalithes.

Les chercheurs soulignent que les gigantesques pierres mégalithiques incorporées dans les fondations, chacune pesant entre 800 et 1 200 tonnes, sont parfaitement ajustées. C'est le vrai mystère de Baalbek. Comment ces lourdes pierres sont arrivées là, pourquoi elles y ont été placées, et, plus précisément, comment elles ont été transportées ? En effet, certaines pierres sont d'une telle ampleur que les machines modernes sont incapables de les manipuler et de les y déposer. Mais d'une manière ou d'une autre, nos ancêtres ont pu le faire.

Certains ont estimé le poids de certaines pierres à plus de 1 200 tonnes. Comment ont-elles été placée là-bas ? Comment les a-t-on soulevées pour les faire reposer sur une rangée de pierres qui se trouve en dessous ? Ces grosses pierres ont dû être levées et ensuite posées sur les pierres du dessous. C'est très énigmatique. Et parce que ces pierres étaient gigantesques, les peuples anciens en ont déduit que des forces extraterrestres ou inconnues les avaient amenées sur le site.

Les archéologues supposent que les blocs de calcaire remontent au moins à l’an 27 avant JC, alors que Baalbek était une colonie Romaine et que commençait la construction de trois grands temples ainsi que de plusieurs autres plus petits; ce qui dura jusqu'au second siècle après JC. D’autres avancent que le bloc a été transporté par une culture plus ancienne inconnue, antérieure à Alexandre le Grand qui avait fondé Heliopolis en 334 avant JC.

Seules quelques portions du temple sont encore visibles de nos jours, dont les 6 immenses colonnes et les 27 gigantesques blocs de calcaire à leur base. Trois d'entre eux pèsent environ 1000 tonnes chacun. On les appelle le Trilithon.

La façon dont ces monolithes géants ont été transportés et soigneusement positionnés lors de la construction du temple reste actuellement l’un des grands mystère de l’humanité.

Un des grands mystère de l’humanité

C'est l'un des sites mégalithiques les plus anciens de la planète et ses énormes pierres sont disposées selon une forme géométrique précise. À une époque où les personnes préhistoriques qui auraient vécu là-bas et qui seraient allées au fond de la vallée de la Bekaa au Liban n'auraient aucune idée de la façon de déplacer des pierres de cette nature. Mais si le transport, le levage et la mise en place de telles pierres massives étaient si incroyablement difficiles et relèverait presque de l'impossible, alors qui – ou quoi – les a placés là ? Et peut-être plus important encore, pourquoi ?

Nous savons que les anciens astronautes choisissaient toujours des lieux très chargés en énergie, et, visiblement, Baalbek en fait clairement partie. C'est un endroit où les dieux ont été vénérés, où les dieux qui sont censés être présents, et ainsi, lorsqu'il s'agit de Baalbek, la plate-forme a été construite pour une raison précise. Nous ne pouvons pas répondre à cette question à ce moment-ci, mais ce que nous savons, c'est que tout ce qui s'y passait avait une grande signification religieuse pour eux et était lié à des divinités envers qui ils vouaient un culte. Des divinités qui sont clairement d'une origine surnaturelle ou qui venaient d'un autre monde.

Est-il possible, comme le pensent certains théoriciens des anciens astronautes, que Baalbek ait été considéré comme un lieu sacré pendant des dizaines de milliers d'années, car c'est là que les êtres extraterrestres sont arrivés pour la première fois sur Terre ? La réponse a peut-être été trouvée sur des tablettes d'argile découvertes sur le site et portant des inscriptions en écriture cunéiforme, écrites il y a près de 5 000 ans, par la plus ancienne civilisation humaine connue : les Sumériens de Mésopotamie.

Ce qui est vraiment intéressant à propos de Baalbek, c’est qu’il a toujours été connu comme un lieu d'atterrissage. Il y a un texte de l'époque sumérienne appelé l'épopée de Gilgamesh. Gilgamesh affirme avoir vu des fusées descendre et monter de Baalbek, le lieu d'atterrissage. Une comparaison entre le mont Baalbek au Liban et le mont du Temple à Jérusalem révèle une ressemblance frappante entre leurs énormes plateformes de pierre. Pourraient-ils avoir été construits dans le même but : supporter le poids d'un vaisseau spatial ?

Nous ne pourrons peut-être jamais obtenir la réponse, mais au moins, essayer de savoir ce qui est arrivé, car c'est ce qui nous motive tous. Des forces d'un autre monde sont-elles vraiment descendues des cieux dans les lieux les plus sacrés du monde ? Il se peut que les fidèles du monde connaissent déjà la vérité ou que la vérité soit dissimulée jusqu'à ce qu'un jour ou l'autre on la découvre enfin. Espérons qu’à un moment donné, l’archéologie sera si ouverte d’esprit qu’ils voudront en savoir plus.

Sur la photo vous pouvez voir le monolithe de La Femme Enceinte et juste à droite et en dessous se trouve le monolithe nouvellement découvert pendant l'été 2014. Il est clairement plus imposant.
Droit d'auteur : DAINST.org





Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Archéologie



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.