La théorie de la Terre Creuse

Terre creuse
A l'origine créé aux États-Unis par deux individus différents au XIXe siècle – John Cleves Symmes Jr. en 1818 et Cyrus Reed Teed en 1869 – la théorie de la terre creuse est remise au goût du jour à la fin de la Première Guerre mondiale par un jeune pilote de chasse du nom de Peter Bender qui revient en Allemagne après avoir été capturé en France. Il apporte avec lui quelques exemplaires de l'ancien journal de Teed, The Flaming Sword. Il s’inspire de ces idées et les développe, fondant le mouvement Hohlweltlehre avec d’autres auteurs afin de populariser la notion selon laquelle – contrairement à ce que nos sens nous disent chaque fois que nous levons les yeux au ciel – au lieu d’habiter à la surface de la planète, les êtres humains vivent à l'intérieur d'une sphère creuse de 60 kilomètres de diamètre. La croûte terrestre s'étend ainsi infiniment dans toutes les directions, et à l'intérieur de cette boule rocheuse, les seuls corps célestes planant au centre sont le Soleil et la Lune (seulement ils sont considérablement plus petits que ce que ces astronomes insensés nous ont dit). Ce que nous appelons les « étoiles » ne sont que des points brillants de « poussière » flottant dans l'atmosphère gazeuse bleue qui, lorsqu'elle tourne devant notre mini-soleil, transforme la nuit en journée.

 

Les premières théories de Edmund Halley

Terre creuse
Alors que les archéologues et les explorateurs continuent de découvrir des sites où se rencontrent légende et réalité, pourrait-il y avoir encore plus de preuves que l'histoire de l'humanité sur cette planète est beaucoup plus profonde que ce que nous comprenons actuellement ? Il y a ceux qui croient que le secret est encore plus profond dans la Terre, aussi profond que son noyau.

Le pôle nord est une friche de glace arctique apparemment sans fin, plongée dans l'obscurité pendant six mois de chaque année. Ici, il n’y a ni nourriture, ni abri, ni même une grotte où se cacher des vents violents et des températures pouvant plonger à 90 degrés au-dessous de zéro.

Mais selon la géologie traditionnelle, sous le pôle et l'océan Arctique se trouve la croûte rocheuse de la Terre, d'une épaisseur allant jusqu'à 50 km. En dessous se trouve la roche en fusion, chauffée par le noyau en rotation de la planète, avec un centre solide constitué de fer et de nickel de la taille de la lune.

Les scientifiques ont déduit ces informations des mesures de la gravité terrestre, du magnétisme et des ondes sismiques. Mais personne n'a jamais vu ces zones.

La surface gelée du pôle pourrait-elle cacher une passerelle vers un monde au sein de notre monde de surface ? Il y a ceux qui croient que la réponse est "oui".

Et ce qu’ils croient est connu sous le nom de théorie de la Terre creuse.

La théorie de la Terre creuse est que cette Terre n'est pas en fusion à l'intérieur. C'est en fait un creux, et, suspendu au creux de la Terre, se trouve un soleil intérieur. Étonnamment, l’un des fondateurs de l’astronomie moderne a donné son crédit à la notion de Terre creuse. L'idée que la Terre pourrait être creuse, en tant que notion scientifique, remonte à l'astronome Edmund Halley, mieux connu pour sa comète.

En 1691, il présenta à la société royale de Londres son hypothèse selon laquelle la Terre était creuse et contenait plusieurs petites sphères à l'intérieur. Un peu comme ces poupées russes Matryoshska. Il en faisait l'hypothèse pour une raison très pratique. Le pôle magnétique de la Terre se déplaçait un peu chaque année vers l'ouest, et son idée était que notre sphère extérieure avait des sphères intérieures qui tournaient indépendamment de la sphère extérieure. Il a également suggéré que ces sphères intérieures pourraient également soutenir la vie.
 

La théorie de John Cleves Symmes

John Cleves Symmes était un ancien capitaine de l'infanterie. Le 10 avril 1818, il envoya au Congrès américain, à des directeurs d'université et à des savants, la lettre suivante :

Au monde entier, je déclare que la Terre est creuse et habitable intérieurement...
 

John Cleves Symmes
John Cleves Symmes
Selon lui, la Terre était formée de plusieurs sphères concentriques. Aux deux pôles, il y avait d’énormes ouvertures où s’engouffraient l’atmosphère, des terres et des mers et par lesquelles nous pouvions entrer dans la Terre intérieure..

Avec Symmes, l’idée d’une Terre creuse est liée à l’exploration du pôle. À ce stade, par exemple, personne n’avait réellement vu l’Antarctique.

Certains sénateurs furent intéressés par cette lettre et l'un d'eux rédige même une demande de financement qui fut déposée au Congrès pour lancer une expédition. La demande fut rejetée.

En 1826, toutes les notes de Symmes furent publiées dans un livre intitulé « Théorie des sphères concentriques ». C'est Joseph Reynolds qui reprend la théorie et arrive cette fois-ci à convaincre le président des États-Unis John Quincy Adams.

Une expédition part pour le Pôle Sud le 29 octobre 1829. Malheureusement, l'opération fut un désastre total.
 

Voyage au centre de la Terre

La théorie de la Terre creuse a de nouveau captivé l'imagination du public en 1864 avec la publication du deuxième roman de Jules Verne, un voyage au centre de la Terre.

Le roman emmène un guide islandais, un professeur et un jeune homme au centre de la Terre. Voyage au centre de la Terre aurait vraiment pu s'appeler un voyage au centre de la géologie. La géologie et la paléontologie étaient un sujet brûlant au début des années 1860 et on en parle beaucoup lors de voyages au centre de la Terre.

Mais bien que Jules Verne ait popularisé l’idée que des formes de vie éteintes puissent encore exister à l’intérieur de la Terre, d’autres envisageaient que la Terre contenait des civilisations souterraines avancées. Et elles auraient soi-disant une technologie avancée. Ils ont des fusils à rayons et des armes spéciales. Ils auraient même des soucoupes volantes, ou d'autres vaisseaux comme ça.

Les théories de William Reed

Puis la thèse de la Terre Creuse fut reprise par l'écrivain américain William Reed (1830-1920) dans son livre Phantom of the Poles, publié en 1906, dans lequel il propose sa théorie selon laquelle la Terre est en réalité creuse, avec des trous à ses pôles.

Reed résume sa théorie révolutionnaire comme ceci :

La terre est creuse. Les Pôles, si longtemps recherchés, sont des fantômes. Il y a des ouvertures aux extrémités nord et sud. À l'intérieur se trouvent de vastes continents, des océans, des montagnes et des rivières. La vie végétale et animale est évidente dans ce Nouveau Monde et il est probablement peuplé de races inconnues des habitants de la surface de la Terre.
 

Théorie de la terre creuse
Son livre n'a cependant jamais été traduit en français et il est introuvable de nos jours. On peut cependant en consulter une version numérique en anglais ici :
http://www.sacred-texts.com/earth/potp/index.htm

Reed réfuta les conceptions communément admises sur la structure de la Terre et se basa sur des arguments scientifiques. Peut-être avait-il eu connaissance des théories avancées en 1869 par Cyrus Teed, le physicien et alchimiste.

Explorateur Nansen
Reed estimait que la croûte terrestre avait une épaisseur de 1.300 kilomètres et que son intérieur (creux) avait un diamètre de 10.000 kilomètres. Selon lui, l'aurore boréale polaire n'avait rien à voir avec un phénomène électrique ou magnétique mais provenait de la réflexion sur les nuages, sur la glace ou sur la neige, des feux d’un volcan ou des feux de prairies ou de forêts situées sur le bord de la courbure polaire.

Il s'inspirait des descriptions des premiers explorateurs qui tous s'extasièrent devant la magnificence des aurores boréales et s’interrogèrent sur leur origine. Étant donné que le phénomène n'avait aucun effet sur l'aiguille de la boussole, les explorateurs en déduisirent logiquement qu’il n’avait rien d'électrique ni de magnétique.

Reed évoqua aussi une mer libre s'étendant loin au Nord, s'appuyant sur des observations du Dr Bessels, de Chester, Kane, Me Gary, Morton, Greely, Pavy et surtout de Nansen. Ils constatèrent tous son existence au delà d'une certaine latitude.
 

L'armée allemande tente de mettre la théorie en pratique

La théorie de la terre creuse est tellement stupide qu'elle rend presque crédibles les partisans de la terre plate (presque !). Pourtant, ce qui est encore plus fou, c'est que la doctrine a réussi à gagner beaucoup de défenseurs, même parmi les membres les plus élevés de l'armée allemande, y compris la marine et l'armée de l'air.

Apparemment, le ministre de l'Air Göring aimait beaucoup Bender en raison de son statut de héros de guerre. Il l'aimait au point que certains de ses officiers envisageaient sérieusement les avantages de guerre que cette « théorie révolutionnaire » pourrait leur apporter.

En avril 1942, alors que le Reich était pleinement investi dans le conflit européen et que son armée subissait de lourdes pertes sur le front russe, une mission très secrète est entreprise. Le docteur Heinz Fischer et un groupe de spécialistes des radars sont envoyés sur l'île baltique de Rügen. Le but de la mission : utiliser la technologie radar pour mettre en pratique la théorie de la terre creuse et tenter de localiser la flotte britannique en projetant leur équipement à 49 degrés dans le ciel.

L'opération a été un échec complet.

Le point de départ de la société Vril

Edward George Bulwer Lytton, politicien, ésotériste et écrivain célèbre, auteur des « Derniers jours de Pompéi », publia en 1873 « The coming Race » dans lequel il raconte que des rescapés de divers cataclysmes avaient trouvé refuge sous Terre depuis des milliers d'années.

Cette race de surhommes entretenait sa forme, selon lui, grâce à un mystérieux fluide, le « Vril ». Elle allait bientôt supplanter l'humanité.

Maria Orsic
C'est cette histoire qui inspira plus tard la Alldeutsche Gesellschaft für Metaphysik (Société Allemande pour la Métaphysique) de Maria Orsic, plus connue sous le nom de Société Vril (Vril Gesellschaft).

On sait qu'à la fin de novembre 1924, Maria Orsic rendit visite à Rudolf Hess dans son appartement à Munich, en compagnie de Rudolf von Sebottendorf, le fondateur de la Thule Gesellschaft, pour effectuer une séance de spiritisme. Plus tard, on rapporte que la société Vril avait organisé des réunions avec Himmler et sans doute également Hitler.

Les partisans du régime nazi cherchaient dans les théories de la société Vril, et en particulier dans la théorie de la terre creuse, une justification à leur idéologie.


Une visite de l'intérieur de la Terre en avion

Mais existe-t-il des preuves que de telles affirmations fantastiques pourraient être vraies ? Et est-ce que quelqu'un est vraiment allé dans le monde au centre de notre Terre ? Les partisans de la théorie de la Terre creuse disent que « oui » et que l'un des explorateurs n'était pas moins que le célèbre amiral pionnier des explorations polaires Richard E. Byrd.

Dans les années 1920, il a fait la une des journaux en survolant le pôle nord et en devenant le premier homme à voler seul au-dessus du pôle sud.

Mais les théoriciens de la Terre creuse pensent que le célèbre explorateur est allé encore plus loin et que, le 19 février 1947, l’amiral a piloté un avion à travers un trou situé près du pôle nord à l’intérieur de la Terre.

Un engin de type soucoupe volante a pris le contrôle de son avion, avec une sorte de rayon tracteur et l’a poussé à atterrir près d’une ville intérieure.

Et le message qu'ils avaient pour nous était qu'ils se considéraient comme les gardiens de cette planète. Ils auraient dit :

Nous n'approuvons pas que vous utilisiez des armes nucléaires.
 

Les américains venaient en effet de faire exploser quelques villes du Japon quelques années auparavant. C'est donc le message qui lui a été transmis. Mais quand il est arrivé à Washington, ils ont mis un voile de secret sur le fait que cela ne devait pas sortir.

Certains disent que le récit de l'amiral Byrd à propos de cette fuite dans la Terre creuse est détaillé dans son journal secret, publié dans les années 1990, près de quatre décennies après sa mort.

Les sceptiques prétendent que le journal est un faux et soulignent qu'en février 1947, à l'époque où l'amiral Byrd était censé visiter cet autre monde situé sous le pôle nord, il faisait en fait partie d'une vaste « opération de saut en hauteur », à 20 000 km, près du pôle sud. Mais l'inclusion de Byrd dans cette grande opération militaire au pôle Sud aurait-elle été simplement une couverture ? Certaines personnes prétendent que c'était le cas, ce qui lui a permis de se glisser à l'autre bout de la planète, sans que les médias s'en aperçoivent.

L'amiral Byrd, selon la rumeur, aurait découvert un monde de machines volantes et de gens plus avancés que nous. Ils l'ont aidé, puis il est reparti.

C'est bien sur un mythe. Personne n'a vraiment pu le prouver, mais c'est un grand mythe.


Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Mystérieux



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.