Le Caillou de Roswell

Pierre de Roswell
Roswell, au Nouveau-Mexique, est le point zéro pour les chercheurs sur les ovnis modernes. C'est très excitant de se rendre dans une ville imprégnée de traditions extraterrestres. Mais nous n'allons pas enquêter une fois de plus sur le site du crash de Roswell car cela a déjà été fait des milliers de fois auparavant. Le sujet de cet article concerne une découverte beaucoup plus récente : le caillou de Roswell.

Le 7 juillet 1947, un objet non identifié s'est écrasé dans un ranch juste à l'extérieur de la ville de Roswell, au Nouveau-Mexique. Le lendemain, le journal local a annoncé que des responsables de la base militaire ont annoncé la capture d'une « soucoupe volante ». Mais quelques heures plus tard, l'armée a révisé cette déclaration pour affirmer que l'objet n'était rien d'autre qu'un ballon météo.

Selon certaines informations, le gouvernement a retiré tous les débris du site de l'accident. Et à ce jour, aucun élément de preuve n'a été retrouvé.

Ceci est la partie la plus fascinante de l’histoire mais l’objet sur lequel nous allons enquêter aujourd'hui a été retrouvé à proximité du lieu de l’accident. Est-ce la seule preuve pour laquelle l'armée serait passée à côté ? Un homme pourrait avoir potentiellement trouvé un artefact extraterrestre. Voici toute l'histoire.

 

Présentation de la Pierre de Roswell

Un homme de la région, Robert Ridge, a découvert le Caillou de Roswell en septembre 2004 alors qu'il traquait des cerfs dans le désert. Et il l'a trouvé juste à côté de la zone où l'OVNI se serait crashé en 1947.

Le Caillou de Roswell est un petit rocher triangulaire de couleur brune. Il comporte un dessin sur le dessus qui n'est pas gravé dans la pierre mais qui est en relief. Ce qui est intéressant est que la plupart des gens qu'on rencontre à Roswell n’ont même jamais entendu parler de cette pierre.

C'est plus petit que ce à quoi on pourrait s'attendre et aussi plus lourd que prévu. La précision du dessin est époustouflante. Le rocher de Roswell rappelle des roches taillées avec précision qu'on peut trouver dans d'autres parties du monde, comme les obélisques en Égypte ou Ollantaytambo au Pérou.

Le rocher possède des propriétés étranges. Il génère un certain type de champ magnétique. Il réagit à un aimant. Mais encore plus intéressant : il réagit avec l'énergie corporelle. Quand on joue avec lui dans une main, ça tire un peu sur l'autre main. Si on essaye de garder l'autre main aussi immobile que possible ça réagit avec elle et la fait bouger.

Le lieu de la découverte du caillou de Roswell

Il y a beaucoup d'histoires autour de la base aérienne de Roswell. Dans les années 40, il s'agissait d'une base du SAC, Strategic Air Command. C’est à cet endroit qu’ils ont apporté les débris du crash de 1947, dans le Hangar 84. Le Hangar 84 est l'endroit où l'armée aurait enlevé les débris et les corps d'extraterrestres après l'accident de 1947 avant de les déplacer finalement vers un autre endroit. Depuis, jamais rien n'a refait surface.

Le site de l'accident, ce que nous appelons le « site du saut », se trouve à près de 18 km par rapport à l'endroit où le caillou a été trouvé. C'est là que la soucoupe est entrée en contact avec le sol, avant de rebondir sur plusieurs kilomètres, laissant un immense champ de débris derrière elle. Jim Ragsdale et sa petite amie campaient dans les collines. Ils ont vu l'engin se crasher et ont été les premiers sur la scène. C'est pourquoi on l'appelle le « site Ragsdale ». Ils ont soi-disant vu les corps et tout le reste.

Le site du saut était dans cette direction. C’était un immense champ de débris. Il est possible qu'il y ait un lien entre l'accident et la découverte de ce rocher sur le site Ragsdale. Si ça s'est passé avec une extrême violence, le caillou a pu sauter sur le sol et rebondir un peu comme un ricochet sur l'eau. Il a pu atterrir aussi loin du crash. Le gouvernement a effectué un balayage approfondi du pays lorsque cela s'est produit. Et peut-être qu'ils ont manqué quelque chose, on ne sais pas.

Robert Ridge a pensé que c'était spécial dès le premier instant où il l'a touché avec la main. Les militaires auraient passé des mois à récupérer des débris, mais le sable ici change constamment. Il est donc très facile de voir comment ils auraient pu rater quelque chose d'aussi petit que le Roswell Rock.

Ce qu'on peux faire, c'est de voir si nous pouvons trouver des roches similaires sur le site afin d'établir une comparaison. Les roches sont toutes de la même couleur que le sable, mais ce n'est certainement pas la même chose que le caillou de Roswell, c'est certain. Aucune roche ne lui ressemble.

Rencontre avec la journaliste Linda Moulton Howe

Comparaison de la Pierre de Roswell et d'un crop-circle de 1996
L'enquête se poursuit à Albuquerque pour rencontrer Linda Moulton Howe, une journaliste d’investigation qui a mené des recherches approfondies, non seulement sur l’incident initial de Roswell, mais également sur le Roswell Rock.

Il semblerait qu'il existe un lien évident entre un crop circle découvert en 1996 en Angleterre et le Roswell Rock. En gros, les deux modèles sont identiques. Que peut-on dire à propos de cela ? Nous pouvons faire une comparaison. A gauche se trouve le rocher et son motif. Et à droite se trouve la formation dans les blés, longue de 35 mètres. Et quand on prend les deux on constate qu'ils sont exactement à l'échelle.

Linda Moulton Howe pense donc clairement que le crop circle n’a pas été créé par l’homme. Dans ce cas particulier, il y avait un pilote et un passager qui ont dit qu'ils avaient survolé le terrain et qu'il n'y avait rien là-bas. Ils ont fait demi-tour et au retour le crop-circle était là. Ils ne se serait pas passé plus d'une demi-heure. Il y avait quatre couches épaisses où la culture était stratifiée alors qu'une direction fusait et rencontrait une autre direction et qu'une autre direction venait ensuite. Et il n'y avait pas de planche, de ficelle, de traces de pieds, rien pour le faire. C'était l'un des plus parfaits et des plus propres que l'on ait jamais vus, ce qui signifie la perfection.

 
Pour en apprendre plus sur Linda Moulton Howe découvrez son site https://www.earthfiles.com.

Quelle est la signification de cela ? C'est un peu hallucinant. Linda Moulton Howe nous répond :

Fondamentalement, nous avons affaire à de l'astronomie lunaire. La lune et le soleil et le suivi des symboles reflètent le passé, le présent et l'avenir. Cela concerne l'espace et le temps, le fait de se déplacer dans l'univers doit se faire dans un espace-temps incurvé d'un point à un autre dont les physiciens quantiques ont parlé. On pense vraiment que quelque Chose avec un "C" capital essaye de nous apprendre quelque chose, à nous les humains.
 

Maintenant, le fait que nous ayons des images égales mais opposées de ce qui semble être le soleil et la lune rappelle un concept des anciens textes hindous connus sous le nom de Védas, à savoir : « Comme ci-dessus, donc ci-dessous ». En d’autres termes, ce qui se passe ici sur Terre est directement lié à ce qui se passe là-haut dans le ciel. Le fait même que le rocher de Robert Ridge aurait ces propriétés magnétiques, qu'il tournerait dans le sens des aiguilles d'une montre, a-t-il été construit de cette façon par une intelligence ? Était-ce un coup de chance de la nature ? Personne n'a prouvé que ce rocher était un canular.

Les informations que l'on apprend ici sont absolument inestimables.

Honnêtement, on pensait vraiment que ce rocher était peut-être un faux, mais après l'avoir vu en personne et après avoir parlé à Linda, on commence à penser que ce que nous avons ici pourrait être quelque chose d'assez extraordinaire. Le moment est donc venu de soumettre le Roswell Rock à des tests scientifiques sérieux.

Une tentative pour reproduire le dessin sur une autre pierre

Une des plus grandes questions concernant le Roswell Rock est de savoir si le design est artificiel ou non. Certains prétendent que, comme la conception découle de la roche, le moyen le plus probable de le réaliser n’aurait pas été fait avec une découpe ou un usinage au laser, mais avec un processus appelé sablage, qui peut être utilisé pour couper le rocher autour de la conception.

Nous avons décidé de rencontrer un tailleur de pierre pour mettre cette théorie à l'épreuve. Il va essayer de voir s'il peux faire un rocher qui ressemble au Roswell Rock. Il va essayer de reproduire la pièce. Il nous explique comment faire cela. Quels processus utilise-t-il ? Il utilise des pochoirs qu'il a découpé et il effectue ensuite un sablage.

Le dessin a été recopié puis numérisé, mis sur un ordinateur. Il a ensuite été coupé en plusieurs tailles et bien sûr, tout ce qu'il reste à faire, c'était d'en tirer des photos. Mais le tailleur de pierre ne le sent pas. Il y a quelques marques qui sont un peu plus profondes. Il y a une arrête à 90 degrés à un endroit et ensuite l'angle s'adoucit ; il a cette coupe dans le bas ici. C'est très intéressant.

Le sablage commence. Une demi-heure plus tard, en tant qu'œuvres d'art qui viennent d'être créées, elles ont l'air géniales, mais elles ne correspondent pas au Rocher de Roswell. C'est un rocher différent. Ce sont des cercles imparfaits ici alors que le rocher de Roswell présente des lignes parfaites. D'accord, on pourrait prendre un petit outil et faire des cercles parfaits. Mais il faudrait aussi éliminer les petits bords. Ce n'est tout simplement pas la même chose. C'est une création incroyable mais, pourtant, c'est quelque chose de très différent.

C'est de plus en plus intriguant de jour en jour.

Analyse au microscope de la roche

Les répliques sablées semblent très différentes de l'original, à l'œil nu, mais nous allons regarder de plus près sous un microscope. Le Dr. Bill Doleman est un géoarchéologue. C'est un homme qui étudie les roches depuis plus de 30 ans. Il est consulté dans le but d'obtenir un avis d'expert sur le type de roches que pourrait être le Roswell Rock.

Bill Doleman a déjà vu cette pierre. Mais nous sommes ici pour regarder le Roswell Rock au microscope et pour faire des comparaisons avec d’autres roches trouvées dans la région, et aussi le morceau qui a été sablé précédemment.

Alors voici la pierre, et ensuite nous allons regarder cela au microscope. Nous allons l'examiner sous un microscope, nous examinerons les spécimens prélevés sur place et nous nous demanderons si cette roche aurait pu provenir de là naturellement ou non.

Les autres roches ont été trouvées au pied des montagnes du Capitan. C'est au beau milieu d'un ensemble calcaire. Le caillou de Roswell ne ressemble pas à du calcaire. Donc dès le départ il semble plutôt inhabituel et déplacé. Le calcaire peut facilement être coupé avec la pointe d'un couteau. Ceci permet de déterminer sa dureté. Le calcaire peut généralement être rayé avec la pointe d'un couteau.

Parce que la pierre de Roswell ne correspond absolument pas à tout ce que nous trouvons dans la région, on se demande d'où elle vient. Fondamentalement, c'est ce que les géologues appellent un galet. C'est arrondi, et ce genre d'arrondi est très typique des pierres que l'on trouve dans un ruisseau. Ce qui est également intéressant c'est qu'elle est d'une couleur uniforme, ce qui est très inhabituel. Comme on peut le constater, chacune des autres roches a des couleurs différentes dans différentes parties. Est-il possible qu'elle ait été peinte ?

Bill Doleman a un appareil qu'il utilise souvent pour meuler et polir la surface de la roche pour lui donner une surface propre et lisse en enlevant la patine ou quoi que ce soit d'autre qui se serait déposé à la surface de la roche. Ainsi on peut vraiment regarder la structure de la roche à l'aide d'un microscope. Mais Robert Ridge refuse que sa pierre soit passée sous cet appareil.

Bill Doleman pense qu'en réalité, il s’agit donc d’un objet étranger à cette région. Même en ne regardant pas le design, il pense que c'est très probablement étranger. Nous n'avons même pas encore parlé du motif. Il continue à la regarder. Le design est un peu difficile à manquer quand on la regarde. Cela mis à part, un peu plus tôt, nous sommes allés rencontrer un tailleur de pierre qui était à 100% convaincu qu'il s'agissait d'une pièce sablée. Une fabrication. Et donc, ce qu'il a fait, c'est qu'il a créé ces répliques ici même. Elles ont été apportées pour comparaison. Bill Doleman suppose que ce sont toutes les deux une sorte de roche sédimentaire clastique. Il les met en place sous son microscope pour que nous puissions jeter un coup d'œil.

Il y a une grande différence entre les deux surfaces. C'est une structure granulaire. Maintenant passons à la pierre de Roswell. C'est du délire. Les bords sont si propres, si lisses. C'est comme si cela avait été sculpté avec un type de couteau très fin. C'est sensationnel. C'est fou. Ça n'a rien à voir avec les répliques.

Où peut-on trouver des choses similaires ?

On a déjà vu des entailles similaires à Puma Punku. Puma Punku est un site en Bolivie qui, selon de nombreux spécialistes, a plus de 10 000 ans. Vous y trouverez des dizaines de rochers de granit géants qui semblent être taillés avec une précision extraordinaire. Personne n’a jamais été capable d’expliquer comment des personnes supposément primitives auraient pu accomplir cela en utilisant du cuivre et des os de poulet. Mais selon les légendes locales, ils disent que les pierres n’ont pas été sculptées par des humains, mais par les dieux.

En regardant le grossissement de la Pierre de Roswell, on commence à penser qu'il est possible que ce ne soit pas une sculpture réalisée par certains fans de science-fiction, mais cela semble être le résultat d'une technologie de pointe, quelle qu'elle soit. Pourrait-elle avoir été fabriquée par l'homme ? Bien entendu, on ne peux toujours pas exclure cette hypothèse.

Selon Bill Doleman, cela ressemble presque à de l'argile sculptée avec un très bon instrument. En tant que scientifique, il recommande de regarder à l'intérieur du rocher et d'évaluer deux choses : premièrement, il y a un champ magnétique apparemment, nous aimerions en savoir plus sur ses origines. Deuxièmement, nous ne savons pas vraiment s’il s’agit de pièces multiples ou d’un aimant.

Il a un ami ingénieur électricien qui a accès à des équipements de test de très haut niveau pour mesurer les champs magnétiques. Un autre de ses amis a un tomodensitomètre, qui permet essentiellement une radiographie en trois dimensions de la roche. Nous allons donc apprendre toutes sortes de choses sur l'intérieur de ce caillou. Nous n'avons pas encore fini avec lui.

L'étude du champ magnétique généré par la pierre

La prochaine étape pour résoudre le mystère de la Pierre de Roswell consiste à découvrir pourquoi il tourne lorsqu'il est mis en contact avec un aimant. Le Dr. Doleman a organisé une rencontre avec un ingénieur électricien, Nathan Menhorn. Et il a accepté de faire venir dans son garage une multitude d'instruments sophistiqués de son laboratoire où nous pouvons apporter la pierre et effectuer des tests de champ magnétique.

La pierre possède un certain type de propriétés magnétiques, mais nous voulons savoir si nous pouvons utiliser des instruments plus sophistiqués pour déterminer s’il existe ou non quelque chose d’intéressant dans cette roche. Il serait intéressant de savoir s'il existe vraiment un champ magnétique, quelle est sa force et quelle est son orientation à l'intérieur de la pierre. Le premier test à effectuer est de mesurer l'intensité du champ magnétique de la roche.

Le magnétomètre commence par être calibré pour s'assurer d'obtenir des lectures précises.

Au sommet de la pierre on mesure environ 0,8 gauss. Sur les côtés il y a pratiquement zéro. Donc, c'est par le dessus que sort le champ magnétique. Ce serait le pôle nord de l'aimant et les bords seraient le pôle sud. Donc, avec le pôle nord, nous obtenons une lecture positive parce que c'est de là que le champ magnétique est en train de sortir avant de revenir vers le pôle sud.

D'autres mesures sont effectuées afin de voir ce qu'on peut trouver d'autre. Ça passe à 7,3 pendant une seconde.... puis 8,1 ! C'est au niveau du symbole. C'est la partie la plus épaisse de la pierre. Nous avons eu un 11 juste au-dessus de l'arrête. Nous avons eu un 11,3 sur le bord du motif. C'est assez incroyable.

Dans la nature, certaines roches contiennent de la magnétite ou d'autres minéraux magnétiques, comme un lodestone, par exemple, que les anciens Olmèques du Mexique utilisaient comme boussole il y a plus de 3 000 ans. Mais c'est très curieux que le magnétisme de la Pierre de Roswell semble se concentrer à un seul endroit. S'il y a un aimant artificiellement intégré, ce serait juste sous cette zone, ici même, sous le motif.

Vous pensez qu'il puisse y avoir un aimant à l'intérieur ? Selon Nathan Menhorn, c'est tout à fait possible, oui.

Après que Nathan eut suggéré qu'un aimant soit peut-être installé dans la roche, on est plus déterminé que jamais à la découper pour vérifier qu'il s'agissait bien d'une roche solide et non d'un moulage en plâtre fabriqué à partir d'un moule ou peint. Et donc, à contrecœur, Robert Ridge accepte de nous laisser utiliser un broyeur pour concasser la pierre et voir ce qu'elle contient à l'intérieur. C'est dramatique. Cela risque de la détruire à jamais.



Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Découvertes insolites



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.