Le Golem dans la tradition juive

Golem
Quiconque est impliqué dans l’étude de la Kabbale, du mysticisme juif et de la magie en général, a été ou sera, tôt ou tard, confronté aux traditions concernant l’ensemble des idées concernant le Golem.

Notre conscience moderne de la nature imaginaire des univers spirituels médiévaux a suscité une attitude sceptique à l’égard du patrimoine du passé, éveillant en même temps une approche optimiste, activiste et ingénieuse qui caractérisait certaines formes de magie et de mysticisme. Une technique magico-mystique, parmi les nombreuses qui se trouvent dans le mysticisme juif, est celle qui montre la voie vers un contact créatif avec le divin : la création du Golem.

Entre les maîtres médiévaux qui ont exposé la doctrine de la création du Golem et la littérature juive et non juive moderne, un changement profond s'est opéré. L'homme moderne, aliéné comme il est du divin, a peur des implications théologiques inhérentes à ses pouvoirs créateurs. Au contraire, les maîtres médiévaux, probablement en raison de leur sens de la proximité avec Dieu, ont pu atteindre des objectifs qui dépassent le cadre de l'esprit moderne.

 

Qu'est-ce qu'un Golem ?

Le golem est une créature, en partie être humain, fabriquée de manière artificielle par la vertu d'un art magique, à travers l'utilisation de noms sacrés. L'idée qu'il est possible de créer des êtres vivants de cette manière est répandue dans la magie de nombreuses personnes.

En hébreu, le mot golem signifie « embryon ». On comprend alors mieux qu'un Golem est un genre d'homonculus semblable à ceux que s'acharnaient à faire les alchimistes et, avant eux, les sorciers arabes.

Les Golems sont des idoles et des images auxquelles les anciens prétendaient avoir conféré le pouvoir de parler. Parmi les Grecs et les Arabes, ces activités sont parfois liées à des spéculations astrologiques liées à la possibilité de « dessiner la spiritualité des étoiles » pour abaisser l'être. Le développement de l'idée du golem dans le judaïsme est cependant loin de l'astrologie ; il est lié à l'exégèse magique du Sefer Yezirah (le livre de la création) et aux idées du pouvoir créateur du discours et des lettres. C'est donc beaucoup plus proche de la magie des lettres arabe que de la magie des étoiles.

La contribution de Gershom Scholem dans l'étude des Golem

Concernant le mythe du Golem, on ne peut que reconnaître la contribution majeure d'un homme érudit qui se nomme Gershom Scholem. Depuis 1933, il continue à s'intéresser à ce sujet, à l'écrire et à le réécrire. Il convient de mentionner que la cristallisation de l'idée du Golem faisait partie d'une tentative de Scholem de présenter le mysticisme juif à un public plus large qui n'était pas intéressé ou même capable d'absorber les traitements philologiques et historiques hébraïques de tout sujet.

La formulation de Scholem selon laquelle la création artificielle du Golem est « liée à l'exégèse magique du Sejer Yezirah » trahit sa compréhension historique de l'histoire des pratiques du Golem. Mais ce n'est pas un sujet de Sejer Yezirah en soi, mais plutôt une interprétation magique liée à un développement ultérieur. Scholem semble donc préférer une datation plus tardive, plutôt que plus ancienne, des techniques de création du Golem.

Il est difficile d'affirmer à quel moment la tradition du Golem apparait dans l'histoire. Les écrits les plus anciens sont du cabaliste R. Eleazar de Worms. Dans son article sur « La tradition et la nouvelle création dans le rituel des kabbalistes », il a déclaré que « les instructions les plus anciennes pour fabriquer un golem doivent être considérées comme un rituel théurgique ». Selon R. Eleazar de Worms, l'utilisation magique de Sejer Yezirah est une interprétation ultérieure datant du début du XIIIe siècle.

Histoire de la création des Golems

La création d'anthropoïdes artificiels faisait partie des premières couches de la magie. Certains d'entre eux étaient de simples automates, d'autres des statues qui parlaient et seuls quelques-uns étaient des entités dotées de capacités spirituelles. On rencontre ces choses dans les traditions égyptiennes, romaines et patristiques. Il existe également d'autres phénomènes similaires – comme les statues vivantes chinoises – mais qui doivent rester hors scope de cette étude sur les golem hébraïques car il n'y a aucun lien entre la civilisation chinoise et les civilisations du Proche-Orient.

Les croyances de l'Égypte antique

Les petites figurines, généralement en cire ou en argile, faisaient partie intégrante des pratiques magiques égyptiennes. À une certaine phase du « développement » de ces figures, elles ont été désignées comme ushabti, un terme que l'on peut traduire par « répondeur ». La statue, située dans le cercueil, était conçue comme capable de « répondre » à la place des morts, au moment où le défunt était appelé par les Dieux pour accomplir un certain travail. Ainsi, ces figurines minuscules étaient considérées comme des statues vivantes, capables d’accomplir certaines tâches et de répondre. Ce rôle de « réponse » semble être particulièrement important pour comprendre le passage classique de la tradition talmudique traitant de la création d'un anthropoïde.

Une autre caractéristique intrigante de certains de ces ushabti sont les inscriptions (rituels magiques) sur leur torse. Les correspondances entre lettres et membres joueront un rôle important dans les techniques juives de création d’anthropoïdes. Bien que cette affinité soit très générale, elle peut refléter une ancienne source commune de correspondance entre langage et organisme qui peut nous conduire au rite de la transmission du Nom de Dieu.

La création d'anthropoïdes au Moyen-Âge

Selon plusieurs versions médiévales de la création de l'anthropoïde, cette créature apparaît lorsque le mot « emet », la vérité, est écrit sur son front. Toutes ces versions sont du haut Moyen Âge et on ne connait aucune ancienne tradition juive liée à ce détail. Néanmoins, il semble que le fait que ce mot apparaisse sur le front soit extrêmement important pour établir l’ancienneté de la source de la légende du Golem. Il faut également préciser que Emet est l'un des noms de Dieu, ce qui nous lie à nouveau au rite de la transmission du Nom de Dieu.

Les anthropoïdes dans la tradition grecque

D'après un vieux dicton juif :

La vérité a un locus standi, tandis que la fausseté n'a pas de fondement
 

Selon une ancienne fable de Phèdre sur Prométhée et Dolus, intitulée « De Veritas et Mendacio », Prométhée a fabriqué la Vérité, une anthropoïde en argile fine. Ce personnage a été copié par son apprenti, Dolus, le rusé. Cependant, ce dernier n'avait pas assez de matériel pour terminer la copie de Vérité, et sa silhouette restait sans pieds. Après que les deux statues eurent été cuites et que la vie leur eut été insufflée, la vérité fut capable de marcher, alors que la copie n'avait pas cette faculté car elle n'avait pas de pieds ; c'est la raison pour laquelle la copie imparfaite a été dénommée Fausseté.

Il convient de rappeler que, selon la mythologie grecque, Prométhée est le titan qui a créé le premier homme, et la création de la « Vérité » fait probablement partie de ses efforts pour établir une société meilleure guidée par la vérité.

La similitude entre le dicton juif et la description grecque de la fausseté est frappante : la conception du mensonge comme un manque de pieds suffit pour assumer une certaine relation entre les deux discussions. Cependant, les érudits qui ont mis en évidence l’affinité surprenante entre ces textes ont ignoré la similitude entre le contexte dans lequel le dicton est apparu dans les discussions respectives : dans la fable grecque, il est lié à la fabrication d’une entité artificielle alors que dans le sources hébraïques médiévales La vérité est écrite sur le front d'un anthropoïde, qui devait apparemment marcher, du moins selon le passage talmudique. Ainsi, deux aspects de la fable grecque peuvent être trouvés dans des contextes distincts dans différentes sources hébraïques, l’une ancienne et l’autre médiévale. Ces sources ont néanmoins quelque chose en commun, car elles traitent du mot « emet ».

L' hypothèse la plus probable concernant la présence des deux éléments dans des sources juives distinctes est qu'une tradition similaire à celle héritée de Phèdre, apparemment d'origine grecque, et probablement antérieure à la composition de la fable à Rome au premier siècle de notre ère, était connu par les maîtres juifs palestiniens. Le fait que seule une partie de la fausseté ait été intégrée dans le matériel juif ancien peut indiquer que l'histoire entière était déjà connue des Juifs dans l'Antiquité, bien que la partie liée à la Vérité n'ait pas été écrite, pour des raisons inconnue. La création par Prométhée de la Vérité à partir de l'argile et lui avoir insufflé la respiration ont peut-être rappelé à certains Juifs la création de l'homme à partir de la poussière et lui avoir insufflé la vie par Dieu.

La légende de Simon Magus

Un autre parallèle frappant avec les traditions juives sur la création artificielle d'un anthropoïde se trouve dans une légende liée au célèbre Simon Magus, tel qu'elle a été décrite dans les Récognitions de Clémentin (texte apocryphe du Nouveau Testament). Simon Magus se vante de pouvoir rendre des statues animées, de sorte que ceux qui les voient supposent qu'elles sont des hommes. Cependant, le sommet des réalisations présumés de Simon Le Magicien a été la création d'un garçonnet par une série de transformations de l'air :

Il était une fois, par mon pouvoir, transformant l'air en eau et à nouveau l'eau en sang, et le solidifiant en chair, formant une nouvelle créature humaine, un garçon, et produisant un travail beaucoup plus noble que Dieu le Créateur. Car il a créé un homme de la terre, mais moi de l'air, une matière beaucoup plus difficile ; et encore je le défais et le ramenai dans les airs, mais pas avant d'avoir placé son image dans ma chambre, comme preuve et mémoire de mon travail.
 

Le contexte de cette réalisation est la tentative de concorder avec la création divine de l'homme. En comparaison avec la création d'un élément solide, la terre, utilisée par Dieu dans sa création d'Adam, Simon Magus, se concevant comme le représentant du divin sur la terre, soutient qu'il pouvait former une créature humaine à partir de l'air. Ainsi, l'accomplissement matériel est le sujet principal de ce passage. Cependant, selon la déclaration de ses anciens disciples, Simon a utilisé l'âme du garçon pour effectuer des opérations magiques ; la mort violente du garçon est mentionnée et il est possible qu'il y ait une relation entre la mort violente et l'usage magique de l'âme. On pense qu'il a tué ce garçon par la violence après avoir utilisé ses services dont il avait besoin.

Selon certains textes médiévaux, si quelqu'un est tué soudainement en pensant à un certain problème, son âme continuera à penser et à agir selon la pensée spécifique au moment de sa mort. Y a-t-il ici le parallèle implicite de Simon selon lequel il aurait tué le garçon artificiel pour employer son âme à des fins magiques ?

De quoi est fait le Golem des juifs ?

Il existe deux questions d’importance concernant le Golem. Dans quelle matière est fait le Golem et à quoi sert-il ?

La matière utilisée par Simon est l'air, qui a été transformé en un corps par plusieurs transformations. En fin de compte, Simon restituera le corps à l'air. Évidemment, ce corps ne doit pas être confondu avec l’âme, qui est rapportée comme servant encore les exigences magiques du magicien.

Ce corps éternel rappelle une tradition juive beaucoup plus tardive où le terme, identique au terme Golem, est conçu comme un corps éthéré. Mais au Moyen-Âge, le même terme, Golem, fait référence en hébreu médiéval à la fois à un corps créé par la magie, à la poussière et, dans d'autres contextes, au corps spirituel qui diffère de l'âme et qui est formé par l'air du paradis. Ce chevauchement de sens pourrait bien être une pure coïncidence.

Bien que cela puisse être une explication raisonnable, il convient néanmoins de mentionner une autre solution qui, même si elle ne peut être prouvée actuellement, peut être justifiée par la découverte de nouveaux éléments. Une hypothétique tradition juive archaïque, traitant de la création d'un homme, exposée par Simon, utilisait le terme Golem. La signification de ce terme était la forme externe d'un corps humain, créé par Dieu, comme dans le cas d'Adam, ou par l'homme. Les éléments possibles de création de cette forme n'étaient pas importants ; ils pourraient inclure de la poussière, de l'air ou d'autres possibilités. Plus tard, une division s'est produite dans la manière dont ce terme a été utilisé en hébreu ; les sources de base traitant de la création d'un homme de poussière artificiel continuaient à utiliser le terme Golem et, dans de tels cas, le matériau à partir duquel l'homme était créé était la poussière ; dans d'autres cercles, le terme désignait aussi la forme corporelle, mais il était lié à la structure du corps représentée par le terme « Zelem », l'image cachée dont il est question dans certains textes sur le Golem. Si cette hypothèse était corroboré par de nouvelles données, le témoignage de Simon démontrerait l'existence d'une profonde préoccupation des juifs anciens dans la magie et le mysticisme avec les pouvoirs créateurs divins exercés par des magiciens experts.

A quoi peut bien servir un Golem ?

Se basant sur un verset des Psaumes, le Talmud enseigne que Dieu, créant Adam, le fit d’abord golem, l’élevant du sol au firmament avant de lui insuffler son âme.

Le Golem serait donc un être humain qui n'a pas encore d'âme... ou qui n'en a plus.

La fabrication des Golem pourrait donc servir aux magiciens pour récupérer l'âme de la créature et en faire un usage magique. Le Golem, sans âme, serait alors détruit car il ne sert plus à rien.

En extrapolant on constate une certaine similitude entre les Golem et les Zombies du Vaudou. Un zombie est une créature semi-humaine qui était autrefois un homme avant de mourir. Il est ramené à la vie mais ne possède plus d'âme ni de libre-arbitre.

Comment combattre les Golem ?

On sait maintenant qu'un Golem est une créature humanoïde artificielle fabriquée à base d'argile. Pour lui insuffler la vie il faut, selon certaines traditions médiévales, écrire sur son front le mot « emet ».

Les Golems sont bien souvent des géants ce qui en fait des monstres aux ordres de leur créateur.

Il existe une méthode pour terrasser un golem qui devient difficile à maitriser : il suffit d'effacer la première lettre du mot « emet » inscrit sur son front. Ça forme alors le mot « met » qui signifie « mort » en hébreu. Le golem se transforme alors aussitôt en amas d'argile.



Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 30 Octobre 2018. Il est à jour.