Hector Durville

Hector Durville 1895
Portrait d'Hector Durville en 1895
Hector Durville est un grand magnétiseur, chercheur en métapsychique et écrivain français.

Il continue le travail que le Baron Du Potet et Mesmer avaient amorcé dans le domaine du magnétisme.

Hector Durville fut le secrétaire général de la Société Magnétique de France et directeur du Journal du Magnétisme et du Psychisme Expérimental, organe de cette société. En 1870, il fonde la maison d'édition Durville, dédiée à la publication d'ouvrages sur le magnétisme et le psychisme. Il a réalisé des études expérimentales sur le déploiement du corps humain.

Auteur d'une histoire du magnétisme, en collaboration avec Paul C. Jagot, et d'autres travaux sur le sujet qui ordonnaient les connaissances existantes et devenaient des bréviaires pour les étudiants magnétiseurs.

Entre autres choses, il a mené une série d'études expérimentales sur la projection consciente du corps astral. On peut affirmer que Hector Durville est le père de la notion de corps astral qui fut reprise par la suite par les plus grands psychologues.

 

Le corps astral ou émotionnel

En 1909, Hector Durville, magnétiseur émérite, suite aux études du Colonel A. de Rochas, a pu isoler et dissocier expérimentalement le troisième élément du complexe humain, le Corps Astral.

Pour rappel, les deux premiers sont, selon l'ésotérisme, le corps physique et le double éthérique.

Le corps astral est également appelé « corps émotionnel ». Antônio J. Freire, dans son livre « De l'âme humaine », raconte ainsi la découverte :

Un jour, Hector Durville, au cours de ses expériences, reconnaissant que le fantôme [le double éthérique] était parfaitement condensé et que de tous les efforts magnétiques qu'il faisait directement sur le sujet rien de nouveau et digne d'intérêt ne pouvait survenir, il résolut de poursuivre la magnétisation, non du sujet, mais directement sur le fantôme. Peu de temps après, le sujet déclara que de ce fantasme initial était extériorisé dans une autre des couleurs moins vives que le premier, de bleu clair dans son groupe, mais que sa luminosité augmentait graduellement au fur et à mesure que le fantôme primitif s'obscurcissait. Hector Durville se trouvait ainsi en présence de deux fantasmes différenciés, le second étant relié au premier par un cordon fluidique, et le premier relié au corps physique du sujet par un cordon aussi de nature fluidique et hyperphysique.
 
(Antônio J. Freire, De l'âme humaine, chapitre VI, page 116).      


Le cordon fluidique dont il est question est en réalité ce qui relie le corps éthérique, c'est à dire le double du sujet, son fantôme, à un troisième corps qui n'est autre que le corps astral.

Cette découverte fut retentissante !

Le corps périspirituel

Le corps astral est souvent appelé le corps périspirituel. Lorsque nous le considérons comme le corps qui nous permet de bouger et d'exister dans le plan extraphysique, périspirituel, il est plus facile d'interpréter d'innombrables phénomènes, parmi lesquels celui rapporté par André Luiz dans le livre Nosso Lar au chapitre 36 :

Le rêve n'était pas exactement ce qu'il était sur Terre. Je savais parfaitement que j'avais laissé le véhicule inférieur dans l'appartement des chambres à notre domicile, et j'étais pleinement conscient de ce mouvement sur un autre plan.
 

Quel corps inférieur était-ce si André Luiz était déjà désincarné ?

Ce ne pouvait être que le Corps Astral qu'André Luiz déployait dans le Corps Mental et assimilait le nouvel environnement dans lequel les énergies sublimées étaient placées, formant transitoirement un nouveau corps astral, plus subtil, pour s'exprimer dans la région à laquelle il avait été conduit :

En passant d'un monde à l'autre, l'Esprit recouvre instantanément la matière de chacun d'eux à la vitesse de l'éclair.
 
(Allan Kardec, Le Livre des Esprits, p. 187)      


L'histoire du magnétisme

Durville est l'auteur d'une histoire du magnétisme et d'autres travaux sur le sujet qui ont coordonné les connaissances existantes et qui sont devenus des bréviaires pour les magnétiseurs. Il est considéré comme le « père spirituel » des magnétiseurs français.

Ses fils, Gaston et André, se sont consacrés au naturisme et Henri à l'occultisme. C'était une histoire de famille.

Le pouvoir d'action du magnétisme humain est un fait connu depuis plusieurs millénaires. Il s'agissait, cependant, d'un sujet traité uniquement dans les écoles initiatiques des Mystères, passé sous de terribles serments de secret, étant complètement interdit aux gens ordinaires.

Paracelse, au moyen âge, avec ses publications, ouvre les portes du magnétisme humain au public profane. Mais ce n'était qu'une première étape bien timide.

Deux cents ans plus tard, le sujet reprend vie de manière retentissante par Mesmer à Paris. Dans les salles de son palais parisien, bondé de gens qui cherchaient à guérir de leurs maux, il promouvait de véritables lunettes magnétiques. Le succès était tel qu'il suscite la jalousie parmi ses concurrents. Des mensonges sont inventés sur son compte, des accusations malveillantes sont faites, si bien qu'il finit par être violemment lapidé par la science orthodoxe de l'époque. Ils se couvraient la bouche, enlevaient son pouvoir, disparaissaient avec une grande partie de ses publications. Dégoûté, il se retira de la scène pour mourir dans la solitude.

Cependant, sa doctrine a continué à être étudiée et développée, dans les coulisses de l'histoire, par de nombreux adeptes. Parmi eux, le marquis de Puysegur (1751-1825), disciple fidèle et direct du maître; le naturaliste Deleuze (1753-1835) avec ses passes magnétiques; le Baron Du Potet (1796-1881) et la théorie de la pensée active; Lafontaine (1803-1892) avec son sommeil magnétique. Au début du siècle dernier, le Dr Tony Moilin et plusieurs autres ont contribué à maintenir la flamme magnétique en vie.

La succession avec Henri Durville

Henri Durville (1887-1963), écrivain occultiste français, succède à son père comme secrétaire général de la Société Magnétique de France, mais plus tard, sans abandonner complètement le magnétisme, il se consacre tout particulièrement à l'étude de l'occultisme.

En 1928, il fonde l'Ordre Eudiaque à Paris, une société d'initiation ésotérique qui enseigne une doctrine d'inspiration égyptienne.

Il enseigne dans son école ce qu'il a appelé « les principes de la physique dynamique » dans lequel il a montré la différence entre le magnétisme animal et l'hypnotisme. Les études de Henri Durville auraient ouvert de nouveaux horizons, spécialement dans ce qui concerne la compréhension des mécanismes du somnambulisme et l'action sur le système nerveux central.

À partir de 1910, il dirige la maison d'édition fondée par son père, étant encore l'auteur d'une demi-centaine d'œuvres sur l'occultisme.



Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

Hector Durville

Le corps astral ou émotionnel

Le corps périspirituel

L'histoire du magnétisme

La succession avec Henri Durville


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Hector Durville




Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 30 Novembre 2018. Il est à jour.