Le vampyrisme

Vampyrisme
Certaines personnes se demandent si les vampyres sont réels ? La réponse est oui. Ce ne sont pas les morts-vivants stéréotypés par les mythes, les vampires (attention à l'orthographe différente), mais une communauté bien réelle.

Il se trouve que certaines personnes qui vivent dans la sous-culture des vampires et qui se croient être des vampires préfèrent les termes de « vampyre » et « vampyrisme » pour se désigner eux-mêmes et distinguer leurs croyances et pratiques des mythes du vampire suceur de sang.

Alors qu'est-ce qui fait d'eux des vampyres ? Le besoin d'énergie vitale (prana) pour maintenir leur santé physique, émotionnelle et spirituelle.
 

Des religions vampires

Alors que la plupart des personnes intéressées par les vampires placent fermement le vampirisme dans le domaine de la fantasy, une sous-culture de vampires s'est également développée jusqu'à former des modes de vie et même des religions. Certains approfondissent ainsi leur intérêt en allant encore plus loin, transformant le fantasme en pratiques réelles.

L'intérêt croissant pour des histoires de vampires comme la saga Twilight pourrait voir de « vrais » vampires émerger de la clandestinité à la lumière du jour.

Adam Possamai, professeur agrégé à l'Université de Western Sydney, spécialiste de la sociologie des religions, a déclaré que le nombre croissant de « vampires » était un exemple de religions hyper-réelles – de nouvelles croyances qui s'appuient sur la religion, la philosophie et la culture populaire.

Il rappelle que les gens s'intéressaient aux vampires depuis les années 1970, en particulier aux capacités surhumaines de ces personnages issus de croyances populaires.

Certains groupes se sont développés et sont devenus très actifs sur Internet. Le vampire n'est plus un monstre qui doit être irrémédiablement détruit, c'est maintenant un personnage de type superman que les gens aspirent à devenir pour réaliser leur plein potentiel. Dracula est devenu un Bouddha gothique des temps modernes.

Les vampires atteignent ainsi un statut de culte.

La sous-culture Vampyre

Il existe des vampires adolescents qui traquent leurs proies dans les couloirs des lycées et les rues des villes, mais leurs crocs sont achetés en magasin et peu ont cultivé le goût du sang humain.

Pour presque tous ces ados voulant ressembler à des vampires, avec leurs visages blancs comme la craie, leurs yeux noirs, leurs lèvres rouge sang et leurs vêtements sombres datant de l'époque victorienne, le vampirisme est plus une façon de se farder et un moyen inoffensif de se souscrire à l'autorité de leurs parents qu'une fascination pour la mort, la douleur et la consommation de sang.

Certains sont des fans de la vampire blonde qui joue dans la série télévisée Buffy contre les Vampires. Mais la plupart sont obsédés par le côté obscur de la vie. Il s'agit là d'un sous-ensemble des sectes gothiques qui portent les mêmes vêtements noirs et les mêmes cheveux teints et écoutent la même musique et lisent la même poésie. Mais ils sont obsédés par les romans de vampires et assistent à des fêtes dans les clubs du centre-ville portant des vêtements du XIXème siècle et des dents en plastique imitant celles des vampires.

La vie éternelle

C'est l'idéal de vivre éternellement et d'être immortel qui fascine les adeptes de ces mouvances. C'est rare qu'il boivent du sang ou font des choses comme cela, même s'il en existe. Ce sont surtout des adolescents entre 15 et 20 ans qui se reconnaissent dans une communauté.

Si la plupart sont des vampires récréatifs, une petite frange passe pourtant d'un hobby bizarre à la secte dangereuse.

Les enquêtes de la police du Canada ont mis à jour des cas de personnes obsessionnelles dans des cultes de vampires qui se livrent à des rituels tels que boire du sang de vache, d'avaler du sang humain qu'ils se prennent les uns les autres, de torturer des animaux et même de tuer. Mais ce sont des crimes exceptionnellement rares.

Stephen Kent, sociologue à l'Université de l'Alberta, qui étudie les sectes, dit qu'il n'a pas été surpris lorsqu'il a entendu parler des tendances sanglantes des adolescents impliqué dans le procès Johnathan. L'affaire du meurtre du jeune Johnathan a ébranlé le Canada de 2003 à 2005.

Il explique que « [...] certaines personnes peuvent ressentir un énorme érotisme et un attirement par le sang, la douleur et la mort. » Alors que les gens de tous âges sont séduits par les sectes, dit-il, les adolescents sont particulièrement vulnérables à cause de la solitude, du besoin d'appartenance, de la confusion sexuelle et des tensions familiales.

Mais il existe également des personnes qui sont réellement atteintes d'une maladie ou de divers troubles fonctionnels produisant des vampyres. Certaines le sont vraiment et on le découvre pendant le processus d'éveil.

Une introduction au processus d'éveil du vampyrisme

Il existe plusieurs types de vampyres dans les communautés, mais il existe seulement trois types principaux : le sanguinaire, le vampire psychique (psi pour faire court), et les hybrides.

Le sanguinaire se nourrit du sang d'une personne pour maintenir sa santé physique, émotionnelle et spirituelle, mais il ne va pas trancher la gorge ou mordre le cou d'une personne, car ceci n'est qu'un stéréotype hollywoodien. Ils ont besoin d'un donneur volontaire, d'une personne exempte de VIH, de drogue psychotrope et de tout autre chose nocive ou toxique. Pour obtenir le sang de leurs donneurs, ils peuvent utiliser une lancette pour extraire le sang d'une veine principale et le transférer dans un flacon.

Le vampire psychique obtient l'énergie dont il a besoin pour maintenir sa santé physique, émotionnelle et spirituelle en puisant son énergie vitale en utilisant des méthodes telles que « l'alimentation psi ». Une méthode d'alimentation psi utilisée est appelée alimentation profonde ; elle se nourrit de l'énergie de l'âme (vitale) d'une personne spécifique (généralement un donneur).

Le vampyre hybride utilise les deux méthodes d'alimentation afin de maintenir sa santé physique, émotionnelle et spirituelle, bien que plus principalement tirée de l'énergie vitale nécessaire de leur donneur.

Le processus d'éveil se produit généralement autour de la puberté, bien que parfois il peut se produire un peu plus tôt ou un peu plus tard dans la vie. À cette occasion, une personne peut avoir éveillé des traits dès son plus jeune âge et, au fur et à mesure qu'elle grandit et se développe, plus ces caractéristiques se confirment et d'autres se réveillent.

Le mécanisme et les symptômes pendant le processus d'éveil

Plusieurs changements ont lieu au cours du processus d'éveil et ces changements affecteront une personne sur le plan physique, émotionnel et spirituel. L'hypothalamus contrôle de nombreuses fonctions du corps, et son but principal est d'équilibrer ces fonctions corporelles. Dans le processus d'éveil, vous remarquerez quelques changements qui sont contrôlés par l'hypothalamus, comme un changement dans le rythme circadien. Le rythme circadien contrôle notre métabolisme quand on dort et des hormones et des protéines spécifiques sont produites. Le rythme circadien peut s'inverser en passant par le processus d'éveil provoquant des périodes de léthargie. La température du corps est également contrôlée par l'hypothalamus, et dans le processus d'éveil elle peut baisser de quelques degrés. La dépression clinique peut également se produire, avec des sentiments de vide ou des sentiments de non-appartenance. Les boissons contenant de l'acide citrique peuvent provoquer des crampes d'estomac pendant ce processus. Vous pouvez aussi commencer à ressentir d'autres sentiments ou émotions pendant cette phase, et des changements d'appétit peuvent survenir, lesquels peuvent se matérialiser soit par une augmentation, soit par une diminution d'appétit.

La lumière du soleil peut également devenir moins tolérée.

Le processus d'éveil n'est pas le même pour tout le monde, donc vous pouvez ou ne pouvez pas expérimenter certains d'entre eux, et certaines expériences peuvent ne pas être listées. Comme l'éveil est un processus de découverte de soi, personne ne peut vous dire que vous êtes ou que vous n'êtes pas un vampyre.

Des troubles physiologiques et des maladies n'ayant pas de rapport avec le vampyrisme

Noter bien qu'il existe de nombreux troubles pouvant être similaires au processus d'éveil. Il est donc conseillé de contacter votre médecin pour un bilan avant de parvenir à une conclusion hâtive.

Voici une liste de conditions à vérifier avant de parvenir à une conclusion. Cette liste n'est pas exhaustive.

- Sensibilité sensorielle
- Porphyria
- Lupus
- Xeroderma Pigmentosum
- Drogues avec un effet de photosensibilité
- Photosensibilité
- Syndrome de fatigue chronique
- Sommeil perturbé
- Allergies
- Migraines
- Problèmes de régulation de la température corporelle



Article créé en partie d'après un document en anglais de Brandon Keeton (2012)


Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Les sectes et les mouvances



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 30 Mai 2018, il y a moins d'un an.