Des Broucolaques, ou Vampires excommuniés

Image de Des Broucolaques, ou Vampires excommuniés
Les Grecs croient aussi que les corps de ces excommuniés apparaissent souvent aux vivants, et en plein jour comme au milieu de la nuit ; qu'ils parlent et tourmentent ; et que leur présence est dangereuse. Léon Allatius, qui écrivait au XVIe siècle, entre là-dessus dans le grands détails : il assure que, dans l'île de Chio, les habitants ne répondent que lorsqu'on les a appelés deux fois ; car ils sont persuadés que les Broucolaques (c'est le nom qu'ils donnent à leurs Vampires ou spectres d'excommuniés) ne peuvent les appeler qu'une fois seulement. Ils croient encore que lorsqu'un Broucolaque appelle une personne vivante, si cette personne répond, le spectre ou Vampire disparaît ; mais celui qui a répondu meurt au bout de quelques jours. On conte la même chose des Vampires de Bohème, de Moravie, etc.


Pour se garantir de la funeste influence des Broucolaques, les Grecs déterrent le corps du spectre, et le brûlent après avoir récité sur lui certaines prières. Alors ce corps réduit en cendres ne paraît plus.


Lire la suite ...