Les Rois-mages

Rois mages
Ce n'est qu'en 354 que le Pape Liberus instaure la célébration de la naissance de Jésus le 25 décembre. Cependant les évangiles font état de la présence de bergers venus voir Jésus dans la crèche. Hors, même en Palestine, il fait trop froid à ce moment de l'année pour que des bergers passent la nuit dehors avec leur troupeau.

Les premiers responsables de l'Église chrétienne pensaient que la nouvelle religion serait mieux acceptée si elle ne rompait pas tout à fait avec les usages et les rites de l'époque. Pour les Romains, le 25 décembre était la fête de « Sol Invictus » (« Soleil invaincu », fête instaurée par l'empereur Aurélien en 274), rappelant la victoire de Mithra (dieu iranien très populaire à Rome) sur les ténèbres. Ce qui coïncide avec le solstice d'hiver.

En ce qui concerne les Rois-Mages, l’Évangile selon Saint Mathieu est le seul à faire mention de ces personnages mystérieux venus d'Orient. Nulle part dans la Bible il n'est dit qu'ils étaient trois (les orthodoxes disent même qu'ils étaient 12). C'est seulement à partir du VIème siècle qu'on commença à les différencier. Ainsi en Grèce on les appelait Bithisarea, Melichior et Gathaspa. En Égypte ils étaient Batoussora, Melcheor et Tadasia, puis Gaspard, Belchior et Batesalsa. Dans la « Légende Dorée », Jacques de Voragine (1228-1298) dit :

Leur nom latin c'est Appellius, Amerius, Damascus ; en hébreu on les nomme Galgalat, Malgalat et Sarathin ; en grec, Caspar, Balthasar, Melchior.  

C'est seulement au 12-13èmes siècles qu'on les appela couramment Gaspard, Melchior et Balthazar en Occident. Beltshatsar signifie « Dieu protège la vie du roi » en araméen, Melchior vient de « melek » (roi) en araméen et Gaspard vient du sanscrit « gath aspar » (celui qui vient voir).

Plus tard on leur attribua même des races différentes car on pensait qu'ils étaient les descendants de Sem, Sham et Japhet.
 

Quels sont les cadeaux des rois mages ?

Selon Bède le vénérable (673-735) et la « Légende dorée » de Jacques de Voragine (1228-1298), Gaspard était jeune, rouge, et apportait de l'encens, Balthazar était d'âge mûr, noir et apportait de la myrrhe, et Melchior était vieux, blanc, et apportait de l'encens.

Une autre version dit que Gaspard était africain et apportait de l'encens, Balthazar était asiatique et apportait de l'or, et Melchior était européen, et apportait de la myrrhe. Et selon l’Évangile arménien de l'enfance Gaspard venait de l'Inde et apportait de l'encens, Balthazar venait d'Arabie et apportait de l'or, et Melchior venait de Perse. Il n'y a donc pas consensus.

On retrouve la le symbole des trois âges de la vie et des trois « castes » des mythes indo-européens, mais sous une forme assez éparpillée. En effet, le blanc symbolisait les prêtres, le rouge les guerriers (nobles) et le noir les paysans, alors que l'encens peut correspondre à la prêtrise, l'or à la royauté (noblesse) et la myrrhe à la médecine (attribut des dieux indo-européens des paysans).

Plus tard on leur attribua des races différentes car on pensait qu'ils étaient les descendants de Sem, Sham et Japhet : Melchior devint un Européen blanc, Gaspard un Asiatique jaune, et Balthazar un Africain noir. Mais est-ce leur véritable origine ?

Quelle était l'origine de ces rois-mages ?

Nulle part dans la Bible, pourtant, il n'est dit qu'ils étaient de races différentes ni même qu'ils étaient rois. Ils étaient seulement des mages (maguséens), c'est à dire des prêtres Mazdéens, donc des Perses. Leur religion avait été fondée par Zoroastre, et ils célébraient le culte d’Ahura Mazda.

L'Evangile de l'Enfance, un livre apocryphe, le dit clairement :

Des Mages arrivèrent d'orient à Jérusalem, selon ce que Zoroastre avait prédit.  

Il est possible donc que ce texte ne soit qu'une tentative pour faire croire que même les Mazdéens reconnaissaient le Messie en Jésus. Justement les Mazdéens attendaient aussi un Messie, Saoshyant, né d'une vierge, pour la fin des temps. Et dans la secte des Mazdéens Maguséens il était prédit qu'un Sauveur sacré devait naître dans une caverne et que ce petit enfant serait la présence visible du dieu Mithra.

Donc si on croit réellement à l'existence de ces rois-mages c'est que l'on croit aussi que Jésus est le messie du Mithriacisme.

Paul du Breuil écrit à ce sujet dans son livre « Histoire de la Religion et de la Philosophie Zoroastriennes » :

En effet, le thème des bergers qui reconnaissent ou recueillent un enfant royal est propre à la légende iranienne et l'image de la naissance du Sauveur dans une caverne appartenait aux légendes parthes du Saoshyant-Mithra, incluant le mythe de la fécondation virginale de la mère. Parallèlement à l'Apocalypse d'Hystape, une prophétie zoroastrienne sur la naissance de l'idéologie royale Parthe circulait parmi les Maguséens.

Jésus est la venue de Mithra sur terre !

Le Zend-Avesta des Perses zoroastriens raconte même ceci à propos de la venue de Mithra :

Zoroastre, étant assis près de la source d'eau vive, ouvrit la bouche et parla ainsi à ses disciples : « Écoutez, que je vous révèle le mystère prodigieux concernant le Grand Roi qui doit venir dans le monde. En effet, à la fin des temps, un enfant sera conçu et formé avec tous ses membres dans le sein d'une vierge, sans que l'homme l'ait approché. Il sera pareil à un arbre à la belle ramure et chargé de fruits, se dressant sur un sol aride. Les habitants de cette terre s'opposeront à sa croissance et s'efforceront de le déraciner du sol, mais ils ne pourront point. Alors ils se saisiront de lui et le tueront sur le gibet. La terre et le ciel porteront le deuil de sa mort violente et toutes les familles des peuples pleureront. Il ouvrira la descente vers la profondeur de la terre, et de la profondeur il montera vers le haut. Alors, on le verra venir avec l'armée de la lumière, porté sur les blanches nuées; car il sera l'enfant conçue de la Parole génératrice de toutes choses. Quand se manifestera le début de son avènement, de grands prodiges apparaîtront dans le ciel. On verra une étoile brillante au milieu du ciel, sa lumière l'emportera sur celle du soleil. Or donc mes fils, gardez le mystère que je vous ai révélé, qu'il soit écrit en votre cœur et conservé dans le trésor de vos âmes. Et quand se lèvera l'astre dont j'ai parlé, que des courriers soient envoyés par vous, chargé de présents, pour l'adorer et lui faire offrande. Ne le négligez pas, car il est le Roi des rois, et c'est de lui que tous reçoivent la couronne. »

Et l’Étoile qui guidait les mages, selon la Bible, pourrait avoir un rapport avec l'étoile Alpha du Lion (Régulus = « Petit roi »). Chez les Perses Mazdéens elle permettait de déterminer la naissance des rois. Paul du Breuil rappelle qu'en Iran oriental des Mages astrologues se recueillaient chaque année sur une montagne pour y guetter durant trois jours l'étoile du roi.

Il parait même que la présentation de l'or, de l'encens et de la myrrhe pourrait être aussi un rituel Mazdéen.

Comment les Mages sont-ils devenus des rois ?

Il semble qu'on avait fait, très tôt, des recoupements avec diverses pages des Écritures, en cherchant des rapprochements avec d'anciennes prophéties. Deux passages, en particulier, se prêtent à des rapprochements :

Dans le chapitre 60 d’Isaïe un poète chante à la gloire de Jérusalem :

Les nations vont marcher vers ta lumière, et les rois vers la clarté de ton lever... Un afflux de chameaux te couvrira, de tout jeunes chameaux de Madian et d'Eifa, tous les gens de Saba viendront, ils apporteront de l'or et de l'encens.

Cortèges somptueux et titres de rois sont associés dans ce texte.

Le Psaume 72 est encore plus explicite :

Les rois de Tarsis et des îles enverront des présents, les rois de Saba et de Séva paieront le tribut, tous les rois se prosterneront devant lui.

Dés la fin du 2e siècle Tertullien avait rapproché ces textes de celui de Matthieu.

Le désir de merveilleux de la part des peuples chrétiens fera le reste.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Occultisme (suite 4)



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.