Les Photiniens


Procès des Photiniens
Disciples de Photin, évêque de Sirmich, les photiniens niaient la divinité de Jésus. Jésus était né homme, et n’était devenu le Christ que lorsque le Saint Esprit était descendu sur lui dans le Jourdain. Si Jésus fut appelé « fils unique » c’est tout simplement parce que la Sainte Vierge n’en a pas eu d’autres.

Photin était l'évêque de Sirmium (en Pannonie) et il était un disciple de Marcel d'Ancyre (évêque d’Ancyre, en Galatie). Ce dernier était l'un des pères du premier concile de Nicée, où il combattit les ariens, au même titre qu'Athanase d'Alexandrie.

Condamnées par les conciles de Sirmium en 351 et de Milan, les idées de Photin seront reprises beaucoup plus tard par Socin (Socinianisme).

 

Le Concile de Sirmium

Concile
Le Concile de Sirmium était le deuxième concile tenu dans cette ville (à l'instigation de l'empereur Constance II). Ce concile rassemblait essentiellement des évêques orientaux d'un arianisme modéré. Le but du concile était de faire condamner les doctrines du populaire évêque d'Alexandrie Athanase d'Alexandrie, de Photin et de son maître Marcel d'Ancyre, accusés de sabellianisme, dont la doctrine sera frappée d'une série de vingt-sept anathèmes. Photin sera quant à lui déposé et exilé sur son refus opiniâtre d’accepter la profession de foi qu’on lui proposait.

Cette profession de foi est la première formule de Sirmium. Il y a eu trois formules de Sirmium, entre lesquelles les avis se partagent. La première formule orthodoxe précisait et réprouvait le blasphème de Photin, à l’unanimité des catholiques et des Ariens. Elle reprend la quatrième formule d’Antioche, rédigée à Trêves en 342, en y ajoutant vingt-sept anathèmes qui visent les doctrines de Marcel d’Ancyre et de Photin. Le concile terminé, ceux des évêques qui restèrent encore, du moins quelques-uns, eurent l’idée de composer en latin une formule arienne, probablement pour la répandre à la faveur de cette occasion solennelle, comme l'œuvre du concile.

Il y eut une seconde formule. À la réflexion, la plupart la désapprouvèrent et voulurent la supprimer en exigeant qu’elle fût rendue par ceux qui l’avaient écrite ; ils obtinrent même un décret impérial, qui prescrivait, sous peine sévère, de la détruire. Ce qui n’empêcha pas les auteurs de la garder en secret ; il en demeura des copies en beaucoup de mains.

 

La réhabilitation

Après la mort soudaine de Constance en 361, son successeur est Julien. Après avoir pris possession du palais de Constantinople, un des premiers soins de Julien, dit l'historien Ammien Marcellin, fut d'y convoquer les principaux chefs des sectes dissidentes avec leurs partisans. Simultanément ou successivement, on vit arriver à la cour l'évêque Eudoxe, que les ariens avaient, en 360, placé sur le siège de Constantinople à la place du semi-arien Macédonius ; Macédonius lui-même, devenu hérésiarque à son tour ; les chefs des novatiens, des eustathiens de Sébaste, des aériens et des divers partis qu'avait suscités à Antioche l'élection de Mélèce. A tous les représentants de ces divers partis, Julien tint le même langage :

Les discordes civiles ont pris fin, leur dit-il ; rien ne s'opposera plus désormais à ce que chacun suive en paix sa religion.
 

Dans les derniers jours de 361 ou les premiers mois de 362, un édit impérial rappela les évêques de toutes les opinions, exilés par son prédécesseur, et restitua leurs biens confisqués. Ainsi purent rentrer dans leurs diocèses, non seulement Basile d'Ancyre, Eustathe de Sébaste, Eleusis de Cyzique, Photin de Sirmium, Aétius, mais aussi Athanase, Mélèce d'Antioche, Eusèbe de Verceil, Lucifer de Cagliari. L’Église catholique pouvait-elle donc compter sur le retour d'une ère de liberté ? Il n'en était rien.

Les décisions du concile de Sirmium à l'égard des Photiniens seront confirmées au Concile de Constantinople I, deuxième concile œcuménique (bien qu’aucun évêque latin n’y soit convoqué ni présent) qui se déroule de mai au 30 juillet 381. Le concile condamne aussi les hérésies des eunoméens ou anoméens, des sabelliens, des marcelliens (la formule « et son règne n’aura pas de fin » est incluse dans le Credo en opposition à la doctrine de Marcel d’Ancyre [+ vers 374] selon laquelle le Fils de Dieu avait commencé d’exister à partir de sa naissance humaine et que son règne cesserait avec la fin du monde), des photiniens (Photin, disciple de Marcel, nie la Trinité et prétend que Jésus-Christ était simplement un homme) et des apollinaristes.

Acheter un livre sur Photin et les gnostiques

  • Gnose et gnostiques

    Gnose et gnostiques des origines à nos jours

    Les gnostiques, Basilides, Valentin, Marcion, prêchent des doctrines étranges se présentant comme une connaissance secrète (gnose) que Jésus-Christ aurait transmise à ses proches.

    Un livre de Roland Hureaux.

  • G comme Gnose

    G comme Gnose

    Le sens premier de Gnose est la Connaissance. De quelle Connaissance s'agit-il ? Une belle réflexion sur la Gnose remontant à l'origine de l'homme.

    Un livre de Henri Gallois.

  • Les enseignements secrets de la gnose

    Les enseignements secrets de la Gnose

    Ce livre de Matgioi présente les bases de l'enseignement gnostique pour qui veut mener des études gnostiques approfondies.

  • Le Kybalion

    Le Kybalion

    Étude sur la philosophie hermétique de l'ancienne Égypte et de l'ancienne Grèce. Les principes hermétiques de la Gnose et de l'Hermétisme

  • Les gnostiques

    Les Gnostiques

    Les Gnostiques ont posé des questions radicales sur les origines de la vie et notre but sur terre.

    Un livre de Jacques Lacarrière.

  • Manual for Gnostic

    Manual For Gnostic

    Un livre en anglais qui comprend doctrines, prières et pratiques à l'attention des gnostiques.


Ces livres sont en vente sur Amazon.fr
En tant que Partenaire Amazon, dramatic.fr réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

  • Gnose et gnostiques

    Gnose et gnostiques des origines à nos jours

    Les gnostiques, Basilides, Valentin, Marcion, prêchent des doctrines étranges se présentant comme une connaissance secrète (gnose) que Jésus-Christ aurait transmise à ses proches.
    Un livre de Roland Hureaux.

  • G comme Gnose

    G comme Gnose

    Le sens premier de Gnose est la Connaissance. De quelle Connaissance s'agit-il ? Une belle réflexion sur la Gnose remontant à l'origine de l'homme.

    Un livre de Henri Gallois.

  • Les enseignements secrets de la gnose

    Les enseignements secrets de la gnose

    Ce livre de Matgioi présente les bases de l'enseignement gnostique pour qui veut mener des études gnostiques approfondies.

  • Le Kybalion

    Le Kybalion

    Étude sur la philosophie hermétique de l'ancienne Égypte et de l'ancienne Grèce. Les principes hermétiques de la Gnose et de l'Hermétisme.

  • Les gnostiques

    Les Gnostiques

    Les Gnostiques ont posé des questions radicales sur les origines de la vie et notre but sur terre.

    Un livre de Jacques Lacarrière.

  • Manual for Gnostic

    Manual for Gnostic

    Un livre en anglais qui comprend doctrines, prières et pratiques à l'attention des gnostiques.


Ces livres sont en vente sur Amazon.fr
En tant que Partenaire Amazon, dramatic.fr réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

Retour à la catégorie : Les sectes religieuses



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.