Les légendes galloises

Blodeuwedd
La mythologie galloise comprend à la fois des traditions populaires développées au Pays de Galles et des traditions développées par les Britanniques celtes d’ailleurs, datant d’avant la fin du premier millénaire. Comme pour la plupart des sociétés orales prédominantes trouvées dans la Grande-Bretagne protohistorique, la mythologie galloise et l'histoire ont été enregistrées oralement par des spécialistes tels que les druides (en gallois : derwydd). Ce compte rendu oral a été perdu ou modifié à la suite des contacts extérieurs et des invasions au cours des années, et en particulier la christianisation. Les Gallois et, d’une manière générale les Celtes des îles britanniques, ont été christianisés plusieurs siècles avant que leurs mythologies primordiales, transmises oralement de générations en générations, ne soient écrites. Il s’ensuit une altération importante dans la tradition galloise, où les dieux et divinités ne sont plus que des héros ou des rois. Les interventions divines sont souvent réduites à des rivalités familiales ou claniques.

 

Les quatre branches des Mabinogi

Une grande partie de cette mythologie et de cette histoire altérées sont conservées dans des manuscrits gallois médiévaux, collectivement intitulées Les quatre branches des Mabinogi, qui comprennent le Livre Rouge de Hergest (Llyfr Coch Hergest), le Livre Blanc de Rhydderch (Llyfr Gwyn Rhydderch), le Livre Noir de Carmarthen (Llyfr Du Caerfyrddin), le Livre d'Aneirin et le Livre de Taliesin. D'autres œuvres liées à la mythologie galloise comprennent la compilation historique latine du IXe siècle, Historia Brittonum (« Histoire des Britanniques ») et la chronique latine du XIIe siècle de Geoffrey de Monmouth, Historia Regum Britanniae (« Histoire des rois de Grande-Bretagne »). Ou encore comme le folklore plus tardif tel que le livre des fées galloises de 1908 de William Jenkyn Thomas.

Le fait qu'il y avait un lien entre l'Irlande et le Pays de Galles est démontré par les nombreuses similitudes dans les noms des divinités. Ceux d'Angleterre étaient divisés en trois familles :
les enfants de Don,
ceux de Lludd (ou de Nudd)
et ceux de Llyr.

La déesse Don était l'équivalent de la déesse mère Danu, mère du Dagda Irlandais.

Llyr était l'équivalent du dieu de la mer Manannan mac Lir.

Lludd était la contrepartie de Nuada, le roi des Tuatha de Danann.

La famille de Lludd et les trois fléaux

Lludd Llaw Eraint, Lludd à la main d’argent semble lui-même issu de Nuada Airgetlám (« Nuada à la main d'argent »), le roi des Tuatha Dé Danann. Il serait le fils de Beli Mawr.

Le fils de Lludd (ou Nudd) s'appelait Gwynn ap Nudd. C’était le dieu de la bataille et des morts. En gallois, Gwynn est plus connu sous le nom de « Chasseur Sauvage », et on croit qu'il traverse encore les cieux nocturnes en compagnie de ses troupes. Il était le rival de Gwythur ap Greidaw (dieu soleil) et avait les faveurs de Creiddylad (ou Creudylad), fille de Llyr, le dieu de la mer.

Une autre histoire mythologique incluse dans la collection Mabinogion est l'histoire de Lludd et Llefelys. Lludd Llaw Eraint est le roi de l’Angleterre et son frère, Llefelys, est le roi de France. Le royaume de Lludd est assailli par trois fléaux :
- les Coraniaid, un peuple de monstres aux pouvoirs surnaturels qui peuvent tout entendre ;
- un cri terrible qui retentit tous les 1er mai, qui tue les fœtus, rend fous les enfants et tourmente les hommes. C’est le cri d’un dragon de l’île qui se bat contre un congénère étranger ;
- le troisième fléau est la disparition continuelle des nourritures et des boissons de la cour.

Lludd demande de l’aide à Llefelys, lui parlant à travers un tube de cuivre pour que les Coraniaid n'entende pas. Llefelys crée une potion d'insectes écrasés dans l'eau qui détruit les Coraniaid quand elle est saupoudrés dessus. Pour le cri qui vient de deux dragons qui se battent il fait boire de l’hydromel aux dragons et les enterre à Dinas Emrys dans ce qui est maintenant le nord du Pays de Galles. Il surmonte ensuite le magicien qui vole toutes les provisions de Lludd et le fait servir Lludd.

La famille de Lludd
La famille de Lludd

La famille de Don et la fée Blodeuwedd

Dôn, fille de Mathonwy, était la matriarche d'une famille. Son mari n'est jamais spécifiquement nommé mais selon l'une des triades galloises, ce serait Beli Mawr, père supposé de Arianrhod. Elle a certainement eu plusieurs maris.

Math, fils de Mathonwy, son frère, était le dieu de l'argent et des trésors. C’était le donneur de métal et de sagesse. Il a transmis sa sagesse et sa connaissance de la magie à son neveu et élève Gwydion.

Gwydion, fils de Don, était le druide des dieux de l'intérieur, maître de l'illusion et de la fantaisie, ami et collaborateur des humains. Ses frères étaient Amaethom, dieu de l'agriculture, et Govannan (ou Gofannon), dieu de la forge (l’équivalent de Goibniu chez les Irlandais et Gobannus chez les gaulois). Il avait Arianrhod comme sœur, avec qui il avait deux enfants car l’inceste était de coutume au Pays de Galles.

 
Un lien intéressant sur la mythologie celtique vue du côté matriarcal.

Ses deux enfants étaient Dylan (dieu de l'obscurité), et Lleu (dieu de la lumière). Dylan, fils de la Vague, était aussi un dieu de la mer et mourut des mains de son oncle Govannan.

Lleu Llaw Gyffes était l'équivalent de Lugh Lamhfada en Irlande. À cause d'une malédiction que sa mère lui a jeté, il ne pourrait jamais avoir une vraie femme. Alors Gwydion et Math ont fait pour lui une femme faite de fleurs qui a reçu le nom de Blodeuwedd et qui, plus tard, a quitté Lleu, s’est transformé en hibou pour conspirer avec Gronw Pebyr, dieu des ténèbres, pour assassiner son mari.

La famille de Dôn
La famille de Dôn

La famille de Llyr : un drame

Llŷr, le patriarche d’une autre famille, est peut-être un emprunt du dieu de la mer irlandais Ler. Une origine étrangère est également suggérée par son épithète Llediaith ("demi-discours"). Sa femme était Penarddun. Selon le Mabinogion, elle était la mère de ses trois enfants, plus deux autres qu’elle a eu par Euroswydd. Le Mabinogi la nomme comme une fille de Beli Mawr, bien que cela puisse être une erreur. Elle serait ainsi la fille de Don et la sœur d’Arianrhod.

La déesse Penardun, fille de Don, épousa Llyr, dieu de la Mer, qui avait une autre femme nommée Iweridd ou Irlande. Son fils Manawyddan est largement considéré comme apparenté avec le dieu de la mer irlandais Manannán mac Lir. Les enfants que Llyr avait eu avec Iweridd étaient un homme, Brân, et une femme, Branwen.

Brân était un énorme géant, surnommé Brân le Bienheureux, dieu de la bataille et patron des bardes, des musiciens et des troubadours. Dans le Branwen ferch Llyr il envahit l'Irlande pour venir en aide à sa sœur, qui a subi des abus de la part du roi irlandais Matholwch. Il est tué au combat par une lance empoisonnée qui l’a touchée au pied. Sa tête a été enterrée à Londres pour préserver la Grande-Bretagne de l'invasion étrangère jusqu'à ce qu'elle soit déterrée par le roi Arthur quelque temps plus tard. Son fils Caradawc était surnommé « Braise de feu ».

Bran était le frère de Branwen et le demi-frère de Manawyddan. Le roi Matholwch d'Irlande est apparu aux gallois avec treize navires pour demander la main de Branwen. Lors de la cérémonie ont assisté les deux autres enfants que Penardun, épouse de Llyr, avait eu dans un mariage précédent : Nissyen « Amant de la paix » et Evnissyen (ou Efnisien) « Amant de la lutte », tous deux gigantesques comme Bran.

La famille de Llyr
La famille de Llyr

La guerre avec les irlandais

Evnissyen se sentait sous-estimé de n'avoir pas été consulté au sujet du mariage, et, par vengeance, il a mutilé et a tué les chevaux de Matholwch. Bran a essayé de réparer les choses en remplaçant les animaux avec de l'or et de l'argent.

Branwen a navigué jusqu’en Irlande avec Matholwch, mais les parents du roi lui ont demandé de se venger de Branwen pour l'incident du cheval et l’ont envoyée aux cuisines pour faire les tâches les plus sales. Après un an, elle a eu un fils nommé Gwern.

Il a fallu longtemps avant que Branwen puisse envoyer un message à son frère en l’attachant à la patte d'un oiseau, un étourneau. Pour venger l'insulte, les Gallois envahirent l'Irlande, laissant Caradaec (ou Caradawc), fils de Bran, aux soins du Pays de Galles pendant l’absence de Bran.

Le géant Bran a traversé la mer à pied et forcé les Irlandais à négocier. Ceux-ci ont accepté de livrer le royaume à Gwern, le fils de Branwen. Au cours des cérémonies de son couronnement et tandis que le petit était présenté à Bran et à d'autres parents, Evnissyen l'a attrapé par les pieds et l'a jeté dans le feu. Il est mort sur place.

Une grande bataille a commencé. Les Irlandais comptaient sur le grand avantage du chaudron de la Renaissance, l'un des cadeaux de mariage de Bran à Matholwch. Ils ont allumé un feu de joie, placé le chaudron dessus, et ont commencé à y jeter leurs guerriers morts pour être ressuscités. Evnissyen décida qu'il valait mieux faire quelque chose pour obtenir le pardon, sinon, Bran le tuerait une fois la bataille terminée. Pour cela, Evnissyen - qui était aussi gigantesque - se cacha parmi les cadavres et se laissa introduire dans le chaudron miraculeux. En étirant ses membres le plus possible, il fit éclater le chaudron, mais ça lui a coûté la vie.

Les Gallois ont gagné la bataille, mais pas sans conséquences. Branwen a survécu avec seulement une poignée de sept hommes : Pryderi, Manawyddan, Gluneu, fils de Taran, Taliesin le barde, Wnwc, Geudyen, fils de Muryel, et Heilyn, fils de l'ancien Gwynn.

Bran a été mortellement blessé par une flèche empoisonnée qui lui a percé le pied. Il ordonna que, lorsqu'il mourrait, sa tête serait coupée et qu'elle soit enterrée au Mont Blanc à Londres, regardant vers la France. À la suite de sa mort, Branwen est décédé immédiatement d'une crise cardiaque.



Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : La mythologie celte (suite)



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.