Fulcanelli et Nicolas Flamel

Nicolas Flamel
Saviez-vous que Nicolas Flamel, un personnage cité dans le livre « Harry Potter et la pierre philosophale », existait vraiment ? C'est vrai, Nicolas Flamel était un grand alchimiste et est devenu célèbre pour ses œuvres bienfaitrices. Il a vécu à Paris et a construit quatorze hôpitaux, trois chapelles et sept églises pour la charité, sans parler des fonds laissés aux pauvres, aux veuves et aux orphelins. Mais d'où venait toute cette richesse ?

Nous sommes vers 1390, Nicolas Flamel, grâce à son métier (scribe et copiste), a souvent eu l'occasion de croiser des livres rares et anciens. En 1357, il avait acheté un livre épais aux dimensions inhabituelles : « La reliure était en laiton massif, et à l’intérieur il y avait des personnages et des caractères non latins ni français. C'était étrangement coloré ». Sur la première page, en lettres d'or, il est apparu les mots « Abraham le Juif, prêtre, Prince, Lévite, Astrologue et philosophe, à la nation des Juifs dispersés en France par la colère de Dieu, souhaite la santé. » Après avoir lancé un anathème à ceux qui avaient osé lire le livre « sans être un rabbin ou un scribe », l'auteur a poursuivi en expliquant que le volume fourni aux Juifs de France un moyen de payer des impôts à l'empire, en enseignant comment transformer les métaux vils en or.

 

Recherche désespérément un maître de la Kabbale Hébraïque

En tant que scribe, Flamel avait le droit de continuer à lire ce livre. Au cours des années de travail patient, il a été en mesure de traduire presque entièrement le Livre d'Abraham, mais le point focal, une page dense avec des inscriptions symboliques, ne pouvait être décodée que par un juif particulier très versé dans la Kabbale. Pendant au moins une décennie, Flamel a cherché quelqu'un pour l'interpréter. Il l'a finalement trouvé en Espagne, lors d'un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle. C'était un savant du nom de Canches, qui, dès qu'il vit les copies des inscriptions, fondit en larmes : il pensait que l'ancien livre avait été perdu pour toujours.

Avant de mourir, Canches a révélé à Flamel la signification de la formule mystérieuse; c'est ainsi que le copiste chanceux a réussi à fabriquer la pierre philosophale et à produire de l'or à une échelle presque industrielle, donnant une partie de sa richesse magique à la charité.

Immédiatement après la mort de Flamel (1419), une autre voix commença à circuler. Loin de quitter cette vallée de larmes, l'alchimiste avait rejoint sa femme en Suisse (Perenelle était morte en 1397) selon un plan préétabli; un morceau de bois a été enterré dans leurs tombes. Parmi les secrets du LIVRE D'ABRAHAM figurait, en effet, aussi celui de « l’élixir de longue vie », capable de lui donner une IMMORTALITE.

L'élixir de longue vie de Flamel

Au cours des siècles, les époux Flamel ont été vus plusieurs fois. Quelqu'un a identifié Flamel au Comte de Saint-Germain; d'autres, en 1761, le reconnurent ainsi que Perenelle à l'Opéra de Paris; d'autres encore l'ont rencontré sur le boulevard du Temple vers la fin du XIXe siècle. Pour certains, enfin, le mystérieux Fulcanelli, « Le plus célèbre et sans doute le seul véritable alchimiste de ce siècle » (on parle ici du XXe siècle), populaire en France au cours des années 20 et 30, était nul autre que Nicolas Flamel dans l'une de ses nombreuses identités adoptées pendant les cinq cents dernières années. Dans la ville de Paris, on peut encore admirer plusieurs œuvres laissées par Flamel et une rue porte également son nom.

Nom de plume Fulcanelli

Sous ce pseudonyme de Fulcanelli, alchimiste inconnu mais cultivé, a été publié en 1926 le volume « Le mystère des cathédrales ». Dans le livre, il est dit que les symboles et les représentations trouvées dans les cathédrales gothiques (construites avec l'aide de l'art de l'alchimie pour payer les maçons) étaient en fait des codes très spécifiques similaire à ce que Fulcanelli appelait « livres de pierre ».

Il a également été l'auteur des « demeures philosophales », un texte fondamental pour l'alchimie moderne, et il est dit qu'il aurait comme disciple français Eugène Canseliet (1899-1982), qui, en utilisant la poudre de projection reçue par Fulcanelli, était capable de transformer cent grammes de plomb en or. Canseliet n'a jamais confirmé cet épisode, tout comme il n'a jamais voulu révéler le nom de son maître, ainsi que la nature de la poussière reçue; d'autre part, il a fait savoir qu'il avait rencontré Fulcanelli alors qu'il avait déjà 80 ans et qu'il l'avait rencontré 30 ans plus tard, notant qu'il avait l'air d'avoir cinquante ans !

Eugène Canseliet est l'auteur des préfaces des deux ouvrages. Il raconte qu'il a fréquenté Fulcanelli de 1916 à 1922, et qu'il a assisté à une transmutation en 1922, à Sarcelles. Canseliet dit avoir revu son maître en 1953 à Séville, il semblait ne pas changé alors qu'il aurait du être âgé de 113 ans. Canseliet affirme que Fulcanelli aurait bénéficié du « Don de Dieu » (Donum Dei), ce qui signifierait qu'il aurait découvert les secrets de la vie éternelle et aurait atteint l'immortalité.

Le mystère plane toujours

Cependant, les données historiques ne sont pas moins mystérieuses que celles racontées par l’alchimiste français; de Fulcanelli on ne connaît ni la date de naissance ni son vrai nom. De même, l'imprimeur des « demeures philosophales » a déclaré ne jamais l'avoir rencontré et n'avoir échangé avec lui que des lettres; les seules informations le concernant peuvent être déduites de ses écrits et se rapportent à une sorte d'illumination que le mystérieux Fulcanelli aurait eue et qui ouvrirait son esprit à des connaissances qui dépassent toutes les imaginations.

Son seul témoignage est ses deux ouvrages mentionnés ci-dessus, publiés respectivement en 1926 et en 1930, mais réédités à plusieurs reprises jusqu'à nos jours; la lecture de ces œuvres est parfois difficile et donne clairement l'impression que Fulcanelli était beaucoup plus que ce qui est dit et en savait plus qu'il n'osait écrire.

Le livre Les Demeures philosophales évoque également le langage codé des alchimistes et hermétistes, appelé la langue des oiseaux. Il s'intéresse tout particulièrement à la cathédrale de Paris et à la cathédrale d'Amiens qui présenteraient des gravures de symboles alchimiques. Il se penche aussi sur l'Hôtel Lallemant à Bourges. Cette ville, on le sait, fut à une époque la capitale des alchimistes.

Les ouvrages ont été republiés aux Éditions des Champs-Élysées en 1957 et 1960, puis en 1964 et 1965 chez Jean-Jacques Pauvert. Mais il y aurait un troisième livre qui n'aurait jamais été publié. Ce livre est consacré à un célèbre tableau de Juan de Valdés Leal (1622-1690), le Finis gloriae mundi peint en 1672.

Le troisième livre de Fulcanelli

En 1923, Fulcanelli confie à son unique disciple, Eugène Canseliet, trois paquets scellés à la cire avec trois titres : Le Mystère des Cathédrales, Les Demeures Philosophales et Finis Gloriae Mundi avec mission de parachever la rédaction des notes importantes de ces ouvrages et de les publier.

Si Le Mystère des Cathédrales voit le jour en 1926 et Les Demeures Philosphales en 1930, le Maître exige le rendu de son troisième ouvrage. Finis Gloriae Mundi ne doit pas paraître. Certainement, devait-il y avoir dans ce manuscrit des révélations de la plus haute importance sur le devenir de notre planète, car enfin, ce titre en latin Finis Gloriae Mundi signifie La Fin de la Gloire du Monde. Notre monde était-il apte à recevoir un tel ouvrage… ?

Et l'histoire aurait dû en finir là.

Mais le plan de l'ouvrage fut retrouvé dans une chemise cartonnée après la mort de Canseliet. Le livre tourne autour de trois chapitres dont la structure est en partie la suivante :

I. La décadence de notre civilisation et la déchéance des sociétés humaines

Incrédulité religieuse et crédulité mystique
Effets néfastes de l'enseignement officiel
Abus des plaisirs
Fétichisme contemporain
Incertitude du lendemain
Méfiance et défiance généralisées
La mode et ses caprices
Les initiés inconnus gouvernent seuls

II. Témoignages terrestres de la fin du monde

Les quatre Âges
Les cycles successifs scellés dans les couches géologiques
Fossiles
Flore et faune disparues
Squelettes humains
L'Asiatide
Monuments de l'humanité dite préhistorique
Cromlechs
Chandelier des trois croix

III. Les causes cosmiques du bouleversement

Le système de Ptolémée
L'Almageste
Erreur du système de Copernic démontrée par l'étoile polaire
Précession des équinoxes
Inclinaison de l'écliptique
Variations inexplicables du pôle magnétique
Ascension solaire au zénith du pôle et retour en sens contraire provoquant le renversement de l'axe, le déluge et la fusion à la surface du globe

La fin de l'histoire

Un document de 23 pages est édité en 1984 par Jean Laplace, intitulé "Révélations Alchimiques sur la Fin du Monde". Il fait allusion à cet ouvrage "Finis Gloriae Mundi" qui n'a jamais été publié. On peut aujourd'hui le consulter à l'adresse suivante : http://fr.scribd.com/doc/21234429/Alchimie-Jean-Laplace-Revelations-Alchimiques-sur-la-Fin-du-Monde

Puis quelques années plus tard, en 1999, année du centenaire de la naissance d'Eugène Canseliet – drôle de coïncidence – paraît un livre Finis Gloriae Mundi… d'un certain auteur Fulcanelli. De toute évidence, cet ouvrage, dénué de sens par sa sordide "réapparition", et ne ressemblant en rien au style d'écriture Fulcanelli-Canseliet, est non seulement un faux, mais surtout une injure à l'œuvre des deux Maîtres. C'est une atteinte directe à l'encontre de l'Alchimie. Cet ouvrage usurpant la signature de Fulcanelli ne serait qu'une récupération opportune, en 1999, destinée à tirer profit des peurs millénaristes que certains entretenaient à l'approche de l'an 2000.

En conclusion, parmi les nombreuses rumeurs sur son récit pour expliquer ses "apparitions" à diverses époques, Fulcanelli est censé avoir découvert le secret de l'immortalité à travers des projections alchimiques et derrière ce nom mystérieux qui a toujours été caché et cache encore moins Nicolas Flamel. Et ce qui est probable est qu'il se serait brouillé avec son disciple Eugène Canseliet; il lui retire des mains son dernier manuscrit et ne lui confiera jamais le secret de la Pierre Philosophale.



Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 16 Octobre 2018. Il est à jour.