Les Apostoliques


Les apostoliques
Sous ce nom très prétentieux (apostolique) on désigne ceux qui ne reçoivent pas à leur communion les personnes mariées, ni les chrétiens qui n’ont pas renoncés à leurs biens. Ils enlèvent toute espérance de salut à ceux qui usent des choses dont ils s’abstiennent.

A cette présentation, Augustin ajoute que leurs erreurs sont les mêmes que les Encratites, car on les appelle aussi comme ces derniers : apotactiques ou aussi renonçants.

Ce nom d’apostolique vient de leur prétention à imiter l’Église apostolique de Jérusalem, où les biens étaient mis en commun par les fidèles.
L’âge apostolique est caractérisé par sa pureté et son élévation. L’élu devient « participant de la nature divine », en renonçant à la corruption du monde matériel. Patience, sobriété, piété, charité fraternelle, horreur pour l’hérésie, attendre, attendre, toujours attendre, voilà la vie du chrétien apostolique.

Ils sont tombés dans le novatianisme et sont finalement devenus des Manichéens. Leurs noms et dirigeants ne sont pas connus.

Les pères apostoliques

Les écrivains chrétiens des premier et deuxième siècles qui sont connus ou considérés comme ayant eu des relations personnelles avec certains des apôtres ou qui ont été tellement influencés par eux que leurs écrits peuvent être considérés comme les échos d'un véritable enseignement apostolique. Bien que restreint par certains à ceux qui étaient en fait des disciples des apôtres, le terme s'applique par extension à certains écrivains qui étaient auparavant censés avoir été tels, et englobe pratiquement tous les restes de la littérature chrétienne primitive précédant les grandes excuses du deuxième siècle, et formant le lien de la tradition qui lie ces derniers écrits à ceux du Nouveau Testament.

Le nom était apparemment inconnu dans la littérature chrétienne avant la fin du XVIIe siècle. Le terme apostolique, cependant, était couramment utilisé pour qualifier les Églises, les personnes, les écrits, etc. à partir du début du deuxième siècle, lorsque Saint Ignace, dans l'exorde de son épître aux Tralliens, salua leur Église « à la manière apostolique ». En 1672, Jean Baptiste Cotelier (Cotelerius) publia son « SS. Patrum qui temporibus apostolicis floruerunt opera », dont le titre fut abrégé en « Bibliotheca Patrum Apostolicorum » par L. J. Ittig dans son édition (Leipzig, 1699) des mêmes écrits. Depuis lors, le terme est universellement utilisé.

La liste des Pères inclus sous ce titre a varié, la critique littéraire ayant supprimé certains qui étaient auparavant considérés comme des écrivains du IIe siècle, tandis que la publication (Constantinople, 1883) de la Didachè1 en a ajouté un à la liste. Les trois évêques du premier siècle sont les plus importants : saint Clément de Rome, saint Ignace d'Antioche et saint Polycarpe de Smyrne, dont les relations personnelles intimes avec les apôtres ne font aucun doute. Clément, évêque de Rome et troisième successeur de saint Pierre dans la papauté, « avait vu les apôtres bénis [Pierre et Paul] et avait été familier avec eux » (Irénée, Adv. Haer., III, iii, 3). Ignace était le deuxième successeur de saint Pierre au Siège d'Antioche (Eusèbe, Histoire de l'Église III.36) et durant sa vie dans ce centre d'activité chrétienne, il a peut-être rencontré d'autres membres de la bande apostolique. Une tradition acceptée, corroborée par la similitude de la pensée d'Ignace avec les idées des écrits johanniques, le déclare disciple de saint Jean. Polycarpe était « instruit par des apôtres » (Irénée, op. Cit., III, iii, 4) et avait été un disciple de saint Jean (Eusèbe, op. Cit., III, 36; V, 20) dont il était le contemporain. depuis près de vingt ans.

A côté de ceux-ci, dont le rang de pères apostoliques au sens strict est incontesté, il y a deux écrivains du premier siècle dont la place est généralement concédée : l'auteur de la Didachè et l'auteur de « l'Épître de Barnabas ». Le premier affirme que son enseignement est celui des apôtres, et son travail, peut-être le plus ancien morceau de littérature chrétienne sans inspiration, donne de la couleur à sa revendication; ce dernier, même s'il n'est pas l'apôtre et compagnon de saint Paul, est considéré par beaucoup comme ayant écrit au cours de la dernière décennie du premier siècle, et peut avoir subi une influence apostolique directe, bien que son épître ne le suggère pas clairement.

1 La Didachè : la Didachè est un document du christianisme primitif, écrit vers la fin du Ier siècle ou au début du IIe siècle, ce qui en fait l'un des plus anciens témoignages écrits. On traduit son titre en français par les « Enseignements des douze Apôtres » ou encore par la « Doctrine des Apôtres »).

Source : https://www.newadvent.org/cathen/01637a.htm


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Les premières sectes gnostiques



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.