La transformation de notre ADN

Transformation ADN
Les symptômes causés par ce coronavirus – ainsi appelé en raison de sa ressemblance avec une couronne solaire vue au microscope – sont de nature grippale, y compris de la fièvre, de la fatigue et une toux sèche, avec un essoufflement se produisant dans 20 pour cent des cas. Une détresse respiratoire se produit dans 15 pour cent des cas. Ceux dont le système immunitaire est affaibli sont les plus susceptibles de complications plus graves, comme l'apparition d'une pneumonie. Le virus a été initialement identifié comme un nouveau pathogène lorsqu'un groupe de cas de pneumonie sans cause apparente s'est produit parmi des personnes liées au marché des fruits de mer de Huanan à Wuhan à la mi-décembre.

Certaines autorités croient que le coronavirus, une classe de virus qui infecte généralement le bétail et les oiseaux, mais rarement les humains, est originaire des chauves-souris et a fait le saut vers les serpents venimeux qui étaient vendus comme viande de brousse sur le marché des fruits de mer de Huanan avant de muter en une souche qui pourrait infecter les humains. Mais la vérité pourrait bien être totalement différente et il pourrait être un vecteur destiné à modifier notre ADN intentionnellement.

L'ADN et d'autres changements corporels sont évoqués dans un article intitulé « The Bigger Picture  » de Susanna Thorpe-Clark :

Nous sommes en train de changer physiquement d'êtres à base de carbone avec 2 brins d'ADN en êtres cristallins avec 1 024 brins d'ADN (éventuellement), car seules des substances cristallines peuvent exister à des niveaux dimensionnels plus élevés.

Ce nouvel état d'être exige donc que nous abandonnions physiquement, mentalement et émotionnellement les concepts de la 3e dimension. Tout comme dans la mort, le lâcher prise est une partie importante du processus de changement, car on ne peut pas prendre les anciennes valeurs et la manière d'être dans une nouvelle vie complètement différente. Donc, la progression à travers les changements nous oblige à abandonner les relations actuelles, les emplois, les carrières, les maisons, les biens, etc., s'ils ne sont pas en mesure de soutenir notre nouvelle façon d'être.

Il n'est donc pas étonnant qu'il y ait beaucoup d'anxiété et de peur ressentis parce que ces changements sont déjà en cours, même si la plupart des gens n'en sont pas conscients ...

Ces changements ne sont pas nécessairement ressentis par tout le monde simultanément. Un très faible pourcentage d'adultes ont déjà terminé le changement entier sous forme cristalline et incarnent maintenant 1 024 brins d'ADN. Certaines personnes commencent à peine à traverser ces changements, et beaucoup d'autres n'ont pas encore commencé. Ce processus de changement est connu sous le nom d'éveil, ou comme processus d'ascension, ou connu comme la réalisation de la Merkabah, ou corps léger.

Nous devons transcender nos peurs et en apprendre davantage sur l'amour, le véritable amour, qui doit commencer par le soi. Parce que, tant que nous ne pouvons pas nous aimer et nous faire confiance, nous ne pouvons pas vraiment aimer ou faire confiance à quoi que ce soit ou à quelqu'un d'autre.

Bon. Tout cela c'est un peu fumant et c'est un gros ramassis de conneries de complotix. Mais il faut savoir en extraire l'essentiel et l'idée principale : la modification de notre ADN est « in progress ».

Comment tout cela est-il lié aux chemtrails et au nouvel ordre mondial ? Les trois théories principales originales expliquant le phénomène des chemtrails, c'est-à-dire la modification des conditions météorologiques, l'inoculation de masse et le contrôle de la population, ont toutes été à peu près écartées par les chercheurs, comme indiqué dans un bulletin de Stan et Holly Deyo. Aucune de ces théories n'explique correctement la gamme de données recueillies.

De plus, la pulvérisation se produit dans le monde entier, elle doit donc être dirigée par une alliance multinationale quelconque, qui ne peut que la placer dans la classe de ce monolithe connu simplement sous le nom de Nouvel Ordre Mondial. Le secret du phénomène chemtrail le place également dans le domaine des projets à budget opaque et des opérations gouvernementales parallèles aux États-Unis, ou même pour tout autre gouvernement d'ailleurs.
 

Pulvérisation d'agents doubles

À l'heure actuelle, les gens se remettent encore des maladies induites par les chemtrails. Étant donné que les décès liés aux chemtrails sont extrêmement faibles, la possibilité que les chemtrails ne contiennent qu'un seul agent est très faible.

La pulvérisation d'agent double est plus probable. Un agent quelque peu bénin est appliqué maintenant, et sa combinaison avec un activateur à l'avenir le rendrait mortel ou du moins déclencherait les résultats souhaités. L'activateur peut alors être une autre substance biologique ou chimique qui déclenche cette nouvelle réaction en tandem avec le premier agent.

Bien que les chemtrails dans les pays étrangers puissent être dus à des avions provenant des États-Unis ou de bases militaires américaines dans ces pays, la lourdeur des pulvérisations là-bas suggère que les gouvernements étrangers et les agences commerciales sont également fortement impliqués.

Compte tenu de la fréquence et de la densité de la couverture des chemtrails, l'urgence du programme du NWO de mettre un terme au processus d'ascension va de soi. Le projet a risqué d'être découvert en employant des compagnies aériennes commerciales pour aider à la pulvérisation, et un tel risque ne peut être justifié que si le projet lui-même était de la nature d'une urgence. Ils ont également risqué leur secret en pulvérisant pendant la journée (en particulier le week-end) pour toucher autant de personnes que possible, alors que tous ceux qui se trouvent en dessous peuvent clairement voir que ces traînées sont tout sauf des traînées de condensation.

L'incorporation d'ADN étranger par les vaccinations et la transcession

La modification de son ADN via l'incorporation d'ADN étranger de bactéries et de virus est la clé de la manipulation génétique de nos êtres afin d'empêcher le processus d'ascension de se poursuivre dans notre corps.

L'une des indications que les vaccinations peuvent en fait modifier la structure génétique des humains est devenue évidente en septembre 1971, lorsque des scientifiques de l'Université de Genève ont découvert que des substances biologiques entrant directement dans la circulation sanguine pouvaient faire partie de la structure génétique humaine.

Dans une expérience menée à Genève, les scientifiques ont extrait les oreillettes des cœurs de grenouilles et les ont plongées pendant plusieurs heures dans une suspension de bactéries. Par la suite, ils ont trouvé un pourcentage élevé d'hybridation ARN-ADN entre l'ADN bactérien extrait de bactéries de la même espèce que celle utilisé dans l'expérience et titré ADN extrait des oreillettes qui avaient été plongées dans la suspension bactérienne. L'ADN bactérien avait été absorbé par les cellules animales. Ce phénomène a été surnommé transcession. Il existe des preuves que ce type de phénomène se produit tout le temps dans le corps humain. Il est concevable, par exemple, que les lésions cardiaques consécutives au rhumatisme articulaire aigu soient le résultat d'une réaction du système immunitaire à ses propres cellules produisant un complexe d'ARN étranger après absorption d'ADN étranger.

Pour ceux qui s'intéressent à la capacité de transcession des vaccins, considérez cette citation sur la thérapie génique :

Encore une autre technique consiste à simplement injecter de l'ADN nu. Cette approche ne fonctionnerait pas bien comme injection directe dans la circulation sanguine car les enzymes dégradant l'ADN du corps le digéreraient rapidement.
Mais certaines expériences ont montré que lorsque de l'ADN nu est injecté directement dans le tissu musculaire [comme lors d'une injection de vaccin], les cellules commencent à produire les protéines pour coder cet ADN.

 

En d'autres termes, la transcession est le processus par lequel l'ADN bactérien fait partie de l'ADN d'une cellule hôte. Le terme transcession est plus communément appelé transduction ou conjugaison, plus généralement appelé transfert de gène horizontal. Horizontal signifie entre les espèces, par opposition à vertical qui va du parent à la progéniture.

C'est une façon pour la thérapie génique de corriger les maladies génétiques, mais elle peut aussi évidemment être utilisée pour créer des mutations génétiques d'un type différent.

L'utilisation des virus en thérapie génique

Voici un autre extrait d'un article confirmant l'utilisation de virus en thérapie génique :

Pour transformer les virus en série de gènes, les scientifiques ont mis au point des moyens d'éliminer les gènes d'un virus et de substituer des copies des gènes qu'ils souhaitent transférer dans les cellules. Le virus est ensuite mélangé avec des cellules prélevées sur le corps qui sont ensuite renvoyées. Ou ils peuvent être injectés directement dans le corps lui-même, se concentrant sur les cellules d'intérêt. Les rétrovirus, qui insèrent leur code génétique directement dans les chromosomes de la cellule hôte, ont été beaucoup utilisés en raison de leur capacité à pénétrer dans les chromosomes et à insérer l'ADN. D'autres virus sont maintenant également utilisés. L'un des gros inconvénients des virus est que le système immunitaire ne peut pas faire la différence entre les mauvais virus et ceux qui portent un gène bénéfique. Ainsi, de nombreux virus sont rapidement éliminés [c'est-à-dire, bien sûr, à moins que le système immunitaire ne soit affaibli par d'autres agents chimiques / biologiques de sorte que ces virus survivent assez longtemps pour transduire leur ADN dans l'hôte].

L'article qui m'a d'abord intéressé à tout ce domaine est celui que j'ai trouvé dans un journal sur les virus trouvés dans la queue des comètes traversant l'espace. La théorie était que cela pourrait être la façon dont la « vie » et les maladies pourraient se propager d'une planète à une autre, comme dans certains films de science-fiction étranges tels que Day of the Triffids  ou Invasion of the Body Snatchers. Pour exister dans un environnement tel que l'espace, cependant, les virus ne seraient pas considérés comme une forme de vie en tant que telle. Les virus ont tendance à traverser le système nerveux et ressemblent plus à un parasite, vivant de son hôte biologique. C'est une véritable invasion extraterrestre en effet, les vampires énergétiques, tout comme ces créatures décrites dans le récent film à succès, The Matrix, car le système nerveux est en fait le système électromagnétique du corps.

Les méthodes non invasives de thérapie génique sont déjà bien établies. Une équipe de l'Université Thomas Jefferson de Philadelphie a accompli exactement cela en utilisant une méthode orale de thérapie génique.

La thérapie génique est l'une des techniques les plus intéressantes et les plus précieuses à sortir du domaine du génie génétique. L'adénovirus utilisé pour transmettre le gène CF aux cellules humaines pour la thérapie génique est connue sous le nom de vecteur. Comme la plupart des cellules n'intègreront pas ou n'absorberont pas l'ADN, nous avons besoin d'un système de livraison pour introduire le gène dans la cellule. L'adénovirus est un bon vecteur car il peut infecter les cellules in vivo ou pendant qu'elles sont dans le corps, ce qui signifie que le gène peut être transmis par un inhalateur (au lieu d'avoir à manipuler les cellules in vitro, ou en laboratoire, puis à réinjecter les cellules dans le corps). Pour utiliser l'adénovirus comme vecteur, le génome a d'abord été modifié en retirant tout l'ADN du virus, à l'exception du minimum nécessaire au virus pour vivre et infecter les cellules.

Mais certains vecteurs viraux ne sont pas sans inconvénients : toutes les approches virales souffrent de l'inconvénient d'introduire des informations génétiques virales indésirables dans l'hôte destinataire. Les vecteurs rétroviraux et les adénovirus ont des inconvénients supplémentaires. Les rétrovirus ne conviennent que pour la livraison d'ADN aux cellules réplicantes, et présentent un risque de réversion vers des particules infectieuses compétentes pour la réplication, tandis que l'expression de l'ADN à l'aide de systèmes d'administration d'adénovirus a tendance à être de courte durée [d'où la nécessité de pulvérisations répétées de chemtrails au cours des deux dernières années dans les mêmes zones géographiques et l'utilisation d'une multitude de vecteurs pour assurer le succès en cas d'échec].

Un nouveau vecteur pouvant être utilisé en thérapie génique a été développé par le professeur Beverly Griffin et ses collègues du département des maladies infectieuses du campus de l'hôpital Hammersmith de l'Imperial College. Son équipe a montré que les pseudocapsides du virus du polyome de la souris, consistant uniquement en la protéine VP1, peut être utilisée pour transférer l'ADN dans des cellules de mammifères in vivo, pour donner une expression à des niveaux cliniquement pertinents sur une période de plusieurs semaines. Ce travail et ses implications ultérieures suggèrent une raison de l'investissement considérablement accru des gouvernements et de l'industrie au cours des dernières décennies dans la recherche dans les établissements d'enseignement supérieur. Cela devrait également nous inciter tous à nous arrêter et à nous souvenir du virus Hanta transporté par les souris de la région de Four Corners aux États-Unis et de ses effets mortels ultérieurs au cours de la dernière décennie.

Le virus du polyome a une gamme d'hôtes très large, ce qui signifie que les pseudocapsides seront absorbées par pratiquement n'importe quelle cellule humaine ou autre mammifère. Les pseudocapsides totalement exempts de matériel génétique viral peuvent être produits facilement et économiquement.

En d'autres termes, la technologie existe déjà pour permettre aux vecteurs viraux de modifier efficacement l'ADN de la cellule d'un hôte. Ce n'est pas de la science fiction. Une entreprise parmi tant d'autres, AEA Technology, recherche et vend actuellement des produits aérosols destinés à la thérapie génique.

L'altération de l'ADN cellulaire

Coronavirus
D'après les preuves disponibles, les vecteurs d'adénovirus sont les coupables les plus probables des maladies liées aux chemtrails, et en résumé, les bactéries et les virus sont capables d'incorporer certaines de leurs propres informations génétiques dans les cellules d'un hôte. Les bactéries le font par transduction et conjugaison, et les virus par infection directe d'une cellule.

En théorie, alors, on pourrait être infecté par une telle bactérie ou un tel virus et se sentir malade en conséquence. Pendant ce temps, la bactérie ou le virus se met à altérer lentement l'ADN cellulaire, avant d'être ensuite anéanti par le système immunitaire du corps. Une fois la maladie éliminée, les cellules modifiées restent et continuent de se reproduire. Parfois, elles deviennent cancéreuses de manière maligne si le transfert de gènes est grossier et défectueux (comme dans les vaccinations), et d'autres fois les changements sont si subtils que le corps continue à fonctionner comme précédemment, ou du moins la pensée de la victime (comme dans l'exposition au chemtrail).

Le moyen le plus simple de muter notre ADN est par le biais d'un virus [dans ce cas, le moyen le plus simple de dé-muter l'ADN ou de l'empêcher de muter est également un virus]. Les chemtrails attaquent ensuite notre ADN cellulaire. C'est seulement une explication possible à la tête du processus d'ascension en cours pour nous garder en tant que race esclave pour faire les ordres de nos maîtres.

La mutation et ses implications sont donc les plus pertinentes pour expliquer les chemtrails. Le film X-Men  est une bonne analogie avec ce qui se passe ici sur la planète Terre en ce moment même.

Le coronavirus est une évolution par rapport aux thérapies précédentes

Coronavirus Test Kit

Des experts en santé du monde entier tentent de résoudre le casse-tête pour expliquer pourquoi les infections à COVID-19 semblent être relativement bénignes chez certaines personnes qui contractent la maladie, tandis que d'autres ont des réactions potentiellement mortelles – et trop souvent carrément mortelles – au coronavirus. À cette fin, les chercheurs se tournent vers l'ADN des patients atteints de coronavirus pour voir si cette sensibilité est le résultat d'une différence dans le codage de leur structure génétique.

Lorsqu'un virus envahit une cellule hôte, cette cellule réagit à l'intrusion avec deux réponses : la première est qu'elle libère un signal chimique pour alerter le système immunitaire pour envoyer des cellules spécialisées pour combattre le virus. La deuxième réponse de la cellule est la libération d'un autre signal chimique sous la forme de ce qu'on appelle les interférons, un type de protéine qui déclenche les cellules voisines à entrer dans un mode défensif. Cette défense se présente sous la forme d'un ralentissement du métabolisme des cellules, y compris un arrêt de l'échange de protéines et d'autres molécules au sein de leur intérieur. Mais surtout, un processus interne appelé transcription, où des parties de l'ADN de la cellule sont copiées dans des brins moléculaires qui servent d'instructions pour le fonctionnement de la cellule, est également ralenti; c'est ce processus de transcription qui est détourné par l'ARN du virus et utilisé pour reprogrammer la cellule pour produire des copies du virus.

Le virus SARS-CoV-2, cependant, bloque le signal d'interféron, empêchant les cellules saines environnantes d'entrer dans le mode défensif dans lequel elles doivent se trouver pour permettre aux cellules immunitaires de faire leur travail efficacement. Cet effet permet au virus de se répliquer en toute impunité, tandis que leurs cellules hôtes continuent de réclamer des quantités toujours croissantes de réponse immunitaire.

« Il ne cesse de se répliquer dans vos poumons, et de se répliquer dans vos poumons et tout en continuant d'appeler pour plus de renforts », explique Benjamin tenOever, professeur de biologie à la Mount Sinai Icahn School of Medicine de New York.

Même avec cette réponse compromise, la plupart des gens sont capables de combattre leur infection par le coronavirus. Mais pour des raisons qui restent mal comprises, pour certains patients, l'escalade de la réponse immunitaire peut commencer à submerger le corps, enflammer les tissus et provoquer une fuite de liquide dans les poumons, provoquant ainsi la noyade du patient dans ses propres fluides. C'est ce qu'on appelle un orage cytokinique.

« À ce stade, il ne s'agit pas de ce que le virus a fait », selon tenOever. « À ce stade, il s'agit de contrôler l'inflammation sévère. »

Mais pourquoi le système immunitaire d'une personne protège-t-il efficacement l'individu, alors que celui d'une autre devient une force mortelle qui menace la vie du patient ? Une étude récente utilisant des données de la Biobanque britannique a révélé que deux gènes, appelés antigènes leucocytaires humains (HLA) classes II et III, semblent être des facteurs pivots dans la régulation de la réponse immunitaire à diverses infections virales. Bien que cette étude ait couvert les effets de 16 virus différents, elle a également mis l'accent sur le SRAS-CoV-2 et a révélé que certaines formes de ces gènes étaient liées à des cas de coronavirus.

L'étude a également révélé que le gène responsable de la présence d'une série de récepteurs à la surface des cellules (en particulier ceux des poumons, des artères, du cœur, des reins et des intestins), appelé enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2), que le coronavirus utilise pour s'attacher à la cellule, finit par être supprimé une fois que le virus commence à réécrire l'ADN de la cellule.

« Nous pensons qu'une diminution de l'expression de l'ACE2 peut réduire l'infection virale en limitant les récepteurs disponibles pour l'entrée virale, et une fois qu'une cellule est infectée, l'expression réduite peut aider à lutter contre le SRAS-CoV-2 », selon le texte de l'étude.

Ces associations génétiques peuvent offrir des indices précieux quant aux individus qui pourraient être plus à risque de complications graves liées au COVID-19, avec un test ADN qui identifie les marqueurs de ces gènes pour aider les agents de santé à déterminer qui envoyer à la maison et qui admettre aux soins intensifs, avant que leurs symptômes puissent évoluer vers des niveaux mortels. L'étude indique que leurs résultats « suggèrent que le typage HLA [réponse immunitaire] pourrait être un outil réalisable dans la réponse au SRAS-CoV-2 pour identifier les populations à risque et prioriser la distribution des vaccins ».

L'effet des ondes magnétiques sur l'ADN

Il a également été confirmé que la structure hélicoïdale cristalline de l'ADN le rend très sensible aux fréquences magnétiques et aux formes d'ondes de faible résistance mais spécifiques. Selon l'intensité du champ et les composants de Fourier, les effets peuvent varier du rajeunissement au cancer, avec un effet possible étant le déverrouillage ou la suppression de l'ADN indésirable. Étant donné que certains des « nouveaux » brins d'ADN sont en fait de nature électromagnétique ou multidimensionnelle, l'ADN est également sensible non seulement aux champs électromagnétiques terrestres, mais il répond également à la nature de l'âme du corps. La nature de l'âme est la composition vibrationnelle éthérique / astrale ou la signature d'une âme particulière. La structure génétique et la nature de l'âme sont intimement liées; un changement dans l'un peut entraîner un changement retardé dans l'autre.

La manipulation ou le contrôle de notre comportement terrestre peut simplement être obtenu par l'utilisation de transmissions micro-ondes de faible puissance, les effets sur le cervelet du cerveau humain lorsqu'il se trouve à moins d'un mètre d'un tel appareil sont dévastateurs pour l'organe. Les tours FM, AM et micro-ondes GWEN peuvent toutes être utilisées pour manipuler ou contrôler les masses indisciplinées de cette manière. Et bien évidemment la 5G.

L'auteur de certains de ces documents donne comme conclusion ce qui suit :

L'humanité évolue, émergeant des millénaires passés d'obscurité et d'oppression abyssales. La structure du pouvoir, sachant que son règne est sur le point d'arriver à la fin, a travaillé sans relâche dans un dernier effort pour nous garder réprimés. Les chemtrails ne sont qu'une petite arme qu'ils utilisent pour y parvenir.

Une déclaration très vraie. Sa suggestion selon laquelle « leur objectif ultime est un nouvel ordre mondial, un totalitarisme mondial et le rétablissement de leur pouvoir absolu » et que « le NWO échouera si les citoyens deviennent génétiquement habilités à se réveiller et à combattre avec des pouvoirs surhumains contre la tyrannie » et que « cette phase est déjà en cours, et les chemtrails sont finalement inefficaces pour empêcher l'inévitable » est très discutable, cependant. C'est même incorrect en termes de ce qui se passe vraiment. Il est assez évident pour quiconque essaie de parler à « l'homme du futur » que la conscience générale de la planète Terre a décidé de NE PAS poursuivre le processus d'ascension – que ce soit par la contrainte ou par leur propre libre arbitre, n'a pas vraiment d'importance. Il ne reste plus qu'à choisir si l'individu veut franchir la prochaine étape dans un état de dimension supérieure ou non.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Recherches paranormales



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est très récent et nécessite peut-être quelques améliorations.