La doctrine du spiritisme au Brésil

Attention, nous ne parlons pas ici des techniques de spiritisme pour communiquer avec les morts mais de la doctrine codifiée par Allan Kardec.

Cristo Cochabamba en Bolivie
La Doctrine Spirite, le Consolateur promis par Jésus, ayant comme représentant humain la figure de Kardec, s'appuyait sur la pensée et la culture européenne. Il serait très bon que de tels enseignements soient absorbés par tous les peuples, afin de diriger leur vie et leur avenir, mais la réalité en a montré une autre : la « pova », qui forme la majeure partie de la masse humaine au Brésil, n'absorbe pas le Contenu souhaité. Elle préfère d'autres formes religieuses plus adaptées à ses conditions ataviques et selon son degré de développement spirituel. La tradition catholique, par exemple, est très forte au milieu des brésiliens, bien que la plupart des gens qui professent cette religion ne le fassent que dans les apparences.
 
 

Des notions mal comprises par la population rurale

Le spiritisme, comme le démontre l'expérience, a donné ses meilleurs fruits aux classes plus intellectuelles, plus en harmonie avec l'esprit européen. Le peuple brésilien a subi une influence atavique laïque, où les valeurs religieuses étaient fondamentalement celles introduites par les Indiens, les Noirs et le Catholicisme. Une bonne partie de la population a des difficultés à comprendre les objectifs du Spiritisme. Ils le confondent plutôt avec chaque ordre de sectes qui traitent de l'élément spirituel.

Cela est parfaitement compréhensible, car c'est une doctrine assez nouvelle dans le monde, il faudra du temps aux gens pour comprendre ses vrais objectifs. En plus de cela il y a l'immaturité de l'esprit du peuple déjà enracinée dans les principes religieux dogmatiques et sectaires. On peut comprendre les difficultés que la doctrine spirite trouverait pour s'établir au sein du peuple brésilien.

Souvent confondu avec une religion caritative

Bien qu'il soit dit le contraire, le Spiritisme n'a pas encore été bien compris parmi les Brésiliens.

Ils sont encore une minorité et même parmi les spirites à bien l'assimiler car il est difficile de comprendre les nobles objectifs de cette doctrine de délivrance de l'Esprit.

Les gens, en général, ne bénéficient pas du meilleur que le Spiritisme peut leur offrir, et qui stimule les changements de l'individu. Ils considèrent la Doctrine comme une « religion » qui fait beaucoup de charité, en raison des caractéristiques assumées par les premiers adhérents dans ce pays. Mais au fil du temps, et avec la maturité du peuple, cette vision va changer et le Spiritisme peut exercer une influence salutaire parmi les peuples qui peut modifier le visage de la planète, si nous le souhaitons.

Les limites de la pratique spirite

La doctrine spirite était un travail mené par un groupe d'esprits supérieurs appelés « Esprits de vérité » et organisé par l'un de ses membres incarnés, Hipollite Leon Rivail Denizard, qui utilisait le pseudonyme « Allan Kardec ». Par tout ce que nous pouvons lire et comprendre dans ses livres, on voit que son travail avait une très haute origine. Le spiritisme codifié nous apporte des principes rationnels jamais vus dans d'autres doctrines philosophiques et morales. Il est le consolateur promis par Jésus pour aider à construire l'avenir de l'humanité. Tous les hommes qui se basent sur ses normes pour guider leur vie morale et le développement de leurs facultés psychiques auront beaucoup à gagner. On peut affirmer qu'il n'y a pas d'orientation morale, philosophique et pratique plus sûre que celles laissées par le codificateur.

Le spiritisme est parfois considéré comme une doctrine incapable de résoudre certaines difficultés spirituelles de la problématique humaine ? Le problème ne vient pas de la doctrine spirite. Le problème de ces difficultés est un manque d'étude appropriée et de préparation morale et intellectuelle. Pour diverses raisons, certaines personnes deviennent des leaders de centres spirites sans avoir les conditions doctrinales pour le faire. Il en va de même avec les animateurs des séances pratiques, les conseillers, etc. Lorsqu'ils n'ont pas assez d'humilité pour apprendre de la position qu'ils ont adoptée, ils finissent par guider les gens de manière inappropriée, donnant ainsi naissance à un grand nombre de noyaux non productifs.

Toute cette situation serait minimisée si les maisons spirites créaient des écoles doctrinales dans leurs appendices, sélectionnant les candidats à l'adhésion, empêchant les personnes problématiques de devenir des médiums ou des serviteurs à Seara do Bem. Le spiritisme serait pratiqué plus sérieusement. Le grand mal reste le peu d’intérêt des adeptes pour l’étude de la doctrine et des choses en général.

C'est pourquoi il est nécessaire de s'efforcer de moderniser les pratiques spirites et de mieux organiser le Centre spirite en termes doctrinaux et administratifs.

Il peut sembler qu’il existe une limite d’action dans la pratique spirite pour des cas de cette nature car, dans l’environnement spirite, une sorte de préjugé a été créé, né de l’ignorance du problème. Il existe et est considéré comme s'il n'existait pas. Et il a besoin d'être résolu. Et si ce n'est pas résolu avec la vue rationnelle que la Doctrine nous donne, ce le sera comment ?

Auteur : José Queid Tufaile Huaixan



Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

 Début : Le spiritisme au Brésil

 Des notions mal comprises par la population rurale

 Souvent confondu avec une religion caritative

 Les limites de la pratique spirite


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : La doctrine du spiritisme au Brésil


Retour à la catégorie : Esotérisme et sciences occultes (suite 3)



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 4 Novembre 2018, il y a moins d'un an.