La peur alimente les complots

Les complots

Sous la menace permanente d'une nouvelle pandémie virale, il n'est pas surprenant que des informations erronées circulent sur le SARS-CoV-2, le coronavirus qui cause le COVID-19. Le SARS-CoV-2 a-t-il été fabriqué en laboratoire ? Et sinon, pourquoi les gens continuent-ils de croire que c'est le cas ? Quelles sont les origines de toutes ces théories farfelues qui ont largement été relayées par les médias ?

La peur est une source de complot bien identifiée : l'inconnu, l'incertitude, ne pas sentir qu'on a le contrôle,... Il faut cependant distinguer la méfiance de la défiance. La méfiance signifie simplement ne pas être confiant, mais la défiance peut-être basée sur l'expérience que vous avez eue dans le passé.

La pensée binaire est une autre origine des théories du complot : nous avons tendance à avoir des réactions de combat ou de fuite aux choses et quand nous regardons une étude et disons que cela soutient ou réfute tout ce que vous espérez être soutenu ou réfuté, vous ne pouvez pas avoir une pensée critique ou une pensée plus nuancée qui serait nécessaire. Beaucoup de gens sont manichéens et ont une pensée binaire (c'est bien ou c'est mal) et parfois ont même qu'une pensée unaire quand ils sont fondamentalistes. Et sur internet on trouve aussi beaucoup de gens qui n'ont pas de pensée du tout et ne réagissent que par réflex ou instinct (cerveau reptilien).


La science a été remarquablement rapide pour découvrir l'agent causal de cette maladie, trop rapide peut-être. Elle a été tout aussi rapide pour identifier sa séquence génomique et sa structure génétique, et pour se mettre au travail sur des essais cliniques pour des thérapies et des vaccins. Ceci a immédiatement fait germer la graine du doute et éveillé des soupçons chez certains. En effet, tout semble trop beau pour être vrai, trop cousu de fil blanc.

En tant que processus intrinsèquement itératif, la découverte scientifique est souvent plus lente, nécessitant de « nouvelles recherches », c'est-à-dire un approfondissement de ce qui a été trouvé et des observations répétées, qui sont finalement acceptées comme des faits, et des corrections lorsque les résultats ne sont pas reproduits. Par conséquent, une grande partie de ce que nous avons appris au sujet du COVID-19 est arrivée par à-coups et a fait l'objet d'une révision. Cela a malheureusement abouti à des informations incohérentes, y compris des conseils précoces sur le non port du masque ou sur les avantages potentiels, mais insuffisamment testés, de remèdes tels que l'hydroxychloroquine. Les médias ont largement surfé sur la vague et ont participé à colporter des informations qui n'étaient pas vérifiées ou qui n'étaient que spéculatives. Ils ont entretenu la peur et la défiance, mis le doute dans l'esprit des gens.

Toutes ces choses que je viens d'énumérer, tous les êtres humains y sont sensibles. Je pense qu'il y a peut-être un segment de la société qui se méfie du gouvernement LREM, peut-être de l'autorité exacerbée de cette dictature. Il existe un autre groupe de la société qui ne fait pas confiance aux entreprises, au secteur privé « capitaliste » ou à d'autres forces. Je dirais que nous avons tous un certain sens du complot. Les meilleurs exemples que je trouve habituellement sont liés au sport. Vous savez, si le PSG gagne le championnat ou que l'OM remporte la coupe, les arbitres sont forcément payés.

Et je dirais que cela existe tout le temps. En fin de compte, combien d'entre nous ont vraiment le temps de faire une recherche approfondie sur quelque chose avec des preuves de haute qualité avant de prendre une décision ? Souvent, nous consultons nos nouvelles sources préférées, nous regardons BFM ou LCI selon les préférences, nous avons des leaders d’opinion sur lesquels nous comptons, et nous devons le faire parce qu’il n’y a tout simplement pas assez de temps pour passer par une approche de recherche appropriée pour tout ce que nous voulons apprendre.

Cela dit, la plupart des informations erronées qui circulent sur le COVID-19 ne sont pas le résultat d'essais et d'erreurs scientifiques, car elles proviennent de spéculateurs de fauteuils sur Internet et d'experts en télévision par câble exprimant des opinions et des intuitions sans aucune expertise réelle. Cela équivaut à une démonstration vivante de l '« effet Dunning-Kruger » (selon lequel ceux qui ont moins de connaissances réelles sur un sujet ont la plus grande confiance disproportionnée dans ce sujet) ainsi que des conclusions des psychologues de Yale Matt Fisher et Frank Keil qui ont démontré cette théorie. Une expertise dans un domaine de connaissance particulier augmente la confiance dans les autres domaines, même lorsque la connaissance de ces domaines est en fait faible.

Mais le confinement nous a donné ce temps qui nous manque habituellement et nous avons découvert de nouvelles sources d'information. Nous avons pris le temps de les analyser et de les débunker. Nous avons pris le temps de constituer des dossiers sur les membres du gouvernement et d'enquêter sur les différentes théories quant à l'origine du coronavirus, le virus chinois fabriqué par Israël et importé des États-Unis et ramené en France pendant les Jeux Militaires d'octobre de Wuhan sans que personne ne s'en aperçoive.

D'où vient réellement le SARS-CoV-2 ?

La désinformation à propos du COVID-19 a fait passer toute la gamme des idées fausses simples à des mensonges plus ridicules et bien sûr aux théories du complot. L'une des théories du complot les plus courantes qui ont été émises depuis le début de la pandémie de COVID-19 est l'idée que le SARS-CoV-2 est une arme biologique créée par l'homme qui s'est échappée d'un laboratoire de recherche de Wuhan ou a été libérée délibérément.

Un sondage Pew de mars a révélé que près d'un tiers des Américains pensaient que le SARS-CoV-2 était fabriqué par l'homme dans un laboratoire. Moins de la moitié d'entre eux pensaient que cela s'était « produit naturellement » et un quart étaient « incertains ». De plus, près du quart des personnes interrogées ont approuvé la croyance selon laquelle le SARS-CoV-2 n'était pas seulement créé par l'homme, mais qu'il avait été développé intentionnellement.

Sur la base des premières recherches médicales, il a été conclu « officiellement » que le SARS-CoV-2 est apparu naturellement dans la nature, passant des chauves-souris aux humains, éventuellement par le biais d'un hôte intermédiaire comme les pangolins. L'endroit présumé du « patient zéro » était un « marché humide » dans la ville de Wuhan qui vend des animaux vivants, y compris des chauves-souris pour la consommation humaine, où de nombreuses personnes présentant initialement le COVID-19 se seraient rendues. Mais très vite on a sus que ce marché aux fruits de mer de Wuhan n'était sans doute pas l'origine du virus car nombreux des premiers cas n'y avaient jamais mis les pieds et n'avaient jamais rencontré quelqu'un qui y avait été. Cette théorie trop hâtive tombait à l'eau.

Mais bientôt, cependant, le bruit s'est répandu qu'il y avait aussi un laboratoire, l'Institut de virologie de Wuhan, situé près du marché humide où la recherche sur les coronavirus de chauve-souris et le potentiel de transmission humaine se poursuivait depuis des années. Malgré les démentis répétés des autorités chinoises selon lesquelles le SARS-CoV-2 ne provenait pas de ce laboratoire, la coïncidence d'un laboratoire de virologie étudiant les coronavirus de chauves-souris près du site de l'épidémie initiale a été trop tentante pour de nombreuses personnes pour l'ignorer. En février, le New York Post a publié un éditorial affirmant que le SARS-CoV-2 s'était peut-être échappé du laboratoire et Fox News a rapporté en avril de nouvelles « sources » affirmant la même chose. Peu de temps après, le président Trump a fait écho à ces soupçons dans les commentaires des points de presse avec l'annonce subséquente d'une « enquête à grande échelle » pour découvrir la vérité.

Bien qu'aucune de ces sources ne soit allée jusqu'à prétendre que le SARS-CoV-2 a été créé par l'homme ou qu'il a été délibérément développé à des fins néfastes, cela n'a pas empêché les gens de spéculer dans ce sens.

Le zèle de Trump à blâmer la Chine pour le coronavirus

Dans son zèle à blâmer la Chine pour le coronavirus, l'administration Trump contrecarre les enquêtes sur les origines de la pandémie. Depuis des semaines, le président Donald Trump et le secrétaire d'État Mike Pompeo affirment sans preuve que la pandémie de Covid-19 est liée à un laboratoire de Wuhan qui effectue des recherches sur les coronavirus de chauve-souris. Leurs efforts sont clairement calculés pour distraire de la réponse ratée de Trump au virus, et, pour les observateurs rationnels, ils ont entaché l'idée que l'épidémie a commencé par un accident de laboratoire ou une violation de la sécurité.

Mais alors que de nombreux scientifiques pensent qu'une origine de laboratoire est peu probable, les experts en biosécurité y voient toujours une possibilité. La posture de l'administration peut en fin de compte rendre beaucoup plus difficile de comprendre ce qui s'est réellement passé dans les premiers jours de l'épidémie même si, ironiquement, les indices finissent par revenir à un laboratoire.

Sur la base des preuves disponibles, le SARS-CoV-2 – le virus qui cause le Covid-19 – a probablement émergé chez les chauves-souris dans la nature et a ensuite sauté chez l'homme, peut-être via un animal intermédiaire. Ce qui n'est pas clair, c'est où cette transmission pivot, appelée un « débordement », s'est produite. Les autorités chinoises ont avancé la théorie selon laquelle cela s'est produit au marché de gros de fruits de mer de Huanan à Wuhan, où 27 des 41 premiers cas ont été regroupés. Certains scientifiques pensent que cela aurait pu se produire dans la nature, par exemple dans les villages entourant les grottes du sud-ouest de la Chine où vivent des chauves-souris abritant des coronavirus. Alors que les pays s’urbanisent et que les humains envahissent les habitats des animaux, les retombées naturelles sont devenues de plus en plus courantes. Mais d'autres experts disent que la possibilité d'un accident de laboratoire, d'une infection pendant le travail sur le terrain ou d'une autre violation de la sécurité ne peut pas encore être exclue et qu'il est impératif de déterminer si une telle violation s'est produite.

« Une enquête ouverte est absolument justifiée et absolument essentielle », a déclaré Richard Ebright, professeur de biologie chimique à l'Université Rutgers. Partisan de longue date de la biosécurité, Ebright estime qu'une erreur de laboratoire est « au moins aussi probable » qu'un événement de débordement entièrement naturel. « Les allégations non étayées de Trump et Pompeo ont politisé et polarisé le problème et ont probablement eu pour effet de rendre une enquête ouverte moins probable. »

En avril, l'Australie a ouvert la voie en appelant à une telle enquête, suggérant qu'elle soulèverait la question à l'Assemblée mondiale de la santé, l'organe décisionnel de l'Organisation mondiale de la santé, lors de sa prochaine réunion. « Nous voulons simplement savoir ce qui s'est passé afin que cela ne se reproduise plus », a déclaré le Premier ministre australien Scott Morrison lors d'une conférence de presse le 8 mai. Le Canada, l'Allemagne et la Suède ont soutenu l'idée. Mais l'ingérence américaine a saboté l'effort, et le résultat est une résolution édulcorée, soutenue par l'Union européenne et plus de 100 pays, appelant à une enquête sur la réponse internationale à la pandémie. La résolution évite de distinguer la Chine. Au final, le monde devra attendre une enquête plus complète.

Un tel effort est nécessaire pour de nombreuses raisons. La Chine a mené sa propre enquête mais n'a partagé aucune information avec l'Organisation mondiale de la santé. Et la dissimulation précoce de l’épidémie par le gouvernement chinois et le fait de faire taire les critiques n’incitent pas à la confiance quant aux origines du virus.

Les virologues affirment qu'en savoir plus sur la façon dont les humains infectés par le coronavirus pourraient aider à prévenir les futures épidémies. La découverte d'une espèce animale porteuse d'un virus étroitement apparenté, par exemple, pourrait aider le monde à prévenir une résurgence de cas en montrant où concentrer les efforts de lutte. Une origine de marché humide pourrait alimenter un mouvement international pour fermer les marchés de la faune. Et pour les scientifiques, savoir si un accident de laboratoire a joué un rôle est essentiel pour garantir la sécurité des conditions de recherche à l'avenir.

Mais en poussant sans relâche la théorie des fuites en laboratoire sans fournir de preuves à l'appui, Trump et Pompeo ont réduit les chances que le monde obtienne des éclaircissements sur les origines de la pandémie. Les deux hommes ont obscurci la discussion en vantant la théorie du complot selon laquelle le coronavirus a été délibérément fabriqué dans un laboratoire chinois comme une arme biologique – une idée qui a été catégoriquement rejetée par les scientifiques et les responsables du renseignement. Trump a également appelé la Chine à indemniser les États-Unis pour l'épidémie. Pompeo, quant à lui, a tellement irrité Pékin que le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, l'a traité de « moulin à paroles ». Selon la plupart des témoignages, la pression internationale en faveur d'une enquête n'est pas due à la position extrême des États-Unis, mais malgré cela.

Les spéculations sur l'Institut de virologie de Wuhan, une installation de niveau de biosécurité 4 construite avec l'aide de la France, ont commencé très tôt. En janvier, une étude publiée par des scientifiques chinois dans The Lancet a révélé que le premier patient diagnostiqué avec le coronavirus, le 1er décembre, n'avait aucun lien avec le marché humide.

Cela a déclenché des suppositions et des théories du complot. « Nous devons regarder au-delà de l'origine du marché humide », a déclaré Filippa Lentzos, experte en biosécurité au King’s College de Londres. « Pour le moment, c'est toujours une question ouverte. » Le parent connu le plus proche du SARS-CoV-2 est un coronavirus de chauve-souris qui a été échantillonné par l'Institut de virologie de Wuhan, mais les deux virus ne sont pas assez proches pour suggérer un lien direct.

Les preuves indiquent que le SARS-CoV-2 n'a pas été créé par l'homme

Tout au long du confinement nous avons vu une sorte de gradient évolutif de croyance au complot sur les origines du SARS-CoV-2. Comme mentionné, cela commence avec l'idée qu'il pourrait provenir de l'Institut de virologie de Wuhan, infectant peut-être accidentellement un employé qui est devenu le « patient zéro ». La prochaine étape de la conspiration – qu'un coronavirus de chauve-souris a été délibérément modifié par des scientifiques chinois pour créer le SARS-CoV-2 – a été un sujet de débat. Mais en mars, un article scientifique publié par le Dr Kristian Andersen du Scripps Research Institute de San Diego, en collaboration avec un groupe international de chercheurs principalement situés aux États-Unis, a rapporté qu'une analyse du génome du SARS-CoV-2 soutenait fortement qu'il provenait naturellement des chauves-souris et que la prémisse selon laquelle il était artificiel était « invraisemblable ».

Un certain nombre de flambées récentes, dont le VIH, le Zika et le premier virus du SRAS, ont été causées par des retombées purement naturelles. Et pourtant, il y a également eu des épidémies causées par des accidents de laboratoire. Une épidémie de H1N1 en 1977 en Union soviétique et en Chine aurait été causée par des scientifiques soviétiques expérimentant un virus vivant dans un laboratoire, peut-être pour fabriquer un vaccin. Lors d'une brèche en 2007 à Pirbright, un centre de recherche sur les animaux de niveau de biosécurité 4 à Surrey, au Royaume-Uni, des eaux usées contenant des virus vivants se sont échappées des tuyaux de drainage et dans le sol, rendant les animaux de la région atteints de fièvre aphteuse. Le premier virus du SRAS s'est échappé des laboratoires d'Asie à trois reprises. Même les laboratoires des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis – qui sont considérés comme à la pointe de la technologie – ont connu de graves violations de la sécurité.

Le raisonnement du Dr Kristian Andersen était basé sur plusieurs résultats liés à la façon dont les scientifiques pourraient très probablement modifier un coronavirus de chauve-souris pour infecter les humains et comment ces stratégies ne correspondent pas à ce que nous savons réellement sur le SARS-CoV-2.

Premièrement, il n'a pas la structure principale d'aucune « épine dorsale » virale utilisée dans des recherches antérieures impliquant le « génie génétique inverse » qui est en cours dans le but d'étudier la transmissibilité humaine des coronavirus de chauve-souris depuis la pandémie originale de SARS-CoV de 2002 -2003. Au lieu de cela, le nouveau virus est similaire à 97% à un coronavirus de chauve-souris naturel connu appelé BatCoV RaTG13.

Deuxièmement, le SARS-CoV-2 a une « protéine de pointe » avec un « domaine de liaison aux récepteurs » (la partie qui se fixe aux cellules humaines et lui permet de pénétrer à l'intérieur) qui ne correspond pas aux récepteurs des cellules humaines ni à ceux du SARS-CoV. En d'autres termes, si les scientifiques ont délibérément créé la protéine de pointe du SARS-CoV-2, ils l'ont rendue moins infectieuse pour l'homme par rapport à ce qui était déjà disponible. Si c'est le cas, ce serait comme un cambrioleur qui avait déjà une clé mais qui a plutôt essayé d'ouvrir une porte en faisant un crochet qui ne convenait pas aussi bien.

Maintenant, il se trouve qu'un nouveau « site de clivage » dans la protéine de pointe SARS-CoV-2 permet en effet aux enzymes du corps humain de changer sa structure de sorte qu'elle est infectieuse pour les gens après tout, mais c'est beaucoup plus susceptible d'être survenu par une mutation aléatoire dans la nature ou par transfert génétique via un hôte intermédiaire comme les pangolins (tout comme on pense que le SARS-CoV a été génétiquement modifié lorsqu'il est passé des chauves-souris aux humains via les civettes) que d'avoir été quelque chose que les scientifiques ont délibérément inventé.

La réalité est que peu d'entre nous ont l'expertise technique pour comprendre pleinement ou être convaincus par les arguments décrits dans l'article d'Andersen, même s'ils ont été distillés dans la presse profane. Par conséquent, ce que nous croyons de l'origine du SARS-CoV-2 se résume à qui nous faisons confiance pour la connaissance, ou ce qu'on appelle la « confiance épistémique ». Et une fois que la confiance épistémique a été affaiblie par la désinformation, que ce soit en raison des efforts initiaux de la Chine pour minimiser l'épidémie ou des directives et recommandations incohérentes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la propagation du COVID-19 par les aérosols ou si nous devrions tous porter masques, la confiance épistémique est remplacée par la méfiance épistémique, ce qui permet d'avancer facilement le long du gradient de la théorie du complot où les métaphores sur les « pentes glissantes » et « tomber dans le terrier du lapin » sont appropriées.

En effet, on se dit que toutes ces tentatives pour essayer de justifier une origine naturelle du virus sont grossières et qu'ils en font trop, sans doute pour tenter de cacher la vérité. Les soi-disant « preuves » d'une origine naturelle ne sont même pas évidentes et incontestables. Elles sont mal ficelées et laissent une part de doute. Les théories du complot, au contraire, sont comme un puzzle qui s'assemble parfaitement.

Les scientifiques ont-ils essayé de créer une arme biologique à coronavirus ?

Les théories du complot se renouvellent constamment avec de nouveau grain apporté au moulin. Des sources en ligne ont renouvelé leur complot en pensant à l'origine du SARS-CoV-2 en discutant d'une étude de recherche de 2015 publiée par des enquêteurs américains en collaboration avec le Wuhan Institute of Virology. L'étude a démontré comment le génie génétique inverse a été utilisé pour créer un coronavirus de chauve-souris hybride ou « chimère » capable d'infecter les humains en combinant des parties d'autres virus connus.

Comme suggéré précédemment, ce type de recherche sur le « gain de fonction » est en cours depuis l'épidémie de SRAS de 2002-2003 dans le but de prédire comment une autre pandémie de ce type pourrait survenir, comme c'est le cas actuellement. De telles recherches ne sont pas sans controverse en raison des risques potentiels de libération accidentelle ou d'utilisation délibérée pour la guerre biologique. Mais bien que l'idée que les scientifiques aient expérimenté le génie génétique inverse des coronavirus puisse sembler effrayante et joue dans les tropes sur les intentions potentiellement malveillantes des « mauvais scientifiques », la recherche réelle démontre également quel type de stratégies délibérées seraient utilisées pour concevoir un tel virus – c’est-à-dire que les stratégies mêmes qu’Andersen note comme n'étant pas présente dans SARS-CoV-2.

Une découverte moins connue citée dans l'article d'Andersen est qu'un autre coronavirus de chauve-souris d'origine naturelle a récemment été découvert comme ayant un site de clivage qui lui permet d'infecter les humains de manière similaire au SARS-CoV-2. Cette recherche a été effectuée aux États-Unis, sans aucune collaboration chinoise.

Cette dernière découverte d'un coronavirus de chauve-souris dans un laboratoire américain avec un site de clivage qui confère l'infectiosité humaine par un mécanisme similaire au SARS-CoV-2 pourrait alimenter la théorie de la contre-conspiration proposée par les autorités chinoises, voulant que le SARS-CoV-2 est originaire des États-Unis et a été amené en Chine par l'armée américaine. Sauf qu'il ne le supporte pas du tout, car ce n'est clairement pas le même virus que le SARS-CoV. En fait, tout ce genre de « branlette espagnole » démontre vraiment l'opportunité politique d'utiliser des théories du complot sans fondement pour pointer du doigt le blâme sur quelqu'un.

Des expériences controversées de gain de fonction

L'Institut de virologie de Wuhan a travaillé avec des collaborateurs américains sur des expériences controversées appelées études de gain de fonction, qui impliquent de rendre les virus plus dangereux pour tester leur transmissibilité. Des années avant le début de la pandémie de Covid-19, les expériences de gain de fonction étaient au centre d'une controverse scientifique mondiale. Les partisans ont déclaré que les études pourraient aider à faire progresser les connaissances sur les maladies infectieuses et à prévenir la prochaine pandémie. Les détracteurs ont averti qu'ils étaient trop risqués et qu'ils pourraient également provoquer la prochaine pandémie. Les National Institutes of Health ont imposé un moratoire sur ces recherches en 2014 et l'ont levé en 2017 après avoir élaboré un nouveau cadre d'examen pour les études. Aujourd'hui, la plupart des recherches sur les gains de fonction sont financées par les États-Unis.

Afin de déterminer ce qui s'est passé, disent ces experts, le monde a besoin d'une enquête neutre non contaminée par les efforts de l'administration Trump pour détourner l'attention de la réponse bâclée des États-Unis. « L'enquête ne devrait pas viser à attribuer le blâme », a déclaré Lentzos. « L'enquête doit viser à trouver une réponse crédible sur la façon dont la pandémie a commencé, puis à l'utiliser pour élaborer une alerte rapide pour l'avenir. »

Lorsque l’Australie a appelé à une enquête en avril, son gouvernement visait à contrer la position de l’administration Trump avec une proposition plus sensée. L'objectif était « de minimiser la portée des théories du complot sur le virus qui ont été révélées par des responsables américains et chinois », a déclaré Natasha Kassam, chercheuse au Lowy Institute, un groupe de réflexion à Sydney.

Pendant des années, l'Australie a été un fidèle allié des États-Unis, soutenant les objectifs de politique étrangère américaine alors même que le reste du monde rechignait. Pendant la guerre en Irak, alors que l’administration Bush poussait des informations erronées sur les armes de destruction massive, le Premier ministre australien John Howard était si docile que les commentateurs l’ont surnommé le « shérif adjoint » de Washington. La présidence de Trump a cependant sérieusement testé le dévouement de l'Australie. Pompeo l'a testé davantage lorsqu'il a suggéré, après l'annonce de l'Australie, que le pays soutenait simplement les efforts américains pour identifier une origine.

Un « dossier » divulgué à la presse australienne a causé de nouveaux problèmes. Le document, qui a été détaillé par le journal australien The Daily Telegraph dans un article publié le 4 mai, traitait de la façon dont la Chine avait géré l'épidémie et jetait des soupçons sur le Wuhan Institute of Virology. De nombreux détails étaient familiers, notamment le fait que la Chine avait réduit au silence les médecins, contrecarré les premières tentatives de coopération internationale et soumis des articles universitaires sur le virus à un examen spécial. Il est apparu plus tard que le dossier était en fait un résumé des informations existantes qui auraient été diffusées par l'ambassade des États-Unis à Canberra.

Ces développements ont agacé les autorités chinoises qui ont menacé d'imposer des tarifs douaniers élevés sur le bœuf et l'orge australiens. « Ils le voient, à travers leur lentille dialectique, comme une attaque coordonnée et directe de l'Australie au nom des États-Unis », a déclaré Andrew Chubb, expert en politique chinoise et en relations internationales à l'Université de Lancaster au Royaume-Uni. L'Australie a fini par reculer et le gouvernement Morrison a apporté son soutien à la résolution plus douce de l'Assemblée mondiale de la Santé. La Chine a imposé le tarif sur l'orge et interdit de toute façon les exportations de quatre usines australiennes de transformation de la viande.

Si une enquête complète est finalement menée, les experts en biosécurité espèrent qu'elle inclura un examen des échantillons et des protocoles de sécurité des laboratoires de Wuhan ainsi que du marché humide. Simon Wain-Hobson, virologue à l'Institut Pasteur de Paris, a déclaré qu'il serait utile de voir les enregistrements de laboratoire de Wuhan remontant à août, ainsi que tous les enregistrements de travaux avec d'autres virus de mammifères.

« S'il s'agissait d'une violation, nous devons le savoir, car alors nous surestimons clairement nos capacités à contenir certains de ces virus », a-t-il déclaré. « Nous devons savoir cela en tant que scientifiques, car si cela peut infecter un scientifique, il peut en infecter un troisième, un quatrième, un cinquième. »

La détermination de l'administration Trump à trouver un bouc émissaire est à courte vue, a-t-il dit, et l'idée de demander à la Chine de payer pour l'épidémie est sans précédent. « Aucun pays ne peut payer de rétribution pour une chose pareille », a déclaré Wain-Hobson à The Intercept.

Qui balance du dioxyde d'azote et de soufre dans l'atmosphère ?

Maintenant un nouveau complot émerge : qui peut nous en vouloir au point de nous balancer du dioxyde d'azote et du dioxyde de soufre juste le jour où tout le monde sort ? Ça ne filtre pas trop sur les médias mais peut-être avez-vous des sources sur le dark-net ou ailleurs ?

Le 10 Mai 2020, quelques heures avant le déconfinement, une forte odeur de cadavres en décomposition et de soufre est perçue notamment en région parisienne. Il s'agit d'une très forte concentration de dioxyde d'azote sur la Manche, Paris et Anvers, comme le montre les relevés effectués par le système de surveillance de la pollution Copernicus.

Ce n'est pas du brouillard classique qui nimbe la Manche. Il n'y a pas de circulation automobile en raison du confinement. Et pourtant il y a des odeurs inquiétantes à Paris et en Île de France dues à une forte concentration en dioxyde d'azote (NO2) et de dioxyde de soufre, qui sont toxiques à haute dose.

La mairie de Paris dit qu'il n'y a rien mais elle a perdu toute crédibilité depuis le scandale du plomb de Notre-Dame... D'ailleurs les cartes satellites et autres relevés montrent l'inverse...

Comment une telle pollution est-elle possible alors que les pays sont confinés depuis 2 mois ? Aucun incendie n'a été décelé par satellites. Il semble qu'une nappe de dioxyde d'azote surnaturelle se balade sur la planète au grès des vents...

Peut-être avez-vous plus d'infos sur les agents toxiques qui ont été balancés dans la Mer du Nord et sur Paris le 10 mai ?

Malheureusement ça ne s'arrête pas là. Dans beaucoup de villes de France on voit les gens poster de superbes images de coucher de soleil jaune orangé illuminant tout le ciel. Ce qu'ils ne savent pas forcément c'est que ce ciel de cette couleur est caractéristique de la couleur du dioxyde d'azote.

Ces odeurs nauséabondes ont été perçues à Hollywood mais également à Wuhan en février, en même temps que les nuées de corbeaux qui venaient sur la ville en quarantaine. Et non. Ce n'était pas lié aux cadavres... mais à autre chose... mais quoi ?

Où est la conspiration ?

Pour être clair, l'idée que le SARS-CoV-2 pourrait avoir surgi naturellement chez les chauves-souris, mais d'abord infecter une personne travaillant à l'Institut de virologie de Wuhan reste une possibilité, bien que des chercheurs américains familiers avec le laboratoire aient écarté sa probabilité. En tout cas, cette théorie ne se qualifie pas en tant que théorie du complot et l'idée qu'elle aurait pu être délibérément créée par l'homme, du moins pas par elle-même. Pour atteindre le statut de théorie du complot, il faudrait passer à l'étape suivante le long du gradient, croyant que le SARS-CoV-2 était non seulement créé par l'homme, mais délibérément fabriqué avec l'intention de l'utiliser comme une arme biologique. Après cela, la dernière étape serait de croire qu'il a également été intentionnellement libéré du laboratoire pour causer du tort et que le récit original du « marché humide » représentait un mensonge délibéré destiné à dissimuler la vérité.

Ces théories sont purement spéculatives, avec des preuves existantes qui les réfutent, de sorte qu'elles répondent à la définition d'une théorie du complot – elles rejettent les récits faisant autorité ainsi que les preuves scientifiques publiées en faveur d'un contre-récit qui implique à la fois des intentions néfastes et une intentionnelle dissimulation de la vérité.

Mais qu'il y ait ou non des preuves objectives à l'appui des théories spéculatives sur l'origine du SARS-CoV-2 est presque hors de propos. Une fois que nous sommes tombés dans le terrier de lapin de la recherche de réponses en partant du principe que les récits conventionnels sont des mensonges délibérés, notre définition de ce qui constitue des « preuves objectives » change et nous devenons vulnérables à un éventail plus large d'opinions spéculatives et de désinformation mélangées à des informations fiables que nous rencontrons en cours de route.

En raison d'un biais de confirmation, cette recherche de réponses est souvent dirigée non seulement par une attirance pour les contre-récits qui contredisent les sources d'information faisant autorité, mais également par d'autres préoccupations et soupçons préexistants. Par exemple, certaines théories du complot du COVID-19 sont renforcées par des préjugés raciaux ou politiques qui se manifestent actuellement en ce qui concerne la Chine et les relations potentiellement conflictuelles de l'OMS avec elle. D'autres versions plus créatives finissent par être des extensions d'autres théories du complot, telles que la croyance que Bill Gates est responsable du SARS-CoV-2 en raison d'un plan plus large qu'il viserait afin de profiter d'un vaccin, ou que les réseaux 5G sont la véritable cause de COVID- 19 que ce soit parce qu'il affaiblit le système immunitaire pour nous rendre plus vulnérables au virus ou plus directement avec la croyance que le SARS-CoV-2 n'existe pas du tout.

L'essentiel est que les preuves objectives s'éloignent de toute théorie du complot offrant la meilleure explication des origines du SARS-CoV-2. Mais « les théoriciens du complot vont théoriser le complot » et les preuves objectives ne les arrêteront pas facilement. Ceux qui considèrent la Chine comme un ennemi politique auquel on ne fait pas confiance auront du mal à laisser tomber la possibilité que le SARS-CoV-2 ait pu être fabriqué dans le laboratoire de Wuhan. Et ceux qui se méfient de la science et se méfient des nouvelles technologies continueront d'être attirés par les derniers tropes de la théorie du complot qui décrivent les scientifiques comme « fous », « diaboliques » ou corrompus, qu'ils soient liés aux vaccins, aux organismes génétiquement modifiés (OGM), aux réseaux 5G, ou même une Terre plate.

Cette pandémie mondiale est une aubaine pour l'instauration prochaine d'un NWO. Sur les cendres encore fumantes de nos sociétés décadentes pulvérisées par un virus mutant d'origine incertaine, grandira comme une gangrène, à la manière d'une herbe folle, une nouvelle civilisation. Les cartes seront redistribuées, des royaumes entier jusqu'a lors érigés comme exemples vont tomber, des terres calcinées. Cette peste punitive va semer la peur, l'agonie et la mort aux quatre coins du globe. Le peuple affamée par les pénuries alimentaire et l’effondrement économique cherchera un nouveau berger pour les mener aux verts pâturage. Et Jacques Attali est son prophète. Aucun vaccin ne semble possible face à cette abomination génétique recontaminante, dont le corps humain ne parvient pas à développer des anticorps durables. Ne soyez pas dupe, une peine sans commune mesure va envahir le globe. Cette bête invisible va causer la chute, lente, douloureuse et crépusculaire de nos civilisations dégénérées par le libéral socialisme. La grande faucheuse est de retour, et elle aura du pain sur la planche. La torpeur n'est pas terminée, et l'avenir sera sombre... Un brutal et viril retour à la sélection naturelle emportera des lignées entières, jusqu'ici protégées par le socialisme. L'enfer arrive mes frères... L'enfer arrive...

Les gens sont tellement désespérés qu'ils s'en remettent maintenant aux anges et bientôt à Dieu. Mais il est très important de faire tomber tous ces mythes et que les gens connaissent enfin la vérité. Ce que la crise du COVID-19 illustre bien, c'est à quel point la science – et non la théorie du complot – est cruciale pour découvrir une nouvelle menace biologique et comment y survivre au mieux. Cette pandémie mondiale est aussi une aubaine pour tous les survivalistes.

Sources :
The Intercept
Psychologytoday



Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Les sectes africaines



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.