La pandémie mondiale

Pandémie mondiale de coronavirus
Une décennie mouvementée a atteint son dernier jour. C'était le Nouvel An 2019 et une grande partie du monde se préparait à le célébrer.

Les nécrologies des années 2010 s'étaient attardées sur des éruptions et des vagues qui façonneraient l'ère à venir : le Brexit, la guerre civile syrienne, DAESH, la crises des migrants, la prolifération des médias sociaux et le nationalisme revenant à la vie. Elles ont été écrites trop tôt.

Ce n'est que ces dernières heures, avant le début des toasts et des comptes à rebours, que le développement le plus important de la décennie a éclaté.

À 13 h 38 le 31 décembre, un site Web du gouvernement chinois a annoncé la détection d'une « pneumonie de cause inconnue  » dans la zone entourant le marché de gros des fruits de mer de Chine méridionale à Wuhan, une ville industrielle de 11 millions d'habitants.

L'épidémie était l'une d'une douzaine au moins à être confirmée par l'Organisation mondiale de la santé, notamment des cas d'Ebola en Afrique de l'Ouest, de la rougeole dans le Pacifique et de la dengue en Afghanistan. En dehors de la Chine, sa découverte a à peine été remarquée.


Pourtant, au cours des 100 prochains jours, le virus gèlerait les voyages internationaux, mettrait en veilleuse l'activité économique et confinerait la moitié de l'humanité dans leurs foyers, infectant plus d'un million de personnes, y compris le Premier ministre britannique, l'héritier du trône britannique, un vice président-iranien, et Idris Elba. À la fin avril, plus de 240 000 personnes seraient mortes dans le monde.

Mais tout cela était encore inimaginable à la fin du mois de décembre, alors que 23 h 59 passait à minuit, des feux d'artifice explosaient et les gens s'embrassaient lors des fêtes et dans les rues bondées.

Revivez la chronologie détaillée journée par journée de cette épidémie mondiale que la planète n'avait jamais connue depuis l'épidémie de grippe espagnole de 1918. Cette histoire est tirée de faits réels et n'est pas une fiction. Toute correspondance avec des personnages ou des situations ayant réellement existé n'est pas le fruit du hasard. C'était la pure réalité...et c'était tout simplement surréaliste.

Jour 1 : Mercredi 1er janvier 2020

Marché de fruits de mer de gros de Wuhan
Le marché des fruits de mer de Wuhan est généralement animé, mais ce matin, la police tisse du ruban adhésif entre ses stands métalliques et bouscule les propriétaires pour fermer leurs portes roulantes bleues. Les travailleurs en combinaison pour les matières dangereuses prennent soigneusement des échantillons des surfaces et les placent dans des sacs en plastique soigneusement scellés.

Des messages préoccupants circulent sur les réseaux sociaux chinois, alimentés par des documents médicaux qui ont trouvé leur chemin en ligne, avertissant que des patients se présentaient dans les hôpitaux de Wuhan avec des symptômes inquiétants.

« SARS est fondamentalement certain, ne laissez pas les infirmières sortir  », dit un message. Un autre dit : « Lavez-vous les mains. Portez des masques, des gants.  »

Les autorités de Taiwan observent avec inquiétude. L'île met déjà en œuvre des précautions sanitaires : les arrivées sur les vols directs en provenance de Wuhan font l'objet d'un dépistage des symptômes pseudo-grippaux sur le tarmac de Taipei avant de pouvoir débarquer. Dans les deux jours, Singapour et Hong Kong surveilleront aussi les arrivées de la ville à leurs frontières.

A Wuhan, huit personnes accusées de répandre des « rumeurs » sur la maladie sont convoquées au Bureau de la sécurité publique. Un autre qui sera réprimandé est un ophtalmologiste de Wuhan, Li Wenliang, pour avoir montré à un groupe d'anciens étudiants de son école de médecine une analyse du virus qu'il croyait être le SARS.

Des expressions telles que « pneumonie inconnue de Wuhan » et « marché de fruits de mer de Wuhan » sont déjà censurées sur YY, une plateforme de diffusion en direct populaire en Chine.

Mais comment tout ceci a-t-il commencé ? Les cas historiques du coronavirus, ainsi que le moment et le lieu de leur apparition, sont des questions importantes pour nous désabuser de la notion que le COVID-19 est exclusivement un virus chinois ou un virus de Wuhan, ou un tel autre non-sens de la guerre froide. Voici la chronologie détaillée des faits avérés ou suspectés concernant la pandémie mondiale du coronavirus.
 

CHRONOLOGIE




  • Avril 2019
  • Vapotage

    Avril 2019

    Une flambée de maladie pulmonaire grave associée au vapotage se limite exclusivement aux États-Unis, malgré le fait que la majorité des vapoteurs vivent en dehors des États-Unis. Lien


  • Juillet 2019
  • Fort Detrick

    3 juillet 2019

    Le CDC interrompt la recherche à Fort Detrick, invoquant des « raisons de sécurité nationale » pour ne pas avoir à divulgué d'informations sur sa décision. Lien


  • Chercheuse chinoise

    5 juillet 2019

    Une chercheuse chinoise, la Dr Xiangguo Qiu, est viré d'un laboratoire de maladies infectieuses dans le cadre d'une enquête de la GRC (Gendarmerie Royale du Canada). L'Agence de la santé publique du Canada le décrit comme une possible « violation de politique », aucun risque pour le public canadien. Le premier Chinois à découvrir ou à mettre en garde contre l'éclosion du Covid-19 ? Lien


  • Août 2019
  • Décès vapotage

    Août 2019

    Premier décès de vapotage signalé par des responsables de la santé « Au milieu du manque d'informations, les enquêteurs se sont efforcés de trouver des liens communs avec les problèmes respiratoires. Des responsables ont déclaré plus tôt cette semaine que de nombreux patients, pour la plupart des adolescents ou des jeunes adultes, avaient décrit des difficultés de respiration, des douleurs thoraciques, des vomissements et une grande fatigue », les symptômes précis de l'infection Covid-19.


  • Septembre 2019
  • Japonais d'Hawaii

    Septembre 2019

    Des Japonais se sont rendus à Hawaï et sont rentrés chez eux infectés. Il s'agissait de personnes qui n'étaient jamais allées en Chine.


  • Octobre 2019
  • Jeux Mondiaux Militaires

    18 au 27 Octobre 2019

    Les jeux mondiaux militaires se déroulent à Wuhan et rassemblent plus de 10 000 athlètes. Beaucoup tombent malades. Lien


  • Novembre 2019
  • Lombardie

    Novembre 2019

    Une « étrange pneumonie » circulait dans le nord de l'Italie dès novembre, des semaines avant que les médecins ne soient informés de la nouvelle épidémie de coronavirus en Chine, a déclaré Giuseppe Remuzzi, directeur de l'Institut Mario Negri de recherche pharmacologique. Lien


  • Premier cas chinois

    17 novembre 2019

    Le premier cas de ce qui a ensuite été identifié comme le COVID-19 a été détecté à Wuhan. Mais selon certains le virus circulait depuis le mois de septembre de manière non détectée. Lien


  • Offre d'emploi

    18 novembre 2019

    Le laboratoire de Wuhan publie une offre d'emploi dans l'objectif de recruter des scientifiques afin d'étudier la relation entre le coronavirus et les chauves-souris, spécifiquement pourquoi elles portent le virus mais restent néanmoins en vie. Lien


  • Hôtesse de l'air

    27 novembre 2019

    Une hôtesse d’Air France tombe malade au retour d’un vol Pékin-Paris. Elle mettra deux mois et demi pour s’en remettre. Une sérologie de l’hôtesse est prévu pour confirmer s'il s'agissait bien du COVID-19. Lien


  • Décembre 2019
  • Wei Guixian

    10 décembre 2019

    Wei Guixian, 57 ans, un commerçant de la section des fruits de mer du marché animalier de Wuhan, a déclaré être malade avec ce qui a été identifié plus tard comme des symptômes du COVID-19. Lien


  • Premier patient

    16 décembre 2019

    Patient admis à l'hôpital central de Wuhan avec infection dans les deux poumons mais résistant aux médicaments antigrippaux. Le personnel a appris plus tard qu'il travaillait dans un marché aux animaux sauvages lié à l'épidémie.


  • Second recrutement

    24 décembre 2019

    Le laboratoire de Wuhan publie une autre offre d'emploi qui dit : « Nous avons découvert un nouveau et terrible virus et nous voulons recruter des personnes afin de le gérer  ». Lien


  • Laboratoires génomiques

    26 décembre 2019

    Des données sur les patients de Wuhan ont été envoyées à plusieurs sociétés chinoises de génomique, qui étaient censées détecter de nouveaux virus. Selon certaines informations, au moins une de ces sociétés a reçu l’ordre d’arrêter les tests et de détruire le matériel. Lien


  • Zhang Jixian

    27 décembre 2019

    Zhang Jixian, médecin de l'hôpital provincial de médecine intégrée chinoise et occidentale du Hubei, a déclaré aux autorités sanitaires chinoises qu'elle pensait que la maladie était causée par un nouveau coronavirus. Lien


  • Un cas français

    27 décembre 2019

    Grâce à des tests effectués a posteriori (fin avril), une équipe du professeur Cohen de l'hôpital Jean-Verdier affirme avoir eu un malade le 27 décembre en France. Lien


  • Ai Fen

    30 décembre 2019

    Ai Fen, directrice du service des urgences de l'hôpital central de Wuhan, publie des informations sur WeChat sur le nouveau virus. Elle a été réprimandée pour avoir agi ainsi et a dit de ne pas diffuser d'informations à ce sujet.Lien


  • Li Wenliang

    30 décembre 2019

    Le médecin de Wuhan, Li Wenliang, partage également des informations sur WeChat sur le nouveau virus de type SRAS. Il est appelé pour un interrogatoire peu de temps après.


  • Commission de la santé

    30 décembre 2019

    La commission de la santé de Wuhan informe les hôpitaux d'une « pneumonie de cause obscure » et leur ordonne de communiquer toute information connexe.


  • Taïwan

    31 décembre 2019

    Taïwan rend publique une alerte – qu’elle adresse aussi à l’OMS – pour faire état de l’émergence d’un nouveau coronavirus (SRAS-CoV-2) à Wuhan et de la possibilité d’une transmission interhumaine. L'OMS n'en tient pas compte.


  • 27 cas

    31 décembre 2019

    Les responsables de la santé de Wuhan confirment 27 cas de maladie et ferment un marché qu'ils pensent être lié à la propagation du virus.


  • Déclaration à l'OMS

    31 décembre 2019

    Le bureau de pays en Chine de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est informé par le siège de l’OMS à Genève que des cas de « nouvelle forme de pneumonie » avaient été signalés à Wuhan. Les responsables de l'organisation l'avaient appris grâce à des informations publiées par des médecins, travaillant à Wuhan, sur un site Web américain. Dans le même temps, la censure Internet du PCC a commencé à empêcher les recherches de « Wuhan Unknown Pneumonia », « SARS Variation », « Wuhan Animal Market » et similaires. Lien Lien


  • Janvier 2020
  • Arrestations

    1er janvier 2020

    Huit médecins qui avaient alerté sur une épidémie causée par un nouveau coronavirus à Wuhan, dont le Dr Li Wenliang (1986-2020), qui mourra plus tard de la maladie, ont été arrêtés et interrogés par la police le Bureau de la sécurité publique de Wuhan du PCC pour « Répandre de fausses déclarations ». Li a été forcé de signer une lettre d'excuses. Lien


  • Suspension des tests

    1er janvier 2020

    La Commission de la santé du Hubei a ordonné à toutes les sociétés de génomique contactées le 26 décembre de suspendre leurs tests et de détruire le matériel qu'elles avaient reçu (ce qui aurait prouvé que les données sur le virus étaient déjà disponibles fin décembre).


  • Fermeture du marché

    1er janvier 2020

    Les autorités ont fermé le marché aux animaux de Wuhan, sans tamponner les animaux individuels et leurs cages et sans prélever de sang sur tous ceux qui y travaillent ni même vérifier qui aurait pu être infecté. Lien


  • Cartographie génomique

    2 janvier 2020

    Début de cartographie génomique des chercheurs chinois des informations génétiques complètes du nouveau coronavirus. Ces informations ne seront rendues publiques que le 9 janvier.


  • Bâillon national

    3 janvier 2020

    La Commission nationale de la santé de la Chine a émis un bâillon national, empêchant toutes les institutions médicales du pays de divulguer des informations sur la maladie. Lien


  • OMS

    4 janvier 2020

    L’OMS signale sur les médias sociaux l’existence d’un groupe de cas de pneumonie – sans décès – à Wuhan, dans la province du Hubei.


  • Le génome

    5 janvier 2020

    Le professeur Zhang Yongzhen du Centre de santé publique de Shanghai a fourni la séquence génomique du virus aux autorités chinoises. Lien


  • Commission de santé

    5 janvier 2020

    La Wuhan Municipal Health Commission a cessé de publier des mises à jour quotidiennes sur les nouveaux cas de la maladie.



Jour 9 : Jeudi 9 janvier

Coronavirus
La maladie mystérieuse est identifiée : des scientifiques chinois affirment que les patients malades de Wuhan ont contracté un coronavirus jusque-là inconnu. La Chine annonce qu'elle a cartographié le génome du coronavirus.

L' OMS, de concert avec les autorités sanitaires chinoises, a publié une déclaration sur la situation à Wuhan, suggérant qu'un nouveau coronavirus était à l'œuvre. Lien

Deux coronavirus, le Sars et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers), ont déjà déclenché des pandémies ce siècle. Cette nouvelle variante est mortelle également. La nuit dernière, un homme de 61 ans est décédé dans un hôpital de Wuhan, la première victime connue.

À ce stade, la charge de travail officielle diminue. Le séquençage du virus a permis aux médecins de barrer les patients qui étaient considérés comme infectés mais qui n'avaient en fait qu'une pneumonie ordinaire. Aucun nouveau cas de coronavirus n'a été annoncé depuis quatre jours.


L'identification du nouveau virus est éclipsée par les spéculations sur un accident d'avion survenu à la périphérie de Téhéran hier. L'Iran accuse une faute technique, mais les photos et vidéos diffusées en ligne font soupçonner qu'il a été abattu.

Plus tard, une étude conclura qu'à ce stade, l'épidémie doublait de taille chaque semaine. Le lendemain, Li Wenliang, l'ophtalmologiste, commencera à montrer des symptômes.

L'explosion de la pandémie




  • Tout est sous contrôle

    10 janvier 2020

    La télévision centrale de Chine a diffusé une déclaration de Wang Guangfa, un éminent expert médical du gouvernement, déclarant que la « pneumonie de Wuhan » était « sous contrôle » et surtout une « condition bénigne » (11 jours plus tard, Wang aurait lui-même été testé positif). Lien


  • Pas de transmission humaine

    10 janvier 2020

    L’OMS indique que les données factuelles laissent penser qu’« il n’y a pas de transmission interhumaine ou que celle-ci est limitée ».


  • Premier mort officiel

    11 janvier 2020

    La Chine fait état de son premier mort officiel après l'avoir gardé secret pendant deux jours.


  • Rectification

    11 janvier 2020

    Le laboratoire de Shanghai du professeur Zhang Yongzhen, qui avait fourni la séquence génomique du virus, a été fermé pour « rectification » par la Commission de la santé de Shanghai, après que Zhang ait publié ses données en ligne pour les mettre à la disposition de l'international communauté scientifique. Ce n'est qu'après l'avoir fait (et par conséquent puni), que la Commission nationale chinoise de la santé a annoncé qu'elle partagerait la séquence (qui était déjà en ligne) avec l'OMS. Lien


  • Réunion PCC

    11 au 17 janvier 2020

    Une importante réunion programmée du PCC s'est tenue à Wuhan. Pendant ce temps, la Wuhan Health Commission insiste sur le fait qu'il n'y a pas de nouveaux cas.


  • Informations génomiques

    12 janvier 2020

    La Commission nationale de la santé partage pour la première fois les informations génomiques sur le virus avec l'OMS . Il était disponible depuis le 5 janvier.



13e jour : Lundi 13 janvier

Contrôle température aéroports
Plus d'une semaine s'est écoulée depuis la dernière confirmation par les autorités sanitaires de Wuhan d'un cas de nouveau coronavirus. Il n'y a rien eu depuis que la ville a commencé à accueillir une importante réunion annuelle entre les responsables des partis étatiques et provinciaux.

Mais le virus a glissé à travers les mailles du filet. La Thaïlande signale son premier cas, un résident de Wuhan de 61 ans dont la température élevée a été détectée par un scanner de surveillance thermique à l'aéroport de Bangkok.

Un comité de spécialistes des maladies infectieuses qui porte l'acronyme Nervtag se réunit à Londres pour discuter du virus et estime que le risque pour le Royaume-Uni est « très faible, mais mérite une enquête et des tests  ».

Le gouvernement chinois affirme qu'il n'y a pas encore de preuves claires de transmission interhumaine, y compris des signes de maladie chez les professionnels de la santé. Le message officiel est repris par l'OMS, qui publie un communiqué de presse se disant rassuré sur la qualité de la réponse du gouvernement chinois.

Les épidémiologistes disent que les nouvelles sont encourageantes. « S'il n'y a pas de nouveaux cas dans les prochains jours, l'épidémie est terminée  », a déclaré au New York Times Guan Yi, professeur de maladies infectieuses à l'Université de Hong Kong.

Les médecins de Wuhan voient une image différente. Des études montreront plus tard que depuis plus de quinze jours, les hôpitaux de la ville font face à « une augmentation exponentielle » dans des cas sans lien avec le marché des fruits de mer.




  • Ne se transmet pas

    14 janvier 2020

    L'OMS assure très imprudemment qu’aucun élément ne permet de penser que le nouveau coronavirus peut se transmettre d’homme à homme, ou alors seulement entre membres d’une même famille.


  • Arrestations

    14 janvier 2020

    Des journalistes tentant de couvrir l'épidémie à l'hôpital Jinyintan de Wuhan ont été arrêtés par la police du PCC, et leurs caméras et téléphones ont été confisqués. Lien


  • Premier cas au Japon

    15 janvier 2020

    Le premier cas japonais est déclaré dans la préfecture de Kanagawa au sud de Tokyo. Il s'agit d'une personne revenant de Wuhan.


  • Premier cas américain

    15 janvier 2020

    Le patient qui devient le premier cas américain confirmé quitte Wuhan et arrive aux États-Unis, porteur du coronavirus.


  • Le risque existe

    15 janvier 2020

    La Chine a répondu à l'OMS par une déclaration du Dr Li Qun, chef du Centre d'urgence du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, qui a affirmé que seul un risque « faible » de transmission interhumaine du virus avait été détectée mais que ce risque existe.


  • Mises à jour

    17 janvier 2020

    La Commission de la santé municipale de Wuhan a repris ses mises à jour quotidiennes sur les nouveaux cas de coronavirus, qui avaient été arrêtés le 5 janvier.


  • Banquet

    18 janvier 2020

    Banquet annuel du Nouvel An lunaire de Wuhan. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées pour un repas-partage. Lien


  • 4 nouveaux cas

    18 janvier 2020

    La Wuhan Health Commission annonce quatre nouveaux cas.


  • Transmission interhumaine

    20 janvier 2020

    Le Dr Zhong Nanshan, une autorité du SRAS, a déclaré dans une interview télévisée que la transmission de personne à personne était un fait et que les autorités avaient fait preuve de négligence en ne divulguant pas des informations sur le virus.


  • Non divulgation

    20 janvier 2020

    Le maire de Wuhan, Zhou Xianwang, a admis qu'il n'avait pas divulgué toutes les informations dont la ville disposait sur le virus, mais a déclaré qu'il ne faisait que suivre les « règles de Pékin ». Lien



Le point sur la pandémie au jour 20 : Lundi 20 janvier

Malgré l'épidémie de virus, la ville de Wuhan a organisé le 18 janvier un banquet-partage auquel ont participé plus de 40000 familles, afin que la ville puisse demander un record du monde Guinness pour la plupart des plats servis lors d'un événement. Les autorités de Wuhan ont également annoncé qu'elles distribuaient 200 000 billets gratuits aux résidents pour les activités du festival pendant les vacances du Nouvel An lunaire.

Zhong Nanshan, un expert respiratoire de confiance et le visage public de la réponse du gouvernement chinois, passe à la télévision publique avec de mauvaises nouvelles : deux nouveaux cas de virus sont apparus dans la province du Guangdong parmi des patients sans contact direct avec Wuhan.

La conclusion est claire. « Nous pouvons dire qu'il est certain qu'il s'agit d'un phénomène de transmission interhumaine  », a déclaré Zhong Nanshan.

Après avoir semblé disparaître en Chine pendant plus de quinze jours, le virus apparaît maintenant à travers le pays. Vendredi soir, il y a eu quatre nouveaux cas. Dimanche 139. Le lendemain des cas seront confirmés à Pékin et à Shanghai.

Il se propage dans le monde entier : au Japon, en Corée du Sud et aux États-Unis, où hier un homme de 35 ans qui venait de rentrer de Wuhan s'est présenté dans une clinique de Seattle (État de Washington) avec une toux et une fièvre élevée, devenant ainsi le premier cas des États-Unis.

Donald Trump a reçu son premier briefing de fond sur le virus il y a deux jours, lors d'une session où il s'est interrompu pour demander quand les produits de vapotage aromatisés reviendraient sur le marché, selon le Washington Post.

La panique grandit à Wuhan. À 6 heures du matin, plus de 100 patients présentant des symptômes de coronavirus attendaient d'être vus à l'hôpital Xiehe de la ville, a déclaré un travailleur au Guardian.




  • Premier cas aux USA

    21 janvier 2020

    Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis (CDC) confirment le premier cas de coronavirus aux États-Unis.


  • Le Quotidien du Peuple

    21 janvier 2020

    Le journal phare du PCC, Le Quotidien du Peuple, mentionne l'épidémie de coronavirus et les actions de Xi Jinping pour la combattre pour la première fois.


  • Pilotis de la honte

    21 janvier 2020

    La plus haute commission politique chinoise en charge de l'ordre public avertit que « quiconque délibérément retardera et cachera le signalement des cas de [virus] par son propre intérêt sera cloué sur le pilotis de la honte pour l'éternité ».


  • Taïwan

    22 janvier 2020

    Premier cas à Taïwan : une ressortissante taïwanaise revenue d'un séjour à Wuhan.


  • L'OMS confirme

    22 janvier 2020

    La mission de l’OMS en Chine publie une déclaration indiquant que des données probantes attestent d’une transmission interhumaine du virus à Wuhan.


  • Singapour

    23 janvier 2020

    Premier cas à Singapour chez un Chinois originaire de Wuhan.


  • Vietnam

    23 janvier 2020

    Deux premiers cas au Vietnam, à Hô-Chi-Minh-Ville.


  • Verrouillage de Wuhan

    23 janvier 2020

    Le verrouillage de Wuhan, et trois autres villes, est finalement ordonné, mais seulement après qu'environ 5 millions de personnes aient déjà quitté la ville sans subir de tests.


 

WUHAN, la ville ENTIÈRE est en QUARANTAINE

24e jour : Vendredi 24 janvier

Wuhan la ville entière en quarantaine
À la veille des vacances du nouvel an lunaire, alors que des centaines de millions de Chinois voyagent à travers le pays pour rendre visite à leurs amis et leur famille, Wuhan a été effectivement bouclé. La plupart des transports à destination et en provenance de la ville sont suspendus. Plus de 800 infections y ont été détectées et 25 personnes sont mortes.

La ville est la première à connaître le plein fouet l'épidémie : augmentation rapide du nombre de cas, hôpitaux sous forte pression et population entière mise en quarantaine.

La Chine prolonge le verrouillage pour couvrir 36 millions de personnes et commence à construire rapidement un nouvel hôpital à Wuhan. À partir de ce moment, des mesures très strictes continuent d'être mises en œuvre dans tout le pays pour le reste de l'épidémie. Les immeubles qui abritent des cas de COVID sont scellés par les autorités.

La Chine essaie maintenant de créer un récit selon lequel c'est un exemple de la façon de gérer cette crise alors qu'en fait, ses premières actions ont entraîné la propagation du virus dans le monde entier.

Le gouvernement annonce la construction de deux hôpitaux en 10 jours. D'après les médias publics, la construction du premier site a démarré vendredi 24 janvier et s'achèvera le 3 février. L'établissement, baptisé « Hôpital du dieu du feu », une divinité propice contre les maladies, occupera une surface de 25.000 m2. Un deuxième hôpital de 1.300 lits doit être édifié en l'espace de deux semaines. Il est voué lui au « dieu de la foudre ». Les deux hôpitaux accueilleront exclusivement des victimes du nouveau coronavirus. Voici une photo de la construction de l'hôpital au 24 janvier. Les ouvriers travaillent par équipes en rotation afin d'assurer le travail de construction 24h sur 24.

Construction hôpital de Wuhan


Le virus arrive en Europe, détecté en France lors de deux arrivées récentes de Chine et d'un proche. Le trio a eu des dizaines de contacts et les autorités françaises affirment se battre pour retrouver d'éventuels cas. « Il faut traiter une épidémie comme on traite un incendie  », explique la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn.

Trump a reçu sa première question médiatique sur le virus alors qu'il était à Davos il y a deux jours. Lorsqu'on lui a demandé s'il était préoccupé par une éventuelle pandémie, il a répondu : « Pas du tout. Et nous l'avons parfaitement sous contrôle. »

Le lendemain, le verrouillage de la Chine sera élargi pour inclure 59 millions de personnes. Le président, Xi Jinping, avertira que le pays est confronté à une « situation grave ». Et Liang Wudong, médecin à l'hôpital Xinhua de Hubei, deviendra le premier professionnel de la santé à mourir.

Voilà comment ça se passe les nuits dans Wuhan en quarantaine :

La ville de Wuhan en lockdown

25e jour : Samedi 25 janvier

Premiers cas au Népal, au Canada et en Australie.

27e jour : Lundi 27 janvier

Premiers cas au Cambodge et au Sri Lanka.

Au 28ème jour : Mardi 28 janvier

La présidence du Conseil de l'UE active l'IPCR en mode de partage d'informations.

La présidence croate a décidé d'activer le mécanisme européen intégré de réponse aux crises politiques (IPCR) en mode de partage d'informations. L'IPCR est le cadre de l'UE pour la coordination des crises intersectorielles. Grâce à ce mécanisme, la présidence du Conseil coordonne la réponse politique à la crise au plus haut niveau. Des rapports réguliers de connaissance de la situation et d'analyse de la Commission et du Service européen pour l'action extérieure sont produits et partagés avec les États membres via une plateforme Web dédiée.

Dans le même temps, l'Allemagne fait savoir qu'elle a observé un cas de contamination inter-humaine sur son sol. C'est un cas de transmission du virus par une personne asymptomatique.

Une délégation de haut niveau de l’OMS conduite par le Directeur général se rend à Pékin pour rencontrer les dirigeants chinois, en apprendre davantage sur la riposte menée par la Chine, et offrir l’assistance technique nécessaire.

Premier cas de contamination au Proche-Orient détecté à Dubaï, dans les Émirats arabes unis, au sein d'une famille rentrée d'un séjour à Wuhan.

Le gouvernement français annonce le rapatriement par avion les ressortissants français de Wuhan potentiellement contaminés. Ils sont acheminés dans les Bouches du Rhône et le rapatriement a été organisé par la base aérienne de Creil dans l'Oise. Tous les passagers sont testés mais les militaires accompagnants ne sont pas testés. Un foyer épidémique sera déclaré quelques semaines plus tard dans l'Oise.

« Le monde est mieux préparé que jamais  », explique Rosalind Eggo, une chercheuse à la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

29e jour : Mercredi 29 janvier


Premier cas constaté en Finlande chez une touriste chinoise.

30e jour : Jeudi 30 janvier

Premier cas en Inde chez un étudiant ayant séjourné à Wuhan.

Premier cas aux Philippines chez une Chinoise.

Deux premiers cas en Italie chez deux touristes chinois.

L'OMS lance une alerte de santé publique internationale (USPPI). Depuis l’entrée en vigueur du Règlement sanitaire international (RSI) en 2005, c’est la sixième fois que l’OMS déclare une USPPI.

31e jour : Vendredi 31 janvier

Après près de quatre ans de débat angoissant au Parlement et à travers le pays, à 23 heures, la Grande-Bretagne quitte officiellement l'Union européenne. Un Big Ben virtuel a rayonné sur 10 carillons de Downing Street pour le jalon. À proximité, sur la place du Parlement, Nigel Farage dirige une interprétation de God Save the Queen.

C'est aussi un jour marquant pour le coronavirus : à la fin de la journée, l'épidémie sera plus importante que celle du SARS. Il sera confirmé avoir atteint le Royaume-Uni (deux cas). L'Espagne, la Suède et la Russie détecteront aussi leurs premiers cas.

« La situation est grave mais il n'y a pas lieu de s'alarmer, tout est totalement sous contrôle  », explique le ministre italien de la Santé, Roberto Speranza.

Personne n'est mort en dehors de la Chine, mais en Chine, le nombre de morts s'accélère, maintenant à 258, avec plus de 11 000 personnes infectées. Les États-Unis annoncent qu'ils interdisent aux étrangers qui ont récemment séjourné en Chine d'entrer sur leur territoire.

Février noir en Chine à cause du coronavirus

1er février :

Fang Bin, un habitant de Wuhan qui a filmé des corps dans un hôpital et partagé la vidéo en ligne, reçoit la visite de la Police chinoise une heure après à peine, qui se fait passer pour des médecins, et qui finit par forcer le passage pour l'arrêter.

On voit partout des hommes armés en Chine, ces « médecins de la mort » qui se baladent armés autour des lieux sécurisés. Certains rapports anonymes disent qu'ils ont pour mission de tirer sur quiconque tente de s'approcher des zones fermées (crématorium, etc.).

Selon les réseaux internes chinois, des hordes de corbeaux aperçus en train d'arriver de tous les côtés de la ville de Wuhan.

Sur les réseaux sociaux on peut trouver des centaines de vidéos de gens morts dans la rue qui se font emballer. Si c'est juste dans la rue, ça ne prend pas en compte les gens pas filmés, ou chez eux, ou dans les hôpitaux, ou dans les villages...

Les gens s'effondrent dans la rue et on vient les embarquer

Le R0 est le degré d'infection d'une maladie, en gros, chaque malade infecte un certain nombre de gens. Selon certaines sources, au départ de l'infection le R0 était de 14, ce qui est absolument énorme, puis il serait aujourd'hui tombé entre 4.08 et 6.47 ce qui reste exceptionnellement élevé et demande d'être pris avec des précautions ; si ça se confirme, on pourrait avoir plusieurs centaines de millions d'infectés d'ici moins de deux mois.

Les crématoriums de Wuhan sont en activité H24.

En France, pour la première fois en dehors de la Chine, un travailleur de la santé a été diagnostiqué comme étant atteint d'une maladie respiratoire aigüe à CoV 2019. Le travailleur de la santé a traité deux patients qui ont ensuite été identifiés comme des cas probables.

Le premier cas de transmission interhumaine de troisième génération en dehors de la Chine a été identifié chez un individu qui a été exposé à un cas confirmé du groupe en Bavière, en Allemagne.

Pour la première fois, un cas a été exporté d'un pays autre que la Chine : un patient a été identifié en Corée du Sud après avoir été exposé au Japon à un cas confirmé faisant partie du même groupe de cas japonais qui a eu des contacts avec des touristes de Wuhan.

La Malaisie enregistre ses trois premiers cas. Les personnes infectées font partie de l'entourage du premier cas enregistré à Singapour une semaine plus tôt.

En Thaïlande, un chauffeur de taxi qui n'avait pas d'antécédents de voyage en Chine a été contaminé.

Un faux-négatif au japon : un patient qui a été renvoyé chez lui pour avoir été testé négatif a ensuite été déclaré positif quelques temps plus tard. Cela signifie que les critères des tests ne sont pas fiables.

Les preuves directes confirment qu'une grave sous-déclaration des décès est pratiquement assurée et que la plupart des cas non confirmés sont laissés à eux-mêmes. Des milliers de morts semblent ne pas avoir été déclarés rien que dans la ville de Wuhan.

La situation à Wuhan est extrêmement grave. Il y a peu de cohérence dans la lutte contre cette épidémie. Les gens mènent leurs batailles là où ils le peuvent, sans aucune supervision stratégique.

Chen Qiushi ( 陈秋实 ) a fait une mise à jour le 1er février, où il s'est d'abord excusé pour son compte-rendu vidéo émouvant réalisé le 30 janvier. Il était visiblement bouleversé d'avoir interrogé des patients potentiellement contaminés faisant la queue à l'hôpital alors qu'il devait faire face aux pressions que la sécurité publique chinoise exerçait sur lui et ses parents, et aux pressions d'Internet.

Le 31 janvier, Chen Qiushi a tenté de rendre visite à une personne dont la contamination de toute la famille de 4 personnes est confirmée, seuls 2 membres de son ménage (sa sœur et sa femme) étant hospitalisés. Faute de lit disponible, lui et sa mère de 84 ans sont restés dans leur appartement sur demande des autorités, où elle est morte le 31 janvier au matin. Il n'a pas pu se rendre à la résidence de l'homme car tout le quartier avait été barricadé. Qiushi a noté que la voiture du funérarium n'est pas arrivée pendant des heures où il était dans les environs, il n'est même pas sûre qu'elle soit venue tout court.

Qiushi s'est demandé combien de cas de décès ne sont pas signalés publiquement, tout en évoquant les morts qui jonchent les urgences des hôpitaux.

L'infirmière qu'il a interrogée a déclaré qu'ils attendaient que le funérarium emmène le corps, mais que la voiture n'était pas disponible et que les funérariums étaient surchargés.

Enfin, Qiushi a évoqué la situation chaotique sur le site de construction de l'hôpital d'urgence, où il a estimé qu'il est très probable que cela dégénère violemment. On peut d'ailleurs voir dans certaines vidéos des premières bagarres éclater sur le chantier.


L'UE envoie 12 tonnes d'équipements de protections en Chine.

2 février :

Premier mort hors de Chine confirmé aux Philippines. Un résident de Wuhan qui a développé une pneumonie sévère la semaine dernière décède dans un hôpital de Manille, aux Philippines, la première personne à succomber au virus en dehors de la Chine. Les Philippines interdisent tout nouvel arrivant de Chine.

Le magazine "Caijing" en Chine a été censuré par le gouvernement pour avoir publié un article qui expliquait qu'énormément de morts étaient classifiés comme "pneumonie" et pas pris en compte dans le décompte officiel.

L'homme qui avait filmé les corps dans un hôpital et avait été arrêté, Fang Bin, a été relâché par les autorités chinoises car la vidéo de son arrestation est devenue virale en Chine.

Plusieurs vols vers Hong Kong cloués au sol car entre 7 et 10 fiévreux à bord.

A Hong-Kong, quand un cas est suspecté dans un hôtel, l'hôtel est bouclé par la police avec tous les clients à l'intérieur.

Les crématoriums de Wuhan demandant au gouvernement central d'envoyer davantage de sacs mortuaires.

3 février :

36 des 254 français rapatriés de Wuhan présentent des symptômes du Coronavirus.

La contagion du virus pendant la période d'incubation semble se confirmer définitivement. Cela veut dire que des gens sans symptômes sont potentiellement en train de contaminer d'autres gens autour d'eux.

Premier cas de mutation du virus détecté.

Les hôpitaux de Wuhan sont à court de kits de test et renvoient les gens chez eux avec de la fièvre. Les habitants disent que la situation est bien pire que ce qui est rapporté.

Jour 36 : Mardi 4 février

Le nombre officiel de cas en Chine dépasse les 20 000, avec 425 morts.

Le directeur général de l'OMS a déclaré que la propagation internationale de la maladie semble être « minimale et lente », bien qu'elle puisse encore empirer et qu'il n'est pas nécessaire d'arrêter inutilement le commerce et les voyages. Il n'y a aucune raison de paniquer, la Chine a fait un travail remarquable, le reste de la planète ne court qu'un risque très limité. Il est inutile de s'inquiéter à l'heure actuelle, et nous tenons réellement à saluer les efforts de la Chine qui ont été d'une grande efficacité.

Un homme de Londres arrivant à l'aéroport de Gatwick en provenance de Shanghai a déclaré au Guardian qu'il était alarmé par l'approche laxiste là-bas. Il a rempli un formulaire détaillant ses coordonnées et ses plans de voyage, mais il a dit qu'il avait été ignoré.

Un des Belges rapatriés deux jours plus tôt de Wuhan est testé positif au virus. La personne ne présente pas de symptôme et semble être en bonne santé.

À l'hôpital central de Wuhan, l'état de Li Wenliang empire. Sa mort dans trois jours déclenchera des hurlements de rage et de chagrin dans la ville verrouillée et à travers la Chine.

Fang Bin filme des officiers en combinaison de protection tentant d'entrer chez lui à nouveau. Il déclare : « Aujourd'hui, une femme vient soi-disant m'apporter à manger. Ils veulent me mettre en quarantaine  ».

Les anciens directeurs d'un bureau de préparation à une pandémie de la Maison Blanche dissous en 2018 publient un article d'opinion dans le Wall Street Journal. « Arrêtez une épidémie de coronavirus américain avant qu'elle ne commence », dit le titre.

Le lendemain, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis commenceront à distribuer des kits de dépistage des coronavirus à travers le pays. Mais les appareils sont défectueux, et au cours du mois prochain, les États-Unis effectueront un peu plus de 1 200 tests, tandis que la Corée du Sud et l'Allemagne exécuteront au moins 12 000 tests par jour.

Quelques jours après, Trump dira à un rassemblement dans le New Hampshire que l'épidémie s'atténuera bientôt. « En avril, vous savez, en théorie, quand il fait un peu plus chaud, il s'en va miraculeusement », dira-t-il.

5 février :

Diamond Princess
Mise en quarantaine au Japon des 3711 personnes embarquées sur le paquebot britannique Diamond Princess après la découverte de plusieurs cas de contaminations par le nouveau coronavirus. La maladie semble être arrivée sur le bateau avec un homme de 80 ans embarqué à Hong Kong le 25 janvier. Mais il semblerait que des passagers soient déjà symptomatiques les 22 et 23 janvier.


Selon CNN, le Coronavirus de Wuhan est déjà en train de se propager aux USA, l'idée n'est plus de l'arrêter mais de le ralentir.

A Wuhan les urgences sont devenues des morgues. Personne ne s'occupe des corps. Les crématoriums sont tous pleins. Il n'y a pas assez de tests, on renvoie les malades chez eux.

En Corée du Nord les répétitions militaires hivernales sont annulées.

6 février :

Le Professeur Neil Ferguson, de l'Imperial College de London dit qu'il y a 50.000 nouveaux infectés par jour et que seulement 10% des cas, au maximum, sont identifiés.

Xia Botao, un professeur de l'Université de Wuhan publie une thèse à propos de certains détails concernant l'épidémie : des chercheurs aux laboratoires ont été infecté par le virus et se sont mis eux-mêmes en quarantaine après avoir montré des symptômes. Le professeur explique aussi que la principale source du virus vient du laboratoire de Wuhan qui est situé à 280 mètres du célèbre marché de fruits de mer de Wuhan qu'on dit être la source originelle du virus. Il explique aussi précisément avec des dates que les chercheurs ont été éclaboussés d'urine et de sang de chauves-souris. Il sait aussi combien de chauves-souris étaient collectées dans le laboratoire.

Peu après, "Huang Yan Ling", une des étudiantes du laboratoire de Wuhan disparait, sa famille et ses proches sont à sa recherche. Une rumeur monte en Chine disant qu'elle est le patient zéro, le laboratoire rassure en disant qu'elle va bien mais aucune preuve n'est donnée (photo, vidéo,...) que la chinoise soit toujours en vie. Sur le site internet du laboratoire, sa photographie a disparu ainsi que toutes les informations la concernant.


Le président Xi Jinping a personnellement ordonné une censure accrue d'Internet sur toutes les nouvelles concernant le virus et a fermé les comptes WeChat de ceux qui critiquaient les autorités. Lien

L'avocat et « journaliste citoyen » Chen Qiushi, qui avait publié sur Internet des images montrant des hôpitaux surpeuplés et des familles paniquées à Wuhan, « a disparu » et son compte Weibo a été supprimé. Il semblerait que la Police du parti communiste l'ait capturé. La colère continue de monter sur les réseaux sociaux chinois.

Le Dr Li Wenliang, le médecin qui avait sonné l'alarme sur le nouveau coronavirus (et qui avait été détenu pour cela), est décédé du coronavirus. Mais certains disent qu'il s'agit d'une rumeur lancée par les autorités elles-mêmes pour le faire taire en ligne (car il a continué de partager des infos qu'il s'était engagé à ne pas partager après avoir signé la lettre de menace).

L'Union Européenne via son réseau "PREPARE" active le niveau d'alerte 2 et considère que la menace du NCov-2019 est sérieuse, et se dite être prête à passer au niveau 3 (pandémie) en cas d'aggravation de la situation.

La province du Zhejiang est la deuxième province du pays pour le nombre de cas confirmés. Le plus grand risque n'est plus Wuhan, Hubei, mais plutôt le Zhejiang, en particulier Hangzhou et Wenzhou.

Le département de la propagande chinois « déploie » 300 reporters à Wuhan pour rapporter « des nouvelles optimistes » après que Xi Jinping ait ordonné une meilleure « orientation de l'opinion publique ».

Nouvel hôpital de Wuhan

7 février :

Singapour élève son niveau d'alerte au même niveau que durant l'épidémie de SRAS. Les supermarchés sont pris d'assaut. On ne trouve déjà plus aucun produit de première nécessité.

L'OMS alerte sur une pénurie mondiale d'équipements de protection.

La ville de Guangzhou, capitale de la Province du Guangdong, troisième ville la plus peuplée de Chine avec 15 millions d'habitants, est officiellement en quarantaine.

La ville de Chengdu interdit officiellement à la population de se retrouver avec des gens qui ne font pas partie de la famille. Ainsi, toute réunion comportant des membres de 2 familles ou plus est punie par la loi.

Taiwan annule la quasi-intégralité de ses vols depuis la Chine jusqu'au 29 Avril.

Un bateau de la Royal Carribean a débarqué dans le New Jersey avec 4 passagers contaminés à bord et 27 autres suspectés de l'être. Les autres passagers rentrent chez eux sans aucun contrôle.

En Chine, une nouvelle loi surnommée loi « Fang Bin » permet aux autorités d'embarquer des gens même ne présentant aucun symptôme ni fièvre et de les mettre de force « en quarantaine ».

Les gens arrêtés de force et conduits en quarantaine

8 février :

Nous n'avons plus aucune vidéo de Fang Bin depuis ce jour. Il filme une dernière fois des officiers en combinaison de protection tentant d'entrer chez lui à nouveau. Il déclare : « Aujourd'hui, une femme vient soi-disant m'apporter à manger. Ils veulent me mettre en quarantaine  ». Lien

9 février :

Sur les réseaux sociaux chinois émergent des vidéos de personnes désespérées hurlant à l'aide depuis leur balcon/fenêtre qu'un proche est en train de mourir dans leur appartement... Le problème c'est que les appartements et les immeubles sont scellés de l'extérieur, personne ne peut y entrer et ces personnes sont condamnées.

La Police militaire a pris le contrôle des gares et stations de transports. Les grands axes routiers sont également bloqués par l'armée et les gens tentent de sortir des grandes villes.

La police vide les dortoirs d'une université et renvoie tous les étudiants en jetant leurs affaires dans la cour. Le bâtiment est réquisitionné pour le transformer en centre de quarantaine temporaire.

Les dortoirs d'une université réquisitionnés

10 février :

Le chef de l'Organisation Mondiale de la Santé signale des cas inquiétants de propagation du NCov 2019 par des personnes n'ayant jamais voyagé en Chine et que nous ne voyons peut-être pour l'instant que la partie émergée de l'iceberg.

Un homme qui aurait infecté 5 personnes en France aurait pris l'avion depuis la France pour se rendre en Angleterre où il aurait infecté 4 personnes. Il a transité par l'aéroport de Genève. Il est resté une semaine à Londres avant de voir un médecin.

A Pékin, toutes les places publiques et tous les lieux publics sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Une nouvelle étude chinoise montre que la période d'incubation peut aller jusqu'à 24 jours.

6000 nouveaux personnels de santé sont arrivés à Wuhan en renfort.

La Chine annonce que la sentence maximale pourrait maintenant être la peine de mort pour les personnes ne respectant pas la quarantaine.

11 février :

L'OMS : « Le virus est l'ennemi numéro un, l'ennemi numéro un du monde entier et de l'humanité tout entière. C'est le pire ennemi que l'on puisse imaginer. Il peut créer des ravages sur le plan politique, économique et social. »

L'OMS renomme le 2019-nCoV en Covid-19 (COronaVIrus Disease 2019).

13 février :

L'armée américaine se prépare pour une pandémie mondiale.

Premier mort annoncé au Japon : une femme qui n'a jamais quitté le pays et on ne sais pas comment elle a été infectée.

En Chine, le gouvernement encourage la délation et certaines provinces offrent des récompenses (500 yuan) à quiconque dénonce une personne ayant de la fièvre mais qui ne serait pas en zone de quarantaine.

Des dizaines de vidéos montrent des personnes qui se font battre par la Police et embarquer de force en quarantaine. On vient parfois les chercher à leur domicile.

Ils viennent vous chercher à domicile

La loi martiale entre en vigueur dans le comté de Dawu, province de Hubei. Toute personne aperçue en ville sera immédiatement emprisonnée par les forces armées.

14 février :

La Chine semble vouloir éviter que des experts américains viennent enquêter sur son territoire.

Premier cas sur le continent Africain, en Égypte.

Premier décès hors d'Asie à l'hôpital Bichat à Paris. Il s'agit d'un touriste chinois de 80 ans, d'après la Ministre de la Santé, arrivé le 16 janvier et hospitalisé le 25.

15 février :

Le président Xi Jinping a rendu la censure sur Internet encore plus stricte sur tout ce qui concerne le virus. Lien

La loi martiale se généralise dans quasiment toute la province de Hubei.

Le militant des droits humains Xu Zhiyong, qui avait publiquement demandé au président Xi Jinping de s'excuser pour sa dissimulation du virus et de démissionner, a été arrêté. Lien

Dans l'hôpital construit à Wuhan en quelques jours, d'importantes fuites d'eau paralysent une partie des services qui se retrouvent dans un état d'hygiène déplorable avec une portion du bâtiment totalement inutilisable.

L'hygiène et les fuites dans l'hôpital construit à Wuhan

16 février :

Plusieurs pays interdisent au paquebot MS Westerdam d'accoster, craignant que des passagers ne soient infectés par le coronavirus. Finalement, le Cambodge a accepté de le recevoir. Et tous les passagers se sont dispersé dans la nature aux quatre coins du globe.

L' universitaire Xu Zhangrun a été assigné à résidence et interdit d'utiliser Internet après avoir publié un essai affirmant que « l'épidémie de coronavirus a révélé le noyau pourri de la gouvernance chinoise. » Lien

Un article publié par deux scientifiques chinois, le Dr Botao Xiao de la South China University of Technology, Guangzhou, et le Dr Lei Xiao, de la Wuhan University of Science and Technology, sur la base de données internationale Research Gate, suggérant que le virus peut provenir de chauves-souris de deux laboratoires de Wuhan (plutôt que de chauves-souris sauvages), « disparu » de ResearchGate. Lien

Cette théorie, jusqu'ici jugée peu crédible et conspirationniste, est appuyée par des rapports d'un scientifique travaillant dans le laboratoire, qui affirme avoir été mordu à plusieurs reprises par des chauves-souris infectées par le dangereux virus.

Il prétend s'être mis lui-même en quarantaine plusieurs fois pour éviter les risques de transmissions.


Premier mort à Taïwan, 5ème mort hors de Chine.

17 février :

Rassemblement évangélique de 4 jours de 2 500 personnes venues de toute la France à Mulhouse en Alsace, point de départ du grand foyer de contagion de l'Est de la France.

Les passagers américains du Diamond Princess commencent à être rapatriés par avions affrétés pour une quarantaine proche de chez eux ou pour y être soignés.

18 février :

En Chine, des vidéos circulent montrant :
- des policiers faisant usage de leurs armes à feu face à la révolte de certains citoyens ne souhaitant pas être enfermés chez eux.
- Des drones survolant la ville et larguant des litres de désinfectant.
- Des personnes s'effondrant dans la ville de Pékin soi-disant « relativement épargnée ».
- Des bus à Pékin étant évacués de force par des médecins urgentistes en combinaison car des cas de fièvres sont à bord, alors même que le gouvernement a ordonné aux pékinois de retourner travailler.
- Des médecins en combinaison s'effondrant au sol, rattrapés tant bien que mal par leurs collègues, parfois mis sur une chaise roulante. Impossible de dire si c'est la fatigue ou le virus qui frappe.
- De nombreux citoyens arrêtés de force et trainés au sol puis dans des véhicules pour un tour en quarantaine forcée car ils ne portent pas de masques.
- Des médecins avec leurs souffleuses à désinfectant entrer et sortir dans des bureaux (comme vu précédemment) et asperger tout ce qu'ils peuvent.
- Des bagarres entres paysans et forces de l'ordres qui saisissent et détruisent les récoltes.
- Des citoyens, dont des femmes et des personnes âgées, tabassées pour des raisons inconnues par des militaires ou des policiers, probablement parce qu'elles refusent d'obtempérer.
- Des hangars remplis de plusieurs dizaines de tonnes d'œufs prêts à être détruits car jugés impropres à la consommation.
- Des familles nombreuses se filmant en train de manger et n'ayant que quelques assiettes à se partager à une dizaine par manque de provisions.
- Etc.


Les milices de Stormtroopers quadrillent quartiers par quartiers

La Russie devient le premier pays au monde à interdire l'entrée à tous les ressortissants chinois, quels qu'ils soient, d'où qu'ils viennent.

La mort du directeur de l'Hôpital Wuchang de Wuhan est confirmée.

La Chine a expulsé trois journalistes du Wall Street Journal qui couvraient les épidémies. Lien

La mort plane sur l'Iran et l'Italie

Jour 50 : Mercredi 19 février

2 morts en Iran, tous deux dans la ville sainte de Qom, alors qu'officiellement il n'y aurait aucun cas.

La Corée du Sud instaure un contrôle systématique de toute personne présentant de la toux et de la fièvre, ou de pneumonie; en espérant contenir l'épidémie. Des tests rigoureux et une recherche des contacts assidue portent leurs fruits en Corée du Sud, où seulement 30 cas de virus ont été enregistrés jusqu'à hier. Mais le 31e cas, détecté hier, inquiète les autorités. La femme, 61 ans, appartient à une méga-église secrète et a assisté à deux services alors qu'elle était malade. Elle a ignoré les demandes initiales des médecins pour qu'elle soit testée pour le coronavirus, au lieu d'aller déjeuner à un buffet d'hôtel. Les autorités déterminent qu'elle a eu au moins 1 160 contacts à risque. « Après cela, [le virus] vient d'exploser », dira plus tard le ministre coréen des Affaires étrangères, Kang Kyung-wha.

À Milan, l'Atalanta continue sa course de contes de fées en Ligue des champions, battant le club espagnol de Valence 4-1, le stade battant à chaque but. « Environ un tiers de la population de la petite ville de Bergame était présente au stade San Siro », indique un rapport de match. Des milliers d'Espagnols ont également fait le voyage vers la capitale de la province de Lombardie pour le match.

20 février :

Les forces de sécurité du régime islamique iranien, y compris la force terrestre de l'IRGC, envoient maintenant leurs troupes et leur équipement militaire, y compris les MRAP, dans la ville de Qom afin d'établir un couvre-feu militaire en cas d'épidémie de CoronaVirus suite au décès de deux personnes dans la ville. L'Hôpital de la ville est placé en quarantaine.

Nous sommes maintenant à 11 morts hors de Chine.

Quarantaine imposée à 2.5 millions de Sud Coréens.

Les pays frontaliers avec l'Iran ferment leurs frontières avec l'Iran. Des compagnies aériennes commencent aussi à suspendre leurs lignes avec l'Iran.

Deux passagers du Diamond Princess hospitalisés au japon les 11 et 12 février 2020 sont déclarés morts.

21 février :

La Corée du Sud déclare Taegu et le district de Cheongdo comme des zones sous surveillance renforcée afin de limiter la transmission du virus.

Premier cas au Liban.

Premier cas en Israël.

Premier décès en Italie. C'est dans l'hôpital de Padou dans le nord de l'Italie que la première victime européenne est décédée du coronavirus. Ce qui inquiète c'est qu'il n'est jamais allé en Chine et qu'il n'a pas eu de contact avec une personne contaminée.

La ville de Codogno en Italie ferme écoles, bars, restaurants et de nombreux autres commerces, pour plusieurs jours au moins, après 6 nouveaux cas de Coronavirus détectés, des cas graves. On fait venir en urgence des lits supplémentaires.

Lits de Codogno


De nombreuses régions italiennes suivent l'exemple de Codogno, dont de nombreuses en Lombardie, en Vénétie et en Émilie-Romagne.

22 février :

Second mort en Italie.

En Italie, deux trains ont été arrêtés en gare de Milan et Lecce pour suspicion de cas à bord.

La Chine autorise l'OMS à envoyer des experts à Wuhan.

23 février :

Troisième décès en Italie.

Le gouvernement italien décrète la mise sous quarantaine totale de 11 villes. Les personnes sont interdites d'entrer et sortir de ces villes. Toute personne enfreignant cette règle sera arrêtée et placée en détention. La violation du confinement en Italie est passible de 3 mois de prison.

La situation est terrible en Iran. Même les médecins sont infectés. En Iran, les patients passent rapidement d'un état normal à un état grave.

Mesures drastiques prises en Vénétie et Lombardie : tous les événements publics sont bannis, toutes les écoles sont fermées, le Carnaval de Venise est annulé, les places commencent à être évacuées, les shows, concerts, meetings, expositions, etc. sont bannis à Milan.

L'Iran suspend officiellement tous les rassemblements dans le pays et ferme tous les lieux publics pour une durée minimum de 10 jours.

Premier cas suspecté en Roumanie.

Trois cas suspectés en Croatie.

24 février :

Premier cas au Bahreïn. Trois premiers cas au Koweït. Premier cas en Afghanistan et premier cas en Irak.

Jour 56 : Mardi 25 février

Les cas mondiaux ont dépassé 80 000. Pour la première fois depuis l'annonce de l'épidémie, les cas confirmés à l'extérieur de la Chine sont plus nombreux que ceux à l'intérieur. Selon les chiffres officiels, Pékin a atteint son apogée il y a deux jours avec 150 morts.

D'autres commencent tout juste leur ascension. L'Italie a enregistré son premier décès il y a quatre jours et fait maintenant 11 morts. Environ 50 000 personnes dans le nord de l'Italie sont en détention depuis quatre jours, la première population d'Europe mise en quarantaine.


Selon un législateur, le nombre de morts en Iran serait le plus élevé en dehors de la Chine, avec au moins 12 décès confirmés officiellement et jusqu'à 50 personnes seraient mortes à Qom seulement.

La maladie frappe les élites de la République islamique : son vice-ministre de la Santé est apparu hier à la télévision en sueur abondante alors qu'il disait que le virus était sous contrôle. Cet après-midi, Iraj Harirchi confirme qu'il a été testé positif. Un parlementaire réformiste, Mahmoud Sadégui, est également détecté positif au coronavirus.

Alors que les États-Unis annoncent leur 14e cas, Trump tweete lors d'une visite d'État en Inde : « Le coronavirus est très sous contrôle aux États-Unis. La Bourse commence à me paraître très belle ! » Pendant ce temps-là, la Maison Blanche demande 1.25 milliards de dollars + 535 millions de réserves en urgence au sénat pour faire face au virus.

La Corée a forcé la secte Shincheonji à fournir la liste de tous ses membres au gouvernement afin de procéder à des contrôles poussés.

Les autorités britanniques demandent aux citoyens rentrant d'Italie de se mettre en quarantaine.

Des centaines de touristes sont confinés dans un hôtel de l'île espagnole de Tenerife, dans l'archipel des Canaries.

Tous les matches de foot de la ligue nationale japonaise sont annulés au moins pour 3 semaines.

L'Autriche confirme 2 cas de Coronavirus, possiblement liés à l'Italie.

La Croatie confirme son premier cas de Coronavirus, sans doute lié également à l'Italie.

Deux nouvelles régions touchées en Italie (Toscane et Sicile) avec de nombreux nouveaux cas suspectés et des nouveaux cas confirmés.

9 nouveaux cas au Bahreïn, tous liés à l'Iran. Le Bahreïn annonce interdire tout citoyen voyageant depuis Iran de l'entrée sur le territoire.

La SNCF met en place un changement du personnel à bord des trains en provenance de Milan à la frontière pour éviter la diffusion du coronavirus en France.

Premier cas confirmé en Suisse. Le malade suisse a été contaminé avant même que la crise ne démarre en Italie, alors qu'il était présent à Milan.

Deux nouveaux cas en France, une chinoise et une française rentrant d'Italie.

Premier cas à Barcelone, l'Espagne semble touchée également. Nous sommes en train d'assister à un début de propagation en Europe à grande échelle.

Le CDC affirme que l'épidémie est en train d'évoluer rapidement et d'accélérer de façon incontrôlable.

Le Chili viendrait de placer 260 personnes en quarantaine; le Brésil, le Venezuela, l'Argentine et d'autres sont en train de s'activer.

1er cas en Algérie.

Le comté de San Francisco déclare l'état d'urgence pour pouvoir se préparer et mobiliser ses ressources, alors qu'il n'y a officiellement encore aucun cas local.

26 février :

L'agence de presse d'État Xinhua a annoncé la publication d'un livre par le Département central de propagande du PCC, qui sera traduit en six langues et expliquera comment le « leadership exceptionnel du président Xi Jinping en tant que grand dirigeant » a vaincu le virus. Lien

Un autre « journaliste citoyen » qui avait posté des vidéos non autorisées sur les épidémies, Li Zehua, « a disparu » à Wuhan. Il ne va réapparaitre que le 23 avril.

Premier cas probable au Brésil, un homme de 61 ans venant d'Italie.

Le gouvernement allemand amplifie les procédures de test et de détection.

Premier cas en Grèce.

L'hôpital de Creil, dans l'Oise, qui a accueilli en premier le porteur du coronavirus français décédé dans la nuit du 25 au 26 février, a déclenché le « plan blanc » selon Europe 1. En d'autres termes, rappelle le média : « toutes les opérations non urgentes sont annulées et le personnel hospitalier est mobilisable très rapidement si on venait à découvrir de nouveaux cas. »

14% des patients "guéris" en Chine testés à nouveau positifs.

Nouveau mort en France alors qu'il y a deux jours le ministre de la santé annonçait fièrement qu'il n'y avait plus aucun patient hospitalisé en France ni aucun cas identifié de malade. Selon un responsable de l'Agence régionale de santé (ARS), le Français décédé à Paris ne s'était pas rendu dans une zone d'exposition à risque. Il ne s'agissait donc pas d'un cas importé.

La situation est grave en Iran. On apprend que l'Iran n'a pas de masques précisément parce qu'ils ont envoyé tous leurs masques (plus de trois millions) à la Chine plutôt que de les garder pour protéger la population, ce qui est en partie responsable de la situation actuelle. Heureusement que la France n'a pas fait pareil...

Les démocrates aux USA demandent 8.5 milliards pour combattre le nouveau Coronavirus !

Plus de 300 nouveaux cas en Corée du Sud rien qu'en une journée.

Le match de Rugby Italie-Irlande annulé.

En France, le match de football Lyon-Juventus de Turin en 1/8 de finale de la Ligue des Champions est maintenu malgré le contexte épidémique.

Des écoles en Grande-Bretagne commencent à être évacuées.

Reporters sans Frontières (RSF) accuse l’Iran de dissimuler des informations sur la propagation du nouveau coronavirus sur son territoire.

L'Iran commence à arrêter des gens pour « diffusion de fausses rumeurs ».

1er cas au Pakistan.

Le dernier jour du Carnaval de Nice est annulé.

Un premier cas de coronavirus a été détecté en Macédoine du Nord.

Premier cas en Finlande.

Premier cas en Georgie.

Premier cas en Norvège.

Premier cas en Roumanie.

Les services gouvernementaux sont en état d'alerte maximale presque partout en Europe (Suisse, Allemagne, Belgique, Espagne, Portugal, Italie, Balkans, Europe de l'est et du Nord) et se préparent à une pandémie.

En France, Olivier Véran réaffirme qu'il n'y a « pas d'épidémie » en France.

Israël prend une mesure pour que toute personne revenant d'Italie devra se soumettre à une quarantaine de 14 jours, ce qui en fait le premier pays européen concerné par de telles mesures dans le monde.

L'Irak ferme toutes les écoles et universités pour au minimum dix jours.

Des recherches menées par une équipe de l'université de Nankai montrent que le virus a subi une mutation génétique similaire à celle du VIH et du virus Ebola. Cela signifie que sa capacité à se lier aux cellules humaines pourrait être jusqu'à 1 000 fois plus forte que celle du virus SRAS, selon de nouvelles recherches menées par des scientifiques en Chine et en Europe.

27 février :

Premier cas annoncé en Californie. Mais dans une conférence de presse Donald Trump répète à 15 reprises que « c'est juste une grippe ».

Il semblerait que le taux de précision des tests aux États-Unis ne dépasse pas les 35%. Ils sont de piètre qualité. New York a décidé de développer ses propres tests. « Les kits qui nous ont été envoyés ont montré des problèmes de performance et on ne peut pas compter sur eux pour fournir un résultat précis. »

Premier cas au Danemark.

Premier cas en Estonie.

Premier cas aux Pays-Bas.

Premier cas en Irlande du Nord.

Premier cas au Nigeria.

En Iran, la vice-présidente chargée des Femmes et des Affaires familiales, Masoumeh Ebtekar, a été testée positive au coronavirus.

Toujours en Iran : le Mollah Sayyid Hadi Hosroshahi est décédé à l'hôpital à cause du virus.

Le président Iranien demande à tous les citoyens d'arrêter de voyager dans le pays et d'arrêter de se rassembler pour prévenir les infections de masse.

Le Japon décrète l'état d'urgence et ferme toutes les écoles pour au minimum un mois.

Au Turkmenistan une femme a été arrêtée par la police et condamnée à une amende équivalente à 71 dollars pour avoir porté un masque dans la rue. L'officier de police qui l'a arrêtée a expliqué cette mesure comme une punition pour avoir montré de la méfiance envers le gouvernement.

28 février :

Premier cas en Nouvelle-Zélande.

Un premier cas de coronavirus est détecté au Québec.

Premier cas en Lituanie qui enclenche l'État d'Urgence.

Premier cas en Biélorussie.

Premier cas au Mexique.

Premier cas en Islande.

Premier cas à Monaco.

Le Salon de l'Automobile International de Genève est annulé.

Le Conseil Fédéral de Suisse déclare l'état d'épidémie dans le pays.

Premier cas au Pays de Galles.

Premier cas en Azerbaïdjan.

Mort d'un anglais à bord du Diamond Princess.

Premier cas en Afrique du Sud.

Premier cas en Islande.

Le parlement iranien fermé jusqu'à nouvel ordre.

La France passe au stade 2 officiellement et reconnaît que le virus circule sur son territoire de manière impossible à contrôler.

État d'alerte en Corée du Nord, mesures exceptionnelles renforcées pour contrer la propagation.

29 février :

Selon une équipe de chercheurs italiens, le virus se propage en Italie depuis la mi-janvier.

Premier cas au Qatar.

Premier cas au Luxembourg.

Premier cas en Irlande.

En France on atteint 100 cas et en Italie plus de 1000.

Premier décès du COVID-19 aux U.S.A. L'État de Washington officiellement en état d'urgence.

L'OMS et d'autres pays ont proposé des tests fonctionnels aux USA qui ont « poliment refusé », disant qu'ils « avaient largement la capacité de développer leur propre test dans les délais » et que ceux-ci seraient « absolument fiables et plus rapides que les autres ».

Premier cas en Équateur.

Greta Thunberg, la jeune autiste activiste suédoise, participe à une manifestation de 20 000 personnes à Bristol. Peu de temps après une partie d'un hôpital de Bristol est fermée et évacuée.

Dans certains pays on craint des cas de réinfection après avoir été guéri.

En Iran, décès d'un député au Parlement.

L'Azerbaïdjan ferme sa frontière avec l'Iran.

Le Pape annule toute apparition publique pour le 3ème jour consécutif. Il y a quelques jours encore, le Pape embrassait et serrait la main à des centaines de fidèles à Rome, venus du monde entier, et de partout en Italie. Il attend les résultats de son dépistage.

Toute manifestation de plus de 5000 personnes formellement interdite en France.

Les choses s'aggravent considérablement en Italie. Les Hôpitaux sont surchargés en région milanaise et ça commence ailleurs dans le nord.

Des scientifiques constatent que de premières mutations sont en cours au niveau du virus.

Le point sur la maladie fin février :


Cas dans le monde : 85 983 contaminés

Morts : 2941

La Chine et l'Iran présentent le plus de morts et d'infectés mais les chiffres annoncés semblent ne pas être fiables et largement manipulés par les gouvernements respectifs de ces pays.

Dans les autres pays :

Corée du Sud : 3150 infectés, 17 morts.
Italie : 1128 infectés, 29 morts.
Bateau japonais : 705 infectés, 6 morts.
Japon : 241 infectés, 5 morts.
Singapour : 102 infectés.
Hong Kong : 93 infectés, 2 morts. (très probablement sous-estimé)
Allemagne : 79 infectés.
France : 73 infectés, 2 morts. (sous-estimé). Plus tard dans la journée il sera annoncé officiellement que la France dépasse les 100 cas.
USA : 66 infectés. 1 mort. (très sous-estimé)
Espagne : 50 infectés.
Koweït : 45 infectés.
Thaïlande : 42 infectés. (extrêmement sous-estimé)
Bahreïn : 41 infectés.
Taïwan : 39 infectés, 1 mort.
Australie : 25 infectés.
Malaisie : 25 infectés.
Grande-Bretagne : 23 infectés.
Émirats arabes-unis : 21 infectés.
Suisse : 23 infectés. (pas tous annoncés encore)
Canada : 16 infectés. (pas tous annoncés encore)
Vietnam : 16 infectés. (extrêmement sous-estimé)
Irak : 13 infectés. (largement sous-estimé)
Suède : 12 infectés. (pas tous annoncés encore)
Macao : 10 infectés.
Autriche : 9 infectés.
Israël : 7 infectés.
Liban : 7 infectés. (sous-estimé)
Norvège : 7 infectés.
Croatie : 6 infectés.
Pays-bas : 6 infectés. (pas tous annoncés encore)
Oman : 6 infectés.
Grèce : 4 infectés. (sous-estimé)
Pakistan : 4 infectés. (largement sous-estimé)
Philippines : 3 infectés. (largement sous-estimé)
Danemark : 3 infectés.
Finlande : 3 infectés.
Géorgie : 3 infectés.
Inde : 3 infectés. (extrêmement sous-estimé)
Mexique : 3 infectés.
Roumanie : 3 infectés.
Russie : 2 infectés. (sous-estimé)

1 seul infecté : Afghanistan, Algérie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Belgique, Brésil (extrêmement sous-estimé), Cambodge (extrêmement sous-estimé), Équateur, Égypte (très sous-estimé), Estonie, Islande, Lituanie, Macédoine du nord (sous-estimé), Monaco, Népal, Nouvelle-Zélande, Nigéria (sous-estimé), Qatar, Saint-Marin, Sri Lanka, Luxembourg, Irlande.

Un récapitulatif du mois de février en vidéo

Quelques détails que l'on connait maintenant sur le virus :


1. La virulence (R0) du SRAS-CoV-2 est estimée entre 1,4 et 6,49, avec une estimation moyenne de 3,28 . Cette estimation moyenne est beaucoup plus élevée que celle de la grippe saisonnière, qui a un R0 de 1,3 . Cela signifie que le CoV-2 du SRAS se propage nettement plus vite que la grippe saisonnière.

2. Le taux de mortalité du SRAS-CoV-2 est d'au moins 2 à 3%, potentiellement de 5% ou plus. Ce taux est 20 à 50 fois plus élevé que celui de la grippe saisonnière, qui est d'environ 0,1 %.

3. Le SRAS-CoV-2 peut être transmis sans que les personnes infectées ne présentent de symptômes. Il est donc beaucoup plus difficile à contrôler (voire impossible).

4. Environ 20% des infections par le virus se traduisent par des symptômes graves qui nécessitent une intervention médicale. Cela représente plus de 10 fois le taux d'hospitalisation de la grippe saisonnière.

5. Les symptômes du SRAS-CoV-2 peuvent persister plus d'un mois par rapport à la grippe saisonnière où les symptômes ont généralement tendance à disparaître après 3 jours, maximum 5 jours. C'est très problématique, car vous êtes potentiellement infectieux pendant un mois; et imaginez si vous occupez un lit d'hôpital... cela demande énormément d'énergie, de temps, d'argent et de travail pour s'occuper de vous, en plus d'occuper un lit qui ne sera pas disponible pour quelqu'un d'autre.

6. Il n'existe pas de vaccin ni de traitement efficace contre le SRAS-CoV-2 à l'heure actuelle, alors que les gens se font régulièrement vacciner contre la grippe chaque année.

7. Il n'existe pas d'immunité collective contre le SRAS-CoV-2, ce qui signifie qu'il peut théoriquement infecter la population entière. Voir le cas, par exemple, d'un service psychiatrique coréen où le virus a infecté... 99.5% des personnes présentes dans l'hôpital.

Un mois de mars chaotique

Le danger n'est pas seulement le virus, le réel problème, et les autorités le savent, est la surcharge des hôpitaux. Non seulement, si les hôpitaux sont surchargés, les nouveaux malades ne peuvent pas être soignés et le taux de mortalité grimpe en flèche, mais le reste de la population commence à être en danger également pour d'autres raisons non liées au virus. C'est tout le système de santé qui est en danger. Le virus ne représentera qu'une partie du problème.

1er mars :

Premier mort en Australie (un ancien passager du Diamond Princess).

Premier cas en Arménie.

Le gouvernement considère l'Oise comme un nouveau foyer national.

Les autorités de Grande-Bretagne sont en train de réfléchir à un plan d'alerte maximal, au cas où la situation dégénère, afin de mettre des grandes villes toutes entières en quarantaine.

Premier mort en Thaïlande.

3 premiers cas en Guadeloupe.

Premiers cas à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin.

Premier cas en République Dominicaine.

Premier cas en Écosse.

Trois premiers cas en République Tchèque.

En Iran, les scènes de gens qui s'écroulent dans la rue se multiplient dans tout le pays, en Corée ça commence aussi un peu partout. Cela rappelle ce qui se passait à Wuhan en février.

Le Maroc interdit les événements sportifs et culturels alors qu'il n'y a aucun cas confirmé dans le pays.

2 mars :

Premier cas à New York !
Président Trump
La Floride annonce 2 cas et déclare l'état d'urgence.
 
L'Indonésie annonce ses deux premiers cas !

2 Premiers cas au Portugal.

Premier cas à Moscou.

Le CDC Européen avertit : Le risque de transmission du virus de manière élargie et durable est maintenant élevé.

Premier cas en Jordanie.

Les bâtiments de l'ONU à Genève ferment leurs portes aux visiteurs.

Premier cas en Tunisie.

Premier cas en Arabie Saoudite.

Premier cas au Sénégal.

Premier cas également en Lettonie.

C'est au tour du bâtiment de l'Union Européenne à Bruxelles de fermer ses portes aux visiteurs.

Premier cas au Maroc.

3 mars :

Premier cas en Ukraine.

Le Pape testé négatif au Coronavirus.

La Corée du Sud se place en état d'alerte maximale.

23 membres du parlements iranien auraient été testés positifs au cours des dernières heures.

L'Inde se prépare discrètement à restreindre l'export de 26 composants essentiels de médicaments dont elle est le leader mondial. Parmi eux, le paracétamol et d'autres molécules.

Premier cas en Argentine.

Premier cas au Chili.

Premier décès est en Espagne, à Valence.

4 mars :

Premier cas en Pologne.

Premier cas dans le bâtiment officiel de l'Union Européenne à Bruxelles.

Les scientifiques chinois affirment que le virus SARS-CoV-2 a probablement muté génétiquement en deux variantes : S-CoV & L-CoV. Ils pensent que le L-CoV est plus dangereux, qu'il présente une transmissibilité plus élevée et qu'il est plus nocif pour le système respiratoire humain.

On voit des gens s'effondrer en plein New-York, dans le Queen, quartier chinois de Flushing.

Les gens s'écroulent dans la rue à New-York

L'Italie ferme toutes les écoles et universités dans tout le pays. Et tous les événements sportifs se feront à huis clos en Italie jusqu'au 3 avril au moins.

Deux premiers cas signalés en Hongrie chez deux étudiants iraniens.

Cinq premiers cas en Guyane.

Premier cas en Slovénie.

En Iran, le Vice-Président, Eshagh Jahangiri, a été testé positif.

5 mars :

Premier mort en Suisse.

Premier cas en Afrique du Sud.

Deux premiers cas en Bosnie.

En France, les masques distribués à la Police Nationale sont périmés depuis 2008.

L'Iran annonce fermer toutes les écoles et universités pour un mois entier.

La situation dégénère en Iran et le régime est en train de censurer l'information au maximum pour ne pas s'affaiblir sur la scène internationale.

Les gens s'écroulent dans la rue en Iran

Le maire de New York demande à TOUS les new-yorkais sans exception, revenant des pays suivants : Chine, Iran, Italie, Corée du Sud, Japon; de s'isoler SANS ATTENDRE pendant 14 jours, sans exception !

Le diplomate iranien Hossein Sheikholeslam, ancien parlementaire et ambassadeur de l'Iran en Syrie, est décédé du virus.

Le député français Jean-Luc Reitzer testé positif et hospitalisé.

La Russie annule le plus grand forum économique à St-Pétersbourg et le maire de Moscou, Sergei Sobyanin, met la ville en état d'alerte élevé en raison de la menace de coronavirus.

Jour 66 : Vendredi 6 mars

Le nombre de morts en Italie a été multiplié par six en six jours : plus de 230 Italiens sont morts et la charge de travail augmente de plus de 1 200 chaque jour. Rome a fermé des écoles, interdit aux spectateurs des matchs de football de Serie A et se prépare à boucler la Lombardie.

« Le système de santé risque de devenir surchargé et nous aurons un problème de soins intensifs si une crise exponentielle continue », explique le Premier ministre, Giuseppe Conte.


Une femme dans la soixantaine devient la première personne à mourir du virus en Grande-Bretagne, et Downing Street dit que le virus est désormais susceptible de se propager « de manière significative ».

Boris Johnson en visite laboratoire Public Health
Il y a trois jours, lors d'une conférence de presse, Boris Johnson a haussé les sourcils quand il a dit qu'il continuait de se serrer la main. « J'étais à l'hôpital l'autre soir où je pense qu'il y avait quelques patients atteints de coronavirus et j'ai serré la main de tout le monde », a-t-il déclaré.


Premier mort aux Pays-bas.

Premier cas en Serbie.

Premier cas au Cameroun.

Premier cas au Vatican.

Premier cas au Bhoutan.

Premier cas au Togo.

Premier cas en Slovaquie.

Premier cas au Pérou.

Premier cas en Colombie.

Premier cas au Costa Rica.

L'Iran est sur le point d'utiliser l'armée pour empêcher les gens de circuler dans le pays.

Des vidéos de fosses communes pullulent sur les réseaux iraniens. Le Kurdistan iranien se transforme en cimetière géant

Tombes au Kurdistan Iranien

La Suisse mobilise l'armée pour venir en aide aux personnels hospitaliers dans le transport de malades et la gestion logistique.

Le Ministre de la Santé en France, demande aux gens de ne pas rendre visites aux personnes âgées, où qu'elles soient.

Le Ministère de la Santé donne la liberté aux régions d'arrêter de tester les cas s'il y en a trop. Pourquoi ? Manque de tests ? Manque de capacités des labos ? Trop de cas suspects ? C'est forcément une des trois possibilités, ou les trois à la fois.

En France, dans plusieurs régions touchées, le personnel hospitalier tire la sonnette d'alarme car les hôpitaux sont surchargés alors que la pandémie vient seulement de commencer.

7 mars :

Un rapport officiel français dit que les masques sont inutiles si vous n'êtes pas malades.

150 établissements scolaires fermés en France.

Moscou passe en état d'alerte élevé.

Premier cas à Hawaï.

20 000 renforts envoyés dans le nord de l'Italie par le gouvernement Italien, pour aider les hôpitaux totalement débordés par la situation.

Fatemeh Rahba, députée récemment élue de 55 ans, est décédée en Iran.

2 premiers morts en Floride.

Premier cas à Malte : une jeune fille italienne de 12 ans.

Plein de nouveaux cas au Japon, en Norvège, en Autriche, au Koweït, en Suisse, en Thaïlande, en France, en Algérie, au Portugal, en Espagne, en Australie, en Grèce, en Équateur, au Qatar, en Nouvelle-Zélande, en Hongrie...

30% des usines fermées ont recommencé à produire en Chine mais la situation en Chine est loin d'être réglée. De nombreux témoignages et vidéos montrent des buildings entiers la nuit avec la lumière allumée à tous les étages mais personne dedans. Les chinois savent que le monde regarde la consommation électrique pour juger de la véracité de l'information selon laquelle la productivité recommence en Chine.

Voici ce qui se passe dans les rues en Chine

Aux USA, les tests du CDC sont insuffisants et ne fonctionnent pas. De plus, il n'y a PAS assez de masques pour le personnel hospitalier. Le gouvernement fédéral tente de mobiliser des ressources nationales mais c'est compliqué. Le CDC est incapable d'en fournir dans des délais raisonnables alors même que de nombreux états continuent à déclarer l'état d'urgence.

Nicola Zingaretti, chef du Parti Démocrate italien, testé positif au virus.

Nouveau cas à l'Assemblée Nationale française. Une députée hospitalisée.

Les Philippines déclarent l'état d'urgence.

Le Vatican annule les événements prévus des prochaines semaines et le Pape s'adressera aux fidèles via Webcam pour éviter les attroupements.

Un hôtel converti en installation de quarantaine pour personnes suspectées d'êtres contaminées s'est subitement effondré en Chine à Quanzhou.

Hôtel effondré à Quanzhou


Le CDC européen demande aux pays de tester TOUS les patients montrant des symptômes respiratoires aigus, quelle que soit leur historique de voyage; jugeant la probabilité d'une transmission communautaire de grande ampleur en Europe élevée.

New York déclare l'état d'urgence.

2 premiers cas aux Maldives.

Premier cas au Paraguay.

Réunion de crise à l'Élysée.

La suisse demande à toute la population de limiter les contacts et les sorties inutiles et recommande aux plus de 65 ans de rester chez eux le plus possible.

La police a été déployée pour boucler des quartiers entiers à Haro (quarantaine forcée pour les habitants), une petite ville du nord de l'Espagne.

12 provinces mises en quarantaines en Italie. Les personnes ne sont pas autorisées à y entrer ou en sortir sauf en cas d'extrême urgence. Toutes les salles de sports, fitness, piscines, musées, centres culturels, stations de ski, etc. sont fermées dans les 12 provinces. Plus personne n'entre ni ne sort de la Lombardie, ni de Modène, Parme, Piacenza, Reggio Emilia, Rimini, Pesaro, Urbino, Venise, Padoue, Trévise, Asti et Alexandrie; et ce dès ce soir jusqu'au 3 avril.

Le Premier Ministre indien demande à la population de cesser les poignées de main.

Premier cas en Moldavie.

Premier cas à Washington D.C.

Premier mort en Amérique du Sud en Argentine.

Deux premiers cas en Bulgarie.

8 mars :

Selon certaines informations, les ambassades chinoises du monde entier auraient été invitées à promouvoir la théorie selon laquelle le virus ne serait pas originaire de Chine. On sait également qu'une étrange pneumonie circulait en novembre dans la région du Piémont en Italie. Lien

Trois premiers cas au Bangladesh.

Deux premiers cas chez deux employés d'hôtel aux Maldives.

Premier décès au Canada.

16 millions de personnes sont mises en quarantaine en Italie.

L'Allemagne empêche l'exportation des masques vers la Suisse. La Confédération suisse a convoqué l'ambassadeur allemand pour lui demander de débloquer la situation.

En Iran, des gens s'écroulent devant les hôpitaux, mais ceux-ci sont barricadés car pleins. Personne ne leur vient en aide pendant plusieurs heures par peur d'être infecté. Certains meurent sur place.

9 mars :

2 nouveaux députés français infectés.

Des premiers cas apparaissent parmi des membres du personnel de l'OTAN.

L'Albanie confirme ses deux premiers cas.

Chypre confirme ses deux premiers cas.

Le Brunei enregistre son premier cas.

Des bagarres ont éclaté dans plusieurs prisons en Italie. Des renforts militaires arrivent à Palerme après plusieurs évasions de prisons et actes de violences dans la ville.

La situation dans les hôpitaux italiens est hors de contrôle. Un médecin a écrit dans le journal qu'ils ont commencé à devoir décider qui vit et qui meurt lorsque les patients se présentent aux urgences, comme ce qui se fait en temps de guerre. Cela ne fera qu'empirer.

Un haut gradé iranien, Abdullah Jaafarzadeh, meurt du virus.

Franck Riester, Ministre de la Culture en France, testé positif au Coronavirus.

Isräel stoppe TOUTES entrées sur son territoire.

TOUTE L'ITALIE est placée en quarantaine alors qu'on approche les 10 000 cas confirmés. C'est la première fois dans l'histoire qu'une quarantaine bloque tout un pays dans un contexte épidémique. 60 millions d'italiens doivent rester confinés à la maison.

10 mars :

Premiers cas aux îles Anglo-Normandes ainsi qu'au Burkina Faso.

Premier cas en Mongolie.

En Italie, la « protezione civile » a envoyé des voitures (même tard dans la nuit) équipées de haut-parleurs pour inciter les habitants à rester à l'intérieur et à ne pas sortir de la maison, sauf en cas d'absolue nécessité.

La Mongolie et l'Inde prennent des mesures de quarantaines de grande échelle.

Premier cas au Panama.

La Turquie annonce enfin son premier cas.

Premier cas à la République démocratique du Congo.

Premier cas en Jamaïque.

Premier décès au Maroc.

Deux premiers cas en Bolivie ainsi qu'au Honduras.

La Slovénie ferme ses frontières avec l'Italie.

Jour 71 : Mercredi 11 mars

L'Autriche ferme à son tour ses frontières avec l'Italie.

Dans une de ses rares déclarations depuis le bureau ovale, Trump annonce que son administration se lance dans « l'effort le plus agressif et le plus complet pour affronter un virus étranger dans l'histoire moderne ».

Aux États-Unis, le nombre de cas a dépassé le millier et plus de 116 000 personnes sont infectées dans le monde.

Aux États-Unis et au Royaume-Uni, les marchés boursiers s'effondrent plus rapidement que jamais depuis le krach financier de 2008, pris de panique par le virus et la guerre des prix du pétrole saoudo-russe.

EXPLOSION des cas en Lombardie. Les décès en Italie augmentent de 196 en une seule journée, le chiffre le plus élevé jamais enregistré jusqu'à ce jour. Une image d'une infirmière italienne épuisée effondrée sur son bureau devient virale. De plus en plus de membres du corps médical sont en détresse et certains seraient à deux doigts du burn-out, voire pire. Le pays est confronté à son « heure la plus sombre », dit Conte.

Selon le Dr. Maria Rita Gismondo, consultante en virologie pour l'ONU, le virus circule en Italie depuis Novembre !

Premier mort en Belgique, en Suède et en Irlande.

L'OMS déclare enfin ce qui est devenu évident depuis longtemps : le Covid-19 est une pandémie. C'était pas trop tôt...

En France, les autorités disent que « Fermer les écoles n'est pas utile ». Pourtant 20 pays et territoires ont déjà pris des mesures pour fermer les écoles.

Le professeur Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à la Pitié-Salpêtrière, annonce sur BFM : « On a peur parce qu'on ne connaît pas le virus, il n'est pas plus dangereux que la Grippe. Le cerveau humain imagine tout et n'importe quoi à cause de l'inconnu. »

La Grande-Bretagne a 456 cas mais résiste au type de confinements massifs mis en œuvre ailleurs en Europe. Il est conseillé aux personnes malades et vulnérables de rester chez elles, mais le gouvernement penche en faveur de l'idée que le coût de la suppression totale du virus sera trop élevé en termes de libertés perdues. Permettre sa propagation pourrait également « renforcer une sorte d'immunité collective afin que davantage de personnes soient immunisées contre cette maladie », a déclaré plus tard à la BBC Sir Patrick Vallance, conseiller scientifique en chef de l'Angleterre.

Premier cas à la Réunion.

Les hôpitaux en Espagne sont déjà surchargés. La situation est explosive, les gens au-dessus de 60 ans sont très à risque, beaucoup ont des spasmes et sont en situation critique, ils ont perdu le compte des cas depuis un moment déjà, car ils laissent partir ceux qui n'ont pas besoin d'assistance respiratoire. Les chiffres espagnols ne SONT PAS fiables. Les gens atteints de problèmes de santé chroniques, pas nécessairement pulmonaires, sont à risque élevé quel que soit l'âge. Les gens arrivent de partout et la transmission communautaire à GRANDE ÉCHELLE a commencé, il n'y a plus aucune traçabilité des cas. L'Espagne est en TRÈS MAUVAISE posture et la situation va dégénérer rapidement car le système de santé n'est pas prêt à faire face.

12 mars :

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré publiquement que le virus n'était pas originaire de Wuhan, ni de Chine, mais provenait des États-Unis par l'intermédiaire de soldats américains qui ont participé aux Jeux militaires de Wuhan en octobre. Lien

L'Italie ferme tous ses commerces, cafés et restaurants à l'exception des magasins d'alimentation et des pharmacies.

Les États-Unis interdisent leur territoire aux voyageurs ayant fréquenté l'espace Schengen dans les 14 jours. Trump accuse l'Union Européenne d'avoir diffusé le virus aux USA.

Tom Hanks et sa femme sont positifs au virus !

La France, la Lituanie et la Belgique annoncent la fermeture, à partir du lundi 16 mars, de toutes leurs écoles, crèches et universités. La veille le gouvernement français disait encore que « Fermer les écoles n'était pas utile ».

Trois premiers cas à Cuba.

Premiers cas à Trinidad-et-Tobago, au Guyana, en Côte d'Ivoire, au Ghana, au Gabon.

13 mars :

L'Europe devient l'épicentre de la pandémie selon l'OMS. La plus grande expansion de la pandémie au monde se fait dans tous les pays d'Europe occidentale, avec en tête du classement : L'Italie, l'Espagne, la France, la Suisse et l'Allemagne, suivis de près par les pays nordiques.

La plupart des pays d'Europe, à l'exception de la France, commencent à fermer leurs frontières.

Premier cas au Kenya, en Ethiopie, au Soudan, en Mauritanie, en Guinée, au Kazakhstan, au Guatemala, au Surinam, en Uruguay, au Kosovo.

La femme du Premier Ministre canadien vient d'être testée positive au COVID-19.

Le Président Bolsonaro (Brésil) testé positif au Coronavirus.

La Suisse ferme ses écoles pour un mois et demi.

Mouvements de panique dans tous les centres commerciaux en Suisse, les stocks sont dévalisés.

Trump déclare l'état d'urgence national pour tout le pays, invoquant le Stafford Act, ce qui permettra de déployer une aide massive dans l'ensemble du territoire.

Les USA s'associent au laboratoire Roche pour obtenir enfin des tests fiables.

14 mars :

Le magnat chinois Ren Zhiqiang « a disparu » à Pékin après avoir publié des remarques critiques sur la manière dont le président Xi Jinping a géré la crise des coronavirus. Lien

Le Venezuela, la Namibie, le Rwanda, la Guinée équatoriale, les Seychelles et la République du Congo confirment leurs premiers cas.

La France ferme les lieux publics « non-indispensables » (hôtels, bars, restaurants, cinémas, etc.) dès minuit.

La quarantaine nationale est décrétée en Espagne.

15 mars :

Premiers cas en Ouzbékistan, en République centrafricaine, aux Bahamas.

Le premier tour des élections municipales se déroule en France.

Consultez notre article au sujet des élections pendant la pandémie en suivant ce lien.

La Femme de Pedro Sánchez (Premier Ministre espagnol) testée positive au COVID-19.

La Reine d'Angleterre a été déplacée dans une localité à l'abri des risques de contamination.

Premiers décès signalés parmi le corps médical en Italie.

En Lombardie des gens meurent à domicile car il n'y a plus assez d'ambulances disponibles.

Les « guns shops » (magasins d'armes à feu) sont pris d'assaut par les clients aux USA. Il est même difficile de trouver des munitions.

Christian Jacob, président des Républicains en France, testé positif au COVID-19.

Réunion de crise en France, discussion au plus haut niveau de l'armée avec le chef de l'État.

16 mars :

Les nations européennes se coupent les unes des autres, et le continent se coupe du monde. « Nous sommes en guerre », déclare avec arrogance le président français, Emmanuel Macron. Il sera remis à sa place quelques jours plus tard par le président allemand Frank-Walter Steinmeier qui dira « Non, cette pandémie n'est pas une guerre. Les nations ne s'opposent pas à d'autres nations, les soldats à d'autres soldats. C'est un test de notre humanité ».

Premier cas au Bénin, au Libéria, en Tanzanie, en Somalie, au Groenland.

Les États-Unis sont accusés d'avoir voulu acheter à titre exclusif un futur vaccin (s'il est découvert) à une entreprise allemande Curevac.

En France et les hôpitaux seront bientôt saturés. Les nombre de cas double tous les trois jours.

Emmanuel Macron réunit à midi un « Conseil de défense ».

Intervention officielle d'Emmanuel Macron à 20h.

La Quarantaine nationale est décrétée officiellement en France.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Recherches paranormales



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.