Les églises de Lalibela

Eglise Bete Giyorgis à Lalibela
Lalibela, en Éthiopie, cachées dans ce paysage montagneux d'Afrique, 11 églises sont entièrement sculptées dans un seul bloc de pierre.

Si vous approchez de Lalibela, vous ne voyez absolument rien. Mais, quand vous vous rapprochez, tout d'un coup, le sol s'ouvre et vous avez ces immenses églises magnifiques découpées dans le roc que vous voyez surgir du sol.

On ne peut pas vraiment parler de construction car les églises de Lalibela ont été découpées dans les rochers, de haut en bas. Donc, ce que vous avez vraiment, c’est une incroyable ingénierie extraordinaire qui dépasse littéralement tout ce que nous savons sur les techniques de construction.

Un lieu de pèlerinage

Le rituel religieux est au centre de la vie de Lalibela. Chaque année, près de 21 000 pèlerins chrétiens viennent se recueillir. Le christianisme éthiopien est beaucoup plus directement lié à l'Ancien Testament que la pratique chrétienne dans le reste du monde aujourd'hui. Le christianisme a été introduit en Éthiopie à peu près au même moment où il a été introduit en Europe occidentale, en France par exemple.

Il est intéressant de noter que l’Éthiopie est le seul endroit où se trouvent ces églises monolithiques dans le monde chrétien. Les archéologues traditionnels croient que les églises ont été sculptées dès le XIIème siècle. Mais les ingénieurs qui ont étudié la conception des églises ont conclu que leur construction est scientifiquement inexplicable. Quand vous voyez les églises de Lalibela, vous pouvez voir qu'elles utilisent ce qui doit probablement être un outil puissant. Chaque fois que vous taillez une pierre dure, vous utilisez des outils de coupe spécialisés, vous avez besoin d'outils en fer. Même aujourd'hui, nous devrions utiliser des scies mécaniques, des meules et des burins.

Mais si les églises de Lalibela n'auraient pas pu être construites sans la technologie moderne, alors qui, ou quoi, les a construites ?

La légende du Roi Lalibela

D'après l'histoire de la vie du roi Lalibela, qui est écrite au XVème siècle, l'ange Gabriel est venu auprès du roi Lalibela et l'a emmené dans la Jérusalem céleste, où il a eu une conversation avec Dieu, et Dieu a dit qu'il voulait qu'il retourne construire ces églises. Alors il est revenu et les a construites, il les a fait tailler dans le roc. Il a fallu des années pour terminer le travail. C'était 24 heures par jour, mais Lalibela avait l'aide des anges.

Ainsi, selon la légende, des « anges » sont descendus du ciel. Et la nuit, ils faisaient le travail que les êtres humains ne pouvaient pas faire parce qu'ils dormaient. Il y avait donc deux équipes de travailleurs sur les rochers de Lalibela : l'une, des êtres humains travaillant le jour et l'autre, des êtres extraterrestres travaillant la nuit, effectuant le travail de nuit.

C'est une histoire très fascinante car les anges n'existent pas. Les anges étaient simplement une fausse interprétation d'extraterrestres de chair et de sang qui sont descendus du ciel avec des moyens technologiques. Et c'est ce que ces guillemets "anges" signifient.

Si les églises de Lalibela ont été construites avec l'aide d'êtres célestes, pourquoi ? Était-ce pour adorer Dieu ? Ou était-ce pour honorer un autre être mystique – ou extraterrestre ?

Le site de Lalibela aurait hébergé l'Arche d'Alliance

Selon le Kebra Nagast, l'ancien livre sacré des chrétiens éthiopiens, l'arche hébraïque de l'alliance – La boîte en or contenant les dix commandements – a été transportée en Éthiopie depuis Jérusalem au IXème siècle avant J.-C. L'enfant de Salomon et de la reine de Saba s'appelait Ménélik Ier, et il aurait été le premier roi d'Éthiopie. À l'âge de 22 ans, il a dit à sa mère, la reine de Saba, qu'il souhaitait rencontrer son père. Elle lui a donc demandé de se rendre à Jérusalem pour le faire. Et il y passa une longue période et fit connaissance avec les jeunes nobles de son âge. Et la nuit précédant leur départ, ils sont allés dans le temple et ont pris l'Arche de l'Alliance. Ensemble, Ménélik et ces nobles garçons sont rentrés en Éthiopie.

L'Arche de l'Alliance aurait-elle pu résider à Lalibela ? Il n'y a aucune raison historique de croire que cela aurait pu se faire, mais la légende raconte qu'il fut un temps où l'Arche était à Lalibela.

 
Le site de Lalibela est classé à l'UNESCO.

Il est intéressant de noter qu’à Lalibela, il y a un autel, qui est exactement dans les dimensions de l’Arche de l’Alliance. On peut donc se demander si l'une ou l'autre des églises de Lalibela n'aurait pas pu abriter l'Arche d'Alliance à un moment donné. Selon l’Église orthodoxe éthiopienne, l’arche ne réside plus dans les églises de Lalibela, mais se trouve à 300 km au nord de la ville d’Axoum.

Le temple d'Axoum

Même aujourd'hui, il existe un temple spécial qui est gardé par des prêtres éthiopiens, et personne d'autre n'est autorisé à y pénétrer. On dit que l'arche de l'alliance est conservée à l'intérieur de cette chapelle. Et il y a une grande cathédrale appelée la Cathédrale de la Sainte Marie de Sion dans la ville d'Axoum. En dessous, il y a un tunnel. Dans ce tunnel se trouvent les vestiges de l'Arche de l'Alliance. Ceci est connu, ce n’est pas un secret. On peut y aller.

Est-il vraiment possible que l'Arche d'Alliance soit encore cachée au fond de la cathédrale d'Axoum ? Si oui, pourquoi a-t-il été dissimulé pendant si longtemps ? Selon certains, la source extraterrestre du pouvoir légendaire de l'arche reviendra un jour pour la récupérer et certains pensent que ce retour aura lieu au même endroit sacré où les êtres extraterrestres sont arrivés.

Retour à la catégorie : Découvertes archéologiques



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.