Le Harrisme

William Wade Harris
William Wade Harris appelé Latabou ou Latagbo en Côte d’Ivoire ou encore William Harrison au Libéria, pays dans lequel il est né en 1865, reçoit une éducation chez les méthodistes américains, devient maçon puis enseignant. Il participe au mouvement de révolte Kru ce qui lui vaut des séjours en prison, et c’est au cours d’un de ces séjours qu’il aurait eu la vision de l’ange Gabriel l’informant qu’il devait devenir prophète.

Après un début de prédication au Libéria en 1911 et un court emprisonnement, il décide d’aller répandre la bonne parole en Côte d’Ivoire. Accompagné des trois femmes promises par l’ange en remplacement de celle qui, devenue obsolète, devait rejoindre le grand recyclage, et d’un interprète, il va prêcher en Côte d’Ivoire et au Ghana. Sa mission, puisqu’il l'acceptait, consistait à détruire les fétiches, et sur ce point il ne fit pas dans la dentelle. Sa stature imposante fut mise au service d’un discours qui pour se faire entendre utilisait la menace et l’anathème. Soit on l’écoutait soit on s’exposait à la maladie, la mort, et même à être transformé en animal. Et bien sûr s’en suivirent les témoignages relatant ces morts brutales dont étaient victimes les parjures, ou encore celui de ces animaux venant accomplir la vengeance divine, soit autant de rumeurs qui comme toujours donnaient naissance aux mythes et faisaient naitre les prophètes.


Harris restait un fidèle serviteur de la chrétienté, mais souhaitait cependant en adapter quelques règles aux particularités africaines. Comme dans de nombreux sectarismes régionaux le harrisme était obsédé par la suppression de la sorcellerie et c’est dans sa capacité à toucher et détruire les fétiches sans subir de choc en retour que Harris construisit son aura prophétique. En Afrique où la sorcellerie est ancrée dans le quotidien, seul un individu protégé par une magie puissante peu s’en prendre aux sorciers, et cette magie puissante est celle de Jésus soutient de cette église des blancs qui a soumis l’Afrique.

Harris insiste pour que soit observé le repos du dimanche ce qui va lui valoir de nombreux ennemis. Il s’élève fermement contre l’adultère mais en revanche admet la polygamie qui fait partie de la culture profonde africaine. Pour le reste, on ne boit pas, on ne vole pas et on se tient bien, un programme d’éducation civique.

Harris fut accusé d'être un espion anglais

Si Harris restait un chrétien convaincu il allait cependant faire les frais de la concurrence acharnée que ce livraient les deux grands colonisateurs du coin par églises interposées. Prophète ignoré dans son pays d’origine, il est en Côte d’Ivoire soupçonné d’être un espion anglais. En visionnaire inspiré il voit dans la première guerre mondiale les signes d’une punition divine qui annonce cette paix de mille ans à la fin de laquelle aura lieu le combat de Gog et Magog. On peut voir là l’influence de ce protestantisme obsédé par une fin des temps qui fait le fond de commerce lucratif de ces chers adventistes et autres témoins de Jéhovah. Mais ici Harris, ou ses adeptes mal intentionnés prédisent la défaite des blancs et en particulier celle de la France vaincue par l’Allemagne, et en conséquence la fin de la colonisation. Mauvaise pioche, surtout quand on est un présumé suppôt de l’Angleterre. Chassé de Côte d’Ivoire, Harris rentre au Libéria et ne fera guère plus parler de lui. Son métier de prophète n’aura pas duré plus de deux ans et il disparaitra en 1929 dans la misère la plus absolue.

Harris était un homme honnête et sincère qui n’a jamais profité de sa gloire momentanée pour s’enrichir, ce qui n'aurait pas été le cas de ses successeurs. Après lui nous naviguons entre escroqueries et délires avec ce prophète qui pratiquait la communion au Pernod 45, ou cet autre qui soignait à l’anis.

Si le Harrisme a apporté de nouveaux fidèles à l’église catholique et encore plus aux protestants, il se maintient également dans diverses communautés indépendantes réunies autour de la prière, de la bible, des cantiques chantés dans le rythme africain, du souvenir du prophète, de son rejet du fétichisme et de la sorcellerie.



Source : http://avatarpage.net
Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Les sectes africaines



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.