La fabrication des humains

Face à la révolte des Igigu, la déesse mère Ninmah, entourée des autres déesses mères, vient réveiller son fils Enki, le dieu de la sagesse et des inventions pratiques. Elle lui explique qu'elle a l'intention de créer une créature pour remplacer les Igigu qui n'en peuvent plus de leur dur labeur de terrassement et de fouissage.

Aux mots de sa mère, Enki s'est levé de son lit. Dans la pièce Hal-an-kug, il a frappé sa cuisse dans l'ennui. Le sage et intelligent, le prudent, étaient autant de qualifications qui lui avaient été données par les déesses mères de la vie. Enki a étendu son bras au-dessus d'elles et a tourné son attention vers elles. Et Enki a dit à sa mère Ninmah :

Ma mère, la créature que vous avez projetée héritera vraiment de l'existence. Imposez-lui comme travail de porter les paniers. Vous devriez malaxer de l'argile puisée du dessus de l'Abzu; les déesses-mères pinceront l'argile et par vous introduiront la forme dans l'existence. Ninmah, laissez agir comme vos aides Ninniali, Ninimma, Shuzianna (Cu-zi-ana), Ninmada, Ninbarag (Niobara), Ninmug, Musargaba et Ninguna. Tenez-vous prête comme quand vous donnez naissance. Ma mère, après que vous ayez décrété son destin, Ninmah, imposez-lui le travail de porter les paniers.

La grande fête

Enki a apporté la joie à leur cœur. Il a placé un régal pour sa mère Ninmah. Toutes les déesses-mères ont mangé du roseau sensible et du pain. Enlil et le seigneur Enki ont mangé des rôtis. Tous les dieux aînés l'ont félicité :

Oh ! Seigneur à la grande compréhension, qui est aussi sage que vous ? Enki, grand seigneur, qui peut égaler vos actions ? Comme un père corporel, vous êtes celui qui décide des destins. 

Enki et Ninmah ont bu de la bière, leurs cœurs sont devenus gais, et puis Ninmah a dit à Enki :

Le corps de l'homme peut être bon ou mauvais et rendre un destin bon ou mauvais dépend de ma volonté. 

Enki a répondu à Ninmah :

J'équilibrerai quelque destin, bon ou mauvais, que vous aurez fabriqué. 

Les premières fabrications d'humains

Fabrication des humains avec de l'argile
Ninmah a pris de l'argile du dessus de l'Abzu dans sa main et elle a d'abord modelé avec elle un homme qui ne pourrait pas plier ses faibles membres. Enki a regardé l'homme qui ne pourrait pas plier ses faibles membres, et a décrété son destin : il l'a nommé domestique du roi.

Ensuite, elle a modelé un homme qui retournait en arrière la lumière, un homme avec les yeux constamment ouverts, aveugle. Enki a regardé celui qui retournait en arrière la lumière, l'homme avec les yeux constamment ouverts, et a décrété son destin, lui donnant les arts musicaux, le faisant chef-musicien en présence du roi.

Troisièmement, elle a modelé un homme avec les deux pieds cassés, un homme avec les pieds paralysés. Enki a regardé celui aux deux pieds cassés, aux pieds paralysés et il a décrété son destin pour le travail de (...?...).

Selon une autre version, le troisième qui aurait été modelé était un idiot. Enki regardé cet idiot, et a décrété son destin : il l'a nommé domestique du roi.

En quatrième, elle a modelé un homme qui ne pouvait pas retenir son urine. Enki a regardé celui qui ne pourrait pas retenir son urine et l'a baigné dans l'eau enchantée et a chassé le démon Namtar de son corps.

En cinquième, elle a modelé une femme qui ne pouvait pas donner naissance. Enki regardé la femme qui ne pouvait pas donner naissance, et a décrété son destin : il l'a faite membre de la suite de la reine.

En sixième, elle a modelé un être sans pénis ni vagin sur son corps. Enki a regardé cet être sans pénis ni vagin et l'a nommé « eunuque nibru » et lui a décrété comme destin de se tenir devant le roi.
 

Umul : le modèle d'humanoïde créé par Enki

Ninmah a jeté l'argile pincée de sa main sur la terre et un grand silence est tombé. Le grand seigneur Enki dit à Ninmah :

J'ai décrété les destins de vos créatures et leur ai donné leur pain quotidien. Venez, maintenant je modèlerai quelqu'un pour vous, et vous devrez décréter le destin de ce nouveau-né ! 

Enki a conçu une forme avec la tête (..?..) et la bouche à son milieu, et a dit à Ninmah « Versez le sperme dans l'utérus d'une femme, et la femme donnera naissance au sperme de son utérus ».

Ninmah était prête pour recevoir le nouveau-né (..?..) et la femme a apporté en avant (..?..) le milieu (..?..) En retour, c'était Umul : sa tête était affligée, son endroit de (..?..) était affligé, ses yeux étaient affligés, son cou était affligé. Il pouvait à peine respirer, ses côtes étaient tremblantes, ses poumons étaient affligés, son cœur était affligé, ses entrailles étaient affligées. Avec sa main et sa tête basse il ne pouvait pas mettre le pain dans sa bouche ; son épine dorsale et sa tête étaient disloquées. Ses hanches faibles et ses pieds précaires ne pouvaient pas le porter dans les champ. Enki l'a façonné de cette façon.

Enki dit à Ninmah :

Pour vos créatures dont j'ai décrété un destin, je leur ai donné leur pain quotidien. Maintenant, vous devriez décréter un destin pour ma créature, lui donner son pain quotidien aussi. 

Ninmah a regardé Umul et s'est tournée vers lui. Elle est allée plus près d'Umul et lui a posé des questions mais il ne pouvaient pas parler. Elle lui a offert le pain pour manger mais il ne pouvait pas l'attraper. Il ne pouvait pas s'allonger sur un lit, ne pouvait pas se tenir debout, ne pouvait pas s'asseoir, ne pouvait pas se coucher, il ne pourrait pas (..?..) une maison, il ne pouvait pas manger du pain. Ninmah a répondu à Enki :

La chose que vous avez modelée n'est ni vivante ni morte. Elle ne peut pas subvenir à ses besoins. 

Enki a répondu à Ninmah :

J'ai décrété un destin pour le premier homme avec les mains faibles, je lui ai donné le pain. J'ai décrété un destin pour l'homme qui a tourné en arrière la lumière, je lui ai donné le pain. J'ai décrété un destin pour l'homme paralysé des pieds, je lui ai donné le pain. J'ai décrété un destin pour l'homme qui ne pouvait pas retenir son urine, je lui ai donné le pain. J'ai décrété un destin pour la femme qui ne pouvait pas donner naissance, je lui ai donné le pain. J'ai décrété le destin pour celui sans pénis ni vagin sur son corps, je lui ai donné le pain. Ma sœur (....?....).(2 lignes fragmentaires) 

Ninmah a répondu à Enki :

(........?........)
9 lignes fragmentaires

Tu (..?..) est entré (..?..). Regardez, vous ne demeurez pas dans le ciel, vous ne demeurez pas sur terre, vous ne sortez pas pour regarder la terre. Là où vous ne demeurez pas mais où ma maison est construite, vos mots ne peuvent pas être entendus. Là où vous n'habitez pas mais où ma ville est construite, moi-même je suis silencieux (..?..). Ma ville est en ruine, ma maison est détruite, mon enfant a été pris comme captif. Je suis un fugitif qui a dû laisser l'E-kur et moi-même je ne pouvais pas échapper à votre main.
 

Enki a répondu à Ninmah :

Qui pourrait changer les mots qui sont sortis de votre bouche ? Enlevez Umul de vos genoux (..?..) Ninmah, que votre travail soit (..?..) vous (..?..) pour moi ce qui est imparfait ; qui peut s'opposer à ceci ? L'homme que j'ai formé (..?..) après que vous (..?..), l'ayez laissé prier ! Laissez aujourd'hui mon pénis être félicité, puisse votre sagesse être confirmée ! L'enkum et le ninkum (..?..) proclament votre gloire (..?..). Ma sœur, la force héroïque (..?..). La chanson (..?..) l'écriture (..?..). Les dieux qui ont entendu (..?..) laisser Umul construire (?), ma maison (..?..) 

Ninmah n'a pas pu rivaliser avec le grand seigneur Enki. Père Enki, votre éloge est doux !

Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Mythologie sumérienne



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.