Le projet Echelon

Sigle de la NSA
La NSA (National Security Agency) est l'agence gouvernementale de renseignements des États-Unis, c'est-à-dire l'équivalent des Renseignements Généraux français. Cet organisme très secret existe depuis le 4 novembre 1952 mais on a commencé à vraiment le connaître que dans les années 1990. Avant cela le grand public n'avait connaissance que du FBI et de la CIA.

La NSA est chargée de collecter des informations qui peuvent avoir une importance pour la sécurité nationale des États-Unis. A ce titre, tous les moyens sont bons : écoutes téléphoniques, cryptographie, espionnage et infiltration des réseaux téléphoniques, hertziens et Internet.

En 2013, la fameuse affaire Snowden met en lumière les opérations de surveillance électronique et de collecte d'information menées à grande échelle sur le web.

En juin 2015, WikiLeaks divulgue des documents internes de la NSA qui révèlent que la NSA a secrètement espionné, entre 2006 et 2012, les conversations des présidents français Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, ainsi que celles de certains ministres ou conseillers.

Les moyens de la NSA reposent en grande partie sur leur logiciel d'interception des communications baptisé ECHELON.

 

Echelon c'est quoi ?

Projet Echelon
Echelon est un réseau mondial d'interception des communications s'appuyant sur des satellites, des sous-marins, des ordinateurs hyperpuissants. Avec le système Echelon, la NSA est en mesure d'intercepter toute communication radio, téléphonique, tout échange de mail et même de télécopies. Même les échanges cryptés peuvent être espionnés et c'est sans doute ceux qui sont le plus surveillés.

Le système réagit en fonction de la présence de certains mots dans les communications et même en fonction de l'intonation de la voix. En cas de détection d'une alerte, les échanges sont enregistrés et seront analysés par les équipes de la NSA.

L'espionnage systématique de personnalités peut être décidé. Il s'agit alors ni plus ni moins d'une mise sur écoute (non seulement téléphonique mais également les échanges de mails et l'activité sur le réseau Internet). De nombreux chefs d'état en ont fait les frais.

Mais la force d'Echelon n'est pas la mise sur écoute d'appareils en particulier mais au contraire de tout scanner et de réagir en présence de certaines associations de mots clés. Donc, potentiellement, c'est comme si tout le monde était sur écoute.
 

Un projet qui date de la guerre froide

Le projet Echelon a vu le jour pendant la guerre froide mais du départ il n'a jamais été destiné à un usage militaire mais bien civil. Il consiste à espionner les gouvernements et les entreprises et s'étend à l'ensemble de la population civile (pas uniquement les américains mais du monde entier).

Le principe est de scruter tout ce qui se passe sur les réseaux et de réagir à certains stimuli. Les messages ou les conversations sont alors extraites pour analyse. Pour faire simple, tous les échanges qui contiennent le mot « bombe » sont systématiquement épluchés, et cela dans toutes les langues possibles. C'est quand même un peu plus compliqué que ça car vous avez parfaitement le droit de dire au téléphone à un ami que « votre nouvelle voisine est une bombe » et passer entre les mailles du filet. Mais si vous dites que « vous avez pris l'avion et l'hôtesse de l'air était une bombe » vous risquez fort bien de déclencher une alerte car il y a association du mot « avion » avec le mot « bombe » dans la même phrase. Et voilà... vous êtes repéré par le système et sans doute fiché. Si en plus, au cours de la conversation, vous glissez des mots comme « attentat », « tuer », « mort », etc., vous allez vous retrouver sur écoute en moins de temps qu'il faut pour le dire.

Un réseau d’installations d’interception secrètes a été mis en place dans le monde entier, même jusqu'au fond des mers. Les satellites artificiels en orbite autour de la terre font également partie de ce système d'espionnage généralisé à l'échelle de la planète.

Un réseau interconnecté

Le réseau Echelon est composé de nombreux ordinateurs répartis dans le monde. Ces ordinateurs sont tous interconnectés si bien que le réseau de surveillance est vu comme un seul composant.

De plus, la NSA a signé des accords avec les principales agences de renseignement du monde anglo-saxon (GB, Nouvelle Zélande, Canada et Australie). Ces agences d'espionnage ont directement accès aux différents fichiers de la NSA en plus de leur propre base de recherche locale. L'inverse est également vrai. Cela fait d'Echelon le plus gros système d'espionnage des communications au monde.

Chaque information qui circule sur le réseau Echelon est préfixée par un nom de code qui identifie la station qui a capté l'information. Un autre code identifie l'agence (NSA, GCHQ Britannique, etc.).

Ce dernier code est important car, bien que les agences associées à la NSA puissent utiliser le système Echelon et toute sa puissance, seuls les informations venant de son propre réseau lui sont communiquées. La NSA, au contraire, à accès à toutes les informations, même celles qui ne proviennent pas de son réseau.

Une base de données entièrement paramétrable

Le système Echelon a beaucoup évolué depuis les années 1960. C'est maintenant devenu une véritable Intelligence Artificielle (IA) entièrement paramétrable. La base de données n'est pas simplement constituée de simples listes de mots-clés. Les type de communications sont tout d'abord catégorisés (échanges commerciaux, échanges diplomatiques, communications civiles, etc...). Chaque catégorie contient ses propres mots-clés qui peuvent être des noms de personnes, des noms de navires, de villes et des mots-clés classiques. Il y a aussi des listes d'adresses e-mail et de numéros de téléphones à scruter. Il est enfin possible de définir les combinaisons de mots-clés qui doivent être présents ensembles dans le même message pour que ce dernier soit retenu.

Tous ces paramètres constituent ce qu'ils appellent le « dictionnaire ». Chaque Agence gère son propre dictionnaire.

Il doit sans doute exister un système de notation pour attribuer un niveau d'importance aux différents messages afin de les trier dans le but d'analyser plus précisément les messages qui présentent le plus de dangerosité.

Pour tous les échanges qui ont déclenché une alerte, les opérateurs peuvent savoir très précisément leur origine, leur horodatage et leur destinataire.

La fin de la guerre froide

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, la fin de la guerre froide n'a pas mis en sommeil le réseau Echelon, bien au contraire. Il s'est étendu a des applications civiles et à l'espionnage industriel et économique, au profit essentiellement des États-Unis et de leurs entreprises.

Les ambassades sont particulièrement visées. Des appareils de surveillance sophistiqués ont été secrètement transportés puis installés dans divers pays étrangers dans les ambassades. Ils sont utilisés pour surveiller les diverses communications dans les capitales étrangères.

Echelon peut tout écouter et tout déchiffrer. Le réseau Echelon couvre l’ensemble du monde. Avec un budget annuel de près de 30 milliards de dollars qui continue d'augmenter, les services de renseignement américains sont les mieux dotés de la planète. L’ensemble des faisceaux des satellites Intelsat de communications sont captés.

Alors que l'Union Européenne nous fait croire en la protection des données personnelles et embête tous les internautes avec les cookies et les bandeaux qui recouvrent tous les sites que l'on souhaite consulter librement, chacun de nos échanges, par mail, téléphone, télécopie, est systématiquement transmis à la NSA via le réseau Echelon.



Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Les complots en secret



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 30 Décembre 2018, il y a moins d'un an.