La pluralité des mondes

Pluralité des mondes

Au XVIIIe siècle, la popularité grandissante de l'astronomie donne naissance à un nouveau concept controversé : celui de la pluralité des mondes. Il avance la possibilité qu'il y ait de la vie ailleurs dans l'Univers. À la fin du XVIIIe siècle, la majorité des gens, du moins les personnes instruites, étaient convaincus que, dans tout le système solaire, sur Jupiter, sur Mars et sur Saturne, il y avait des extraterrestres.

Très probablement, la Lune hébergeait des êtres intelligents elle aussi.

Si on fait le décompte des principaux intellectuels du XVIIIe siècle qui ont inclus des idées de vie extraterrestre dans leurs publications on tombe sur de très nombreuses personnalités très connues. En fait, plus de la moitié d'entre eux parlaient de la possibilité qu'il existe des formes de vie extraterrestres.

 

Les intellectuels du siècle des lumières croient aux extraterrestres

Le premier astronome du XVIIIème siècle, William Herschel, a également soutenu la théorie selon laquelle la vie existait sur d'autres planètes. Tout comme Thomas Paine, l’un des pères fondateurs des États-Unis, et de nombreux chefs religieux de l’époque qui firent de même. Les prédicateurs prêchaient que les extraterrestres constituaient une preuve de la bonté de Dieu. C'est l'idée que s'il existait un Dieu bon et bienfaisant, il aurait forcément peuplé toutes les planètes et toutes les étoiles.

 
On peut lire sur ce site le texte de Bernard Le Bouyer de Fontenelle, écrivain et scientifique français du XVIIe siècle, qui s'intitule Entretiens sur la pluralité des mondes.

Bien qu'il y ait eu un débat ouvert sur l'existence d'une vie extraterrestre allant souvent jusqu'à l'idée que des extraterrestres visitent la Terre, en 1731, alors qu'une série d'observations tellement convaincantes se produisit dans toute l'Europe, la possibilité ne pouvait plus être ignorée.

Dans les observations d'ovnis modernes, les communications sur les ovnis sont instantanées. On voit tout de suite des photos sur Internet ou des vidéos sur YouTube. Mais qu'en était-il 300 ans en arrière ?

L'observation de 1731 dans toute l'Europe

En 1731, à Kilkenny, en Irlande, un objet lumineux sortant d’un nuage rouge a été observé. Cette même observation a été signalée en l'espace d'une semaine dans le reste de l'Europe, en particulier en Roumanie et en Europe de l'Est.

Tous ces pays n'avaient aucun lien de communication à l'époque. Les journaux ne voyageaient pas entre les pays et les gens ne parlaient pas la même langue. Il n'y avait pas de radio ni télévision. Pourtant, un OVNI voyageant depuis la mer d'Irlande, à travers l'Europe, jusqu'en Europe de l'Est et en direction de l'Asie, a été aperçu à différents endroits sur son trajet. Il s'agit d'observations indépendantes qui ont été faites par des gens qui n'étaient pas en contact.

Tous ces rapports d'observation d'un objet lumineux presque identique traversant le ciel ne seraient-ils qu'une coïncidence ? S'il s'agissait réellement d'un vaisseau extraterrestre, est-il possible que des observations antérieures n’aient tout simplement pas été rapportées au motif qu’elles avaient été interprétées comme des signes de Dieu ?

L'idée gagne l'Amérique

En Amérique coloniale, l'idée que des extraterrestres visitaient la Terre gagnait du terrain. Dans les années 1800, cette théorie controversée se retrouverait même à la Maison Blanche.

Les États-Unis ont officiellement déclaré leur indépendance de la Grande-Bretagne en 1776 et, 14 ans plus tard à peine, un rapport sur la première observation d'OVNI de l'histoire américaine a été publié dans les journaux de John Winthrop, le deuxième gouverneur de la colonie de la Baie du Massachusetts. Ces journaux, qui sont maintenant connus comme « Une histoire de la Nouvelle-Angleterre, 1630-1649 », sont toujours considérés comme le meilleur compte-rendu de cette période de l'histoire américaine.

Lorsque les revues ont finalement été publiées en 1790, 150 ans après la mort de Winthrop, on a découvert qu'ils contiennent le récit alarmant d’un possible contact extraterrestre proche de la Muddy River à Boston.

Le premier cochon volant de l'histoire

Cochon volant
Une nuit de mars 1639, James Everall, décrit comme un « homme sobre et discret », et deux de ses compagnons, montèrent à bord d'une barque sur la Muddy River de Boston. En pagayant le long de la rivière, ils ont vu une grande lumière brillante planer dans le ciel. Alors qu'ils regardaient, la lumière s'est allumée puis s'est contractée pour devenir ce qu'ils ont décrit comme la figure d'un porc. Il est difficile d’imaginer que quelqu'un rapporte sérieusement l'observation d'un cochon volant brillant. Mais en regardant l'observation, on ne peut s'empêcher de se demander s'ils avaient du mal à décrire un fuselage de forme ovale avec quatre pattes, ce qu'on pourrait appeler aujourd'hui des jambes d'atterrissage ou un train d'atterrissage.

Le journal de Winthrop indique que l'objet s'est déplacé rapidement sous forme de flèche, faisant des va-et-vient ainsi que de haut en bas pendant deux à trois heures. Et quand il a finalement disparu, les trois passagers du bateau, qui dérivaient depuis toujours en aval, ont été étonnés de se retrouver au point où ils avaient commencé leur voyage.

Ce que Winthrop décrit dans son journal est vraiment difficile à expliquer. Certes, il semble difficile de comprendre que pendant deux ou trois heures, trois hommes dans un bateau ont observé une lumière brillante se déplacer dans le ciel au-dessus de la ville de Boston. Mais il semblent presque encore plus inconcevable que leur bateau ait pu être tiré à contre-courant sans qu'ils s'en aperçoivent.

Ce type de phénomène étrange et inexplicable est maintenant associé au phénomène appelé « abduction par des extraterrestres ». Il s'agit tout simplement d'un enlèvement.

 

L'exil de Thomas Paine

Au moment de la publication de l'histoire de Winthrop en 1790, le débat sur la possibilité d'une vie extraterrestre était plus animé que jamais. En fait, la question de savoir si la vie existait sur d'autres planètes était devenue une question si ardue et taboue que l'un des Pères fondateurs de l'Amérique, Thomas Paine, fut exilé officieusement en Europe.

Thomas Paine entre dans le débat sur la vie extraterrestre de manière très dramatique. C'était un Anglais, mais aussi un fervent patriote américain. Thomas Paine publie un livre en 1793 intitulé The Age of Reason. Et dans The Age of Reason, il fait l’une des attaques les plus vigoureuses jamais perpétrées contre le christianisme. Le but ultime est, dit-il, qu'on doit croire aux extraterrestres si on connait un tant soit peu l'astronomie moderne. L'idée d'un Dieu qui a fait l'univers entier et va de planète en planète pour sauver les gens est tout simplement impossible à croire.

Cela crée une sensation. Des milliers d'exemplaires du livre ont été vendus. En décembre 1793, Thomas Paine fut arrêté en France pour avoir soutenu un parti politique qui n'était plus au pouvoir.

Lorsque l'ambassadeur américain a refusé de prendre sa défense, Paine a pensé que George Washington l'avait abandonné à cause de ses écrits soutenant l'idée d'une vie extraterrestre et réfutant le christianisme traditionnel.

Des idées révolutionnaires à l'encontre des principes du christianisme

En 1802, il est réadmis aux États-Unis avec la permission du troisième président, Thomas Jefferson. Ce dernier est un intellectuel, considéré par beaucoup comme un génie de son époque, à la fois pour son talent d'homme d'État et pour ses aptitudes scientifiques. Et certains croient qu'il était aussi un défenseur, comme ses contemporains Benjamin Franklin et John Adams, du concept de la pluralité des mondes.

Le concept de la pluralité des mondes était un concept très largement accepté par des gens comme John Adams et Thomas Paine qui ne considéraient pas la vie extraterrestre comme une possibilité, mais bien comme une réalité que tout le monde devait accepter. La nouvelle rationalité de la science a changé la façon dont ces pères fondateurs ont parlé de religion.

En 1825, Thomas Jefferson voulait engager des professeurs pour l'Université de Virginie. John Adams lui écrit et lui donne des conseils sur la manière de procéder à cette embauche. Il lui suggère de n'engager aucun professeur européen parce qu'ils sont susceptibles de croire aux principes du christianisme, ce qui est une doctrine très dangereuse à laquelle ils devaient rester éloignés.

D'autres pères fondateurs ont également approuvé ce point de vue. Ils croyaient aussi en l'existence de la vie sur d'autres planètes. Benjamin Franklin se demandait même s'il existait des dieux différents pour chaque soleil qui abritait une vie intelligente. Beaucoup d'entre eux ont estimé qu'il était clair qu'il y avait des êtres intelligents imaginables dans tout l'univers, et que l'idée que Dieu soit venu sur cette planète en tant que personne qu'on aurait persécuté et sur laquelle on aurait craché était tout simplement ridicule. Ils ont rejeté cette croyance traditionnelle qui perdurait depuis longtemps, et pour l'époque, c'était une façon de penser très radicale.

Les pères fondateurs des États-Unis défendent-ils le concept de vie extraterrestre contre le christianisme ? C'est une idée révolutionnaire, certes, mais peut-être moins révolutionnaire qu'il n'y parait pour les premiers habitants du pays qui affirmaient bien avant avoir rencontré des visiteurs du ciel.

Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Ufologie et aliens



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.