Palenque

Des ruines de pierre majestueuses sont tout ce qui reste de la ville maya de Palenque, au Mexique, autrefois puissante. Avec ses imposantes pyramides de pierre et ses places ornées, Palenque révèle la véritable sophistication de la civilisation maya.

En termes de réalisations scientifiques et artistiques, les Mayas étaient parmi les meilleures civilisations anciennes du monde. Leurs progrès en mathématiques, en ingénierie, en astronomie et en géométrie sont sans précédent dans l’ensemble des Amériques.

C'est dans cette ancienne cité maya que les chercheurs ont mis au jour l'un des meilleurs exemples d'un calendrier remarquable, qui suit non seulement des jours et des mois, mais aussi des milliers d'années.

La métropole Maya de Palenque

Au sud du Mexique, Entourées de forêts denses dans les contreforts des montagnes de Tumbala se trouvent les ruines de l'ancienne ville maya de Palenque. Établie dès 1800 avant notre ère, Palenque était l’un des principaux centres de population de l'ancienne civilisation maya qui a dominé l’Amérique centrale pendant près de 2 000 ans.

Les jungles ont une couche arable vraiment mince, et pour elle, être capable de supporter une population énorme, qui est 20 à 30 fois supérieure à celle de la population actuelle dans cette région, est une chose incroyable.

Le site de Palenque est toujours un vaste site non fouillé. Les chercheurs pensent que seuls 10% de cette ville ont jusqu'à présent été fouillés par des archéologues. Le système d'aqueduc ici, à Palenque, était très sophistiqué, et les Mayas pouvaient en fait avoir la pression de l'eau en siphonnant les canaux d'eau hors de la rivière principale.

Toutes les villes mayas avaient des terrains de jeu où ils jouaient à ce jeu céleste où les joueurs frappaient une balle en caoutchouc à travers un cerceau de pierre ou de bois. On pense qu'il s'agit d'une représentation des alignements du soleil.

Lorsque vous commencez à examiner toutes les différentes cultures, qu'il s'agisse des anciens Babyloniens, des anciens Égyptiens ou des Mayas, nous savons maintenant que le peuple qui était de loin le plus avancé étaient les Mayas.

Selon les historiens traditionnels, dès le neuvième siècle, les grandes villes mayas ont été abandonnées et le peuple maya a disparu. Mais pourquoi ? Beaucoup attribuent la disparition des Mayas à la guerre, à la surpopulation et à la sécheresse. Mais les Mayas auraient-ils pu laisser des indices laissant à penser que leur origine et leur destin avaient été complotés par des forces d'un autre monde ?

La tombe du roi Pakal

L'archéologue Alberto Lhuillier découvre la tombe pyramidale du roi Pakal qui régna sur l'ancienne ville maya de Palenque de 615 à 683. Au cours de son règne de près de 70 ans, Pakal transforma Palenque en créant certaines des inscriptions et des monuments les plus significatifs de l'ancienne civilisation maya. La ville de Palenque fut pillée par le souverain de Calakmul. C'était donc vraiment tragique pour la ville elle-même. Et cela ouvre la voie à Hanab Pakal lui-même, qui devient roi à un très jeune âge, puis prend cette ville qui a été détruite et l’amène maintenant à ce qui est en train de devenir l’une des villes les plus importantes de la fin de la période classique.

Le célèbre Temple des inscriptions est peut-être la pyramide la plus célèbre du monde maya. C'est en 1948 que l'archéologue franco-mexicain Alberto Lhuillier commença ses fouilles au sommet du Temple des inscriptions. Ce qu'il y trouva fut le célèbre escalier qui descendait dans les profondeurs de la pyramide. Mais l'escalier était complètement rempli de gravats de petites pierres et de terre. Il lui fallut quatre ans pour creuser lentement, pas à pas, dans la pyramide, jusqu'à ce qu'il parvienne enfin à la tombe du roi Pakal, au sarcophage géant et au couvercle sur lequel la pyramide avait été construite.

L'astronaute de Palenque

astronaute de Palenque
L'astronaute de Palenque
On peut soutenir que l'artefact maya le plus remarquable jamais découvert est le couvercle de sarcophage en pierre du roi Pakal. Il a suscité une controverse considérable. Les spécialistes du courant dominant pensent que le roi Pakal est représenté dans un voyage vers le monde souterrain. Mais les partisans de la théorie des anciens astronautes pensent que le roi est représenté assis aux commandes d'un vaisseau spatial et l'ont surnommé « l'astronaute de Palenque ». Il semble aller dans l'espace. Il est l'homme-fusée originel qui manipule son vaisseau spatial et se rend dans l'espace.

Nous soutenons depuis très longtemps que le roi Pakal est assis dans un type d'engin spatial, car il est incliné, comme les astronautes modernes au décollage. Il semble manipuler des commandes de contrôles. Il a une sorte d'appareil respiratoire ou une sorte de télescope devant son visage. Ses pieds sont sur une sorte de pédale, et vous avez quelque chose qui ressemble à un échappement avec des flammes. On dirait exactement que ça ressemble à du feu. C'est le propulseur.

En 2011, l'étrange sculpture sur le couvercle du sarcophage du roi Pakal a été traduite en une réplique en trois dimensions par le maquettiste Paul Francis. Quand on voit cela n'importe qui s'écrirait : « On dirait un gars dans une capsule spatiale ». Vous savez, ça n'a pas besoin d'être précisé pour nous, nous n'avons rien inventé. C'était déjà là. Il a été sculpté il y a des centaines d'années.

On pense que c'est absolument extraordinaire car c'est certainement l'une des pièces les plus fascinantes de la théorie des anciens astronautes et, enfin, voir Pakal comme une sculpture en trois dimensions est pour nous un rêve devenu réalité. Depuis très longtemps, nous disons que ce couvercle de Pakal n’est pas quelque chose de symbolique. C’est quelque chose que l’artiste a vu ou dont on a parlé, puis il ou elle a essayé de le recréer sur une dalle de pierre avec d'infinis détails. Son pied droit repose sur un piédestal, et c'est exactement ce que l'on peut voir sur la dalle de Palenque. Et comment ses mains manipulent certaines commandes, ainsi que ce type d'appareil respiratoire qui passe sous son nez. L'appareil respiratoire est en réalité une pièce très soignée. C'est ce qu'on appelle le donneur de vie. L'âme passe à travers cela, et un donneur de vie ne serait rien d'autre que de l'air car nous respirons de l'air. C'est un gars qui a besoin de ce masque pour survivre. Parce qu'il vient d'où ? Du cosmos !

La gravure sur le couvercle du sarcophage du roi Pakal pourrait-elle vraiment confirmer la complicité entre les dirigeants maya et les forces extraterrestres, comme le pensent les adeptes de la théorie des anciens astronautes ? Peut-être que d'autres preuves peuvent être trouvées gravées dans la pierre dans toute la Méso-Amérique.

Les palais de Palenque était un observatoire maya

Le palais de Palenque, découvert à la fin du 18ème siècle par les explorateurs espagnols, est un ensemble royal qui est le plus grand et le plus complexe de ceux que l’on trouve dans la ville antique. Les chercheurs pensent qu'une tour à quatre étages située au centre du palais a été construite afin que les rois et les prêtres mayas puissent observer le mouvement céleste du soleil et des étoiles.

L'une des caractéristiques les plus inhabituelles du palais principal à Palenque est son observatoire : une immense tour pour observer les étoiles. Les fenêtres en forme de T sont également inhabituelles dans tout le palais et dérangent les archéologues depuis des siècles. On pense qu'elles représentent peut-être le dieu du vent, mais il est également possible que ces fenêtres en forme de T pointent vers le ciel.

Qu'est-ce que les dirigeants de Palenque cherchaient ? La tour du palais de Palenque est l’un des nombreux observatoires célestes construits sur les anciens territoires mayas. Leur système pratique d’astronomie était un système d’observation. La conception et la construction de nombreux bâtiments visaient donc à créer ces lignes de vision, à créer ces avantages pour permettre l’observation afin de voir et de marquer les événements astronomiques importants.

Nous voyons que les temples étaient alignés sur des moments spécifiques dans le temps, et que les équinoxes et les solstices sont les moments les plus importants dans l'année. Ainsi, où que nous regardions, nous voyons comment cette connaissance de l'astronomie est intégrée à ces monuments. Les places étaient d'excellents endroits où les gens se tenaient debout et révéraient des moments particuliers de l'année. C'étaient des endroits qui étaient alignés depuis des temps immémoriaux, des centaines et des centaines d'années, pour faire ces observations spécifiques.

Mais quoi ou peut-être qui les Maya cherchaient-ils dans le ciel ? Selon les partisans de la théorie des anciens astronautes, la réponse peut être trouvée gravée dans la pierre.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Archéologie insolite



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.