Les monstres guerriers

Dans l'histoire ancienne de l'Irlande, il y avait des déesses de la guerre ou des furies au combat, appelées habituellement par les noms de Môrrigan [plus-reean] et Badb [Baub ou Bauv]. C'était tous des êtres malins, se régalant de bataille et de massacres. Les Badb se montraient souvent au combat sous la forme d’un fennôg, c’est-à-dire d’un corbeau ou d’un corbeau royal, ou d'un corbeau charognard, flottant au-dessus de la tête des combattants.

Le Badb ou le Môrrigan, tantôt comme un oiseau, tantôt comme une haine d'apparence odieuse, figurent dans toutes les anciennes batailles, même jusqu'à la bataille de Clontarf (en 1014). Au milieu du vacarme et de l'horreur, elle a souvent été vue en train de défiler à travers le nuage de bataille au-dessus de sa tête, et parfois elle paraissait avant la bataille en prévision du massacre.


Juste avant la bataille de Movrath (637 ap. J. C.), le Môrrigan aux cheveux gris, sous la forme d'une bête maigre et agile, flottait et sautillait sur les pointes des lances et des boucliers de l’armée royale victorieuse dans la grande bataille qui a suivi. Avant la Destruction de Bruden Da Choca, la Badb s’est révélée être « une femme à la bouche large, au teint noir, rapide, suintante, boiteuse et plissant les yeux avec son œil gauche ».

« Neit », dit le glossaire de Cormac, « était le dieu du combat contre les païens de Gaël, Némon était sa femme. » Ils étaient malins : « Les deux sont mauvais : un couple venimeux, vraiment, c'est ce qu'ils sont », dit Cormac.

Les fantômes de guerre

Les Badbs n'étaient pas les seuls gobelins de guerre. Il y avait une classe de fantômes qui apparaissaient parfois avant les batailles, vouée au mal. Avant la bataille de Moylena (Ile siècle), trois sorcières à la barbe bleue, d'apparence répugnante, apparurent devant les armées. Ils remportèrent une victoire criante pour Conn the Hundred Fighter, ainsi que la défaite et la mort du rival, le roi Eoghan.

Avant le banquet de Dun-nan-Ged , deux horribles êtres spectraux noirs, un homme et une femme, sont venus à l'assemblée et, après avoir dévoré une énorme quantité de nourriture, ont maudit le banquet, après quoi ils se sont précipités et ont disparu. Mais alors qu'ils quittèrent les lieux sur un sentier sinistre, à cette fête, une violente querelle se déclara qui mena à la bataille de Movrath (637 ap. J.-C.).

Dans de nombreux recoins lointains et solitaires, certaines apparitions féroces – des femelles – appelées Geniti-glinni , « génies ou géniteurs de la vallée » et d’autres appelées Bocanachs (gobelins) et Bananachs (femelles), souvent en compagnie de Demna aeir, ou « démons de l'air », ont été rapportées.

Lors de toute crise de bataille terrible, beaucoup, voire toutes les autres fureurs de guerre décrites ci-dessus, ont été entendues hurler et hurler de joie, certaines au milieu du carnage, certaines au loin dans leurs repaires solitaires.

Le combat de Cuculainn contre les Geniti-glinni

Dans l'histoire de la fête de Bricriu, on raconte comment les trois grands champions de la Branche rouge, Laegaire le victorieux, Conall Cernach et Cuculainn, se sont disputés une fois pour le Curathmir , ou « titre de champion », qui a toujours été attribué au héros le plus courageux et le plus puissant; et afin de déterminer cette affaire, ils ont été soumis à divers tests rigoureux. À une de ces occasions, le vieux chef à l'esprit sévère, Samera, qui agissait en tant que juge pour l'occasion, décida que les trois héros devaient attaquer séparément une colonie de Geniti-glinni qui résidait dans une vallée voisine.

Laegaire est allé le premier; mais ils tombèrent aussitôt sur lui avec une férocité si démoniaque qu'il fut heureux de s'enfuir, à moitié nu, en leur laissant les bras et la tenue de combat. Conall Cernach partit ensuite et il dut bientôt courir pour l'obtenir; mais il s'en sortit un peu mieux, car, tout en laissant sa lance, il emporta son épée. Enfin, le tour de Cuculainn. Ils lui remplirent les oreilles avec leurs cris rauques, et tombant sur lui dent et ongle, ils brisèrent son bouclier et sa lance, et déchirèrent ses vêtements en lambeaux. Enfin, il ne put plus se défendre et montra des signes évidents de fugue. Loeg, son fidèle cocher, l'observait. L'un des devoirs de Loeg était, chaque fois qu'il voyait son maître céder lors d'un combat, de lui faire des reproches afin de le rendre encore plus furieux. A cette occasion, il l'a insulté avec véhémence et amertume pour sa faiblesse et lui a lancé des surnoms si méprisants que le héros est devenu furieux; et, allumant les gobelins une fois de plus, l'épée à la main, il les écrasa et les mit en pièces, de sorte que la vallée soit toute rouge de leur sang.

Les fées siabra

La classe des fées appelée siabra [sheevra], qui étaient également des De Dannans – une sorte de parents pauvres peu recommandables de Manannan et du Dagda – étaient des elfes puissants, démoniaques et dangereux. Ils sont mentionnés dans la littérature la plus ancienne.

À ce jour, ce nom est assez familier parmi les gens, même ceux qui ne parlent que l'anglais, et ils appellent souvent un petit garçon en forme de crabe – petit pour son âge – un « petit sheevra » exactement comme Concobar mac Nessa, il y a dix-neuf siècles, qui était mécontent du garçon Cuculainn, l'appelle un « petit lutin d'un sheevra ».

Les cochers et d’autres personnes incitaient souvent les sheevras à faire du mal aux mortels. Pour se venger du roi Cormac mac Art penchant vers le christianisme, les druides lâchèrent des sheevras contre lui, qui l'étouffèrent avec un os de saumon pendant qu'il dînait.

Les leprechauns

Le Leprechân, comme nous le connaissons maintenant, est un petit garçon dont l'occupation consiste à fabriquer des chaussures pour les fées ; et lors des nuits de lune, vous pouvez parfois entendre le tap-tap de son petit marteau d’où il est assis, travaillant dans un recoin solitaire parmi les buissons. Si vous pouvez l'attraper et garder votre regard sur lui, il vous dira, après quelques menaces, où trouver un pot d'or. Mais si vous le quittez des yeux un instant, il est parti.

Les leprechauns sont une race ancienne en Irlande, car ils sont mentionnés dans certains des plus vieux récits. Ils pouvaient blesser des mortels, mais n'étaient pas enclins à le faire, sauf en cas de provocation. Dès le début, ils étaient de taille réduite; Par exemple, comme ils nous ont été présentés dans l'ancien récit de la mort de Fergus MacLeide, leur envergure pourrait être d'environ six pouces (15 cm). Dans le même récit, le roi des lutins fut capturé par Fergus et se racheta en lui donnant une paire de souliers magiques, ce qui lui permit d'aller sous l'eau à tout moment et aussi longtemps qu'il le voulait.

De nos jours, un leprechaun, quand vous l'attrapez – ce qui est difficile – vous donnera beaucoup d'argent pour le laisser partir. Sans aucun doute, l'épisode de la rançon par les chaussures magiques dans la vieille histoire est la version originale de la superstition actuelle selon laquelle le lutin est le cordonnier des fées.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Mythologie celtique (suite)



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est très récent et nécessite peut-être quelques améliorations.