Les ruines de Mohenjo-Daro

Mohenjo-Daro
En 1922, dans la province du Sindh, au milieu de la vallée de l'Indus, au sud du Pakistan, un officier d'un groupe d'arpenteurs archéologiques indiens est dirigé par un moine bouddhiste dans une zone qui aurait été un monument religieux. Mais sous les monticules de terre, les archéologues découvrent à la place les ruines d'une ville antique connue sous le nom de Mohenjo-Daro.

Selon les principaux archéologues, l'ancienne ville de la vallée de l'Indus, dont le nom signifie littéralement « monticule de morts », a fleuri entre deux peuples. Cependant, des scientifiques pakistanais ont suggéré que Mohenjo-Daro était bien plus ancien. Cette ville antique était l’une des plus grandes villes du monde en 2600 av. J.-C. Et c'est l'une des plus anciennes civilisations découvertes au monde.

Dans l'ancienne ville de Mohenjo-Daro, nous avons ce qui semble être des rues parallèles et perpendiculaires, comme une ville moderne. Les maisons avaient leurs propres toilettes et un système d’égout très sophistiqué. Cela ressemble donc à une ville très avancée. Ils avaient toutes sortes de bonnes choses et beaucoup d'échanges avec la Mésopotamie. La ville de Mohenjo-daro rivalisait avec les anciennes civilisations égyptienne et mésopotamienne.

 

Des rues jonchées de cadavres

Les archéologues classiques pensent que la ville a été abandonnée à la suite de changements climatiques ou éventuellement d'une diminution des échanges commerciaux. Mais lorsque les ruines de Mohenjo-Daro ont été découvertes dans les années 1920, seuls 43 squelettes ont été découverts sur le site. De nombreuses théories entourent la mystérieuse disparition du peuple de l'Indus de Mohenjo-daro. Les chercheurs affirment que plusieurs squelettes calcifiés découverts sur le site suggèrent qu'ils ont subi une mort instantanée. Ils ont trouvé des corps couchés sur le ventre dans la rue. Beaucoup se tenaient par la main. Leurs visages et leur positionnement corporel suggèrent qu'ils ont subit une mort soudaine et violente. Vous aviez là un groupe de personnes qui gisaient littéralement dans la rue.

 
Un article de Futura-Sciences sur la civilisation de l'Indus.

Ce qu’ils ont trouvé dans ces villes, Mohenjo Daro, Harappa, Kot Diji et d’autres de ces villes Harappéennes, ce sont des villes jonchées de cadavres, des gens gisant morts dans la rue. Il y avait des squelettes bras dessus bras dessous, qui avaient été vitrifiés, pratiquement vitrifiés. C'était comme si un fléau s'était abattu par surprise sur ces villes.

Une possible explosion nucléaire

Explosion nucléaire
En 1977, le chercheur britannique David Davenport découvrit qu'une partie du site archéologique présentait des traces de destruction par une explosion extrêmement puissante. Il a trouvé ce qui reste de l'explosion. Et il croyait que cette région était l'épicentre de ce qu'il pensait être une explosion qui a détruit une partie de la ville. Et il trouva des traces de poterie vitrifiée, de briques totalement soudées, fondues ou vitrifiées.

Des partisans de la théorie des anciens astronautes ont longtemps pensé que ce site était aussi l'épicentre d'une explosion nucléaire qui s'est produite dans le passé, il y a plus de 4000 ans. On a retrouvé des squelettes dans des positions laissant penser qu'ils sont morts sur le coup, d'une mort instantanée, et certains de ces squelettes, mesurés par des scientifiques soviétiques, présentaient des taux de radioactivité cinquante fois supérieur à la normale. Ils ont retrouvé des poteries fondues et des murs vitrifiés sous l'effet de la chaleur. C'était comme si une ancienne arme nucléaire avait explosé ici.

Les archéologues ont trouvé des restes humains et il est clair qu'il s'est passé quelque chose d'important ici. Qu'est-il arrivé en réalité aux habitants de Mohenjo-Daro ? Pourquoi existe-t-il des preuves que les animaux sauvages ont évité de fouiller leurs dépouilles ? Et pourquoi, même après des milliers d'années, leurs os n'ont-ils pas pourri et ne se sont pas désintégrés ?

Dans certaines zones de ce site, vous constatez également une augmentation des niveaux de rayonnement radioactifs. Les rayonnements existent partout. Mais lorsque tout à coup vous avez des niveaux de rayonnement plus élevés dans certaines régions du monde, la question qui se pose est de savoir « Pourquoi ? »

La diffraction des rayons X

Pendant des années, l'accès restreint au site a empêché les scientifiques d'analyser les ruines vitrifiées. Mais en 2014, le Dr minéralogiste Sam Iyengar a pu obtenir un morceau de poterie fondue de Mohenjo-daro et le soumettre à une série de tests. L'analyse élémentaire a montré que la roche de Mohenjo-daro contenait principalement du silicium, de l'aluminium, du calcium et du potassium. Donc on suppose que cela pourrait être une sorte d'argile. Jusqu'à ce que soient fait l'analyse de la diffraction des rayons X.

La diffraction des rayons X permet de déterminer exactement comment un matériau a été formé. Quand on a fait la diffraction des rayons X sur de la poudre, on a obtenu un schéma très spécifique. On pouvait y voir quelques pics cristallins, avec une bosse amorphe, qui résulte généralement d'une phase vitreuse dans la roche. La composition est très similaire à celle de la roche volcanique. La seule façon dont l'argile peut être convertie en la chose qui a été trouvée sur le site consiste à la soumettre à une température très élevée. On parle de 4 000°C. Ce n'est pas quelque chose qu'une civilisation ancienne peut faire intentionnellement. Ce doit être quelque chose de surnaturel.

Cet échantillon de poterie, qui montre des preuves irréfutables d'avoir été soumis à une chaleur extrême, pourrait-il être une preuve définitive que Mohenjo-daro a réellement été le site d'une sorte de puissante explosion dans le passé ? David Davenport et d'autres chercheurs des anciens textes védiques de l'Inde ont suggéré que c'était le cas et que Mohenjo-daro pourrait en fait être le royaume de Lanka. Lanka est une ville dont la destruction est détaillée dans l'épopée indienne connue sous le nom de Ramayana.

Le royaume de Lanka

Dans le Ramayana, il est décrit que le dieu Vishnu décide que le chef de Lanka, un mortel nommé Ravana, est devenu trop puissant. Vishnu prend la forme humaine de Rama et se bat avec Ravana, devenu comme les dieux lui-même. Ravana était un ennemi très redoutable. En fait, Shiva lui-même l'a élevé auprès des Dieux, car il était un grand dévot de Shiva, et Shiva lui a donné des armes mortelles.

Lors de la bataille entre Rama et Ravana, ils ont utilisé des armes d'énergie particulières. Des armes des dieux. Elles ont un très grand pouvoir de destruction. Ça a été décrit comme le soleil se transformant en 50 soleils encore plus brillants, avec une explosion incroyable.

Ainsi, certaines personnes ont suggéré que, peut-être à Mohenjo-daro, un type d'explosion nucléaire se serait produit.

Nous avons non seulement une référence textuelle à une éventuelle explosion nucléaire, mais nous trouvons également des preuves physiques montrant une vitrification de la pierre. Et la pierre ne peut être vitrifiée que si elle est exposée à une chaleur extrême. Ce n'est pas la mythologie. Ce n'est pas de la superstition.

Ceci est documenté dans des événements historiques de personnes qui se font la guerre en utilisant une technologie avancée. On crois donc que l’humanité possédait une technologie incroyable, une connaissance incroyable, et qu’elle a fait des choses que nous faisons en ce moment, et puis quelque chose s’est passé. Et ils ont du littéralement tout recommencer.

Celui qui s'est impliqué a dit :

Euh, euh, ça ne va pas arriver. Laissons-les avoir des connaissances, mais pas trop.
 

Et je pense que c'est probablement ce qui s'est passé ici.

D'autres font référence à un autre texte védique : la Bhagavad Gita.

Mohenjo-Daro est-elle la ville mentionnée dans la Bhagavad Gita ?

Est-il également possible que Mohenjo-Daro ait été l'une des villes mentionnées dans la Bhagavad Gita, une ville qui a subi l'équivalent d'une attaque atomique soudaine ?

Selon le Mahabharata, l'ancien texte sacré des Hindous, une fumée blanche incandescente se serait élevée dans le ciel et dans un éclat infini aurait réduit la ville en cendres. Des milliers de chevaux ont brûlé et des cadavres ont été vaporisés sous une chaleur intense. Et après, un grand silence est tombé sur toute la vallée et les survivants ont commencé à avoir des furoncles sous la peau. Leurs cheveux ont commencé à tomber, ainsi que leurs ongles. Et il n’y a qu’une chose qui cause cela : c’est l’empoisonnement par radiations et les retombées radioactives.

Est-il possible que les ruines vitrifiées de Mohenjo-daro soient la preuve que l'homme possédait une technologie de pointe il y a des milliers d'années ? Et cela suggère-t-il que des extraterrestres sont intervenus dans les affaires de l'humanité pour empêcher l'exploitation de ces armes ? Des partisans de la théorie des anciens astronautes l'affirment et suggèrent que de nouvelles preuves peuvent être trouvées en examinant le plus grand référentiel de connaissances du monde ancien et la façon dont elles ont été détruites : la grande bibliothèque d'Alexandrie.

Mais si c'était vrai, quand un tel événement survient et qu'une ville est totalement irradiée, on peut légitimement se demander quel impact cela a-t-il eu sur les vies humaines et animales présentes sur place.

Cela pourrait-il expliquer, par exemple, pourquoi des créatures sont nées avec un bras ou une jambe supplémentaire ? Ces animaux anormaux ont ensuite été déifié parce que dans toutes les civilisations, quand un être nait difforme, on y voit toujours la main de Dieu.

D'après les anciens textes hindous, après le Mohenjo-Daro, un monstre volant est apparu dans le ciel, il s'appelait Garuda.

Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Découvertes archéologiques



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.