Le télescope Kepler

Téléscope Kepler
Télescope Kepler
Le 6 mars 2009, la NASA a lancé une fusée Delta II dans l'espace. À son bord, un nouveau télescope a été nommé en l'honneur de l'astronome allemand Johannes Kepler.

Le télescope spatial a été spécialement conçu pour découvrir l'existence de planètes semblables à la Terre situées à l'extérieur de notre propre système solaire. La recherche Kepler est centrée sur une section spécifique de la Voie lactée connue sous le nom d'éperon d'Orion.

 

Traquer les exoplanètes

Le travail de Kepler est de répondre à la question suivante : quelle est la fréquence des autres terres ? Pour mener à bien sa mission, Kepler utilise une méthode particulière dite du transit. Pour cela, le télescope mesure les variations de luminosité d'une étoile. Pour ce faire, Kepler regarde une partie du ciel pendant trois ans et demi. Imaginez, par exemple, garder les yeux ouverts et regarder fixement une partie du ciel. Lorsque la luminosité baisse – même très légèrement – c'est généralement qu'un objet céleste en occulte une partie. On peut comparer cela à une situation que l'on connait bien sur Terre : une éclipse de Soleil avec la Lune. Mais bien sur ce n'est pas comparable à une éclipse totale car la Lune est proche de nous et peut donc recouvrir complètement le soleil. Lorsqu'une planète tourne autour d'une étoile, lorsque la planète se place devant elle, la lumière de l'étoile diminue légèrement car elle est bloquée par la planète. Et alors, Kepler recherche cette atténuation de luminosité dans les étoiles. C'est comme ça que nous sommes capables de détecter ces planètes.

 
L'Express se souvient du lancement du téléscope Kepler le 6 mars 2009.

Dès 2010, le télescope Kepler a confirmé l'existence de cinq planètes en dehors de notre propre système solaire. Mais ce n'est qu'après les trois ans et demi que le rythme s'est accéléré avec une explosion du nombre de détections en 2014 : près de 1 000 exoplanètes sont alors identifiées. En 2016, c'est 1284 nouvelles exoplanètes qui sont détectées par le télescope Kepler.

Recherche de la présence d'eau sur une planète

Une fois qu'une planète a été localisée, les scientifiques doivent ensuite déterminer si elle peut contenir de l'eau. Nous savons que toute vie sur Terre a besoin d’eau liquide. C'est donc l'approche qu'ils ont adoptée pour rechercher la vie ailleurs dans l'univers : suivre l'eau. C'est la première étape.

Sur Terre, partout où nous trouvons de l'eau liquide, nous trouvons la vie. Et c'est vrai. La vie sur Terre peut exister dans une extraordinaire gamme de conditions. Il y a des organismes extrêmes qui vivent dans les effluents brûlants qui sortent de la croûte terrestre au fond de l'océan. Il existe d'autres organismes remarquables vivant dans les bassins de déchets de réacteurs nucléaires dans des environnements de rayonnement extrême, etc. Mais la seule chose qui semble être absolument nécessaire à la vie telle que nous la connaissons, c’est l’eau liquide.

Pour déterminer si une planète contient de l'eau et éventuellement de la vie, les scientifiques utilisent des télescopes spéciaux pour analyser son atmosphère. Ils regardent la lumière venant de la planète. Ils divisent cette lumière, comme un arc-en-ciel. Si vous regardez un arc-en-ciel dans le ciel, et que vous regardez vraiment très attentivement, vous verrez des lignes sombres. Vous verrez qu'il manque des couleurs à l'arc-en-ciel. Ces couleurs manquent à cause de l'absorption par les gaz de l'atmosphère terrestre. Donc effectivement, les scientifiques obtiennent un arc-en-ciel d'une autre planète et recherchent des lignes sombres indiquant quels types de gaz sont présents dans l'atmosphère.

Étude du tapis microbien pour comprendre la vie

Pour mieux comprendre l'impact de la vie sur l'atmosphère, les scientifiques de la NASA étudient des tapis microbiens dans la réserve faunique de Moss Landing, en Californie. Les tapis microbiens sont importants pour la NASA pour toutes sortes de raisons. Les organismes présents dans les tapis microbiens sont sur Terre depuis presque plus longtemps que tout autre type d’organisme. Ils fabriquent un certain nombre de choses que nous appelons des biomarqueurs qui sont importants dans la recherche de la vie sur d'autres planètes. Il y a des biomarqueurs de texture que l'on peut voir quand on retire un morceau de tapis microbien et qu'on regarde à sa surface pour voir à quoi cela ressemble.

Une des choses que les scientifiques font avec ces tapis microbiens est de mesurer les flux de méthane. Le méthane est un gaz produit par certains types d'organismes qui utilisent les matières organiques contenues dans ces tapis. Lorsque ce méthane pénètre dans notre atmosphère, il peut être détecté par d'autres missions, telles que la recherche de planète terrestre, l'une des missions conceptuelles de la NASA pour la recherche de gaz produits par la vie sur des exoplanètes.

Nous pouvons rechercher la signature de l'oxygène ou de l'eau sur une planète, et au moins cela peut donner une idée de la présence de formes de vie comme nous, celles qui sont à base de carbone et qui utilisent des cycles d'oxygène et de dioxyde de carbone.

Notre atmosphère n'est pas stable sans organismes vivants. Il se serait évaporé maintenant. Ainsi, si vous observez dans l'espace, et que vous détectez autour d'une étoile une signature des produits chimiques dont nous savons qu'elle existe pour la vie, c'est une preuve très forte que la vie existe déjà. Cela ne vous aide pas à savoir s'il s'agit d'une vie intelligente, mais cela vous donne une preuve de la présence de la vie.

La zone habitable

Avec un univers littéralement plein de possibilités, les chasseurs de planètes concentrent leurs recherches sur une zone qu'ils appellent une « Goldilocks Zone ». La Goldilocks Zone pour les planètes est l'endroit où une planète n'est pas trop chaude, ni trop froide, mais juste la température idéale pour la vie. En français on appelle cette région la « zone habitable ». En 2010, les chercheurs ne connaissaient encore aucune planète comme la Terre dans une zone Goldilocks, mais une planète s'en approchait. Elle s'appelle Gliese 581D. Mais les scientifiques ne sont pas tout à fait sûrs que cette planète se trouve ou non dans la zone de Goldilocks.

Ces dernières années, il a été reconnu qu’il existait plus d’une zone de Goldilocks. Par exemple, il pourrait y avoir de la vie autour des planètes glacées, comme de petites planètes ou de grandes lunes. La lune de Jupiter, Europa, en est un très bon exemple. Europa est liquide sous une calotte glaciaire. Elle est liquide en dessous à cause du réchauffement dû aux marées et de la friction qui règne à l'intérieur de la planète. Il se peut donc qu’il y ait de la vie, seulement microbienne probablement, au fond de la glace sur Europa.

C'est une question très difficile pour savoir s'il y a de la vie ailleurs dans notre système solaire. Vous avez tellement de composants à réunir. Nous devons avoir une compréhension de la science. Nous devons poser les bonnes questions. On voudrait avoir un véhicule et simplement y aller pour dire s'il y a de la vie ou non. Mais nous n'avons pas ça. Donc, nous devons être intelligents et malins, et nous devons développer des instruments qui puissent réellement répondre aux questions auxquelles nous essayons de répondre. C'est inévitable.

Il y a tellement de planètes qu'il est inévitable que nous en trouvions une dans la zone habitable presque tous les jours.

La découverte de Kepler 22B

Le 5 décembre 2011, les scientifiques, utilisant le télescope spatial Kepler de la NASA, confirment qu'ils ont découvert deux planètes, tournant autour d'une étoile lointaine semblable au soleil, situées dans une zone très étroite de leur système solaire, appelée zone habitable, dans laquelle une planète pourrait avoir de l'eau et, peut-être, entretenir la vie.

Donc, il y a eu les annonces récentes concernant Kepler 22B et des nouvelles planètes. Et ce fut une période très excitante pour l'astronomie. Nos télescopes sont devenus assez puissants pour enfin trouver des planètes autour d'autres soleils. Nous les avons autour de nous. Pourquoi serions-nous uniques ?

Kepler 22B est un exemple. Elle tourne sur une orbite de 290 jours, très similaire à nos propres propriétés ici sur Terre. Potentiellement, les Gris, ou divers autres extraterrestres qui nous ont rendu visite, viennent d’autres mondes que nous commençons enfin à localiser. Et donc ce que nous avons ici est vraiment un seuil.

La science, la NASA dans ce cas, a vraiment fait un bond en avant en disant que nous avions quitté le champ des possibilités, nous sommes entrés dans le domaine où l'ancienne théorie des extraterrestres n'est plus une théorie mais se rapproche vraiment de plus en plus d'indices, sinon de preuves.

On pense qu'il est très possible que Kepler trouve de plus en plus de planètes, certaines semblables à la Terre. Ils ont déjà avancé une théorie selon laquelle il y a des milliards de planètes dans notre galaxie. Certaines d'entre-elles sont tenues d'avoir une vie intelligente.

Si les extraterrestres Gris proviennent de planètes habitables comme Kepler 22B, existe-t-il des preuves que leur quête intergalactique les a menés sur Terre ?

Mais alors que le télescope Kepler ne faisait que commencer à scruter l’horizon, la NASA envisageait déjà la prochaine étape dans sa recherche de la vie extraterrestre : le lancement en 2014 du télescope spatial James Webb. Mais en 2018 la NASA annonçait que son lancement était désormais reporté à 2021. Ce télescope devrait remplacer Hubble.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Extraterrestres



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.