L'Épreuve du fer chaud

L'épreuve du fer chaud était un moyen de jugement « par Dieu » pendant la période de la chasse aux sorcières. L’accusé devrait faire un certain nombre de pas en tenant dans sa main un morceau de fer chauffé au rouge. La main était alors liée et il ne pouvait pas lâcher le morceau de fer brûlant. Si la blessure guérissait proprement, il était innocent.

Il faut bien avoir conscience que l'épreuve du fer chaud n'était pas une condamnation ni un moyen de le faire passer aux aveux (ce qu'on appelait la « question »). C'était une épreuve destinée à demander à Dieu la vérité sur la culpabilité ou l'innocence. C'était un jugement. Il y avait ensuite condamnation si l'accusé était reconnu coupable par ce moyen.

Le jugement par le feu dans la pratique

L’idée que Dieu pouvait directement juger un prévenu à la demande d’un prêtre reflétait une croyance populaire du Moyen Age selon laquelle les épreuves étaient judiiciua Dei : « des jugements de Dieu ».

Parmi les épreuves judiciaires les plus populaires, figurait l'épreuve de l'eau bouillante et celle du fer ardent. La chose étonnante à propos des épreuves en général est qu’apparemment, un peu moins des deux tiers de ceux qui ont entrepris l’épreuve sont passés avec succès !

Les historiens nous disent que 17% des cas enregistrés étaient du fer chaud et 83% l'odalie par l'eau.

Apparemment, le fer chaud était censé être le calvaire traditionnellement utilisé par les hommes libres et celui par l'eau par les non-libres, ce qui prouve simplement que (comme aujourd'hui) les classes inférieures ont tendance à attirer davantage l'attention de ceux qui détiennent l'autorité que les élites.

L'épreuve du fer était généralement la seule épreuve utilisée dans le procès des femmes, car elle était considérée comme plus convenable que de la plonger dans l'eau. Mais ce n'était pas toujours le cas.

Les épreuves judiciaires étaient administrées et jugées par des prêtres, dans des églises, dans le cadre de messes spéciales.

Le déroulement des jugements

Le morceau de fer était d'abord consacré. Le prêtre le plaçait sur l'autel avant de célébrer la messe. Il invoquait la bénédiction de Dieu :

Bénis O Seigneur, par la force de ta puissance, ce métal, supprimant tout mensonge démoniaque et dissipant la magie et la supercherie des incroyants, afin que la vérité d'un jugement très sincère soit manifestée.
 

Puis il bénissait encore le fer :

Daignez envoyer votre sainte et véritable bénédiction sur ce fer, afin que ce soit une fraîcheur agréable pour ceux qui le portent avec justice et courage, mais un feu ardent pour les méchants…
 

Il conclut ainsi :

Que la bénédiction de Dieu, du Père, du Fils et du Saint-Esprit descendent sur ce fer, pour discerner le véritable jugement de Dieu.
 

Les jugements par combat singulier

Le procès par combat aurait été introduit en Angleterre par les Normands, bien qu'il ait été utilisé à bon escient dans d'autres régions d'Europe et semble provenir d'Allemagne.

Ils étaient utilisés non seulement dans les procès pénaux mais également dans les affaires civiles.

Les procès par combat n'étaient cependant pas très populaires, car considérés comme une activité risquée et incertaine. Après les Assises de Clarendon qui ont introduit le procès devant jury, le procès avec jury a presque toujours été préféré et il est tombé en désuétude.

Le procès par combat consistait à affronter le champion du procureur dans un combat à mort. Si l'accusé en sortait vainqueur il était disculpé et considéré comme innocent.




Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le 26 Novembre 2018. Il est très récent et nécessite peut-être quelques améliorations.