La Conférence internationale sur la population de 1994

Conférence internationale sur la population
La Conférence internationale sur la population et le développement de 1994 a lieu à un moment décisif de l'histoire de la coopération internationale. Avec la reconnaissance croissante de la population mondiale, du développement et de l’interdépendance environnementale, la possibilité d’adopter des politiques macro et socio-économiques appropriées pour promouvoir une croissance économique durable dans le contexte du développement durable de tous les pays et mobiliser des ressources humaines et financières pour la résolution des problèmes mondiaux, la résolution n'a jamais été aussi grande. Jamais auparavant la communauté mondiale n'avait disposé de ressources, de connaissances et de technologies aussi puissantes qui, si elles étaient correctement redirigées, pourraient favoriser une croissance économique soutenue et un développement durable. Néanmoins, l'utilisation efficace des ressources, des connaissances et des technologies est conditionnée par des obstacles politiques et économiques aux niveaux national et international.

Par conséquent, bien que d’importantes ressources soient disponibles depuis un certain temps, leur utilisation pour un développement socialement équitable et écologiquement rationnel a été sérieusement limitée.


Le monde a subi de profonds changements au cours des deux dernières décennies. Grâce aux efforts déployés aux niveaux national et international, des progrès importants ont été accomplis dans de nombreux domaines importants pour le bien-être humain.

Toutefois, les pays en développement sont toujours confrontés à de graves difficultés économiques et à un environnement économique international défavorable, et le nombre de personnes vivant dans la pauvreté absolue a augmenté dans de nombreux pays.

Dans le monde, bon nombre des ressources de base dont dépendront les générations futures pour leur survie et leur bien-être s'épuiseront et la dégradation de l'environnement s'intensifiera, entraînée par des modes de production et de consommation insoutenables, une croissance démographique sans précédent, une pauvreté généralisée et persistante, et une inégalité sociale et économique.

Les problèmes écologiques, tels que le changement climatique mondial, largement imputable à des modes de production et de consommation non durables, aggravent les menaces qui pèsent sur le bien-être des générations futures.

Un consensus mondial se dégage sur la nécessité de renforcer la coopération internationale en matière de population dans le contexte du développement durable. Beaucoup a été accompli à cet égard, mais il reste encore beaucoup à faire.
 

Augmentation de la population mondiale

La population mondiale est actuellement estimée à 5,6 milliards d'habitants. Alors que le taux de croissance est en baisse, les augmentations absolues ont augmenté, dépassant actuellement 86 millions de personnes par an. L'augmentation annuelle de la population devrait rester supérieure à 86 millions d'habitants jusqu'en 2015.

Au cours des six années restantes de cette décennie critique, les nations du monde par leurs actions ou leurs inactions choisiront entre une gamme d'avenirs démographiques alternatifs. Les variantes basse, moyenne et élevée des projections démographiques des Nations Unies pour les 20 prochaines années vont d’un minimum de 7,1 milliards d’habitants à une variante moyenne de 7,5 milliards et un maximum de 7,8 milliards.

La différence de 720 millions de personnes sur une courte période de 20 ans dépasse la population actuelle du continent africain. Plus loin dans le futur, les projections divergent encore plus significativement.

À l'horizon 2050, les prévisions des Nations Unies vont de 7,9 milliards à la variante moyenne de 9,8 milliards et à un maximum de 11,9 milliards. La mise en œuvre des buts et objectifs contenus dans l'actuel Programme d'action sur 20 ans, qui s'attaquent à de nombreux problèmes fondamentaux en matière de population, de santé, d'éducation et de développement auxquels toute la communauté humaine est confrontée, entraînerait une croissance démographique mondiale au cours de cette période et au-delà en dessous de la projection moyenne des Nations Unies.

Une prise de conscience des nations

La Conférence internationale sur la population et le développement n'est pas un événement isolé. Son programme d'action s'appuie sur le consensus international considérable qui s'est dégagé depuis la Conférence mondiale de la population à Bucarest en 1974 et la Conférence internationale sur la population à Mexico en 1984 pour examiner les grandes questions de la population et les relations qui existent entre elles, de manière soutenue, la croissance économique et le développement durable et les progrès en matière d'éducation, de statut économique et d'autonomisation des femmes.

Le mandat de la Conférence de 1994 sur les questions de développement était explicitement plus large que celui des conférences de population précédentes, reflétant la prise de conscience croissante du fait que la population, la pauvreté, les modes de production et de consommation et l’environnement sont si étroitement liés qu’aucun d’entre eux ne peut être considéré isolément.

La Conférence internationale sur la population et le développement suit et s'appuie sur d'autres activités internationales importantes et récentes, et ses recommandations devraient appuyer les accords conclus comme suit, sur la base de ceux-ci :

a) La Conférence mondiale chargée d’examiner et d’évaluer les Réalisations de la Décennie des Nations Unies pour la femme : égalité, développement et paix, tenue à Nairobi en 1985;

b) Le Sommet mondial pour les enfants, tenu à New York en 1990;

c) La Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le Développement, tenue à Rio de Janeiro en 1992

d) La Conférence mondiale sur la nutrition, tenue à Rome en 1992;

e) La Conférence mondiale sur les droits de l'homme, tenue à Vienne en 1993;

f) l'Année internationale des peuples autochtones, 1993, qui mènerait à la Décennie internationale des Nations Unies sur Les peuples autochtones du monde;

g) La Conférence mondiale sur le développement durable de Petits États insulaires en développement, tenus à la Barbade en 1994;

h) Année internationale de la famille, 1994.

Quels vont être les résultats de cette conférence ?

Les résultats de la Conférence sont étroitement liés à d’autres grandes conférences de 1995 et 1996, telles que le Sommet mondial pour le développement social 10, la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, 11 / la deuxième Conférence des Nations Unies sur les établissements humains (et Habitat II), l’élaboration de l’Agenda pour le développement et la célébration du cinquantième anniversaire de l’Organisation des Nations Unies. Ces événements devraient souligner davantage l'appel lancé par la Conférence de 1994 en faveur d'un accroissement des investissements dans la population et d'un nouveau programme d'action pour l'autonomisation des femmes afin de garantir leur pleine participation à la vie sociale, économique et politique de leurs communautés.

Au cours des 20 dernières années, de nombreuses régions du monde ont subi des changements démographiques, sociaux, économiques, environnementaux et politiques remarquables. De nombreux pays ont beaucoup progressé dans l’élargissement de l’accès aux soins de santé en matière de procréation et la réduction du taux de natalité, ainsi que dans l’abaissement des taux de mortalité et l’élévation du niveau d’éducation et des revenus, y compris le statut éducatif et économique des femmes. Alors que les progrès réalisés au cours des deux dernières décennies dans des domaines tels que l’utilisation accrue de la contraception, la réduction de la mortalité maternelle, la mise en œuvre de plans et projets de développement durable et de programmes d’éducation améliorés permettent d’optimiser la mise en œuvre réussie de ce programme d’action, il reste encore beaucoup à faire.

Le monde dans son ensemble a changé de manière à créer d'importantes nouvelles possibilités de résoudre les problèmes de population et de développement. Parmi les plus significatifs figurent les changements importants d'attitude de la population mondiale et de leurs dirigeants en ce qui concerne la santé procréative, la planification familiale et la croissance démographique, résultant notamment du nouveau concept global de santé procréative, y compris la planification familiale et la santé sexuelle, tels que définis dans le Programme d’action.

Une tendance particulièrement encourageante a été le renforcement de l'engagement politique de nombreux gouvernements dans les politiques relatives à la population et les programmes de planification familiale. À cet égard, une croissance économique soutenue dans le contexte du développement durable renforcera la capacité des pays de faire face aux pressions de la croissance démographique attendue; facilitera la transition démographique dans les pays où il existe un déséquilibre entre les taux démographiques et les objectifs sociaux, économiques et environnementaux; et permettra l'équilibre et l'intégration de la dimension démographique dans d'autres politiques liées au développement.

Les objectifs et les actions du présent Programme d'action en matière de population et de développement s'attaqueront collectivement aux défis critiques et aux interrelations entre population et croissance économique soutenue dans le contexte du développement durable. Pour ce faire, une mobilisation adéquate des ressources aux niveaux national et international sera nécessaire, ainsi que des ressources nouvelles et additionnelles pour les pays en développement provenant de tous les mécanismes de financement disponibles, y compris des sources multilatérales, bilatérales et privées. Des ressources financières sont également nécessaires pour renforcer la capacité des institutions nationales, régionales, sous-régionales et internationales à mettre en œuvre ce programme d'action.

Les transformations des deux décennies à venir

Les deux décennies à venir vont probablement entraîner un déplacement supplémentaire des populations rurales vers les zones urbaines ainsi que des taux de migration élevés et persistants entre les pays. Ces migrations sont une partie importante des transformations économiques qui se produisent dans le monde et posent de nouveaux défis sérieux. Par conséquent, ces questions doivent être traitées avec davantage d’attention dans les politiques de population et de développement.

D'ici 2015, près de 56% de la population mondiale devrait vivre dans des zones urbaines, contre moins de 45% en 1994. Les taux d'urbanisation les plus rapides se produiront dans les pays en développement. La population urbaine des régions en développement ne représentait que 26% en 1975, mais devrait passer à 50% d’ici à 2015. Ce changement pèsera énormément sur les services sociaux et les infrastructures existantes, dont une grande partie ne pourra pas se développer à l’avenir au même taux que celui de l'urbanisation.

Des efforts accrus sont nécessaires dans les 5, 10 et 20 prochaines années, dans diverses activités relatives à la population et au développement, en tenant compte de la contribution essentielle que la stabilisation précoce de la population mondiale apporterait à la réalisation du développement durable. Le présent Programme d’action aborde toutes ces questions, et plus encore, dans un cadre global et intégré destiné à améliorer la qualité de la vie de la population mondiale actuelle et de ses générations futures. Les recommandations d'action sont formulées dans un esprit de consensus et de coopération internationale, reconnaissant que la formulation et la mise en œuvre de politiques en matière de population relèvent de la responsabilité de chaque pays et devraient tenir compte de la diversité des conditions économiques, sociales et environnementales dans chaque pays, dans le respect total des diverses valeurs religieuses et éthiques, des origines culturelles et des convictions philosophiques de son peuple, ainsi que des responsabilités partagées mais différenciées de tous les peuples du monde pour un avenir commun.

Les recommandations de la conférence

Le présent programme d’action recommande à la communauté internationale un ensemble de propositions importantes et les objectifs de développement, y compris les objectifs qualitatifs et quantitatifs qui se renforcent mutuellement et revêtent une importance cruciale pour ces objectifs. Parmi ces objectifs, citons : une croissance économique soutenue dans le contexte du développement durable; éducation, en particulier pour les filles; l'équité et l'égalité des sexes; réduction de la mortalité infantile, juvénile et maternelle; et la fourniture d'un accès universel aux services de santé génésique, y compris la planification familiale et la santé sexuelle.

Le programme d’action actuel a clairement besoin de ressources supplémentaires, dont certaines pourraient devenir disponibles en réorganisant les priorités aux niveaux individuel, national et international.

Cependant, aucune des actions requises – ni la totalité de celles-ci – ne coûte cher, que ce soit dans le contexte du développement mondial actuel ou des dépenses militaires. Quelques-uns nécessiteraient peu ou pas de ressources financières supplémentaires, dans la mesure où ils impliqueraient des changements de modes de vie, de normes sociales ou de politiques gouvernementales pouvant être largement mis en place et soutenus par une action citoyenne et un leadership politique accrus. Toutefois, pour répondre aux besoins en ressources des actions qui nécessitent des dépenses accrues au cours des deux prochaines décennies, des engagements supplémentaires seront nécessaires de la part des pays en développement et des pays développés. Cela sera particulièrement difficile dans le cas de certains pays en développement et de certains pays en transition dont les ressources sont extrêmement limitées.

Relations entre les gouvernements et diverses institutions non gouvernementales

Le Programme d'action actuel reconnaît que, au cours des 20 prochaines années, les gouvernements ne seront pas tenus d'atteindre à eux seuls les buts et objectifs de la Conférence internationale sur la population et le développement. Tous les membres de la société et tous les groupes de la société ont le droit, voire la responsabilité, de participer activement aux efforts déployés pour atteindre ces objectifs. L’intérêt croissant manifesté par les organisations non gouvernementales, en premier lieu dans le contexte de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement et de la Conférence mondiale sur les droits de l’homme, et maintenant dans ces délibérations, reflète un changement important et rapide dans de nombreux domaines. Dans presque tous les pays, de nouveaux partenariats apparaissent entre le gouvernement, les entreprises, les organisations non gouvernementales et les groupes communautaires, qui auront une incidence directe et positive sur la mise en œuvre du présent Programme d’action.

Alors que la Conférence internationale sur la population et le développement ne crée pas de nouveaux droits de l'homme internationaux, elle affirme l'application de normes universellement reconnues en matière de droits de l'homme à tous les aspects des programmes de population. Cela représente également la dernière opportunité du XXe siècle pour la communauté internationale de s'attaquer collectivement aux défis critiques et aux interrelations entre population et développement. Le Programme d’action nécessitera la création d’un terrain d’entente, dans le respect des diverses valeurs religieuses et éthiques et de l’appartenance culturelle. L’impact de cette conférence se mesurera à la force des engagements spécifiques souscrits ici et des mesures prises en conséquence pour les concrétiser, dans le cadre d’un nouveau partenariat mondial entre tous les pays et tous les peuples du monde, fondé sur un sens des responsabilités partagées mais différenciées pour chacun.

Les grands principes du programme d'action

La mise en œuvre des recommandations contenues dans le Programme d'action est le droit souverain de chaque pays, conformément aux lois nationales et aux priorités de développement, dans le respect total des diverses valeurs religieuses et éthiques et de la culture de son peuple, et conformément aux droits de l'homme internationalement reconnus.

Coopération internationale et solidarité universelle, guidées par les principes de la Charte des Nations Unies et dans un esprit de partenariat, sont indispensables pour améliorer la qualité de vie des peuples du monde.

Dans le cadre du mandat de la Conférence internationale sur la Population et développement et son thème général sur les interrelations entre population, croissance économique soutenue et développement durable, et dans leurs délibérations, les participants ont été et continueront d'être guidés par les principes suivants :

Les 15 commandements de la Conférence internationale

Principe 1
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et droits. Tout le monde a droit à tous les droits et libertés énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, sans
toute distinction, telle que la race, la couleur, le sexe, la langue, religion, opinion politique ou autre, origine nationale ou sociale, propriété, naissance ou autre statut. Tout le monde a le droit de vivre liberté et sécurité de la personne.

Principe 2
L’être humain est au centre des préoccupations en matière de développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature. Les gens sont la ressource la plus importante et la plus précieuse de toute nation. Les pays doivent veiller à ce que tous les individus aient la possibilité de tirer le meilleur parti de leur potentiel. Ils ont le droit à un niveau de vie suffisant pour eux-mêmes et leur famille, y compris une nourriture, des vêtements, un logement, de l'eau et des installations d'assainissement suffisants.

Principe 3
Le droit au développement est un droit universel et inaliénable et fait partie intégrante des droits de l'homme fondamentaux et la personne humaine est le sujet central du développement. Si le développement facilite la jouissance de tous les droits de l’homme, l’absence de développement ne peut pas être invoquée pour justifier l’abrégement des droits de l’homme internationalement reconnus. Le droit au développement doit être réalisé de manière à répondre équitablement aux besoins en matière de population, de développement et d’environnement des générations actuelles et futures.

Principe 4
Faire progresser l'égalité et l'équité entre les sexes, l'autonomisation des femmes, l'élimination de toutes les formes de violence à l'égard des femmes et la capacité des femmes à contrôler leur propre fécondité sont les pierres angulaires des programmes liés à la population et au développement. Les droits fondamentaux des femmes et des fillettes font partie intégrante des droits de l'homme universels et sont indissociables. La participation pleine et égale des femmes à la vie civile, culturelle, économique, politique et sociale aux niveaux national, régional et international, ainsi que l'élimination de toutes les formes de discrimination fondée sur le sexe, sont des objectifs prioritaires de la communauté internationale.

Principe 5
Les objectifs et les politiques liés à la population font partie intégrante de développement culturel, économique et social, dont le principal objectif est d’améliorer la qualité de la vie de tous.

Principe 6
Le développement durable comme moyen de garantir la qualité de vie, le bien-être, partagé équitablement entre tous, aujourd'hui et à l'avenir, exige que les relations entre population, ressources, environnement et développement soient pleinement reconnues, gérées correctement et placées dans un équilibre harmonieux et dynamique.
Pour parvenir à un développement durable et à une qualité de vie meilleure pour tous, les États devraient réduire et éliminer les modes de production et de consommation non durables et promouvoir des politiques appropriées, y compris des politiques relatives à la population, afin de répondre aux besoins des générations actuelles sans compromettre la capacité de générations futures à satisfaire leurs propres besoins.

Principe 7
Tous les États et toutes les personnes doivent coopérer à l’essentiel de la tâche d’éliminer la pauvreté, condition indispensable du développement durable, afin de réduire les disparités de niveau de vie et de mieux répondre aux besoins de la majorité de la population mondiale. Une priorité particulière sera accordée à la situation et aux besoins particuliers des pays en développement, en particulier des pays les moins avancés. Les pays en transition, ainsi que tous les autres pays, doivent être pleinement intégrés à l'économie mondiale.

Principe 8
Tout le monde a le droit de jouir de la plus haute des choses à un niveau atteignable de santé physique et mentale. Les États devraient prendre toutes les mesures appropriées pour assurer, sur un pied d'égalité entre hommes et femmes, l'accès universel aux services de santé, y compris ceux liés aux soins de santé en matière de procréation, qui incluent la planification familiale et la santé sexuelle. Les programmes de soins de santé procréative devraient fournir le plus large éventail de services sans aucune forme de contrainte. Tous les couples et tous les individus ont le droit fondamental de décider librement et de manière responsable du nombre et de l'espacement de leurs enfants et de disposer des informations, de l'éducation et des moyens nécessaires.

Principe 9
La famille est l’unité de base de la société et, en tant que telle, devrait être renforcée. Elle a le droit de recevoir une protection complète et soutien. Dans différents systèmes culturels, politiques et sociaux, il existe différentes formes de famille. Le mariage doit être contracté avec le libre consentement des futurs époux et le mari et la femme doivent être des partenaires égaux.

Principe 10
Toute personne a droit à l'éducation, qui doit être dirigée dans un développement complet des ressources humaines, de la dignité humaine et de son potentiel, en accordant une attention particulière aux femmes et aux fillettes.
L'éducation devrait être conçue pour renforcer le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, y compris celles qui ont trait à la population et au développement. L'intérêt supérieur de l'enfant doit être le principe directeur des personnes responsables de son éducation et de sa guidance; cette responsabilité incombe en premier lieu à la famille et aux parents.

Principe 11
Tous les États et toutes les familles devraient donner la plus haute priorité possible aux enfants. L'enfant a droit à un niveau de vie adéquates pour son bien-être et son droit aux normes de santé les plus élevées pouvant être atteintes, ainsi que son droit à l'éducation. L'enfant a le droit d'être pris en charge, guidé et soutenu par les parents, la famille et la société et d'être protégé par des mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées contre toute forme de violence ou de maltraitance physique ou mentale, de négligence ou de négligence de traitement, maltraitance ou exploitation, y compris la vente, le trafic, les abus sexuels et le trafic de ses organes.

Principe 12
Les pays qui accueillent des migrants enregistrés doivent fournir un traitement approprié et des services de protection sociale adéquats pour eux et leurs familles, et doivent assurer leur sécurité physique en tenant compte des circonstances et des besoins particuliers des pays, en particulier des pays en développement, qui s'efforcent d'atteindre ces objectifs exigences relatives aux migrants sans papiers, en conformité avec les dispositions des conventions pertinentes et des instruments et documents internationaux. Les pays devraient garantir à tous les migrants tous les droits de l'homme fondamentaux énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Principe 13
Toute personne a le droit de chercher et de jouir d'un autre pays d'asile contre la persécution. Les États ont des responsabilités à l'égard des réfugiés telles qu'énoncées dans la Convention de Genève sur le statut des réfugiés et son protocole de 1967.

Principe 14
En considérant les besoins de population et de développement des autochtones, les États devraient reconnaître et soutenir leur identité, culture et intérêts, et leur permettre de participer
pleinement dans la vie économique, politique et sociale du pays, en particulier lorsque leur santé, leur éducation et leur bien-être sont affecté.

Principe 15
Croissance économique soutenue, dans le cadre de la durabilité le développement et le progrès social exigent que la croissance repose sur une large assise, offrant des chances égales à tous. Tous les pays devraient reconnaître leurs responsabilités communes mais différenciées.
Les pays développés reconnaissent la responsabilité qui leur incombe dans la poursuite internationale du développement durable et devraient continuer à intensifier leurs efforts pour promouvoir une croissance durable et réduire les déséquilibres de manière à profiter à tous les pays, en particulier les pays en développement.

Quel en est le bilan aujourd'hui ?

C'était en 1994. Un quart de siècle plus tard, quel est le bilan de ces bonnes résolutions prises par la plupart des pays du monde ?

Pensez-vous que quelque chose a changé ou qu'on devrait faire les mêmes déductions qu'à l'époque ?

Il semblerait qu'un Status Quo soit présent et qu'il est simple pour les États de signer des accords de principe qui ne se traduisent jamais par des faits dans la réalité. C'est d'autant plus vrai quand les États ne sont même plus maîtres de leur politique, comme c'est le cas pour 27 pays d'Europe.

Un consensus mondial se dégage mais pourtant les gouvernants cèdent toujours aux lobbies et à l'appel du gain. Et les Organisations Non Gouvernementales cèdent toujours à l'appel du buzz, surtout maintenant que Twitter et les réseaux sociaux existent.

Pendant les 25 années qui se sont écoulées le monde a pourtant beaucoup changé mais pas forcément en bien. Ce qu'on retiendra c'est :
– l'arrivée de Poutine au pouvoir
– le 11 septembre 2001
– Al-Qaida et Ben Laden
– Daech en Syrie et en Irak
– Charlie Hebdo et le massage du 13 novembre au Bataclan
– l'élection de Donald Trump
– l'élection d'Emmanuel Macron

Mais heureusement il y a quand même une bonne nouvelle : le BREXIT !


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Les déviances sectaires



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.