L'angoisse d'Abraham

Angoisse d'Abraham
Le Mont du temple, dans la vieille ville de Jérusalem. C’est là que de nombreuses histoires bibliques auraient eu lieu, notamment la ligature d’Isaac, mentionnée dans le chapitre 22 de la genèse. Dans cette histoire, Dieu demande à Abraham de sacrifier son fils Isaac sur le mont Moriah. Abraham entreprend d'obéir à l'ordre de Dieu. Mais après avoir lié son fils et préparé le sacrifice, il est arrêté à la dernière minute par un ange.

Les interprétations conventionnelles de l'histoire concluent généralement que Dieu ne voulait que tester la foi d'Abraham. Mais des néo-évhéméristes suggèrent que le conte a une autre interprétation.

Selon eux, Dieu ne ferait jamais une telle chose. Alors serait-il possible que ce soit un ange déchu, un extraterrestre, qui se serait fait passer pour Dieu ? Dieu n'exige jamais de sacrifice humain. Le sacrifice humain est totalement anathème pour le christianisme et c'est totalement une abomination pour Dieu en tant que créateur.

Le philosophe français Jean-Paul Sartre a écrit de façon très célèbre à ce sujet :

Si Dieu me demandait de sacrifier mon fils,
je lui demanderais une pièce d'identité.

 

 

La lutte entre le bien et le mal

Peut-être que quelqu'un d'autre se faisait passer pour un dieu. Et avons-nous alors quelqu'un qui intervient pour empêcher que cela se produise ? Dans les histoires de la Bible, sommes-nous, en fait, peut-être confrontés à deux civilisations belligérantes essayant de contrôler ce qui se passe sur Terre ? Tout comme il y a de bonnes et de mauvaises personnes ici sur terre, il y a de bons et de mauvais extraterrestres. Le bien et le mal imprègnent l'univers entier. Il y a le yin et le yang. C'est une histoire d'équilibre.

Vous connaissez maintenant l'histoire d'Abraham : Dieu, sans doute par l'intermédiaire d'un ange, a ordonné à Abraham de sacrifier son fils. Tout va bien si c'est vraiment un ange qui est venu et qui a dit : « tu es Abraham, tu sacrifieras ton fils ». Mais chacun peut se demander, pour commencer, si c'est réellement un ange. Et ensuite on peut se poser la question :

Est-ce que je suis bien Abraham ?
 

Qu'est-ce qui le prouve ?

Le libre-arbitre

Il y a quelques années il y avait une folle qui avait des hallucinations : on lui parlait par téléphone et on lui donnait des ordres. Elle prétendait que c'était Dieu. Le médecin lui demanda :

Mais qui est-ce qui vous parle ?
 

Elle répondit alors :

Il dit que c'est Dieu.
 

Et qu'est-ce qui lui prouvait, en effet, que c'était Dieu ? Si un ange vient à moi, qu'est-ce qui me prouve que c'est bien un ange ? Et si j'entends des voix, qu'est-ce qui prouve qu'elles viennent du ciel et non de l'enfer, ou d'un subconscient, ou d'un état pathologique ? Qui prouve aussi qu'elles s'adressent bien à moi et non à quelqu'un d'autre ? Qui prouve que je suis bien désigné pour imposer ma conception de l'homme et mon choix à l'humanité ?

On ne trouvera jamais aucune preuve, aucun signe pour s'en convaincre. Si une voix s'adresse à vous, c'est toujours vous qui déciderai que cette voix est la voix de l'ange ou la voix de quelqu'un d'autre. Si vous considérez que tel acte est bon, c'est vous et uniquement vous qui choisirai de dire que cet acte est bon plutôt que mauvais. Rien ne vous désigne pour être Abraham, et pourtant vous êtes obligés à chaque instant de faire des actes exemplaires.

Retour à la catégorie : Science ésotérique



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.