Le secret des tombeaux

Tombeaux
Il existe d'étranges rituels funéraires. Nous parlons d'une sorte de voyage dans une autre dimension que l'âme pourrait entreprendre. Des chambres élaborées sont remplies d'objets mystérieux et le fait que ces bateaux existaient dans des tombes nous amène à penser qu'ils ont essayé d'atteindre un certain type de royaume extraterrestre. Il existe aussi d'étranges tumulus trouvés à travers le monde. Et lorsque vous commencez à regarder une structure à l'intérieur des alignements célestes, vous commencez à vous demander s'il y a eu un contact entre certaines de ces zones. Les tombes de nos anciens ancêtres étaient-elles réellement des passerelles vers l'au-delà ? Ou étaient-elles vraiment destinées à connecter l'homme moderne à nos ancêtres extraterrestres ? Vous devez vous demander si ce sont peut-être des cartes pour guider les morts vers les systèmes stellaires, d'où ils venaient. Des millions de personnes à travers le monde pensent que des extraterrestres nous ont visités. Et si c'était la réalité ? Les anciens extraterrestres ont-ils vraiment contribué à façonner notre histoire ? Et si oui, les secrets des anciennes tombes pourraient-ils révéler un plan d'un autre monde pour l'humanité ?


La vallée des rois en Égypte, le Taj Mahal, à Agra, en Inde, et le tombeau du roi Pakal, à Palenque, Mexique. Ces sites funéraires spectaculaires datant de plusieurs milliers d'années se trouvent dans le monde entier. Selon les principaux chercheurs, ces lieux sont les lieux de repos définitifs des dirigeants antiques. Mais pourraient-ils aussi servir un objectif plus profond, peut-être extraterrestre ? Pourquoi avons-nous les constructions les plus massives de ces tombes dans un passé lointain ? Eh bien, selon les textes et les traditions antiques, cette connaissance a été transmise à nos ancêtres par les dieux.

Si la seule fonction des tombes était de loger les morts, pourquoi sont-elles pratiquement toutes reliées à des notions d'énergie spirituelle, d'images d'astronomie et à une forte croyance en l'existence d'autres mondes, sans doute plus spirituels ? Toutes les cultures partagent cette idée d'ouvrir une porte, d'ouvrir une porte des étoiles, d'ouvrir une porte vers une autre dimension afin que l'âme puisse revenir. Nous savons que c'est parce que l'âme va faire un voyage dans l'au-delà.

Dans le monde antique, certains pensaient que cette vie que nous avons, cette vie physique, est notre opportunité de nous préparer à un vaste destin qui se cache au-delà de cette vie. Les anciennes tombes auraient-elles vraiment pu servir un autre but, plus extraterrestre, peut-être comme portails pour réunir le défunt avec des êtres célestes ?

De nombreux partisans de la théorie des anciens astronautes pensent que les réponses peuvent être trouvées en examinant de plus près les textes mystérieux de l’Égypte ancienne. D'autres pensent qu'il suffit d'aller visiter d'ancien cimetières pas très loin de chez nous.

La tombe d'Ollahm Fodhla à Oldcastle

A Oldcastle, en Irlande, au milieu des ruines d'un cimetière de l'âge de pierre, se trouve une tombe de 5 000 ans, de plus de 120 pieds de diamètre. Elle porte le nom du mythique roi poète Ollahm Fodhla.

Avec la tombe d'Ollahm Fodhla, nous voyons ce lien entre la terre et le ciel. Certaines personnes ont même suggéré que ce pourrait être un observatoire céleste. Mais on pense qu'il est beaucoup plus probable que ce soit en quelque sorte un temple, un lieu de culte, qui relie le ciel et la terre. Et selon les adeptes de la théorie des anciens astronautes, des hiéroglyphes astronomiques gravés à l'intérieur des murs de pierre pourraient avoir été l'œuvre d'êtres d'un autre monde.

Chez Ollahm Fodhla, nous pouvons trouver une carte astronomique incroyablement précise et il faut se demander comment nos ancêtres ont pu le faire sans aucune connaissance en astronomie. En fait, les légendes de cette partie du monde nous disent qu’ils ont reçu une assistance, que ces sujets ont été enseignés à ces personnes par nul autre que les êtres brillants qui sont descendus du ciel. Ollahm Fodhla contient en effet des cartes célestes. Vous devez donc vous demander s’il s’agit peut-être de cartes pour ces visiteurs extraterrestres afin de leur indiquer le chemin du retour vers les étoiles. Les extraterrestres, comme le suggèrent les partisans de la théorie des anciens astronautes, auraient-ils pu enseigner à nos anciens ancêtres comment construire un « observatoire céleste » ? Et si oui, le cimetière aurait-il pu servir de lieu de rassemblement ? Un endroit où les extraterrestres peuvent observer, prévoir et enregistrer des mouvements stellaires en vue de leur retour dans les étoiles ?

Peut-être que la réponse peut être trouvée en examinant les anciennes structures funéraires du Japon.

Le Daisen Kofun au Japon

Daisen Kofun
A Sakai, au Japon, une ville située à 250 km au sud-ouest de Tokyo, se trouve le Daisen Kofun, une des 40 cryptes anciennes situées dans un rayon de 10 km.

Elle fait plus de deux fois la longueur de la grande pyramide de Gizeh, c'est l'une des plus grandes tombes du monde. Construite au 5ème siècle après JC, elle est supposée être le lieu de repos de Nintoku, 16ème empereur du Japon. Mais parmi les divers types et conceptions qui composent les structures de Kofun, les plus mystérieuses sont peut-être celles qui ont la forme d'un trou de serrure, celles-ci ne pouvant être vues que d'en haut.

Le fait même que cela ait été fait pour ressembler à un trou de serrure, que cela n’ait été fait que pour être vu du ciel, indiquerait, que cela pourrait être un message clair aux dieux pour leur dire :

Regardez ici.
 

C'était une sorte de référence pour les étoiles, pour la personne dans les tombeaux. Alors est-ce une sorte de tombe pour les dieux extraterrestres afin qu'ils puissent trouver et retourner aux étoiles d'où ils étaient venus ? Le Kofun devait-il servir de marqueur aux extraterrestres qui envisageaient de revenir sur Terre, comme le prétendent certains théoriciens ? Peut-être que plus de preuves peuvent être trouvées en examinant l'une des découvertes archéologiques les plus immenses du XXe siècle, la vaste tombe du premier empereur de Chine.

la tombe du cheval céleste

Daisen Kofun
A Gyeongju, en Corée du Sud, près des rivages de la mer du Japon, se trouvent les ruines de Cheonmachong. Fouillée en 1973, les chercheurs pensent que cette tombe en forme de monticule a été construite pour un dirigeant de la dynastie Silla datant du Ve siècle, qui a duré près de mille ans.

La principale caractéristique de cette tombe est qu'elle porte ce qu'on appelle un « cheval céleste ». D'ailleurs elle est souvent appelée la tombe du cheval céleste. Et ce cheval a huit jambes de feu qui flambent. Ce n'est clairement pas un cheval vivant et naturel. Cela ressemble presque plus à une combinaison d'un cheval et d'un dragon volant dans les airs. Cela peut représenter le voyage de l'esprit, de l'âme ou l'amener dans l'au-delà.

Selon la plupart des historiens, cette illustration équestre représente non seulement l'importance des chevaux dans la culture coréenne ancienne, mais également la croyance du roi au monde des esprits. Mais les partisans de la théorie des anciens astronautes ont une autre interprétation, beaucoup plus profonde. Ils croient que la peinture du cheval ailé symbolise la façon dont le noble décédé voyagerait dans un autre royaume lointain.

Les Tibétains et les Mongols ont aussi des légendes similaires de ces chevaux volants. Et ces chevaux, eux aussi, seraient analogues aux vimanas, en sanscrit, qui sont ces machines volantes, les chars des dieux dont parlait Erich von Daniken. Et souvent, on les représente comme ce cheval, qui était le véhicule familier dans lequel les gens pouvaient voyager, seuls ces chevaux pouvaient voler. C'était des véhicules volants.

Si vous le regardez de plus près, il ressemble plus à un type de dragon. Parce que des pieds sortent du feu et que les pieds eux-mêmes, leurs jambes, ne ressemblent pas vraiment à des jambes, mais plutôt à des ailes.

Nous devons nous rappeler que nos ancêtres ne connaissaient pas les engins spatiaux, de sorte que tout ce qu'ils ont vu dans le ciel pourrait être décrit comme un cheval à huit pattes descendant du ciel.

Le soi-disant « cheval céleste » de Cheonmachong pourrait-il vraiment être une représentation d'un transport aérien extraterrestre, comme le prétendent les évhéméristes ? Et si oui, cela aiderait-il à prouver leur théorie que beaucoup de tombes anciennes étaient en fait des portails vers d'autres mondes extraterrestres ?

Peut-être que plus d'indices se trouvent dans les mystérieux dessins d'un autre tertre funéraire situé à plus de 5000 km dans la vallée de la Boyne en Irlande.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Les connaissances ésotériques



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est très récent et nécessite peut-être quelques améliorations.