Le rituel du rêve

Alors que les rues animées de Sydney regorgent de travailleurs et de touristes, à plus de 500 km, de vieux aborigènes connus sous le nom d ' « hommes de l'apprentissage » se préparent pour une cérémonie de rêve. Le rêve est sacré pour la culture et représente un concept spirituel complexe qui transcende le temps linéaire.

Au début, il y avait un grand esprit. Des étoiles ils sont venus et ils sont descendus à cet endroit. Les anciens, les chefs spirituels des peuples autochtones, ne voudront pas seulement chanter, mais utiliseront des techniques hypnotiques comme le didgeridoo, qui rend ce son très sourd et grave. Cela vous mènera dans un état de conscience altérée. Il les met en relation avec le Dreamtime, les mondes invisibles, pour communier avec les ancêtres, les dieux du ciel.

Le temps de rêve est ce vaste entrepôt de sagesse accumulée, d'images et d'histoires. Et c’est comme d’autres traditions qui croient qu’il existe un endroit où tout ce qui s’est passé est enregistré et les aînés peuvent le rejoindre par le biais de leurs États de conscience modifiés. Il n'y a probablement pas de concept plus fondamental dans la cosmologie autochtone que le concept de rêve. Parfois, cela s'appelle « le temps de rêve ». Et c’est l’idée de ces débuts mythiques du monde, mais c’est important car c’est une sorte de temps transcendant. Ce que je veux dire par là est qu’à leurs yeux, cela n’est jamais parti.


Certains suggèrent que le concept de Temps de rêve reflète, à bien des égards, l'ancienne idée hindoue des registres akashiques, une collection de connaissances passées, présentes et futures censées être codées dans une existence non physique appelée plan astral.

Les archives akashiques sont un peu comme un hologramme géant, un monde holographique dans lequel nous pouvons entrer pour acquérir la sagesse, accéder à la connaissance, peut-être même pour entrer en contact avec des êtres extraterrestres. Il est assez remarquable que les Aborigènes aient un concept, le Dreamtime, qui correspond non seulement aux enregistrements akashiques, mais également à l’idée d’un paradigme holographique.

Le paradigme holographique

En 1997, des physiciens théoriciens ont proposé une idée révolutionnaire appelée paradigme holographique. Curieusement, cette théorie reflète le concept ancien partagé par les Australiens autochtones ainsi que la tradition hindoue.

La théorie de l'univers holographique suggère que le monde que nous voyons est une simple projection à partir d'un espace à deux dimensions. Ce que nous percevons comme des objets physiques sont en réalité des fragments de données projetés.

Il y a une idée fascinante que peut-être l'univers n'est pas en trois dimensions. C'est une projection d'une diapositive en deux dimensions. Que ce soit un hologramme – quelque chose comme dans le film Matrix – et que nous nous promenions à l'intérieur de ce qui semble être en 3D, mais en réalité c'est une illusion.

Bien que cette théorie incroyable puisse sembler farfelue, en 2013, des chercheurs de l'Université d'Ibaraki au Japon ont constaté que le modèle théorique est réalisable d'un point de vue mathématique et pourrait en fait être correct.

Nous avons ce parallèle entre la cérémonie du Rêve des aborigènes, les archives akashiques hindou et la théorie holographique de l'univers. Ce pourrait être une sorte de technologie extraterrestre qui regroupe toutes les informations de l'univers.

Est-il possible que les anciens aborigènes tirent parti d'un plan d'un autre univers lors de leurs cérémonies ? Un plan que nos plus grands esprits scientifiques ne comprennent pas encore complètement ? Si tel est le cas, cela prouve-t-il que le lien entre cette culture autochtone d'Australie et les extraterrestres avancés est maintenu ?

Un lien avec nos origines extraterrestres

Nous devons nous rappeler que les autochtones australiens sont notre dernier lien direct avec notre passé extraterrestre. Il nous incombe d'écouter, car une chose est claire pour moi aujourd'hui : leurs récits sont très clairs dans leur message, à savoir que nous ne sommes pas seuls dans l'univers. Et plus encore : nous sommes les extraterrestres. Notre corps est constitué de cette terre, mais notre esprit provient de l'étoile du matin. Nous venons d'un autre endroit, d'un autre monde. Nous avons été amenés ici il y a longtemps pour peupler cet endroit que tout le monde appelle maintenant la Terre.

Les gardiens de la sagesse aborigènes pourraient-ils servir de lien direct avec nos créateurs extraterrestres ? Et pourrait-il rester des messages pour l'humanité codés dans leurs traditions sacrées ? Alors que nous nous trouvons au seuil d’un nouveau niveau de science et de compréhension, nous découvrirons peut-être que les récits de la culture vivante la plus ancienne du monde révèlent non seulement nos véritables origines, mais également notre destin.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : L'enseignement ésotérique



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.