Ninurta et la tortue

Le début de cette histoire est trop abîmé pour être déchiffré. Le mythe n'est compréhensible qu'à partir de ce qui suit.

Anzu (ou le poussin d'Anzu ?) dit :

Votre arme m'a frappé cruellement.
Alors je l'ai laissée sortir de ma main,
Ceci est retournés à l'abzu.
Car j'ai laissé le plan divin sortir de ma main,
Ce plan divin est revenu à l'abzu.
Cette table des destins est revenue à l'abzu.
J'ai été dépouillé du "ME" (lois divines).

Ninurta Ninmena a été assommé par ces paroles de l'oiseau Anzu. Ninurta Ninmena a sorti ses pleurs :

Et moi ? Ceci n'est pas tombé dans ma main. Je n'exercerai donc pas la royauté. Je ne vivrai pas dans le sanctuaire, dans l'abzu.
 

Le père Enki, dans l'abzu, a su ce qui avait été dit. L'oiseau Anzu a pris le héros Ninurta par la main et l'a conduit avec lui au royaume d'Enki, l'abzu. L'oiseau Anzu a envoyé Uta-ulu (Ninurta) à l'abzu. Le seigneur a été enchanté de voir le héros, le père Enki a été enchanté de voir le héros Ninurta. Le seigneur Nudimmud (Enki / Ea) a honoré dûment le héros :

Aucun dieu parmi vos frères les dieux ne pourraient avoir agi ainsi.
Quant à l'oiseau que votre arme puissante a capturé,
dès maintenant et pour l'éternité
vous maintiendrez votre pied placé sur son cou.
Les grands dieux donnent à votre force héroïque son dû.
Votre père Enlil fait que vous commandez.
Ninurta Ninmena est sans égal.
Personne n'est aussi impressionnant que vous
et aucun dieu n'est complimenté avant vous.
Votre maison reçoit régulièrement des hommages
dans le sanctuaire, dans l'abzu.
On proclame votre nom dans le siège de l'honneur.

Les ambitions de Ninurta

Le héros n'était pas satisfait, secrètement, de ces promesses. Là où il s'est tenu, il s'est obscurci et a jauni comme un nuage d'orage. Il avait de grandes ambitions et en-dedans il était rebelle. Il a poussé un mot qu'aucun (....?....) Le héros Ninurta a placé ses vues sur le monde entier. (.... ? ....)

Le grand seigneur Enki a intuitivement saisi la nature de son plan. Dans le sanctuaire, dans l'abzu il a voulu chasser ce sombre nuage d'orage. Dans la maison le ministre Isimud s'est opposé à Ninurta. Le héros Ninurta a refusé de sortir et a levé sa main contre le ministre Isimud.

Contre Ninurta, Enki a alors modelé une tortue dans l'argile de l'abzu. Contre lui il a posté la tortue à une ouverture, à la porte de l'abzu. Enki lui a parlé près de l'endroit de l'embuscade et l'a apporté à l'endroit où la tortue était. La tortue a saisi alors le tendon de Ninurta par derrière. Le héros Ninurta a essayé de faire demi-tour. Enki, comme perplexe, a dit :

Qu'est-ce que ceci ?
 

A la tortue il a fait creuser la terre avec ses griffes, il lui a fait creuser un trou maléfique. Le héros Ninurta s'est enfoncé dedans avec la tortue. Le héros n'a pas su sortir du trou maléfique. La tortue a continué à ronger ses pieds avec ses griffes. Le grand seigneur Enki lui dit alors :

(...?...) vous qui aviez en votre esprit de me tuer,
Vous qui faisiez de grandes réclamations :
"Je suis un vainqueur, je m'élève vers le ciel !"
Vous qui aviez placé vos vues sur moi comme ceci :
"Je vais m'emparer de sa position !"
Où votre force est-elle partie ? Où est votre héroïsme ?
Dans les grandes montagnes vous avez causé la destruction,
Mais comment vous en sortirez-vous maintenant ?

Ninhursag prend la défense de Ninurta

Ninurta Ninmena a appris de cette leçon. Il a déchiré ses vêtements sur son corps et il a dit :

Vous, Enki, ou allez-vous m'envoyer ?
Les hommes secoueront leurs têtes dans la crainte.
Ou allez-vous m'envoyer ?
Votre nom n'est pas Enki.
Votre nom est Ugugu.
Vous êtes la mort,
Vous n'avez aucune pitié,
Ou allez-vous m'envoyer ?
(...... ? ......)

Mais Ninhursag, aimée d'Enki passait par la. Elle est venue en courant et a vu son conjoint tourmenter le jeune dieu, leur fils. La grande déesse a immédiatement réprimandé Enki et lui a rappelé le moment où elle a sauvé sa vie dans Dilmun, quand Enki avait mangé avidement les choses interdites qui l'ont empoisonné. Comme tant d'autres fois dans le passé, Ninhursag a eu le dernier mot avec Enki. Et les mots de la grande déesse, qui ne peut pas être désobéie, furent :

je vous ai sauvé, maintenant épargnez votre fils !
 

Retour à la catégorie : Les mythes sumériens



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le 2 Avril 2019. Il est très récent et nécessite peut-être quelques améliorations.