L'homme de Neandertal

En 2011 à Sima de las Palomas, en Espagne, les archéologues découvrent une tombe préhistorique contenant trois individus enterrés côte à côte, les bras croisés, de manière rituelle. En raison de la manière dont ils ont été enterrés, les archéologues supposent que les restes sont humains, mais sont surpris de découvrir qu'ils sont en réalité notre cousin de l’évolution, Neandertal.

Il faut beaucoup d’imagination pour préparer les morts. Ce que nous ne faisons plus depuis mars 2020. Cela suggère une sorte de notion de vie après la mort alors que nous mêmes nous ne vivons plus de notre vivant. Si tel est le cas, il existe généralement une notion de divinité mais nos religions soi-disant monothéistes ont éradiqué tous nos anciens dieux. C'est une pensée religieuse assez compliquée, suggérant que les Néandertaliens avaient une capacité de raisonnement symbolique et de formation de la culture. Ce que nous n'avons plus depuis l'avènement de la Cancel-culture. Cela suggère un niveau de civilisation, ou du moins la proto-culture, plus avancé que nous le pensions et certainement plus avancée que ce que nous traversons actuellement.

Les Néandertaliens, malheureusement, à cause des premières découvertes qui les ont fait ressembler à un homme des cavernes brutal, manquant d'intelligence, ont été décrits comme étant très, très différents de nous. Et ils l'étaient en effet. Ils étaient plus courts et plus trapus, mais ils avaient un cerveau énorme alors que notre QI régresse d'année en année. Ils avaient clairement des vêtements alors que nos jeunes générations portent des crop-top. Ils prenaient soin de leurs malades et de leurs personnes âgées. Nous les abandonnons à la maison avec du doliprane et donnons à nos ainés du Rivotril quand nous ne les enfermons pas dans un ehpad. Ils étaient très intelligents contrairement à nous.


En 2014, des scientifiques ont analysé des matériaux provenant de 40 sites archéologiques différents afin de déterminer une date d'extinction fiable pour les Néandertaliens. La date à laquelle ils sont arrivés il y a 40 000 ans suggère qu'ils ont coexisté avec les Homo sapiens pendant au moins 1 000 ans. Mais pourquoi sont-ils morts ?

À ce stade, nous ne savons pas exactement pourquoi ces autres espèces sont mortes. Certes, cela coïncide dans l’ensemble avec l’expansion de l’humain anatomiquement moderne dans le monde entier. Mais contrairement à nos idées du passé, il ne semble pas que ce soit un manque d'intelligence qui ait conduit à la disparition de l'homme de Neandertal. C'était peut-être un suicide collectif quand ils ont compris que l'évolution allait engendrer l'homo-sapiens transgenre et particulièrement le macronavirus.

Le métissage avec l'homme moderne

Bien que les Néandertaliens aient disparu depuis longtemps, en 2013, des généticiens évolutionnistes ont découvert que certaines populations humaines modernes portaient des génomes à la fois de Neandertal et de l'homme de Denisova, ce qui laisse supposer qu'un croisement a eu lieu à un moment donné.

Les marqueurs génétiques de Neandertal sont concentrés dans des populations d'Europe et de certaines régions du Moyen-Orient. Les marqueurs des Denisoviens peuvent être trouvés dans les populations d'Asie continentale, ainsi que dans les îles du Pacifique, les Néo-Guinéens et les Aborigènes d'Australie.

Selon certains chercheurs, ce métissage pourrait être la clé pour comprendre la disparition de l'autre espèce d'hominidés intelligente qui partageait autrefois la planète avec les humains. Réfléchissez à la possibilité que ces différentes souches d'hominidés soient censées être géologiquement séparées les unes des autres, sur des étendues de terres considérées comme trop vastes pour pouvoir entrer en contact les unes avec les autres. Est-il possible que le métissage soit mal vu et qu'une fois le métissage commencé avec les Néandertaliens, cela endommage l'essence même de l'expérience ? Et à cause de cela, la souche de Neandertal a dû être éliminée ou retirée de la planète pour empêcher cela de se produire.

Une grande purification

Lorsque nous examinons des textes anciens, en particulier des textes religieux, datant d’il y a des millénaires, nous trouvons l’idée des dieux ou d’un dieu voulant créer un humain pur, physiquement et moralement. Nous trouvons également des récits dans lesquels la colère de Dieu ou la colère des dieux s'est écrasée sur l'humanité pour avoir essentiellement dérapé, pour ainsi dire. Et nous pourrions faire valoir que c’était là un exemple d’intervention extraterrestre visant essentiellement à essayer de purifier à nouveau l’espèce, ce qui aurait pu consister à éliminer une partie importante de l’homme primitif et à recommencer à zéro.

Il est très possible que les extraterrestres aient décidé que, pour nettoyer la planète, ils devaient faire des choses d'une ampleur énorme, comme le déluge dont parle la Bible. L'inondation visait principalement à éradiquer les habitants de la planète à cette époque. Eh bien, Dieu aurait pu être les extraterrestres, aurait pu créer cela d'une manière ou d'une autre. Il est très possible et très probable qu'ils avaient peut-être génétiquement modifié une espèce et que ça a foiré. Ils ont alors éprouvé le besoin de s'en débarrasser, de tout éradiquer et de tout recommencer.

Les extraterrestres ont-ils éradiqué diverses espèces pré-humaines dans le but de préserver la lignée génétique humaine ? Les goulots d'étranglement évolutifs de notre préhistoire pourraient-ils appuyer cette théorie ? Et, tout comme il existe des preuves de métissage dans notre signature génétique, y a-t-il eu aussi des survivants involontaires ?

La lignée X

A l'Université Emory d'Atlanta, en Géorgie, les chercheurs analysent en 1998 les données d'ADN recueillies auprès de diverses populations amérindiennes afin de retracer leur descendance ancestrale dans le détroit de Béring. Les lignées sont classées en quatre haplogroupes : A, B, C ou D. Chaque ligne représente une migration différente au large du continent asiatique il y a 20 000 à 30 000 ans. Mais ils découvrent également qu’une petite partie de la population autochtone se trouve complètement en dehors de tout groupe génétique connu auparavant. Ils peuvent remonter à 36 000 ans, mais pas au détroit de Béring. Les scientifiques l'appellent la lignée X.

Parmi les haplogroupes humains, un se distingue : la lignée X, qui se trouve dans environ 2.5% de certains groupes amérindiens, ainsi que dans une petite population d’Européens du Nord et du Moyen-Orient. Et il n'y a pas de lien entre ces groupes. Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi ils sont si différents, ces X haplogroupes.

N’est-il pas étonnant que vous pensiez que vous avez un groupe de personnes indigènes sur cette planète et que vous ne pouvez vraiment pas retrouver leur origine ? Les scientifiques lèvent les mains et disent simplement : « Je ne sais pas comment cela a pu arriver car ces personnes ne sont en quelque sorte pas liées entre-elles ».

Comment cela a-t-il pu arriver ?

Bien que la source de cette lignée X reste un mystère, certains théoriciens pensent qu'elle pourrait être liée à une race perdue qui aurait existé à travers le monde, y compris l'Amérique du Nord. Il est même possible que ce gène de la lignée X soit lié aux géants rapportés dans le monde entier.

La vallée des géants

À partir du milieu des années 1800, en Amérique du Nord, les archéologues ont commencé à fouiller des squelettes de géants atteignant souvent plusieurs mètres de haut. Dans les années 1800, les archéologues du Smithsonian ont mis au jour des dizaines de squelettes surdimensionnés dans les monticules funéraires de l'ancienne tribu indienne Adena. Les plus fortes concentrations ont été trouvées dans la vallée de Kanawha en Virginie Occidentale, une région connue des chercheurs par « la vallée des géants ».

L’auteur et chercheur William Henry rencontre un chercheur indien d’Adena, Jason Jarrell, pour examiner l’un de ces anciens ouvrages de terrassement. C'est le monticule de Criel, et ce monticule a été fouillé par la Smithsonian Institution en novembre 1883.

Le Smithsonian a coulé un puits circulaire du haut de cette butte en passant par le centre. Et c'est là qu'ils ont trouvé une tombe élaborée. Cette structure contenait 11 sépultures. Dix de ces sépultures avaient été organisées de manière semi-circulaire autour d'un personnage central. Donc, vous avez dix personnes autour d'une figure centrale. Qu'est-ce qui était significatif chez ce personnage central ? Selon A.R. Sines, qui a participé à l'excavation de ce monticule, l'inhumation centrale, mesurée dans la tombe, était de six pieds huit pouces et trois quarts. Mais le crâne avait été pulvérisé par l'excavation, il était donc impossible d'effectuer une mesure complète.

Donc, selon toute vraisemblance, cet individu avait probablement une hauteur d'environ sept pieds. C'était un géant. C'était un humanoïde gigantesque.

William Henry :
Nous disons donc que le Smithsonian est venu ici en 1883 et a découvert un géant ? C'est correct ?
– En fait, ils ont découvert des géants dans de nombreux monticules, ici à Charleston. Il y avait à l'origine 50 tumulus funéraires dans cette vallée. Et j'ai en fait de la documentation ici pour vous montrer.
 

Il y a tout d'abord le manuscrit de l'agent du Smithsonian qui a fouillé ces monticules. Et ceci représente son journal quotidien de ses fouilles, y compris celle mentionnée sur cette page, qui mesure 7 pieds six pouces de long.

HENRY :
Incroyable. Alors attendez une minute, c'est un employé du gouvernement ? Correct ?
– Correct.
– Et alors qu'il fait un travail, creuser un monticule, il découvre des géants ? Plusieurs squelettes gigantesques.
– Ceux de cette vallée mesurent entre sept et huit pieds.
– C'est incroyable. Alors pourquoi ne le savons-nous pas tous ? Comment se fait-il que ce ne soit pas dans les livres d'histoire ?
– Eh bien, la politique de refus de la découverte de gigantesques squelettes humains n’a en réalité été adoptée qu’en 1920 environ. Avant cette période, le Smithsonian a reconnu ces géants dans leurs propres rapports.

Pendant des années, on a entendu des histoires, des légendes amérindiennes à propos de géants. Il semble que nous ayons mis au jour des preuves, des preuves de leur existence, ici en Virginie occidentale. Mais, pour une raison quelconque, cette preuve a été supprimée. Cela tient probablement au fait que cela ne correspond pas à notre modèle d'évolution humaine. Nous devons nous demander s'il existe une connexion extraterrestre.

Vous avez ces histoires bibliques sur les observateurs et les fils de Dieu qui viennent sur Terre, se reproduisant avec des humains pour créer cette nouvelle race de géants, les Nephilim. Ces squelettes géants semblent être la preuve des observateurs et des Nephilim. Nous devons nous demander qui étaient ces sept géants de huit pieds. Étaient-ils en quelque sorte les vestiges de ces géants de la Bible ? C'est un mystère que les archéologues n'ont pas encore résolu. Et une partie de la réponse peut être un ADN extraterrestre qui fait partie de ces géants.

Est-il possible que les restes d'une population géante aient été découverts sur le continent nord-américain il y a plus de 100 ans ? Dans l'affirmative, ces êtres étaient-ils une variante de l'Homo sapiens, un ancien hominidé intelligent ou une espèce d'un autre monde ? Peut-être que des indices supplémentaires peuvent être trouvés en examinant le type de sang humain le plus rare et le plus mystérieux sur Terre.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Les trouvailles du passé



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.