Le Parc Joshua Tree

Parc Joshua Tree
Devenu récemment parc national en 1994, Joshua Tree est un site façonné par les vents, les pluies et les conditions climatiques extrêmes qui règnent dans la région. Avant cela, dans les années 70, c’était un lieu de retraite pour les hippies. Mais pas seulement, The Byrds, Crosby, Stills & Nash, Neil Young, the Eagles le considèrent comme un lieu sacré pour la musique.

Dès que nous entrons dans le parc national Joshua Tree, cela remue quelque chose dans nos âmes alors qu'on s'engage dans cette quête spirituelle que seul le vaste paysage du désert, un mélange de vide et d'espoir, peut fournir. Flânant dans la dureté désolée et rude du désert, les mots de la célèbre ballade de U2 « Je n'ai toujours pas trouvé ce que je cherchais » (But I still haven't found What I'm looking for) reviennent sans cesse à notre mémoire. C'est un peu comme métaphorique et représente l'éternelle recherche du bonheur.

Les vues infinies sur les formations rocheuses, les arbres dépouillés et la végétation épaisse vous laisseront perplexe, tout en vous demandant comment survivre dans ce désert qui est un paradis pour les randonneurs, les errants, les amateurs de grillade et bien sûr les amoureux de U2.

 

Skull Rock

Skull Rock
On a tous déjà entendu parlé ou vu des images de ces formations rocheuses du Joshua Tree, mais ce n'est que lorsque qu'on commence la randonnée sur le sentier Nature de Skull Rock qu'on peut pleinement comprendre la taille des énormes rochers gargantuesques empilés en formations étranges, un peu comme un aimant attirant de la limaille de fer.

Le sentier de randonnée Skull Rock traverse un labyrinthe de formations rocheuses spectaculaires et des paysages lunaires surnaturels avec une végétation luxuriante qui semble venir d'une autre planète. La roche dans cette région a commencé comme un liquide fondu profondément au-dessous de la surface de la terre. Continuellement chauffée par les mouvements de la croûte terrestre, cette matière fondue suintait et refroidissait tout en restant sous la surface. L'érosion ultérieure de la couche superficielle a exposé la roche, une forme de granit appelé Monzogranite.

Les formations rocheuses de Joshua Tree ont évolué sur plusieurs centaines de millions d'années. La roche fondue s’est élevée juste sous la surface, a refroidi et a finalement mis au point un système de joints horizontaux et rectangulaires érodés. Le monzogranite exposé présente généralement des joints horizontaux et verticaux, créés par l'érosion des couches rocheuses le surplombant et par contact avec des roches adjacentes (verticales). Ces joints ont créé des blocs rectangulaires, comme ceux que l'on voit aujourd'hui dans la région de Jumbo Rocks du parc. Avec le temps, le vent et les infiltrations d'eau agissent sur ces fractures naissantes et exagèrent les articulations. Les eaux souterraines ont imprégné les joints, transformant les minéraux et donnant aux roches une forme arrondie, entourées d'argile molle, tout en restant souterraines. Les changements climatiques de notre époque récente ont entraîné des inondations soudaines, qui ont facilement érodé cette argile molle, révélant à leur tour d'impressionnantes tours de rochers posées les unes sur les autres.
 

Un microclimat

Les gros amas de roches retiennent la pluie, créant des microclimats à la biodiversité peu commune. La région de Skull Rock et de Jumbo Rocks abrite une végétation provenant du désert de Mojave. On y trouve notamment le Joshua Tree , le yucca Mojave, le genévrier, le pinyon, le chêne, le nolina, l'arbuste à sacs en papier, le créosote, le jojoba, diverses chollas et cactus. Les serpents, les chuckwalla, les jackrabbits, les rats des bois, les coyotes, les lynx roux et même les grands hiboux à cornes sont attirés par ses sources de nourriture riches et variées.

Les colons mormons traversant le désert de Mojave au milieu du XIX e siècle ont donné leur nom aux arbres car leur forme leur rappelait une histoire biblique selon laquelle Josué levait les mains vers Dieu. Ils ont comparé le Joshua Tree à l'arbre guidant les tribus israélites après la mort de Moïse. Pour les mormons, cet arbre les dirigeait vers la promesse de l'Ouest américain.

Les arbres de Josué ne poussent que dans la section Mojave du parc, qui se distingue par son altitude plus élevée, tandis que les parties du Colorado, situées vers l’est, se caractérisent par la présence d’arbustes et de broussailles. Les deux parties du parc sont toutefois unifiées par les formations rocheuses particulières qui attirent les alpinistes du monde entier.

Comment se rendre au sentier de randonnée ?

Skull Rock par le Photographe Peter Unger
Skull Rock par le Photographe Peter Unger

Le sentier de la boucle de randonnée Skull Rock est situé sur Park Boulevard, dans le parc national Joshua Tree. Depuis l'autoroute 62 à Twenty Nine Palms, en Californie, dirigez-vous vers le sud sur Park Boulevard sur une distance de 11,5 milles jusqu'au sentier. La boucle peut être démarrée à partir de plusieurs endroits le long de Park Boulevard et du terrain de camping Jumbo Rocks. Mais le plus simple est d'aller jusqu'au parking. Le sentier est accessible depuis le parking en bordure de la route, de part et d'autre de Park Boulevard.

Le sentier monte une petite colline et pénètre dans une fente étroite entre des formations rocheuses massives. Un chemin facile autour de deux rochers mène à travers la fente et déborde dans un large paysage. Le sentier – assez bien marqué mais facilement absorbé par un paysage indiscernable – gravit une haute crête avec une perspective et des panoramas remarquables au nord-est.

Il faut restez vigilants sur le plan de la navigation, car de nombreux sentiers annexes s’éloignent des sentiers battus et il est facile de s'égarer dans ce désert.

Le sentier redescend brutalement et traverse la route vers le terrain de camping Jumbo Rocks. En suivant l'artère principale de la route à travers le camping jusqu'à un panneau indiquant la reprise du sentier on récupère ensuite le sentier. Il monte encore une fois avec des panneaux d'information expliquant les principales caractéristiques géologiques, les plantes et la faune. Le sentier passe au-dessus de dalles de monzogranite et s’enroule autour de la base de formations surréalistes avant de s’engager brusquement dans un étroit labyrinthe balayé par les vents. En haut et à votre droite se trouve le Skull Rock, son nom est étrangement évident.

Le meilleur moment pour accomplir la randonnée est tôt le matin et l'après-midi car c'est là qu'on aura le meilleur éclairage.

Faites attention aux serpents lorsque vous vous déplacez et ne posez jamais vos mains ou vos pieds où vous ne pouvez pas les voir. Le parc Joshua Tree abrite six espèces venimeuses de serpents.

L'arbre de Josué : une relique d'une autre époque

Bien que son statut actuel reste en question, le Joshua Tree (qui est techniquement une forme de yucca) a longtemps été un symbole de survie et une facette importante de l'écosystème du parc.

L'atmosphère primordiale et langoureuse qui imprègne le Joshua Tree est corroborée par la créature à l'origine de son développement dans la région : les paresseux géants. Jusqu'à leur disparition, il y a 13 000 ans, les paresseux géants ( Nothrotheriops shastense ) ont dérivé à travers le sud de la Californie, à travers le sud du Nevada et certaines parties à l'ouest de l'Arizona. Ces créatures placides mangeraient le fruit du Joshua Tree et dispersaient les graines dans leurs excréments à mesure qu'elles se déplaçaient dans le paysage. Depuis l'extinction du paresseux géant, aucune autre espèce n'a évolué pour assumer ce rôle et poursuivre la dispersion des graines de Joshua Tree. Certains scientifiques ont alors pensé que le parc de Joshua Tree était une relique d'une autre époque, en train de disparaître lentement de la face de la terre.

Une terre d'abondance ? ...

Il est probablement aussi difficile pour la plupart des visiteurs du parc d’imaginer le désert comme une terre d’abondance que pour les premiers explorateurs de cette région. Un pisteur du US Railroad Survey déclara en 1853 qu '« une chaîne de montagnes s'étend du mont San Bernardino en direction du sud-est, presque sinon complètement jusqu'au Colorado. Entre ces montagnes et les montagnes du Mohave, on ne sait rien du pays. Je n'ai jamais entendu parler d'un homme blanc qui l'avait pénétré. Je suis enclin à croire qu'il s'agit d'un désert aride et montagneux composé d'un système de bassins et de chaînes de montagnes. Ce serait un pays extrêmement difficile à explorer en raison de l'absence d'eau et il n'y a pas de saison des pluies d'aucune sorte. »

Cette terrible description a ralenti le « progrès » pendant quelques années seulement. En 1855, le colonel Henry Washington fit sa première enquête dans la région. Le nom de l'oasis que les indigènes appelaient Mara, s'appelait « Twentynine Palms ». L'année suivante, un géomètre signalait que « Près des sources, le pays a l'apparence d'avoir été cultivé par les Indiens. Il y a des huttes indiennes dans la section trente-trois. Les Indiens utilisent la feuille de palmier pour fabriquer des paniers, des chapeaux, etc. Autour des sources, il y a une culture de canne à sucre dont les Indiens font des flèches pour leurs arcs. »

En 1913, tous les autochtones étaient partis de l'oasis de Mara. La Smithsonian Institution signalait en 1925 que l’Oasis appartenait à l’origine au peuple Serrano. L'auteur de l'article a examiné le bien-fondé relatif de l'argument selon lequel la région était le territoire des Chemehuevi, mais a conclu que « Intrinsèquement, peu importait qui exerçait la souveraineté sur ce territoire : à toutes fins utiles, il était vide. »

De l’oasis de Mara et de ses environs se trouvaient les Serrano, les Chemehuevi (parfois appelé les Paiutes du Sud) et les Cahuilla.

Comment ils ont vécu ?

amérindiens
Les Chemehuevi ont émigré dans le sud de la Californie il y a environ 400 ans et leurs territoires comprenaient le bassin de Pinto et les montagnes de Coxcomb, dans la partie est du parc national de Joshua Tree. À la fin du XVIIIe siècle, ils s'installèrent dans le Colorado, mais lorsque la guerre du Mojave éclata en 1867, les Chemehuevi furent forcés de quitter le fleuve. Ils sont rentrés à l’Oasis de Mara, qui avait été temporairement abandonnée par les survivants d’une épidémie de variole chez les Serrano. Les relations ont changé et ils ont lentement regagné la rivière Colorado, s'établissant sur leur ancien territoire, bien qu'un petit groupe de Chemehuevi soit resté à Twentynine Palms.

Le territoire de Cahuilla s'étend du fleuve Colorado à la plaine de San Jacinto, à l’extérieur de Riverside. Les Cahuilla, comme les Serrano, vivaient dans de petits villages situés à proximité de sources d’eau fiables et exploitaient les ressources de leur territoire qui aurait englobé les parties ouest et sud du parc national Joshua Tree. Les Chemehuevi, au printemps et en été, faisaient des incursions saisonnières de chasse et de cueillette et vivaient dans des camps de base temporaires. Quand l'hiver arrivait, les Chemehuevi se rassemblaient dans de grands villages et restaient pendant de plus longues périodes dans des structures hivernales douillettes dont les sols étaient constitués de fossés peu profonds.

Un supermarché pour les autochtones

Des limites approximativement définies séparaient les territoires à l'intérieur et à l'extérieur du parc. Si les limites territoriales elles-mêmes n’avaient pas une grande importance pour les habitants de la région (aucune ne semble être marquée), les ressources présentes sur ces territoires l’étaient certainement. Les autochtones qui vivaient près de l'actuel parc national Joshua Tree connaissaient le grand secret : il s'agissait d'un très grand « supermarché ». Parmi les autres ressources végétales on y trouve disponible des glands, des gousses de mesquite, des noix de pin, des graines, des baies et des fruits de cactus. Les indigènes utilisaient des plantes pour confectionner des arcs et des flèches, des cordages, des paniers, des nattes, des tapis, des fouetteuses de graines et d'autres outils, ainsi que des médicaments. Ils utilisaient les feuilles de Joshua pour fabriquer des paniers et des sandales, et consommaient leurs boutons floraux et leurs graines comme en-cas nutritifs. Ils chassaient le mouflon d'Amérique, le cerf, les lapins, les oiseaux, les amphibiens et les reptiles.

Alors qu’il existe souvent un stéréotype du désert en tant que terre désolée incapable d'assurer la survie (sauf de quelques mauvaises herbes), les Amérindiens ont profité de cet immense « supermarché » pour se nourrir et se sont adaptés. En dépit de la stérilité visuelle, apparemment inhospitalière du désert, ces groupes tribaux y ont reconnu une abondance
de ressources disponibles et fait de cette région leur site de transition ou leur domicile fixe bien avant l’arrivée des Européens en 1769.

Les peuples autochtones étaient attirés par les terres où la nourriture, l’eau et les abris pourraient être obtenu. Le paysage désertique s'est avéré être propice à la création de petits villages offrant les services nécessaires tels que l'alimentation, la protection et le commerce. Les rochers, les crêtes et les canyons ont fourni un abri ; l'oasis et d'autres sources naturelles alimentée par des sources d'eau importantes ; la végétation, comme le mesquite, les haricots et la racine de yucca étaient des sources fiables de nourriture pour les animaux et les gens. Ces tribus étaient à l'écoute de leurs terres et ont fait usage de ce que la nature leur fournissait.

Les esprits des Serrano, des Chemehuevi et des Cahuilla sont toujours avec nous dans les formations rocheuses à travers les pictogrammes et les pétroglyphes, ainsi que dans les sites archéologiques qui parsèment le paysage. 121 espèces de plantes sont maintenant identifiées comme ayant été utilisées en tant qu'aliments, médicaments ou matières premières pour la fabrication d'objets. Pour les populations indiennes le parc national Joshua Tree était le pays de l'abondance !

L'expression artistique régionale

Les Amérindiens qui vivaient dans cette région ont laissé leurs marques créatives sur le sol ou à l'intérieur du pays de nombreuses façons, les plus évidentes étant les pétroglyphes (gravures rupestres) et les pictogrammes (peintures rupestres). Leur art était également largement visible dans les objets de la vie quotidienne, tels que la vannerie et la poterie, et peut-être le moyen d'expression créatif le plus courant - leur musique et leur danse. De nombreux sites dispersés dans toute la région présentent des images gravées à l'eau-forte ou peintes de mouflons d'Amérique, de personnages et de dessins abstraits. Le centre de combat au sol du Corps des Marines, situé à Palms, abrite la réserve de pétroglyphes Foxtrot, qui contient près de 2 000 pétroglyphes. Au fil des années, des milliers d'artefacts bien documentés – ollas, pointes de flèches, outils et armes – ont été identifiés par des amateurs, des archéologues professionnels et des conservateurs de la base du Corps des marines du parc national et bien d'autres.

Le musée archéologique et paléontologique de la base du Corps des Marines abrite une grande collection de projectiles et de dalles de fraisage, tandis que le musée du parc national de Joshua Tree comprend un certain nombre d'artefacts amérindiens, dont beaucoup ont été rassemblés et identifiés par Elizabeth et William. H. Campbell, à partir des années 1920. Ces objets racontent des histoires importantes sur la terre et la production créative de ses habitants.




Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le 7 Janvier 2019. Il est très récent et nécessite peut-être quelques améliorations.