L'intelligence collective

Intelligence collective

société d'abeilles
La notion d’intelligence collective est née dans les années 60, de l’application, à la robotique, des analyses des éthologues sur le comportement des sociétés d’insectes. Comment expliquer chez les insectes, que chaque individu participe à un comportement collectif complexe autorégulé sans pour autant bénéficier d'une vision globale du but à atteindre ? La réponse réside dans la notion d'intelligence collective.

Les sociétés d’insectes ont une capacité à résoudre des problèmes d’une manière très flexible (la colonie s’adapte aux brusques changements d’environnement) et robuste (la colonie continue de fonctionner lorsque certains individus échouent à accomplir leur tâche). Les problèmes quotidiens résolus par une colonie sont nombreux et de nature très variée : recherche de nourriture, construction du nid, division du travail et allocation des tâches entre les individus, etc.

La société des fourmis

Société des fourmis
Nous parlons souvent de la société des fourmis comme s’il s’agissait d’une société humaine hiérarchisée, où un individu, qui aurait accès à un maximum d'informations, distribuerait ses ordres à ses congénères. Cette analogie exprime l'idée répandue, mais fausse, que la complexité des réalisations d'une société ne peut trouver son origine que dans la complexité des individus qui la composent.

La réalité est tout autre. Prenons l’exemple des structures (nids, pièges, réseaux de communication) produites par différentes espèces animales. Elles prouveraient, dit-on, l’existence d’une « intelligence animale ». Or, la recherche montre qu’il n’y a pas de corrélation entre la complexité des structures produites et les capacités cérébrales de l’espèce considérée.

Les sociétés d'insectes nous proposent un modèle de fonctionnement bien différent du modèle humain : un modèle décentralisé, fondé sur la coopération d'unités autonomes au comportement relativement simple et probabiliste, qui sont distribuées dans l'environnement et ne disposent que d'informations locales.

Dans les sociétés d'insectes, le « projet » global n’est pas programmé explicitement chez les individus, mais émerge de l’enchaînement d’un grand nombre d’interactions élémentaires entre individus, ou entre individus et environnement.

Prises individuellement, les fourmis sont des animaux d'une extrême stupidité, réagissant de manière très simple à des stimuli qui ne le sont pas moins. Mais prises comme groupe, elles travaillent de manière très efficace, prenant toujours le chemin le plus court vers leur objectif et transportant avec aisance des objets dix fois plus gros qu'elles-mêmes. C'est ce que l'on appelle l'intelligence collective, et elle est construite à partir des nombreuses simplicités individuelles.

Les études réalisées sur les insectes

Les études réalisées par les éthologistes ont montré que ces comportements collectifs des insectes sociaux étaient auto-organisés. L’auto-organisation caractérise des processus au cours desquels des structures émergent au niveau collectif, à partir d’une multitude d’interactions simples entre insectes, sans être codées explicitement au niveau individuel. Certaines interactions – une fourmi qui suit la piste de phéromone laissée par une autre – aident à résoudre collectivement des problèmes difficiles, par exemple trouver le chemin le plus court parmi d'innombrables voies conduisant à une source de nourriture.

En marchant, les fourmis laissent derrière elles une traînée de phéromone, des marqueurs chimiques olfactifs que les autres fourmis suivent de façon instinctive. Lorsqu'une fourmi trouve un chemin rapide vers une source de nourriture, elle fait plus vite ses aller-retour vers la fourmilière. La couche de phéromones tend donc à s'épaissir et à attirer de plus en plus de fourmis, qui ajoutent leurs propres signaux chimiques à leur tour. Le chemin découvert par une première fourmi devient donc une véritable autoroute en peu de temps. Mais d'autres fourmis continuent à explorer de nouvelles pistes. Si le chemin principal est bloqué, les fourmis qui se trouvent sur le chemin principal ne tardent pas à adopter ces alternatives déjà prêtes.

Les insectes ne font pas une analyse préalable de la situation, suivie d'un échange d'informations destiné à résoudre le problème. L'existence de quelques règles comportementales « entraînent » simplement la solution, sans qu'il y ait élaboration de stratégie. Chez les insectes, la décision n'est pas séparée de l'action.

L'obtention de comportements collectifs très variés et très élaborés n'exige pas de faire appel à des comportements individuels très variés ou très élaborés. Le hasard, plus des individus et des événements nombreux obéissant à quelques règles simples de caractère autocatalytique, suffisent souvent à organiser les sociétés d'insectes.

Les entités collectives qu'on retrouve chez l'homme

Quelle que soit la complexité individuelle, on retrouve toujours la dualité entre les niveaux individuel et collectif, et l'émergence « anonyme » d'une organisation collective.

Les exemples d'intelligence collective sont nombreux, particulièrement dans les sociétés d'insectes (fourmis, abeilles, termites), mais aussi dans le système de défense de l'organisme (globules blancs). L'être humain est une entité collective, formée par l'assemblage de billions de cellules. A ce titre, il ressemble à d'autres entités collectives comme les termitières, les systèmes écologiques ou les sociétés humaines.

Chez l’homme moderne, l’intelligence collective, c’est le patriotisme ou des causes sociales telles que le mouvement des Gilets Jaunes. Être un patriote/Gilet Jaune c’est savoir prendre des coups pour rien ; contrairement au politicien qui généralement n’en prend que pour mieux en donner. Du patriote on retiendra essentiellement cette aptitude à ne jamais penser à ce que l’on perd lorsque l’on décide de se lancer dans la défense d’une bonne cause. Une « bonne cause » c'est une force qui oriente ceux qui, même dans l’adversité, arrivent à se trouver disponible, pour comprendre ou résoudre les problèmes des autres concitoyens. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les fourmis elles, ont bien « compris » l’extrême puissance de cette dévotion pro-communautaire, inconsciente et innée de l’individu sur la stabilité et la pérennité de leur monde.

L'intelligence collective chez l'homme

Intelligence collective chez l'homme
Au niveau de l'homme le problème de l'intelligence collective est simple à énoncer mais difficile à résoudre. Des groupes humains peuvent-ils avoir collectivement un comportement plus intelligent, plus sage, plus savant, plus imaginatif que celui des personnes qui les composent ?

Comment coordonner les intelligences pour qu'elles se multiplient les unes par les autres au lieu de s'annuler ? Y a-t-il moyen d'induire une valorisation réciproque, une exaltation mutuelle des capacités mentales des individus plutôt que de les soumettre à une norme ou de les rabaisser au plus petit commun dénominateur ? On pourrait interpréter toute l'histoire des formes institutionnelles, des langages et des technologies cognitives comme des essais plus ou moins heureux pour résoudre ces problèmes.

Pourtant si les gens sont tous intelligents à leur manière, les groupes déçoivent souvent. On sait que, dans une foule, les intelligences des personnes, loin de s'additionner, auraient plutôt tendance à se diviser.

Sans doute de bonnes règles d'organisation et d'écoute mutuelle suffisent-elles à la valorisation réciproque des intelligences dans les petits groupes. Mais au delà d'un ordre de grandeur de la dizaine de milliers de personnes, la planification hiérarchique et la gestion de l'humain par catégories massives ont longtemps semblé inévitables.

Le monde de la culture et la république des esprits

Pourquoi le « monde de la culture » exerça-t-il longtemps un tel attrait ? Probablement parce qu'il approcha, à sa façon élitiste et imparfaite, d'un idéal de l'intelligence collective. Voici quelques-unes des normes sociales, valeurs et règles de comportements censées régir (idéalement) le monde de la culture : évaluation permanente des œuvres par les pairs et le public, réinterprétation constante de l'héritage, irrecevabilité de l'argument d'autorité, incitation à enrichir le patrimoine commun, coopération compétitive, éducation continue du goût et du sens critique, valorisation du jugement personnel, souci de la variété, encouragement à l'imagination, à l'innovation, à la recherche libre.

Un des meilleurs signes de la proximité entre ce monde de la culture et les collectifs intelligents est son engagement (de principe) à mettre le pouvoir entre parenthèses. L'idéal de l'intelligence collective est que chaque être humain pourrait, devrait, être respecté comme un artiste ou un chercheur dans une république des esprits.

Un tel programme sonne utopique. Pourtant, la clé de la puissance économique, politique ou même militaire réside précisément dans la capacité à produire des collectifs intelligents. Il ne faut pas nier l'existence des relations de pouvoir ou de domination, mais seulement les désigner pour ce qu'elles sont : des entraves à la puissance de l'organisation. Car une société partout intelligente sera toujours plus efficiente qu'une société intelligemment dirigée.

Retour à la catégorie : Science ésotérique



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.