L'encantaria

Encantaria
Encantaria
Encantaria, Terecô, Mata ou Encantaria de Barba Soeira, sont divers noms pour désigner une forme de chamanisme afro-amérindien, pratiqué surtout dans les états brésiliens de Piauí, Maranhão et Pará. Encantaria signifie « enchantement ». Dans ses rituels sont adorées de nombreuses divinités issues d'horizons divers, tels que l'Afrique (Vodouns et certains Orishas), les indiens d'Amazonie (The Ray, Le dieu Soleil), catholique (Dieu, le Saint-Esprit et la Vierge Marie) et du Brésil (les Encantados et Caboclos).

Contrairement à l'Umbanda, dans lequel les entités sont les esprits des Indiens, des esclaves, etc. , qui sont désincarnés et travaillent maintenant individuellement (généralement en utilisant des noms fictifs), dans l'encantaria, les entités ne sont pas nécessairement d'origine afro-brésilienne et ne sont pas des morts, mais des « encantaram » (enchantements, enchantés) qui disparaissent mystérieusement, deviennent invisibles ou se transforment en un animal, une plante, une pierre, ou même en des êtres mythologiques du folklore brésilien tel que les sirènes, les marsouins et les curupiras.

Dans l'encantaria, les entités sont regroupées en familles et possèdent un nom, un prénom et savent généralement comment raconter leur histoire quand ils vivaient sur la terre avant leur enchantement.

 

L'Enchantement Piauiense

Le Piaui, en raison de la proximité du Maranhão et en particulier de Teresina, qui est à la frontière entre les deux Etats et très proches de la ville de Codó (Capitale mondiale de la sorcellerie), reçoit beaucoup d'influence du Tambor de Mina et de l'Encantaria Maranhense qui va au-delà de la traditionnelle Umbanda. A Teresina vous pouvez trouver plus de 500 lieux de culte afro-brésiliens.

L'encantaria Piauiense est fortement liée au catholicisme populaire. En Piaui, les croyants répètent plusieurs fois les rituels de purification. Après la danse du Saint-Père ils se tiennent autour du maître dans le centre d'un cercle formé par tous les danseurs qui gravitent autour d'eux de droite à gauche. Les chansons sont chantées par un jeune homme (esprit) qui prend possession de son appareil (garçon ou jeune-fille) et chante son enseignement. La danse se transforme en transe.

Principaux événements liés à l'encantaria à Teresina (Piauí)

• Lavage de l'Escalier de l'église Saint-Benoît : Chaque année en Novembre, les membres des diverses communautés religieuses Umbanda, Candomblé et Tambor de Mina, vont effectuer un lavage rituel des marches de l'église Saint-Benoît dans le centre de Teresina. L'église a été choisie pour avoir un beau cimetière avec un bel escalier ayant été construit par le travail des esclaves. Saint Benoît est le saint patron des Noirs. L'étape du lavage de l'escalier de l'église Saint-Benoît à Teresina fait habituellement partie d'un programme de commémoration appelé « La Journée de la Conscience noire ».

• Fête de Iemanjá à Teresina : Chaque année en Février, une procession de fidèles occupe le vieux quai de la rivière Parnaíba dans le centre de Teresina, tenant des bougies bleues, des fleurs blanches, de l'eau parfumée et d'autres cadeaux pour faire plaisir à Iemanjá, considérée comme la Mère de l'eau (l'équivalent de la "maman dlo" des Antilles françaises) par les cultes afro-brésiliens. La déesse des eaux est également honorée sur les rives de la rivière Poti, dans la principale zone urbaine de Teresina.

• La fête du Pont à haubans : une partie de l'événement de la fête d'anniversaire Teresina, qui vise à promouvoir la culture noire et la lutte pour l'égalité raciale et contre l'intolérance religieuse. L'événement a le soutien de groupes et partisants de l'Umbanda de Piauí et de la culture noire de Maranhão. La première édition a eu lieu en Août 2013 et a reçu la participation du célèbre Père de Santo Bita Baron de Codó.

L'Enchantement Maranhense

L'État brésilien du Maranhão est le berceau d'une autre forme d'Umbanda. L'encantaria est présente dans presque tout l'état et se développe au-delà, après avoir franchi la frontière du Maranhão et atteint les pays voisins comme le Piauí et le Pará. Mais la vérité est que de nombreuses entités de l'encantaria de Maranhão peuvent maintenant être trouvées dans tout le Brésil. Les plus grands centres d'encantaria sont les villes de Saint-Louis, Codó, Caxias et Cururupu, toutes dans l'Etat de Maranhão, ainsi que Teresina (dans l'Etat du Piauí) et Belém dans l'Etat de Pará.

Les encantaram de Maranhão sont regroupés en familles qui possèdent leurs propres noms et racontent les histoires de quand ils vivaient sur la terre. Ils disent être heureux comme ils sont de vivre dans un monde glacé. Ils voient les choses qui se passent autour d'eux, mais personne ne peut les voir, ils sont invisibles. Les endroits où se trouvent les encantaram font référence à différentes choses et lieux dans l'état ainsi que dans les forêts de Codó, la grande bouche, les îles et la célèbre plage de feuilles où règne le roi Dom Sebastião.

Les familles d'encantaram

• Famille do Lençol : Se trouve à Lencois Beach; composée de rois, reines, princes, princesses et autres nobles et courtisants;
• Famille do Codó : Cette famille est venue au bord de la mer jusqu'à ce que vous atteigniez les bois de Codó; composée de noirs, métis et de cow-boys sauvages;
• Famille da Turquia : Elle est composée de nobles d'origine turque, dont le plus célèbre membre est Dona Mariana;
• Famille da Bandeira : Composée de guerriers, de scouts, de chasseurs et de pêcheurs;
• Famille da Gama : Composé de nobles et d'aristocrates orgueilleux;
• Famille da Bahia : Comprenant des métis fêtards;
• Famille de Surrupira : Composée par les Indiens sauvages et leur tribu.

Codó - Capitale de la sorcellerie

Codó est une ville de l'Etat de Maranhão. Elle est plus accessible par Teresina qui se trouve dans l'Etat de Piaui. Codó a gagné sa renommée de capitale mondiale de la sorcellerie et de la magie noire en raison de son histoire. Avant les premiers colons, il y avait à Codo des magiciens célèbres qui ont accepté de l'argent pour réaliser certains travaux de vengeance. On y trouvait également des guérisseurs renommés qui ont pratiqué la médecine traditionnelle.

Après l'émergence des colons, la ville a été transformée par les politiciens et les gouvernements en site de pèlerinage. Par conséquent, le nombre de communautés religieuses a augmenté, ce qui a encore contribué à la réputation de la ville.

Dans Codó, la pratique de ces exercices spirituels est appelée « Encantaria de Barba Soeira » ou Tereco. Mais elle est également mieux connue dans Teresina et d'autres villes du Piaui. L'une des entités les plus connues dans la région Codó est la famille de M. Légua Boji Buá de la Trinité.