Le Baron Samedi

Le Baron Samedi est l'un des Loa du vaudou haïtien : l’esprits des morts

Baron Samedi
Le Baron Samedi
Les Barons sont des divinités de la mort, qui hantent les cimetières, parés des attributs du deuil. Le Baron Samedi est le Loa des morts. Il existe de nombreuses autres incarnations telles que le Baron Cimitière, le Baron La Croix ou encore le Baron Kriminel. Mais le Baron Samedi serait à la tête de la famille Guédé (ou Ghede). C’est une famille de Loa regroupant des esprits macabres et grivois, ayant comme symboles une croix noire, un cadavre et les mêmes couleurs que le Baron Samedi. C’est peut-être même le père spirituel de cette famille d’esprits des ancêtres. Sa femme est la Loa « Maman Brigitte ». Elle n’a rien à voir avec la première dame de France, du moins pas que nous le sachions.
 

Le vodou haïtien

Le vodou haïtien, également écrit avec l’orthographe « vaudou », est une religion syncrétique pratiquée principalement en Haïti et dans la diaspora haïtienne. Les pratiquants sont appelés « vodouistes » ou « serviteurs des esprits ». Le mot est apparu pour la première fois en 1658. Il est distinct, bien que très similaire, aux pratiques voodoo de Louisiane, d'où l'orthographe différente.

Les vodouistes croient en un dieu créateur lointain et inconnaissable, Bondye (dont l’étymologie provient littéralement de « Bon Dieu »). Comme Bondye n'intercède pas dans les affaires humaines, les vodouistes dirigent leur culte vers des esprits soumis à Bondye, appelés Loa. Chaque Loa est responsable d'un aspect particulier de la vie, avec les personnalités dynamiques et changeantes pour chaque Loa, reflétant les nombreuses possibilités inhérentes aux aspects de la vie qu'elles président. Afin d’évoluer dans la vie quotidienne, les vodouistes cultivent des relations personnelles avec les Loa à travers la présentation d'offrandes, la création d'autels personnels et d'objets de dévotion, et la participation à des cérémonies élaborées intégrant de la musique, de la danse et des phases de possession ou de transe.

Origines des Loa et de la famille Ghédé

Barons du vaudou
Le vodou est né dans la colonie esclavagiste française de Saint-Domingue au XVIIIe siècle, lorsque la pratique religieuse africaine a été activement réprimée, et que les esclaves africains ont été forcés de se convertir au christianisme. Les pratiques religieuses des Vodous contemporains sont issues des Vodun d'Afrique de l'Ouest et sont étroitement apparentées à celles-ci, telles qu'elles sont pratiquées par les tribus Fon et Ewe.

Le vodou incorpore également des éléments provenant du symbolisme d'autres peuples africains tels que les Yorùbá et les Bakongo, ainsi que les croyances religieuses de Taíno et la spiritualité européenne, y compris le christianisme catholique romain, le mysticisme européen, la franc-maçonnerie et d'autres influences.

Dans les pratiques de vaudou haïtien, ceux qui servent le Loa sont appelés les Bokor. Les Bokor sont les prêtres Vodou qui peuvent être embauchés pour effectuer divers rituels. Le Bokor pratique à la fois les formes bénéfiques et sombres de la magie. On dit qu’il « travaille des deux mains ». La magie noire qu'il pratique tourne principalement autour de la création de zombies à travers l'utilisation d'un mélange de poisons. Ces poisons proviennent principalement du poisson-globe et d'autres substances toxiques.

La famille Ghede est la plus grande famille de Loa dans le vodou. Elle incarne le pouvoir de la mort et de la fertilité. Traditionnellement, cette famille d’esprit est dirigée par les Barons (La Croix, Samedi, Cimitière, Kriminel) et Maman Brigitte. Les Ghede, en tant que famille, sont bruyants, grossiers (bien que rarement au point de proférer de véritables insultes), sexuels, et généralement très amusants. Comme ils ont déjà vécu, ils n'ont rien à craindre, et montrent souvent à quel point ils sont insensibles en réalisant des choses immondes telles que manger du verre, manger des piments crus, enduire leurs zones sensibles avec du rhum et du piment, etc. Leurs couleurs traditionnelles sont le noir et le violet.

Baron Samedi est le plus redoutable des Loas du rite vodou mais il existe bien d'autres Loas dans la famille du Baron Samedi, comme :
Baron La Croix,
Baron Gran Chemin,
Baron Mazaca La Croix,
Baron Cimitière,
Baron Kriminel,
Baron Zoupimba,
Baron Tonnerre,

Ce ne sont pas de simples noms différents pour un même esprit mais des Loas aux personnalités différentes et bien marquées.
 

Le Baron de la mort

Baron de la mort
Le Baron de la mort
Le Baron Samedi est le maître des cimetières où il vit. Il est vénéré le samedi d'où son nom.

Le Baron Samedi est souvent décrit comme un homme noir, grand et beau, mince mais musclé, portant un haut-de-forme (blanc ou noir), un smoking noir et des lunettes noires. Parfois il porte des lentilles dont les verres représentent le fait d'être dans la lumière et dans le noir en même temps. Il porte une canne et fume des cigarettes ou des cigares et il est parfois montré avec des bouchons de coton dans chaque narine : une coutume qui se pratique lors des enterrements haïtiens. D'autres représentations le montrent avec une apparence plus squelettique. Il a soit un visage représentant un crâne ou son visage est recouvert d’un maquillage blanc représentant un crâne.

On le voit régulièrement en train de boire de l'alcool (généralement du rhum) et il est connu pour ses danses, ses perturbations, ses obscénités et ses débauches, qui ne l'empêchent pas de guérir ceux qui approchent de la mort.

Le baron Samedi passe le plus clair de son temps dans le royaume invisible des esprits. Il est connu pour son comportement vulgaire et scandaleux, jurant continuellement et faisant des blagues salaces aux autres esprits. Il est marié à un autre puissant esprit connu sous le nom de Maman Brigitte. Le Baron Samedi se trouve généralement à la croisée des chemins entre les mondes des vivants et des morts. Quand quelqu'un meurt, il creuse sa tombe après qu'il ait été enterré et salue son âme, pour l’emmener aux enfers.

Il est très puissant et extrêmement utile en matière financière ainsi que pour tout problème sérieux que vous pourriez avoir. Il peut ramener les gens du bord de la mort.

Les couleurs du Baron Samedi sont le noir, le violet et le blanc. Ses jours sont samedi et lundi, et son nombre est le neuf.

Ses offrandes préférées sont le rhum, le café noir, le café avec du sucre, les cartes à jouer, les dés, les cacahuètes, les cigares, les piments, le poulet, les patates douces, le pain, les bonbons et tout ce qui est épicé.

Maman Brigitte et les autres Barons

Maman Brigitte et le Baron Samedi
Maman Brigitte et le Baron Samedi
Maman Brigitte est également folle et boit du rhum infusé avec des piments et elle est symbolisée par un coq noir. Comme le Baron Samedi et les Ghedes, elle utilise souvent des obscénités. Elle protège également les pierres tombales dans les cimetières si elles sont correctement marquées d'une croix.

Maman Brigitte est aussi appelée La Grande Brigitte, Madame Brigitte, Mademoiselle Brigitte et Mamman Brigitte. C’est la Gardienne des tombes et la Loa des cimetières. Ses arbres sacrés sont l'orme et le saule pleureur.

Le Baron La Croix (ou tout simplement « La Croix ») est l'ultime esprit suave et sophistiqué de la mort. Il est très cultivé et débonnaire. Il a une philosophie existentielle de la mort, trouvant la raison de la mort pour être à la fois humoristique et absurde. Le Baron La Croix est l'expression extrême de l'individualité, il vous offre le rappel de la joie des plaisirs de la vie.

Le baron Cimitière serait le gardien du cimetière, protégeant ses tombes. Il porte un smoking ou une queue-de-pie et un haut-de-forme. Il a des goûts de luxe, fume des cigares et boit du vin ou de la liqueur fine. Il est tout aussi grossier que les autres Ghede, mais en même temps il imitent les manières polies et les airs de la classe supérieure.

Le Baron Kriminel est un esprit très craint dans la religion vodou haïtienne. Il est considéré comme un meurtrier qui a été condamné à mort. Il est invoqué pour prononcer un jugement rapide. Quand une personne devient possédée par le Baron Kriminel, elle crie des obscénités, crache et essaie de poignarder les gens environnants. Si, pendant la possession, le baron Kriminel reçoit de la nourriture qu'il n'aime pas, il va mordre des morceaux de bras de la personne possédée. Il demande parfois des sacrifices de poulets noirs en les trempant dans l'essence et qu’on y mette le feu. On dit que les cris des poulets brûlés vifs font appel à la nature cruelle du baron Kriminel et l'apaisent.

Le Baron Kriminel est considéré comme l'un des nombreux aspects du Baron Samedi. Le Baron Kriminel accordera souvent des demandes en lieu et place. Il est censé ensuite revenir lors de la Fete Ghede, le « Festival des morts » des Voduns (le 2 novembre), pour réclamer son paiement. Le baron Kriminel est souvent représenté par Saint Martin de Porres, peut-être parce que son jour de fête est le 3 novembre, le lendemain de la fête de Ghede. Ses couleurs incluent le rouge sang, le noir, le violet, et le blanc profond.
 

Les zombies

Le Baron Samedi s'assure que tous les cadavres pourrissent dans le sol pour empêcher toute âme d'être ramenée comme un zombie sans cervelle. Ce qu'il exige en retour dépend de son humeur. Parfois, il se contente que ses partisans portent des vêtements noirs, blancs ou violets ou utilisent des objets sacrés. Il peut aussi simplement demander un petit cadeau comme des cigares, du rhum, du café noir, des cacahuètes grillées ou du pain.

Les représentations au cinéma

Baron Samedi dans James Bond
Le Baron Samedi dans James Bond
« Vivre et laisser mourir » - 1973
La représentation la plus connue du Baron Samedi se trouve dans le film de James Bond, Vivre et laisser mourir. Joué par Geoffrey Holder, le film est quelque peu ambigu quant à savoir si le personnage est un homme mortel jouant le baron ou est en effet le baron du vodou.

Peut-être qu’une représentation plus réussie du Baron Samedi se trouve dans le film d'horreur surnaturel de 1974, Sugar Hill, qui est beaucoup plus trempé dans les traditions et les pratiques vaudou.

Les films d'horreur ont longtemps utilisé le vodou ou le vaudou comme source d'inspiration, depuis White Zombie, J'ai marché avec un zombie, King of the Zombies et Voodoo Man jusqu'à Hammer, The Plague of the Zombies, Black Demons d'Umberto Lenzi, outrage Zombie Nightmare et Le Serpent et l'arc-en-ciel de Wes Craven.

Le film de Craven est l'une des tentatives les plus audacieuses pour capturer l'essence des croyances haïtiennes et est vaguement basé sur le livre non-fiction du même nom par l'ethnobotaniste Wade Davis, dans lequel Davis raconte ses expériences en Haïti enquêtant sur l'histoire de Clairvius Narcisse, qui a été prétendument empoisonné, enterré vivant, et ressuscité avec un breuvage à base de plantes qui a produit ce qu'on appelle un zombie.


 

Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 16 Mai 2018, il y a moins d'un an.