Le déclin de l'astrologie

Zodiaque
L'astrologie solaire occidentale est née en Mésopotamie vers 2500 av. J.-C.

Jusqu'en 410 av. J.-C. l'observation des astres ne servait qu'à prédire l'avenir des pays et des rois, pas encore des simples particuliers.

A la suite des guerres médiques, les grecs commenceront à prendre connaissance de l'astrologie mésopotamienne. Il faudra cependant attendre la constitution de l'empire d'Alexandre pour que l'astrologue chaldéen Bérose (344 / 260 av. J.-C.) vienne en Grèce pour enseigner tous ses secrets.

Vers la même époque, l'astrologie rationalisée par les Grecs pénètrera en Inde puis, ensuite, chez les Romains.

Après la chute de l'empire romain, l'astrologie codifiée par Ptolémée (101-180 ap. J.-C.) déclinera. Plus tard, elle sera reprise par les Arabes et ceux-ci la développeront pendant plusieurs siècles. Elle sera ensuite réintroduite en Europe grâce aux traductions des livres arabes effectuées en Espagne par Jean de Tolède entre 1135 et 1153.

Il semble cependant que le zodiaque des Arabes et des Occidentaux soit déformé par rapport à ce qu'il était dans l'antiquité. En effet il existe actuellement sous deux formes différentes, toutes deux issues de l'antique astrologie chaldéenne améliorée par les grecs...

Les différentes formes de zodiaque

Astrologie
- Il y a le zodiaque « tropical » :
Utilisé en occident, il est basé sur le cycle des saisons. Ainsi le Bélier commence avec l'équinoxe de printemps, le Cancer avec le solstice d'été, la Balance avec l'équinoxe d'automne et le Capricorne avec le solstice d'hiver.

- Et il y a le zodiaque « sidéral » :
Utilisé en Inde, il est basé sur les étoiles. Celles-ci se déplaçant lentement par rapport aux solstice et aux équinoxes, les deux zodiaques se trouvent actuellement décalés de 23°(ou 23 jours). Ce décalage progressif porte le nom de « précession des équinoxes » et suit un cycle complet d'environs 25000 ans.

Lequel de ces deux zodiaques est le bon ? Lequel respecte d'ancien zodiaque tel qu'il avait été inventé au début, en Mésopotamie ? Pour le savoir, il faut examiner le phénomène de « déclinaison des équinoxes » qui est la cause du décalage des deux formes de zodiaque.

Dans l'astrologie tropicale des Occidentaux, le point vernal (déterminant l'équinoxe de printemps) est fixe : il détermine à la fois le début du printemps et l'entrée dans le signe de Bélier, immuablement. Par contre dans l'astrologie sidérale des Hindous, ce point vernal se déplace lentement à reculon dans le zodiaque.

Hors ce recul existait également dans l'astrologie antique, ainsi que le démontre les textes anciens.

Les déplacements du point vernal

Vers 1100 -700 av. J.-C., la tablette mésopotamienne MUL-APIN place le point vernal vers le milieu du Bélier.

Vers 548-432 av J.-C., l'astrologue Cleostratos de Tenedos (548-432 av. J.-C.), l'introducteur du zodiaque babylonien en Grèce, voyait le point vernal au 12ème degré du Bélier.

En 508 av. J.-C. l'astrologue babylonien Naburiannu (560-480 av. J.-C.) voyait le point vernal au 10ème degrés du Bélier.

Au 5ème siècle av. J.-C. Méton le voyait au 8ème degré du Bélier (selon Pline et Columelle).

Vers 408-355 av. J.-C., Eudoxe de Cnides semblait encore utiliser de vieux textes babyloniens, plaçant le point vernal au 15ème degré du Bélier (selon Hipparque).

En 373 ou 331 av. J.-C. l'astrologue babylonien Kidinnu voyait le point vernal au 8ème degré du Bélier.

Vers 294-283 av. J.-C. Timocharis le voyait à 6°30' (ou 7 à 8°) du Bélier .

Vers 130 av. J.-C. l'astronome grec Hipparque (190-120 av. J.-C.) le voyait à 4°30' (ou 5 à 6°) du Bélier et était le premier à décrire son déplacement régulier dans le temps.

Vers 101-180 ap. J.-C. l'astrologue romain Ptolémée le voyait vers le premier degré du Bélier

Vers 260 ap. J.-C, Aratus le voyait vers 0° du bélier.

Au 5ème siècle ap. J.-C. Pamprepios le voyait à 27° des Poissons.

En 622 ou 624 Stéphanos d'Alexandrie le voyait à 22° des Poissons.

En 762 le Perse Naubakht suivait encore le déplacement du point vernal.

En 791 le juif islamisé Massalah de Bassora en faisait de même.

... Mais ensuite, les astrologues arabes, au lieu de continuer à observer le ciel, préfèreront fixer ce point à 0° du Bélier en se basant sur ce qu'avait décrit Ptolémée pour son époque. Depuis, les Occidentaux ont repris ce point fixe inventé par les Arabes.

Pourtant les astrologues occidentaux prétendent que, dans quelques siècles, le point vernal entrera dans le Verseau (c'est ce que certains appellent l' « entrée dans l'ère du Verseau »). Cela ne peut pourtant avoir de sens que si le point vernal est mobile par rapport au zodiaque.

Et les observations anciennes que nous venons de lister montrent bien que, pour les anciens, le point vernal ne coïncidait pas immuablement avec le début du Bélier (0° du Bélier) mais qu'il se déplaçait. Ils utilisaient donc bien un zodiaque sidéral et non pas un zodiaque tropical.

D'ailleurs le papyrus Rylands N°27, qui date de 250 ap. J.-C., contient des éphémérides de la Lune... et celles-ci sont clairement calculées sur un zodiaque sidéral et non tropical.

Et à Alexandrie on a retrouvé une représentation d'un zodiaque datant de 397 ap. J.-C : il est clairement de type sidéral également.

Notre zodiaque actuel est faux !

Les 12 signes qu'utilisaient les anciens correspondaient donc à des constellations et n'avaient aucun rapport avec les saisons comme dans l'astrologie occidentale actuelle.

Donc, selon l'optique des anciens inventeurs de l'astrologie, notre zodiaque actuel est faux ! Ainsi, à notre époque, pour connaitre notre véritable signe de naissance il faut reculer notre date natale d'environ 23 jours.

On constate donc, pour conclure, que plus personne (à part peut-être les astrologues hindous) n'utilise actuellement l'astrologie des origines mais seulement un système très déformé.

Pourtant les astrologues occidentaux continuent d'appliquer machinalement leurs méthodes en s'imaginant que celles-ci sont traditionnelles et n'ont jamais changé depuis leur création. Lorsque les astronomes se moquent d'eux en expliquant que, à cause du mouvement de précession des équinoxes, leur zodiaque ne correspond plus aux vraies constellations, les astrologues le prennent de haut. Ils affirment alors, en invoquant les livres de Ptolémée, que l'astrologie s'est toujours basé sur le cycle des saisons et non sur la position des étoiles... ce que démentent pourtant les livres de Ptolémée puisqu'ils décrivent en détail l'influence de nombreuses étoiles.

Mais remettre leur pratique en question serait trop dur pour les astrologues : cela voudrait dire que, depuis au moins 1300 ans, ils ne savent même plus appliquer correctement les bases mêmes de leur « science ».



Cet article est le 1000ème article publié sur dramatic.fr !!! Il a été publié le 23 juin 2019 à 1h30 heure d'été.
Retour à la catégorie : Esotérisme et religions



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.