Paroles d'Ahiqar

Représentation d'Ahiqar
Ahiqar était un Araméen, conseiller du roi assyrien Assarhaddon. Son nom assyrien était Aba Ninnu Dari. Strabon l'appelait Achaïkaros. Diogène Laerce l'appelait Akicharos. Le livre de Tobbie  le connaissait sous le nom de Achiacharus.

Il aurait écrit un livre de sagesse dont on a retrouvé des exemplaires jusqu'en Égypte.

Extrait des Paroles d'Ahiqar :


Le manche de la hache se retourne contre la forêt d'où il vient.

Mieux vaut glisser du pied que de la langue.

Mon fils, Si ton ennemi vient à toi avec le mal, va à lui avec la sagesse.

Qu'est-ce qui est plus fort qu'un âne qui brait ? La charge.

Le fils éduqué et instruit dont les pieds sont enchainés, prospérera.


N'écarte pas ton fils du bâton, dans le cas contraire, tu ne pourras pas le libérer de la méchanceté. Si je te donne des coups de fouet, mon fils, tu ne mourras pas; mais si je te laisse suivre les velléités du cœur, tu ne pourras vivre.

L'âne qui laisse sa charge et qui ne la transporte pas, devra prendre la charge de son compagnon, et prendra le poids qui n'est pas le sien en plus du sien, et il se verra obligé de transporter une charge de chameau.

La sagesse est voulue des dieux pour toujours et le royaume lui appartient. Elle se trouve établie dans le ciel, c'est donc que le seigneur des saints l'a exaltée.

Le roi est comme le miséricordieux, sa voix est également bruyante. Qui peut-être debout devant lui, si ce n'est celui avec qui se trouve Dieu ? Magnifique est la contemplation du roi et noble est sa majesté pour celui qui chemine sur la terre comme un homme libre.

J'ai levé du sable; j'ai transporté du sel; mais il n'y a rien de plus lourd que la fureur...

Les préoccupations de la guerre calment les eaux entre bons amis.

Si un homme petit se faisait grand, ses paroles voleraient au dessus de lui.

Ouvrir la bouche est un don des dieux; et si un est aimé des dieux, ils mettraient quelque chose de bon à dire par sa bouche.

Le léopard se trouva avec la chèvre quand celle-ci avait froid. Alors le léopard lui dit : « Viens, je vais te couvrir de ma peau ». Mais la chèvre lui répondit: « De quelle nécessité ais-je besoin, mon seigneur ? Ne retires pas ma peau ». Parce qu'il n'a salué la chèvre que pour lui pomper son sang.

L'ours s'en alla voir les agneaux et leur dit: « apportez moi un des vôtres et je resterais satisfait ». Les agneaux répondirent : « Prend celui que tu désires, nous sommes tes agneaux ». En réalité ils n'est pas dans le pouvoir de l'homme de lever leurs pieds ou de les descendre sans la permission des dieux.

Si quelque chose de bon sort de la bouche des hommes, cela est bénéfique pour les hommes; mais si quelque chose de mauvais sort de leur bouche, les dieux leur feront du mal.

Ne tend pas ton arc, et ne tires pas ta flèche contre un homme juste, il se peut que dieu vienne à son aide et fasse revenir la flèche vers toi.

Si tu as faim, mon fils, donnes toi du mal et travaille ; et alors tu mangeras, tu seras rassasié et donneras a tes enfants. Si tu tends ton arc et que tu tires sur un juste, tien sera la flèche, mais de dieu la visée.

Toi, mon fils, demande qu'on te prête du grain et du blé afin que tu puisses manger et te rassasié et donner a tes enfants qui se trouvent avec toi. Ne demandes pas trop d'un homme mauvais. mais, si tu empruntes un prêt, ne te reposes pas tant que tu ne l'auras pas payé. Parce que le prêt est doux comme... mais le rembourser est perturbateur pour ta maisonnée.

Ne déprécies pas ta chance et ne convoitise pas une richesse qui se refuse à toi; ne multiplies pas les richesses et n'enfles pas ton cœur.

Ne révèles pas tes secrets a tes amis, on pourrait déprécier ton nom.

N'éloigne pas la sagesse de toi. Ne fixes pas trop, que ton regard peut devenir nuageux. Ne sois pas trop doucereux, on t'avalerait; ni trop amer, on te cracherait.

Si tu désires t'élever et être loué, mon fils, sache qu'on humilie l'exalté et qu'on élève l'humble.

La ronce fera dire au grenadier : « pourquoi autant d'épines pour celui qui touche ta tige ? » Le grenadier lui répondit ceci : « Tu es entièrement épines pour celui qui te tient. »

Tous ceux qui entrent en contact avec l'homme juste prennent son parti.

Une cité de scélérats sera délaissée en un jour orageux et ses portes seront renversés ; ils sont pour le jour de la mise a sac du juste.

Tu as déprécié mes yeux, que j'ai levé vers toi, et mon cœur, que je t'ai remis sagement, et tu as amené mon nom à la disgrâce.

Si le scélérat saisi le bout de ton vêtement, laisse-le lui. Puis rends-toi chez Shamash ; lui prendra le sien pour te le donner.

La faim adoucit l'amertume, et la soif ce qui est aigre.

Un jour dit l'homme à l'âne sauvage : « Permets moi de te chevaucher et je te donnerait de l'entretien ». Mais l'âne sauvage lui répondit : « Reste avec ton entretien et je pense que je ne te vois pas me chevaucher. »

Que le riche ne dise pas : « Je me glorifie dans mes richesses ».

N'enseigne pas la mer à un nomade Arabe, ni le désert à un marin Sidonien, car leurs façons de faire sont différentes.


Retour à la catégorie : Esotérisme et religions