Les lingots de Sicile

En Sicile en 2015, l'archéologue Sebastiano Tusa met à jour un naufrage à moins d'un kilomètre de la côte. Il n'a pas été perturbé depuis plus de 2 600 ans. Son équipe drague et remonte du fond une ancienne charge utile de 39 lingots de métal. Fait intéressant, l'analyse spectrographique de l'alliage récupéré révèle que le composé est différent de tout ce que l'on a jamais trouvé dans le monde ancien ou moderne.

La partie intéressante à ce sujet est la composition des lingots qu'ils ont trouvés. Le métal est composé à 80% de cuivre et à 20% de zinc. Il y avait d'autres choses qui s'y trouvaient, mais c'est la majorité de la composition. Or, le zinc ne se présente que dans la nature sous forme de sphalérite. C'est un complexe de zinc et de soufre. Pour créer du zinc, qui n’est apparu qu’il y a environ mille ans, il faut en réalité extraire le zinc de ce sulfure. Ils n'avaient pas cette technologie à l'époque.


Que faisait quelqu'un en mélangeant du cuivre, du zinc, du plomb, du nickel et du fer ? C'est un alliage complexe. Ce n'est rien facile à faire. Cela suggère la possibilité qu'il puisse avoir des propriétés électriques ou énergétiques spéciales que nous ignorons même. On ne s'attendrait pas à ce que les gens fabriquent un alliage aussi complexe à l'époque.

Comment est-il possible qu'un alliage aussi perfectionné ait été fabriqué il y a plus de 2 600 ans, des siècles avant que l'homme ne dispose de la technologie nécessaire pour transformer des éléments tels que le zinc en métaux ? Et quel était son but ?

Ce serait de l'orichalque légendaire

Sur la base de la composition de cet alliage, les scientifiques pensent que ce qu'ils ont découvert est l'orichalcum, un métal associé au continent légendaire de l'Atlantide.

Selon les livres de Platon au quatrième siècle avant J.-C., le Timaeus et le Critias, Atlantis possédait un pouvoir et une technologie supérieurs à ceux de toute autre civilisation de la Terre. Elle a été fondée et dirigée par le dieu grec Poséidon, dont le temple était recouvert d'un métal précieux appelé orichalque, qui se traduit par « cuivre de montagne ». La composition de l'alliage n'est pas spécifiée par Platon, mais sur la base de ses propriétés électriques, de sa couleur et de son lustre, les scientifiques suggèrent que s'il existait réellement, il s'agirait probablement de cuivre mélangé principalement avec du zinc, tout comme le métal présent dans les lingots de métal du naufrage.

Il a été dit que le temple de Poséidon sur Atlantis brillait avec la lumière rouge d'orichalcum. La teinte de cuivre de ce métal a attiré l'attention des chercheurs qui sont venus dans ce lieu sacré. Ce n'est pas juste une couleur attrayante. Cela a des implications spirituelles. Il y avait quelque chose à propos de ce métal qui était censé résonner avec le divin. Peut-être que c'était son origine, qu'il venait du ciel, il est tombé du ciel.

Cadmus fait cadeau de la métallurgie aux humains

Selon l'histoire de Platon, le dieu grec Cadmus, fils de Poséidon, descendit du mont Olympe et donna de l'orichalque au peuple de l'Atlantide. Un personnage important de la mythologie grecque ancienne était Cadmus, personnage divin, le premier héros, le cinquième de la lignée de Zeus des dieux grecs. C'est Cadmus qui a apporté la fabrication du bronze. Il savait comment fabriquer des alliages, des métaux spéciaux, ce qui, aux débuts de la civilisation, était le début de la technologie. Donc, Cadmus est celui qui nous montre la nature divine du travail du métal et en fait un cadeau aux générations.

Pourquoi sommes-nous si prompts à écarter les histoires sous-jacentes de ces mythes ? Ces histoires parlent d’extraterrestres qui visitent notre culture. Ils parlent de dieux qui ont marché parmi nous et ont interagi avec les humains, mais avec une technologie extrêmement avancée qui dépasse tout ce que nous avons aujourd'hui.

Des événements réels

Selon la théorie des anciens astronautes, les légendes de ces dieux grecs ne sont pas simplement mythologiques, mais elles reposent en réalité sur des événements réels. Est-il possible que les dieux grecs aient été des êtres extraterrestres dont nos ancêtres ont été témoins en descendant du ciel, comme le suggèrent certains chercheurs ? Et la découverte de l'orichalque constitue-t-elle une preuve matérielle de la véritable existence du continent légendaire de l'Atlantide ? Ces artefacts pourraient vous permettre de conclure que le continent de l'Atlantide était réel, qu'il avait coulé et qu'il possédait une technologie de pointe avant de faire face à son destin tragique.

Selon des partisans de la théorie des anciens astronautes, des découvertes telles que les lingots de métal découverts au large des côtes siciliennes montrent que les extraterrestres favorisent l'évolution technologique de l'humanité depuis des milliers d'années. Et ils suggèrent que des preuves encore plus convaincantes peuvent être trouvées en examinant un artefact mystérieux découvert dans la tombe du roi Toutankhamon.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Les trouvailles du passé



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est très récent et nécessite peut-être quelques améliorations.